Mot-clé : citron

Des projets pour l’été?

La fin de l’année scolaire approche à grand pas. Certains ont déjà des projets pour l’été et d’autres diront qu’il est encore trop tôt. Dans mon cas, nous avons déjà des vacances planifiées et de plus, l’association de parents à laquelle j’appartiens vient de publier son programme d’activité pour cette période. Alors il est un peu difficile de ne pas y réfléchir.

Dans un esprit estival, je vous propose une petite improvisation d’émincé de poulet au citron et au piment d’Espelette.

Émincé de poulet au citron et au piment d'Espelette
Émincé de poulet au citron et au piment d’Espelette
Pour 3 personnes

300 g de poitrines de poulet ou de sot-l’y-laisses*
1 cuillère à soupe d’huile végétale
1 poireau
½ de cuillère à thé de piment d’Espelette ou d’Alep
⅓ de tasse ou g de vin blanc
⅓ de tasse ou g de bouillon de légumes ou de poulet
⅓ de tasse ou g de crème à cuisson ou entière
Zeste de 1 citron
½ citron pour le jus
Sel et poivre

Couper les poitrines de poulet en dés. Ciseler le poireau.

Dans une poêle, verser l’huile et la faire chauffer. Quand le corps gras est chaud, ajouter le poulet et le faire dorer. Quand le poulet est bien coloré, ajouter le poireau et poursuivre la cuisson jusqu’à ce qu’il soit tendre. Saler, poivre et ajouter le piment d’Espelette. Déglacer la poêle avec le vin et laisser réduire de moitié.

Ajouter le bouillon de poulet et la crème. Laisser mijoter pendant 5 minutes. Ajouter le zeste de citron puis le jus en mélangeant. Poursuivre la cuisson le temps que la crème épaississe. Saler et poivrer au besoin. Servir et déguster avec plaisir.

*Vous pouvez également utiliser des hauts de cuisses de poulet. Je trouve de plus en plus souvent des sot-l’y-laisses de poulet à l’épicerie : j’aime bien la texture tendre et en prime, ils sont moins cher que des bancs de volaille.

Et vous, avez-vous défini des projets pour cet été?

Des plantes négligées…

J’aime bien les plantes d’intérieur, mais je les préfère chez les autres. Je n’ai pas le talent pour m’en occuper, ni la passion. Par contre, j’ai des orchidées qui me demandent peu d’attention et qui fleurissent abondamment. Depuis la naissance de Petit-coeur, mon arrosage est un peu plus aléatoire. Cette semaine, je me suis rendu compte que j’avais une invasion… J’avoue que j’avais remarqué un plant mal en point, mais en examinant de près, la majorité de mes plantes étaient touchées! Un grand nettoyage s’est imposé et je ne sais pas pourquoi Petit-coeur a été relativement coopératif pendant tout ce temps. Maintenant, je croise les doigts pour ne pas avoir de récidive.

Aujourd’hui, je vous présente une recette de poulet laqué au miel et au paprika. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 20, numéro 8.

Poulet laqué miel-paprika
Poulet laqué miel-paprika
Pour 3 personnes

Poulet
½ cuillère à soupe de fécule de maïs ou de maïzena
½ cuillère à soupe de paprika doux
2 pincées de sel
300 g de hauts de cuisses de poulet désossés
2 cuillères à soupe d’huile d’olive

Laque
1½ cuillère à soupe de miel
½ cuillère à thé de paprika doux
¼ de cuillère à thé de sauce sriracha
½ citron pour le zeste et le jus
Poivre

Poulet
Dans un bol, mélanger la fécule de maïs, le paprika et le sel.

Couper le poulet en bouchées et l’ajouter au mélange précédent. Bien mélanger.

Dans une poêle, chauffer l’huile. Quand le corps gras est bien chaud, ajouter le poulet et le cuire pendant environ 10 minutes.

Laque
Entre-temps, dans un bol, mélanger le miel, le paprika, la sauce sriracha, le zeste et le jus de citron. Poivrer généreusement.

Quand le poulet est cuit, verser la laque sur celui-ci et laisser réduire jusqu’à ce que le mélange soit sirupeux. Retirer du feu et servir sur des nouilles de riz, du riz, une salade, etc. Déguster avec plaisir.

Et vous, êtes-vous soigneux avec vos plantes?

Avec de la neige, c’est moins froid!

Nous avons eu une belle bordée de neige : juste assez importante pour que mes graminées soient plaqués au sol! Je suis sortie avec mon chapeau et j’ai regretté de l’avoir pris. Je ne sais pas pourquoi, dès qu’il y a de la neige au sol, je trouve qu’il fait moins froid. Les températures ne sont pas tellement sous le zéro non plus, mais comparé aux jours sans neige, je laisse plus facilement mon col ouvert. J’espère également que nous aurons des journées dégagées : j’adore la lumière qui rentre dans la maison grâce à la réverbération sur la neige!

Aujourd’hui, je vous propose une recette qui est parfaite pour déguster avec un thé, un café ou un chocolat chaud après une belle promenade dans la neige : des biscotti. J’ai pris cette recette dans le livre Citron d’Isabelle Lambert à la quelle j’ai fait quelques ajouts.

Biscottis au citron et aux amandes
Biscottis au citron et aux amandes
Pour 100 biscottis

2¾ tasses ou 360 g de farine
1½ cuillère à thé ou 7 g de poudre à pâte
  ou de levure chimique
¼ cuillère à thé de sel
½ tasse ou 110 g de beurre non salé, fondu
1 tasse ou 200 g de sucre
3 oeufs
1 cuillère à thé d’extrait de vanille
2 cuillères à soupe ou 20 g de zeste de citron râpé*
½ tasse et 1 cuillère à soupe ou 100 g de citrons confits
⅔ de tasse ou 105 g d’amandes entières

Préchauffer le four à 160°C (325°F). Chemiser une plaque de cuisson de papier parchemin.

Dans un bol, mélanger la farine, la levure chimique et le sel.

Dans un second bol, fouetter le beurre avec le sucre jusqu’à ce que le mélange soit homogène. Ajouter les oeufs un à la fois, en les incorporant bien entre chaque addition. Incorporer la vanille et le zeste de citron. Ajouter petit à petit le mélange de farine, une pâte molle va se former. Incorporer le citron confit et les amandes.

Diviser la pâte en trois parts égales. Enfariner légèrement vos mains pour façonner chaque part de pâte en un rouleau de 30 cm (12 pouces) de long et 5 cm (2 pouces) de large. Déposer les rouleaux de pâte sur la plaque de cuisson en les espaçant de 10 cm (4 pouces). Enfourner et cuire pendant 30 minutes ou jusqu’à ce que la pâte soit ferme et commence à dorer.

Retirer du four et laisser tiédir sur une grille pendant 10 minutes. Déposer un des rouleaux de pâte sur une planche à découper. À l’aide d’un couteau dentelé, couper la pâte légèrement en biais pour réaliser de fines tranches. Les biscuits ne doivent pas faire plus de 5 mm (¼ de pouce) d’épaisseur. Déposer les biscottis sur des plaques de cuisson.

Baisser la température du four à 150°C (300°F)**. Enfourner une plaque recouverte de biscuits à la fois et cuire pendant 15 minutes. À mi-cuisson, retourner la plaque de cuisson. Idéalement les biscottis doivent devenir secs sans brunir. Laisser les biscottis refroidir sur les plaques de cuisson. Ces biscottis se conservent au moins deux semaines dans une boîte en métal.

*Il faut utiliser une râpe ou un zesteur traditionnel pour prélever les zestes. J’ai utilisé un zesteur de type microplane et après huit citrons, je n’avais que 1 cuillère à soupe ou 10 g de zeste.
**Si la première fournée de vos biscottis a un peu trop bruni, réduisez la température du four à 140°C (285°F).

Et vous, trouvez-vous que la neige rend les journées plus agréables?

Découverte de fin d’année

Bonne année! Je commence en voulant vous parler de mes derniers apprentissages culinaires de 2022 qui ont eu lieu au cours des deux dernières semaines. Mes premières découvertes concernent la dinde. Mes parents préparent toujours une dinde pour le réveillon et j’adore cette tradition, par contre, je n’en ai jamais vraiment cuisinée. J’ai cuit ma deuxième dinde juste avant Noël. Je l’ai préparé à l’avance en vu de la servir en sauce… Heureusement pour moi, car elle aurait été prête trop tôt et légèrement sèche. J’ai lu que je devrais compter plus de 3 heures de cuisson pour une dinde de 3,5 kg. En 2 heures, la bête était pratiquement cuite! Dire que dans mon four, il faut plus d’une heure pour cuire un poulet d’environ 1 kg. Bref, il faut que je réitère l’expérience, surtout que nous nous sommes découvert un amour pour le bouillon de dinde! C’est vraiment un des meilleurs bouillons qui existe. J’ai aussi cuit récemment des suprêmes de poulet. La cuisson a aussi été problématique. Je voulais faire une cuisson au four, certaine source disait 8 minutes après les avoir poêlés et d’autre qu’il fallait entre 45 et 50 minutes. Disons que pour moi, je compterais plutôt 30 minutes. En prime, c’est une pièce de viande vraiment rapide à décortiquer.

Pour ma dernière découverte, il s’agit d’une recette qu’une amie m’a donnée. Lorsqu’elle m’en a parlé, j’avais des doutes, je n’arrivais pas à imaginer l’accord des saveurs. Pourtant, ça a été la révélation de mon apéro des fêtes. Il s’agit de bouchées au saumon et moutarde au wasabi.

Bouchées au saumon et moutarde au wasabi
Bouchées au saumon et moutarde au wasabi
Pour 20 bouchées

100 g de saumon fumé
½ cuillère à soupe de câpres
½ cuillère à soupe de jus de citron
½ cuillère à soupe de ciboulette fraîche* ciselée
20 fonds de mini-tartelettes**
1 cuillère à soupe de moutarde de Dijon
½ cuillère à soupe d’huile végétale
½ cuillère à soupe de miel
4 cuillères à thé ou 10 g d’arachides au wasabi
  ou plus au goût
Poivre

Hacher le saumon fumé et les câpres. Déposer dans un bol et ajouter le jus de citron ainsi que la ciboulette. Poivrer et bien mélanger. Réserver.

Hacher grossièrement les arachides au wasabi et réserver.

Dans un petit bol, mélanger la moutarde de Dijon, l’huile végétale et le miel. Ajouter les arachides au wasabi.

Garnir les fonds de mini-tartelettes avec la préparation au saumon fumé. Répartir la garniture de moutarde sur le saumon fumée. Servir sans attendre et déguster avec plaisir.

*Je n’avais pas de ciboulette fraîche, j’ai donc mis un peu de mélange d’épices sèches de type « ranch ». Vous pourriez mettre du persil ou une autre herbe de votre choix.
**J’ai utilisé des fonds de mini-tartelettes du commerce, libre à vous de les réaliser ou d’utiliser des coupelles de tortilla.

J’espère que vous avez passé de joyeuses fêtes et je vous souhaite avant tout la santé pour 2023.

C’est encore vivant…

Avec les hautes températures de l’été, mon jardin de fines herbes a été bien malmené… Pourtant, la majorité des fines herbes se portaient relativement bien. Dans la minorité, il y avait le basilic qui avait triste mine et je pensais qu’il était perdu. Il y a quelques jours en repassant devant mon jardin, j’ai été surprise par mon basilic, il s’est bien rétabli et n’a jamais été aussi beau de l’été. J’aurais même une petite portion à congeler!

Aujourd’hui, je vous propose une recette parfumée à cette herbe, il s’agit de galettes de poulet au basilic. Cette recette est tirée du magazine 750 g d’avril-mai 2014.

Galettes de poulet au basilic
Galettes de poulet au basilic
Pour 4 personnes

400 g de poitrines de poulet ou de hauts de cuisse désossés
1 gousse d’ail
12 à 18 feuilles de basilic
3 cuillères à soupe et 1 cuillère à thé ou 50 g de crème
  à cuisson ou demi-crème
1 oeuf
2 pincées de piment d’Alep ou d’Espelette
1 cuillère à soupe d’huile d’olive
1 citron (facultatif)
Sel et poivre

Hacher l’ail. Couper grossièrement le poulet et les feuilles de basilic. Déposer le tout dans un robot culinaire muni d’une lame en « s ». Ajouter la crème, l’oeuf et le piment d’Alep. Saler et poivrer. Mixer par intermittence pour obtenir une préparation irrégulière.

Dans une poêle, chauffer l’huile d’olive. Quand le corps gras est assez chaud, déposer de grosse cuillère de la préparation de poulet. Aplatir la préparation pour obtenir des galettes.

Cuire les galettes pendant 3 à 4 minutes par côté.

Servir avec des quartiers de citron ou dans un pain à hamburger. Déguster avec plaisir.

Bon dimanche!