Mot-clé : ail

Qu’en restera-t-il?

Récemment, je me suis interrogée sur mon blog. Qu’arriverait-il si je le perdais ? Au fil des ans, c’est quand même devenu ma banque de recettes, mon livre de cuisine que je peux consulter de partout ou presque. J’y ai consigné plus de 1500 recettes, certaines se trouvent ailleurs sur Internet, certaines ont disparus du web et quelques unes sont uniques puisque je ne les ai pas notées ailleurs. C’est quand même un travail colossal qui se trouve derrière mon humble blog. J’espère qu’il perdura encore longtemps, surtout que cette semaine, il fête ses 15 ans!

Aujourd’hui, je vous propose une recette de boeuf bourguinon à la mijoteuse. Il s’agit d’une recette de Ricardo issu de son magazine volume 16, numéro 3 que j’ai réalisé à la mijoteuse plutôt qu’au four.

Boeuf bourguinon à la mijoteuse
Boeuf bourguinon à la mijoteuse
Pour 6 personnes

3 cuillères à soupe ou 40 g de beurre
3 cuillères à soupe ou 27 g de farine
140 g de lardons
1,1 kg de palette de boeuf désossée coupé en cubes
225 g de champignons de Paris
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
1 oignon
3 carottes
2 gousses d’ail
3 cuillères à soupe de Brandy ou de Cognac
1 tasse ou 250 g de vin rouge*
1 tasse ou 250 g de bouillon de boeuf*
1 branche de thym
1 feuille de laurier

Dans un bol, mélanger le beurre et la farine. Éplucher et couper en cubes les carottes. Hacher l’oignon et l’ail. Trancher les champignons. Réserver.

Dans une poêle ou une casserole, chauffer l’huile et dorer la moitié de la viande. Saler et poivrer. Répéter l’opération avec l’autre partie de la viande. Déposer la viande dans la mijoteuse. Ajouter les champignons et les cuire jusqu’à ce qu’ils soient dorés. Retirer de la poêle et les déposer dans la mijoteuse.

Dans la même poêle, dorer les lardons, l’oignon et les carottes. Ajouter l’ail et poursuivre la cuisson pendant 1 minute. Déglacer avec le Brandy et laisser réduire presqu’à sec. Ajouter le vin et laisser réduire de moitié. Ajouter le bouillon de boeuf ainsi que le mélange de beurre et de farine. Porter à ébullition. Verser dans la mijoteuse et ajouter le thym et la feuille de laurier.

Couvrir la mijoteuse et cuire à basse température pendant 8 heures. Servir avec des pâtes ou de la purée et déguster avec plaisir.

*Il est possible de réaliser cette recette sans mijoteuse et de la cuire au four. Dans ce cas il faut doubler les quantités de vin et de bouillon de boeuf. Il faut glisser la casserole à couvert dans un four préchauffé à 165°C (325°F) pendant 1 heure, puis pendant 30 minutes à découvert. Il faut ajouter les champignons pendant les 30 dernières minutes de cuisson.

Dites-moi, par quelle recette avez-vous découvert mon blog?

Pas d’expédition, pas d’achat…

Cette semaine, j’ai voulu acheter quelques trucs sur un site québécois et profiter des rabais. Malheureusement, il était impossible de faire livrer en dehors du Canada contrairement à d’habitude. J’aurai pu contacter le service à la clientèle, mais honnêtement, ma commande était modeste. De plus après réflexion, je me suis dit que ce n’était peut-être pas plus mal et que je n’en avais pas besoin.

Aujourd’hui, je vous propose une recette de fricassée de poulet. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 21, numéro 7.

Fricassée de poulet aux légumes
Fricassée de poulet aux légumes
Pour 4 personnes

400 à 500 g de hauts de cuisses de poulet désossés
2 cuillères à soupe de beurre
4 pommes de terre moyenne
2 gousses d’ail
1¾ tasse ou 430 g de bouillon de poulet
425 g de mélange de légumes frais ou surgelés
1 cuillère à soupe de fécule de maïs
½ tasse ou 125 g de crème à cuisson ou de crème entière
Sel et poivre

Éplucher et couper en gros cubes les pommes de terre. Hacher l’ail.

Dans une casserole ou une poêle, faire fondre le beurre. Quand le corps gras est bien chaud, dorer le poulet de chaque côté. Ajouter les pommes de terre et l’ail. Poursuivre la cuisson pendant 5 minutes en brassant régulièrement. Saler et poivrer.

Ajouter 1 tasse ou 250 g de bouillon de poulet et porter à ébullition. Couvrir et laisser mijoter pendant 15 minutes ou jusqu’à ce que les pommes de terre soit tendre. Ajouter les légumes, couvrir et poursuivre la cuisson pendant 5 à 7 minutes ou jusqu’à ce que les légumes soient cuit.

Dans un bol, délayer la fécule de maïs dans la crème et le restant de bouillon.

Retirer le couvercle et verser le mélange de crème en brassant. Poursuivre la cuisson jusqu’à ce que la sauce épaississe légèrement, soit pendant 3 minutes. Servir et déguster avec plaisir.

Les effets du changement d’heure…

Samedi dernier, mon chéri m’a parlé d’un article qui soulignait qu’il y avait une augmentation des incidents cardio-vasculaires lors des changements d’heure. Sur le coup, je me suis dit que c’était un autre argument pour abolir le changement d’heure et que je n’étais pas vraiment à risque pour le moment. Sauf que dimanche dernier, jour du changement d’heure en Europe, je me suis ramassée aux Urgences! Non, je n’ai pas eu un problème cardio-vasculaire, mais un problème de santé bénin, imprévisible et extrêmement douloureux. Je me suis retrouvée sous perfusion assez rapidement avec des anti-douleurs dont de la morphine. Après de multiples prises de sang (oui, j’ai découvert l’existence de la prise de sang dans l’artère), quelques analyses, quelques heures, quelques examens et des douleurs sacrément persistantes, mon diagnostic a été établi et ce fût un soulagement de connaître la cause. Après un peu plus de 6 heures à l’hôpital, j’ai pu rentrer chez moi avec la consigne de me ménager. J’ai respecté les consignes, mais je pensais qu’après 48 heures, je me sentirai beaucoup mieux comme souvent quand je suis malade. À mon grand étonnement, j’ai traîné de la fatigue toute la semaine. J’ai revu le médecin et il m’a informé que c’était normal que j’avais vécu un des trucs les plus douloureux à sa connaissances. Bref, on en apprend tous les jours et c’est pourquoi dimanche dernier, je n’ai pas écrit cet article.

Je vous propose une recette de pâtes aux crevettes. J’ai pris cette recette sur le site Foodette.

Pâtes marinières aux crevettes
Pâtes marinières aux crevettes
Pour 2 personnes

220 g de crevettes crues décortiquées
2 portions ou 160 g de pâtes longues
⅓ de tasse ou 90 g de vin blanc
1 ou 2 échalotes
1 gousse d’ail
1 cuillère à soupe d’huile d’olive
Persil au goût
2 pincées de piment de Cayenne
Sel et poivre

Éplucher et couper finement l’échalote ainsi que l’ail.

Dans une casserole, porter l’eau à ébullition pour cuire les pâtes. Saler l’eau et cuire les pâtes selon le temps indiqué par le fabricant.

En parallèle dans une poêle, chauffer l’huile d’olive. Ajouter l’ail et l’échalote, puis faire revenir pendant 2 à 3 minutes. Ajouter les crevettes et poursuivre la cuisson pendant 1 minute. Saler et poivrer. Déglacer avec le vin. Ajouter du persil dans la poêle et poursuivre la cuisson pendant 2 à 3 minutes. Baisser le feu.

Égoutter les pâtes en conservant un peu d’eau de cuisson. Ajouter les pâtes à la poêle, le piment de Cayenne et mélanger. Au besoin, ajouter un peu d’eau de cuisson allonger la sauce. Ajouter du persil si désiré et servir. Déguster avec plaisir.

Et vous, est-ce que vous pensez qu’il y a plus de gens qui se présentent aux Urgences lors des changements d’heure?

Les détails, tout est dans les détails!

Il y a quelques jours, je vous ai parlé que d’une bolognaise que j’ai préparé pour faire des lasagnes dans le cadre d’une activité dans mon village. On se dit qu’une recette est une recette et pourtant, ce n’est pas le cas. Nous avons préparé la bolognaise séparément et l’idée était d’avoir quelque chose d’uniforme pour que les lasagnes se ressemblent toutes à la fin. J’avais une liste d’ingrédients et c’est tout. En discutant avec la personne qui m’a transmis la recette, j’ai quand même demandé comment elle coupait les carottes et les champignons. J’ai compris qu’elle les coupait finement, mais pas comme je l’avais imaginé. J’ai tendance à couper très finement mes légumes, voire en brunoise. Donc, c’est souvent beaucoup plus petits que ce qu’on attend. J’ai décidé de faire un peu plus grossier qu’à mon habitude et ainsi gagner un peu de temps. J’ai coupé le tout et j’ai fait mes recettes. Sauf qu’après coup, j’ai appris qu’elle tranchait simplement les champignons et qu’elle coupait en brunoise les carottes pour les faire disparaître dans la sauce. Résultat, la bolognaise n’était pas aussi uniforme que je l’avais espéré. Et je ne parle pas des ingrédients qui manquaient dans la liste de départ : « Je mets aussi de la pâte de tomates et un peu de bouillon de boeuf ». Ce n’était pas indiqué… Vous voyez deux personnes peuvent lire la même recette (ou liste d’ingrédients dans ce cas) et arriver à deux résultats différents, mais heureusement similaire!

Je vous propose donc la recette de sauce bolognaise au vin rouge comme je l’ai fait la première fois. Ensuite, si vous le souhaitez, vous pouvez ajouter ¼ de tasse ou 60 g de bouillon de boeuf ainsi que 5 cuillères à soupe ou 75 g de pâte de tomates dans la recette.

Bolognaise au vin rouge
Bolognaise au vin rouge
Pour 4 personnes

400 g de boeuf hachée
75 g de lardons ou de bacon
½ barquette ou 125 g de champignons de Paris
1 boîte d’environ 540 ml ou 400 g de tomates en dés
  ou concassées
1 carotte
2 gousses d’ail
1 oignon
¾ de tasse ou 187 g de vin rouge (Pinot, Syrah, Merlot, etc.)
1 cuillère à soupe d’huile d’olive
Sel et poivre

Couper en petits dés, les champignons* et la carotte. Hacher l’oignon et l’ail.

Dans une casserole, chauffer l’huile d’olive. Quand le corps gras est bien chaud, faire revenir les lardons. Quand les lardons sont dorés, les retirer de la casserole et les réserver sur une assiette.

Ajouter les champignons, la carotte et l’oignon. Cuire pendant 10 minutes en brassant régulièrement. Saler et poivrer. Ajouter la viande et la faire griller. Incorporer l’ail et poursuivre la cuisson pendant 1 minute.

Déglacer avec le vin rouge. Remettre les lardons dans la casserole et laisser réduire de moitié. Ajouter les tomates en dés et porter à ébullition. Réduire le feu et laisser mijoter pendant 30 à 40 minutes ou jusqu’à ce que la consistance de la sauce vous plaise. Saler et poivrer au besoin.

Servir sur des pâtes et déguster avec plaisir.

*Vous pouvez aussi trancher les champignons si vous préférez. Il est également possible de rajouter une branche de céleri dans la recette.

Et vous, utilisez-vous autant de vin dans votre bolognaise?

Un peu trop de bolognaise…

Pour une soirée dans laquelle est impliquée l’association de parents, nous avons choisi de préparer des lasagnes pour une cinquantaine de personnes. Dans cette optique, j’ai été invité à tester une recette de sauce bolognaise. La recette nous a beaucoup plus et elle changeait de ce que nous avions l’habitude de préparer. Deux jours plus tard, on me donnait 2 kg de viande hachée pour refaire la recette. Je peux vous dire qu’entre mon test avec 400 g de viande et 2 kg de viande à cuisiner, ce n’était pas la même expérience. J’ai utilisé deux casseroles en espérant gagner du temps et sachant que je n’avais pas de casserole assez grande pour contenir autant de viande. En résumé, cet après-midi de cuisine a été long et en prime, je n’ai pas eu le courage ni le temps d’expérimenter une autre recette que j’avais en tête.

Dans un autre ordre d’idée, je vous propose une recette de canard à servir froid. J’ai pris l’idée de cette recette dans le magazine 70 recettes de barbecue de 14 foodies de 7 jours cuisine.

Magret de canard froid
Magret de canard froid
Pour 4 à 8 personnes

2 magrets de canard
2¼ cuillères à thé de sel
¾ de cuillère à thé de poudre de chili
¾ de cuillère à thé de paprika
½ cuillère à thé de poudre d’oignon
½ cuillère à thé de poudre d’ail
¼ de cuillère à thé d’origan séché
2 pincées de poivre
1 pincée de piment de Cayenne
2 cuillères à soupe de sirop d’érable

Dans un bol, mélanger le sel, la poudre de chili, le paprika, la poudre d’oignon, la poudre d’ail, l’origan, le poivre et le piment de Cayenne.

Préchauffer le four à 190°C (375°F).

Avec un couteau, quadriller la peau des magrets de canard en évitant de toucher la chair. Saupoudrer le mélange d’épices sur la chair des magrets.

Déposer les magrets, côté peau en-dessous, dans une poêle. Griller pendant 5 minutes du côté peau et 2 minutes de l’autre côté. Au besoin, retirer l’excédent de gras de la poêle. Déposer les magrets sur une plaque de cuisson, arroser de sirop d’érable et enfourner pendant 11 minutes.

Sortir les viandes du four, couvrir d’un papier d’aluminium et les laisser reposer pendant 5 minutes. Réfrigérer pendant au moins 4 heures. Trancher finement et servir. Déguster avec plaisir.

Souhaitez-moi bonne chance, je crains le jour de l’assemblage des lasagnes… ça risque aussi d’être éreintant.