Mois : septembre 2020

L’argenterie…

Je ne sais pas pour vous, mais dans ma maison, j’ai peu d’argenterie. Je dirais même que mon argenterie se résume à une petite cuillère que j’ai récupéré chez la grand-maman de mon chéri. Hier, j’ai voulu faire une photo et je voulais utiliser cette petite cuillère. En la sortant du tiroir, j’ai constaté qu’elle était terriblement noircie. Je sais qu’il existe un truc pour nettoyer l’argenterie avec du papier d’aluminium, du bicarbonate de soude et de l’eau à ébullition, mais je n’avais pas envie de faire de recherche et ça demande un peu de temps. J’ai pensé à un truc que j’utilise parfois pour faire briller la robinetterie : le dentifrice! J’ai frotté un peu de pâte à dent sur la cuillère et elle a retrouvé son bel éclat! Un truc plutôt rapide et, généralement, toujours à disposition. Je ne sais pas si ce truc vous servira, mais moi, ça m’a bien dépannée.

Dans un autre contexte, je vous propose une recette de biscuits. Il y a un petit moment que je ne vous en ai pas proposé et il y a un petit moment que je n’ai pas expérimenté les recettes du livre Le cookie de nos rêves.

Biscuits chocolat-pacane
Biscuits chocolat-pacane
Pour 24 biscuits

190 g (6½ onces) de chocolat noir à 70 % de cacao
115 g (4 onces) de chocolat au lait
¾ de tasse ou 115 g de pacanes ou de noix de pécan
½ tasse et 2 cuillères à soupe ou 135 g de beurre non salé,
  tempéré
¾ de tasse et 1½ cuillère à soupe ou 170 g de cassonade
  ou de sucre roux
1 pincée de fleur de sel
1 oeuf
1½ tasse et 1 cuillère à thé ou 215 g de farine
2 cuillères à thé de poudre à pâte ou de levure chimique

Hacher grossièrement les chocolats et les pacanes.

Dans un bol, mélanger le beurre avec la cassonade et le sel jusqu’à ce que la texture soit crémeuse. Incorporer l’oeuf. Ajouter la farine et la poudre à pâte. Quand le tout est bien mélangé, incorporer les chocolats et les pacanes.

Prélever environ 2 à 3 cuillères à soupe de pâtes et façonner en boule. Déposer sur une assiette recouverte de papier parchemin et aplatir très légèrement. Répéter l’opération avec le reste de la pâte. Réfrigérer la pâte pendant au minimum 15 minutes.

Préchauffer le four à 220°C (430°F).

Déposer les biscuits sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin en les espaçant bien. Enfourner et baisser immédiatement la température du four à 190°C (375°F). Cuire pendant 6 minutes. Après ce premier temps de cuisson, pivoter la plaque et remettre au four. Poursuivre la cuisson pendant 6 minutes ou jusqu’à ce que les pourtours des biscuits soient dorés. Laisser tiédir 3 minutes, puis les retirer de la plaque. Déguster les biscuits tièdes ou totalement refroidis avec gourmandise.

Et vous, est-ce que vous avez des petits trucs étranges à partager?

Encore une fois, éblouie

En fin août, j’ai eu le plaisir de trouver dans ma boîte au lettre le dernier ouvrage de Trois fois par jour que j’avais acheté en précommande. J’ai été grandement surprise de le recevoir avant la date de sortie au Québec : les aléas de la poste font que je reçois rarement ce genre d’item avant leur sortie. Le tome 3 « Desserts » m’avait enchanté encore plus que les précédents : l’ouvrage est beau (comme tous les tomes), les recettes sont variées, originales et accessibles. Bref quand j’ai précommandé « Un peu plus végé », je n’avais pas de grande attente : c’était impossible pour moi qu’il égale « Desserts ». Et pourtant, je suis tombée en amour avec cet ouvrage. Encore une fois le livre est magnifique, les recettes sont créatives et des plus variés. Le livre n’est pas purement végétarien, mais nous invite à réduire notre consommation de viande sans que ça paraisse. En prime pour les végétariens, il y a souvent les modifications pour rendre le repas totalement végé. Bref, un livre pensée pour tous à feuilleter absolument si vous le voyez en librairie. Je n’arrive pas à croire que ce livre m’éblouie autant que le précédent : vraiment, bravo à Trois fois par jour pour cette autre prouesse!

Vous l’aurez compris, aujourd’hui, je vous propose une recette tirée du livre « Un peu plus végé ». Comme mon jardin achève de me donner des concombres, je vous propose un plateau de concombre et sa garniture thaïe.

Plateau de concombre et garniture thaïe
Plateau de concombre et garniture thaïe
Pour 4 à 6 personnes

2 cuillères à soupe de jus de lime
1 cuillère à soupe de sirop d’érable
1 cuillère à soupe de sauce tamari ou de sauce soja
1 cuillère à thé de gingembre frais râpé
1 concombre anglais ou 6 concombres libanais
1 cuillère à thé de graines de sésame
1 cuillère à soupe de menthe fraîche
1 cuillère à soupe d’arachides salées
Poivre au goût

Dans un petit bol, mélanger le jus de lime, le sirop d’érable, la sauce tamari et le gingembre.

Si désiré, éplucher le concombre. Couper le concombre en rondelle. Étaler les rondelles de concombre dans une ou plusieurs assiettes. Verser le mélange précédent.

Ciseler la menthe, hacher les arachides.

Répartir les graines de sésame, la menthe et les arachides. Poivrer au goût. Servir et déguster avec plaisir.

Mirabel – Rome

Il y a fort longtemps, il existait deux aéroports dans la région montréalaise. Dorval sur île de Montréal, qui aujourd’hui porte l’étrange nom de « PET » pour Pierre-Elliott-Trudeau et qui heureusement à l’international s’abrège « YUL ». L’autre s’appelait Mirabel et se trouvait dans la ville du même nom un peu au Nord-Ouest de Montréal. Mirabel a changé de vocation : elle sert d’avantage pour des tests aéronautiques, pour l’entretien des avions et pour transporter du fret. Pour plusieurs le nom de Mirabel ne fait plus penser à l’aéroport et même qu’il est davantage associé à la culture hydroponique de laitue.

Quand ma belle-mère m’a donné des prunes mirabelles, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à l’aéroport. J’ai choisi de transformer mes mirabelles en confiture et comme j’ai ajouté du rhum dans ma recette… Donc l’association de Mirabel-Rome était simple à faire! Bref, je dois avoir besoin de vacances. Pour cette confiture, je me suis inspirée de recettes dans le livre Mes p’tites confitures de Bernard Le Gulvout

Confiture de mirabelles et rhum
Confiture de mirabelles et rhum*
Pour 5 à 6 pots de 250 ml

5⅔ tasses ou 1 kg de mirabelles
3½ tasses ou 700 g de sucre
½ citron pour le jus
½ gousse de vanille (facultatif)
2 à 3 cuillères à soupe de rhum
¾ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 200 g d’eau
1 cuillères à thé de beurre
1 cuillère à soupe de vinaigre

Dénoyauter les mirabelles et les couper en quatre. Réserver.

Dans une grande casserole, verser la moitié de l’eau, 1 tasse ou 200 g de sucre et le vinaigre. Sans remuer, cuire le mélange jusqu’à ce qu’il prenne une couleur ambrée (un doré un peu brun). Retirer la casserole du feu. Ajouter le beurre et l’eau.

Verser dans la casserole les mirabelles, le sucre restant et le jus de citron. Ajouter la gousse de vanille fendue en deux ainsi que les grains de vanille grattés. Mélanger, remettre sur le feu et porter à ébullition. Laisser mijoter jusqu’à ce que l’écume retombe et que les bulles formées par l’ébullition ressemblent à des yeux de poisson.

Vérifier la cuisson en déposant 1 cuillère à thé de confiture dans une des assiettes réservées au congélateur. Remettre l’assiette au congélateur pendant 2 minutes. Pousser la confiture avec un doigt et si elle forme des rides**, c’est qu’elle est prête. Sinon, poursuivre la cuisson et répéter le test jusqu’à ce que la confiture atteigne le point de gélification.

Retirer la confiture du feu et remuer pendant deux minutes. Retirer la gousse de vanille. Mixer la confiture, si désiré, puis ajouter le rhum et mélanger. Laisser reposer encore 3 minutes en brassant de temps en temps.

Mettre dans des pots stérilisés***, si désiré, en laissant 0,5 cm (¼ de pouce) d’espace sous le goulot. Stériliser ensuite les pots pendant 10 minutes dans de l’eau bouillante. Déguster au moment désiré.

*Mon idée initiale était de réaliser une confiture de mirabelles au caramel. Comme j’ai oublié le jus de citron dans ma confiture et que je n’ai pas fait assez cuire mon caramel, le goût du caramel est très discret. Je vous propose quand même la méthode que j’ai employé pour cette confiture.
**En lisant, vous ne comprendrez peut-être pas l’aspect que doit avoir la confiture, mais en exécutant le test, vous identifierez facilement quand la confiture aura des « rides » et sera prête.
***Pour la méthode de stérilisation, je vous propose de lire cet article ou celui-ci. Si vous ne voulez pas stériliser vos pots, les conserver au réfrigérateur et les déguster rapidement ou les congeler, mais je n’ai aucune idée de l’incidence de la congélation sur le goût et la texture de la confiture.

Et vous, est-ce que vous connaissez une ville ayant eu un aéroport et que celui n’est plus en activité maintenant?

Un peu du Québec…

Maintenant, il y a un peu plus d’un an que je n’ai pas mis les pieds au Québec. J’avoue que j’ai hâte que la situation s’aplanisse et de pouvoir reprendre un vol pour aller voir ma famille et profiter du Québec. Un de mes plaisirs, c’est d’aller dans les librairies et d’acheter des ouvrages québécois. Il y a le livre de Loounie, le prochain livre de Ricardo, les livres de Geneviève O’Gleman, le dernier de Madame Labriski et bien d’autres que j’aimerais feuilleter.

En attendant, j’ai eu le plaisir de tomber sur un livre de Jean-Philippe Cyr dans une librairie suisse! Â peine feuilleté, il était hors de question que ce livre ne parte pas avec moi. Je vous propose donc une recette issue de son livre Les grands classiques véganes.

Tofu moutarde érable
Tofu moutarde érablee
Pour 2 personnes

Tofu
2 cuillères à soupe de fécule de maïs ou de maïzena
1 cuillères à soupe de levure alimentaire
½ cuillère à thé de sauge moulue*
½ cuillère à thé d’un mélange d’herbes (Provence,
  à l’italienne, etc.)
200 g de tofu ferme
½ cuillère à thé de sel

Sauce
1½ cuillère à soupe d’huile d’olive
1 échalote
1½ cuillère à soupe de cognac
1½ cuillère à soupe de sirop d’érable
1 cuillère à soupe de moutarde à l’ancienne
½ cuillère à soupe de moutarde de Dijon
¼ de tasse ou 62 g de bouillon de légumes
1 cuillère à soupe de levure alimentaire
Sel et poivre

Tofu
Préchauffer le four à 190°C (375°F).

Éponger le tofu pour retirer le plus d’eau possible. Couper en cubes le tofu.

Dans un bol, mélanger la fécule de maïs, la levure alimentaire, la sauce, le mélange d’herbes et le sel. Ajouter les cubes de tofu et bien mélanger. Quand les cubes sont bien enrobés, les déposer sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Enfourner et cuire pendant 20 minutes. À mi-cuisson, retourner les cubes de tofu.

Sauce
Pendant que le tofu cuit au four, préparer la sauce. Hacher finement l’échalote.

Dans une poêle, chauffer l’huile d’olive. Ajouter les échalotes et faire revenir pendant environ 3 minutes. Déglacer avec le cognac et poursuivre la cuisson pendant 2 minutes. Ajouter le sirop d’érable, les moutardes, le bouillon de légumes et la levure alimentaire. Réduire le feu et laisser mijoter pendant 5 minutes. Saler et poivrer au goût.

Ajouter les cubes de tofu dans la sauce et servir sans attendre. Déguster avec plaisir.

*Si vous n’avez pas de sauge, n’hésitez pas à la remplacer par une autre herbe séchée.

Et vous, est-ce que vous habitez loin de votre famille?

Pédaler dans le vide…

Lundi et mardi ont été des journées intenses, mais pas efficace pour autant. Vous savez ces journées où vous n’avez pas une minute pour souffler, mais quand vous regarder le résultat, il n’y a pas grand chose qui a avancé malgré toute l’énergie que vous y avez mis. En commençant la semaine de cette manière, ça m’a déprimé. Aujourd’hui, j’ai l’impression de regagner un peu en efficacité et un peu moins ce sentiment de pédaler dans le vide. En espérant que la semaine se poursuive dans le bon sens.

Pour aujourd’hui, je vous propose une recette toute simple de croustade aux pommes. C’est une recette que j’ai relevé, il y a plusieurs années, qui provient de l’émission Cuisinez comme Louis.

Croustade aux pommes
Croustade aux pommes
Pour 6 à 8 personnes

5 à 6 pommes
3 cuillères à soupe de sirop d’érable*
½ tasse ou 100 g de cassonade ou de sucre roux**
¼ de tasse ou 35 g de farine
3 cuillères à soupe ou 41 g de beurre fondu
1 tasse ou 100 g de flocons d’avoine

Préchauffer le four à 190°C (375°F).

Éplucher, épépiner et couper en dés les pommes. Déposer les morceaux de fruits dans un plat de cuisson allant au four d’environ 20 cm de diamètre ou de côté. Ajouter le sirop d’érable et mélanger.

Dans un bol, mélanger la cassonade, la farine, les flocons d’avoine et le beurre fondu. Répartir ce mélange sur les pommes.

Enfourner et cuire pendant 30 à 35 minutes. Servir chaud, tiède ou froid et déguster avec gourmandise.

*Vous pouvez remplacer le sirop d’érable par du miel ou du sucre de votre choix.
**La recette originale propose d’utiliser ¾ de tasse ou 150 g de cassonade et de diviser ce sucre en deux : une moitié avec les pommes et l’autre dans le croustillant. Je trouve le résultat un peu trop sucré de cette manière. À vous de choisir ce que vous préférez faire.

Et vous, comment se déroule votre semaine?