Mot-clé : noisettes

Un avion annulé…

Mes parents sont venus passer quelques jours en Suisse. Le jour de leur départ, nous nous sommes organisés pour aller les reconduire à l’aéroport. Le vol était annoncé à l’heure et mes parents ont rapidement pu passer la sécurité. De retour à la maison, mon mari regarde l’état du vol et à ce moment, nous apprenons que le vol a été annulé. Mes parents n’ont pas de natel (ou de cellulaire) et nous ne savons pas s’ils ont nos numéros de téléphone avec eux. Nous ne pouvons pas les joindre. Heureusement, j’avais fait l’enregistrement en ligne pour mes parents et je me souvenais du numéro de réservation que j’avais trouvé rigolo. En entrant le numéro de réservation, nous avons pu voir qu’ils prendraient un vol le lendemain. Nous avons envoyé un message à la famille de mon frère et ensuite, je me suis mise à la recherche du numéro de téléphone de l’ami de mes parents qui devaient aller les chercher à l’aéroport de Montréal. Vive les gens qui ont encore le téléphone fixe et qui ont leur numéro de disponible sur Canada 411! Malheureusement, il s’est révélé que la ligne fixe avait un problème ce jour là… Finalement, mes parents ont pu nous téléphoner et ils m’ont transmis le numéro de cellulaire de la personne qui devait aller les chercher. J’ai pu joindre cette personne et lui expliquer la situation… ainsi que de lui éviter un long trajet pour rien. Bref, même quand l’on ne prend pas l’avion et qu’un vol est annulé, nous pouvons quand même être impacté.

Pour poursuivre avec les périodes d’attente, je vous proposer une recette de pain à l’épeautre et aux noisettes. J’ai pris cette recette dans le livre L’atelier Pain de Cécile et Guillaume Decaux.

Pain à l'épeautre et aux noisettes
Pain à l’épeautre et aux noisettes
Pour 1 gros pain

2 tasses et 2½ cuillères à soupe ou 300 g de farine
  d’épeautre*
1⅓ tasse et 1½ cuillère à soupe ou 200 g de farine
1½ cuillère à thé de levure instantanée
1⅓ tasse et 4 cuillères à thé ou 350 g d’eau tiède
1½ cuillère à thé de sel
¾ de tasse ou 125 g de noisettes entières

Dans le bol d’un robot pâtissier muni d’un crochet, mélanger les farines, la levure et le sel. Ajouter l’eau et pétrir la pâte pendant 8 à 10 minutes. Incorporer les noisettes et pétrir le temps de bien les répartir. Couvrir le bol et laisser lever pendant 1 h 30 ou jusqu’à ce que la pâte ait doublé de volume.

Sur un plan de travail légèrement enfariné, déposer la pâte et la façonner en boule. Placer la pâte sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Couvrir avec un linge légèrement humide et laisser lever pendant 45 minutes.

Placer une lèchefrite dans le bas du four et le préchauffer à 220°C (430°F).

Enfariner légèrement le dessus du pain et inciser en spirale. Enfourner le pain et verser ¼ de tasse ou 60 g dans la lèchefrite chaude. Cuire pendant 30 minutes. Sortir du four et laisser tiédir sur une grille si possible. Trancher et déguster avec plaisir.

*Vous pouvez remplacer la farine d’épeautre par de la farine de froment ou de kamut.

Malgré le nombre de fois que j’ai pris l’avion, je n’ai jamais eu de vol annulé et vous?

Changer de paysage…

Récemment, nous sommes aller voir des amies dans la région de Fribourg. Nous nous sommes rendu compte qu’il y avait un bon moment que nous étions pas sorti de notre petite région. Pourtant, ce changement d’air nous a fait le plus grand bien. Nous avons beau adorer nos montagnes, il y a plein d’autres jolis paysages à découvrir ou à redécouvrir.

Aujourd’hui, je vous propose une recette de pouding au pain. C’est la recette de Katia au pays des merveilles qui a retenu mon attention, car j’avais peu d’oeuf à ma disposition.

Pouding au pain aux noisettes et chocolat
Pouding au pain aux noisettes et chocolat
Pour 8 personnes

5 tasses ou 300 g de pain défraîchi coupé en cubes
1 tasse ou 250 g d’eau chaude
½ de tasse ou 160 g de sirop d’érable
⅓ de tasse ou 55 g de noisettes entières
⅓ de tasse ou 60 g de pépites de chocolat
1 oeuf
½ tasse ou 125 g de lait ou de crème
2 cuillères à soupe de cassonade ou de sucre roux

Préchauffer le four à 190°C (375°F). Beurrer un moule carré d’environ 20 cm (8 pouces) de côté.

Dans un bol, mélanger le pain avec l’eau chaude et la moitié du sirop d’érable. Ajouter les noisettes et les pépites de chocolat. Verser ce mélange dans le moule préparer.

Dans un autre bol, fouetter l’oeuf avec le restant de sirop d’érable, le lait et la cassonade. Verser sur la préparation de pain. Au besoin, appuyer sur le pain pour qu’il soit immergé.

Enfourner et cuire pendant 30 minutes. Déguster avec plaisir pour dessert ou comme déjeuner.

Et vous, avez-vous vu de nouveau paysage récemment?

Quand il n’y a pas et qu’il n’y a pas…

En général, j’ai sous la main un bon panel d’ingrédients pour cuisiner. Cependant, nous ne sommes jamais à l’abri de surprises. J’ai eu envie de faire des biscuits et d’essayer une nouvelle recette. Déjà à l’origine la recette contenait des raisins secs et j’avais choisi de les remplacer par un autre ingrédient : les raisins secs sont moyennement appréciés ici. Elle contenait aussi des noix de macadamia que je pensais avoir. Comme les noix sont dans un tiroir que Petit-coeur chamboule régulièrement, je cherche et je cherche avant de me rendre compte que je n’en ai plus. Pas grave, je vais prendre des noix de Grenoble… qui évidemment sont rance! Dans ce cas, pourquoi pas des noisettes? Il m’en manque un peu, alors j’ai complété avec des pacanes.

Bref, voilà comment une recette qui contenait des raisins secs et des noix de macadamia se transforme en biscuits au chocolat noir et blanc avec des noisettes et des pacanes. La recette qui a subit bien des changements vient du carnet de recettes Biscuits de Trois fois par jour.

Bisucits aux noix et aux deux chocolats
Bisucits aux noix et aux deux chocolats
Pour 16 à 20 biscuits

½ tasse ou 110 g de beure non salé, tempéré
½ tasse ou 100 g de sucre
½ tasse ou 100 g de cassonade ou de sucre roux
1 oeuf
1 cuillère à thé d’extrait de vanille
1 tasse ou 140 g de farine
½ cuillère à thé de bicarbonate de soude ou de sodium
½ cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
1 pincée de sel
1½ tasse ou 150 g de flocons d’avoine
½ tasse ou 90 g de pépites de chocolat noir
¼ de tasse ou 45 g de pépites de chocolat blanc
½ tasse ou 80 g de noisettes, hachés grossièrement
¼ de tasse ou 65 g de pacanes, hachés grossièrement*

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un bol, fouetter le beurre avec le sucre et la cassonade pendant 2 minutes. Ajouter l’oeuf et l’extrait de vanille, puis bien mélanger.

Dans un autre bol, mélanger la farine, le bicarbonate, la poudre à pâte et le sel. Incorporer graduellement ce mélange à la préparation de beurre et de sucres. Ajouter les flocons d’avoines, puis les pépites de chocolats, les noisettes et les pacanes.

Prélever environ 2 cuillères à soupe de pâte pour façonner chaque biscuit. Déposer la portion de pâte sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin et l’écraser légèrement.

Enfourner et cuire pendant 10 minutes ou jusqu’à ce que les biscuits soient légèrement dorés. Laisser tiédir les biscuits pendant 5 minutes sur la plaque de cuisson et, si possible, les déplacer sur une grille pour les laisser totalement refroidir. Déguster avec gourmandise.

*Évidemment, vous pouvez utiliser que des noisettes ou des pacanes.

Et vous, adaptez-vous les recettes selon les aléas de votre garde-manger?

Prévisible…

La semaine dernière, je suis passée dans une librairie et je suis tombée sur une série dont j’avais relevé le titre. J’ai hésité un peu et j’ai décidé d’être raisonnable : j’ai pris que le premier tome tout d’un coup que la série ne me plairait pas. Évidemment, c’était prévisible, le livre m’a grandement plu et je suis impatiente de lire la suite… Heureusement pour moi, je savais que je repasserai à la librairie cette semaine.

Aujourd’hui, je vous propose une recette de biscuits aux noix. Ceux-ci ont une texture particulière un peu dense et élastique. Cette recette est tirée du livre Noël et ses friandises de Betty Bossi.

Biscuits aux noix
Biscuits aux noix
Pour 50 biscuits

Biscuits
2 blancs d’oeuf
1 pincée de sel
1 tasse ou 200 g de sucre
2 tasses ou 225 g de noix de Grenoble, moulues
1 tasse ou 150 g de noisettes, moulues

Glaçage
1¼ tasse moins 1½ cuillère à soupe ou 150 g de sucre glace
1½ cuillère à soupe d’eau
1½ cuillère à thé de kirsch*
1 tasse ou 110 g de cerneaux de noix de Grenoble

Glaçage
Dans un bol, fouetter les blancs d’oeufs avec le sel jusqu’à ce qu’ils forment des pics fermes. À l’aide d’une spatule, incorporer le sucre, les noix de Grenoble et les noisettes.

Entre deux feuilles de papier parchemin, abaisser la pâte sur une épaisseur d’environ 1 cm (⅜ de pouce). À l’aide d’une emporte-pièce rond d’environ 3,5 cm (1³⁄₁₆ pouce), découper les biscuits et les déposer sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Laisser sécher pendant 6 heures ou toutes une nuit.

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Enfourner les biscuits et cuire pendant 11 minutes. Si possible déplacer les biscuits avec le papier parchemin sur une grille et les laisser totalement refroidir.

Glaçage
Dans un bol, mélanger le sucre glace, l’eau et le kirsch. Plonger la face supérieure des biscuits dans le glaçage, égoutter et poser sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Décorer avec un cerneaux de noix. Laisser totalement sécher. Conserver dans une boîte qui ferme hermétiquement et déguster avec plaisir dans les 3 semaines qui suivent.

*Si vous n’avez pas de kirsch, remplacez-le par du rhum.

Et vous, êtes-vous prévisible lorsque vous passez dans une librairie?

Les rues étroites…

Récemment, je me suis rendu compte qu’un des villages voisins était composé de nombreuses rues étroites. Quand je dis étroites, je parle des rues qui sont à double sens, mais où les voitures ne peuvent pas se croiser la moitié du temps. Reculer dans ce genre d’endroit pour laisser la voiture qui arrive en face n’est pas toujours des plus plaisants… surtout que la ligne droite n’existe pas vraiment. En réfléchissant pour aborder un lieu dans ce village, je me suis rendu compte qu’il était impossible de ne pas parcourir au moins une rue étroite. Ça m’a fait réaliser que je ne connais qu’un croisement où il y a ce problème dans le village où je vis. Je ne vais pas m’en plaindre. Par contre, les rues étroites du village voisin, je risque encore de les parcourir quelques fois… L’un des rares affûteurs de la région habite dans ce village! Cette fois, j’ai eu de la chance et je n’ai pas trop rencontré de voitures dans ces passages.

Dans un autre registre, je vous propose une recette de meringuettes. C’est la première fois que j’obtenais une texture qui me plait dans mes meringues maisons. J’ai pris cette recette dans le livre Noël et ses Friandises de Betty Bossi.

Meringuettes
Meringuettes
Pour 35 meringuettes*

2 blancs d’oeufs
1 pincée de sel
½ tasse ou 100 g de sucre

Meringuettes à la vanille
1 cuillère à thé d’extrait de vanille

Meringuettes aux noisettes
3 cuillères à soupe de noisettes moulues
1 cuillères à soupe de fécule de maïs ou de maïzena

Préchauffer le four à 100°C (215°F).

Dans un bol, fouetter les blancs d’oeufs avec le sel jusqu’à la formation de pics mous. Ajouter la moitié du sucre et fouetter jusqu’à ce que le mélange brille. Incorporer le sucre restant. Ajouter à ce moment l’extrait de vanille pour des meringuettes à la vanille. Fouetter de nouveau pendant quelques minutes.

Pour des meringuettes aux noisettes, omettre l’extrait de vanille. Mélanger les noisettes moulues et la fécule de maïs. À l’aide d’une spatule, incorporer délicatement ce mélange à la meringue.

Verser la meringue dans une poche à pâtisserie munie d’une douille lisse ou cannelée d’environ 8 mm (⅜ de pouce) de diamètre. Dresser selon l’envie sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin.

Enfourner et cuire pendant 2 heures dans la partie inférieure du four en entrouvrant la porte à l’aide du manche d’une spatule en bois. À la sortie du four, glisser les meringuettes avec le papier parchemin sur une grille pour les laisser refroidir totalement. Conserver dans une boîte qui ferme hermétiquement et déguster avec gourmandise dans les 3 semaines.

Et vous, êtes-vous un habitué des rues étroites?