Mot-clé : noisettes

Ski ou raquette?

En hiver, les écoles prévoient des sorties de neige. Selon la localisation, les activités sont différentes et elles peuvent se passer sous forme de camps ou sur une journée ou sur plusieurs journées distinctes. Mini-nous participe pour la première fois à ces multiples journées de neige et a choisi le ski sans hésitation. Pourtant, plusieurs camarades de classe ont choisi la raquette pour ces multiples journées. Bien que je me doutais que Mini-nous préférerait le ski, j’ai quand même eu peur de l’influence des autres lui fasse regretter son choix. Et bien non, Mini-nous ne se laisse pas influencer par les autres, était des plus motivé le matin de l’activité et a pleinement profité de cette journée de ski. En parlant avec une autre maman le matin de l’activité, elle m’a dit que son enfant se plaignait déjà d’avoir choisi la raquette…

Dans un autre contexte, je vous propose une recette qui n’a pas vraiment de lien avec la neige. Il s’agit de triangles aux noisettes et au café. J’ai pris cette recette dans un magazine des épiceries Volg.

Triangles aux noisettes et au café
Triangles aux noisettes et au café
Pour 70 triangles

Pâte
2⅓ tasses ou 325 g de farine
½ cuillère à thé de sel
⅔ de tasse moins 2 cuillères à thé ou 125 g de cassonade
  ou de sucre roux
1 tasse et 2 cuillères à soupe ou 250 g de beurre non salé*,
  froid

Garniture
2 blancs d’oeufs
⅔ de tasse ou 130 g de sucre
1¼ cuillère à thé de café soluble
1½ cuillère à soupe d’eau chaude
1 tasse ou 130 g de poudre de noisettes
2 cuillères à soupe de farine
½ tasse ou 150 g de confiture d’abricot tempérée**
¾ de tasse ou 100 g de noisettes entières,
  hachées grossièrement

Pâte
Dans un bol, mélanger la farine, le sel et la cassonade. Ajouter le beurre et l’incorporer à l’aide des doigts. Si la pâte à de la difficulté à se tenir quand elle est pressée entre les doigts, ajouter un peu plus de beurre. Répartir la pâte sur une plaque de cuisson chemisée de papier parchemin en une couche uniforme d’environ 7 mm (¼ de pouce) d’épaisseur. Réfrigérer pendant au moins 30 minutes

Préchauffer le four à 180°C (350°F) en chaleur statique (voûte et sole).

Enfourner et cuire la pâte pendant 20 à 25 minutes. Laisser tiédir la pâte pendant 15 à 20 minutes.

Garniture
Préchauffer le four à 180°C (350°F) en chaleur statique (voûte et sole).

Dissoudre le café dans l’eau chaude. Réserver.

Dans un bol, fouetter les blancs d’oeufs jusqu’à ce qu’ils forment des pics mous. Toujours en fouettant, ajouter graduellement le sucre. Ajouter le café, puis la poudre de noisettes ainsi que la farine. Réserver.

Étaler la confiture sur la pâte. Couvrir avec la préparation de blancs d’oeufs et de noisettes. Répartir les noisettes sur le dessus. Enfourner et cuire pendant 25 à 30 minutes.

Éteindre le four, puis entrouvrir la porte pour laisser refroidir la préparation.

Retirer du four et couper la pâte en triangle d’environ 6 cm (2⅜ pouces) de long. Conserver les triangles dans une boîte en fer ou une boîte qui ferme hermétiquement. Les biscuits se conservent pendant 3 à 4 semaines. Déguster avec plaisir.

*J’ai dû ajouter du beurre à la pâte, elle s’effritait et ne se tenait pas. Compter de 2 à 4 cuillères à soupe ou 27 g à 55 g de beurre supplémentaire.
**Vous pouvez également chauffer légèrement la confiture avant de l’étaler sur la pâte. Si vous voulez, vous pouvez aussi mixer la confiture pour avoir une texture uniforme.

Et vous, est-ce que vous préféré le ski ou la raquette?

Replonger dans les livres de recettes…

Je cherchais des recettes sur un thème précis et je me suis replongée dans mes livres de cuisine. J’en ai parcouru une bonne partie sans vraiment trouver ce que je voulais. Par contre, au passage, j’ai redécouvert des belles recettes que je me promets à chaque fois que je les vois de les essayer. C’est en feuilletant mes livres de Jean-François Plante que cela a été encore plus frappant. Combien de fois je me suis promis d’essayer tel ou tel dessert de ses livres? Je pense à chaque fois que j’en ouvrais un, mais souvent, je m’attardais à ses recettes salées. Cette fois, j’ai pris le temps de faire un de ses desserts qui s’est révélé des plus gourmands et qui ne comporte pas trop d’étape.

Je vous propose donc une recette de petits gâteaux moelleux aux noisettes, coeur au chocolat noir. Cette recette est issue de son livre Plaisirs coupables.

Petits gâteaux moelleux aux noisettes, coeur au chocolat noir
Petits gâteaux moelleux aux noisettes, coeur au chocolat noir
Pour 4 à 6 petits gâteaux

3 cuillères à soupe d’eau
3 cuillères à soupe ou 38 g de sucre
3 blancs d’oeufs
1 pincée de sel
¼ de cuillère à thé d’extrait de vanille
½ tasse ou 60 g de poudre de noisettes
2 cuillères à soupe ou 15 g de poudre d’amandes
2 cuillères à soupe ou 27 g de beurre
4 à 6 morceaux de chocolat noir*

Préchauffer le four à 140°C (285°F)**. Beurrer les alvéoles d’un moule à muffin et réserver.

Dans une petite casserole, verser le sucre et l’eau. Porter à ébullition et cuire jusqu’à ce qu’un thermomètre indique 120°C (250°F).

En parallèle, dans un grand bol, fouetter les blancs d’oeufs en neige avec la pincée de sel. Quand les blancs d’oeufs forment une neige ferme, ajouter en filet le sirop de sucre chaud toujours en fouettant la préparation. Incorporer la vanille et continuer de fouetter jusqu’à ce que le mélange refroidisse.

Incorporer la poudre de noisettes et la poudre d’amandes. Mélanger délicatement. Réserver.

Dans une petite poêle, faire fondre le beurre et le cuire jusqu’à ce qu’il dégage une odeur de noisettes. Verser le beurre sur la préparation de blancs d’oeuf et mélanger.

Répartir la moitié de la pâte dans les moules à muffins. Déposer un morceau de chocolat et recouvrir avec le restant de pâte. Enfourner et cuire pendant 30 à 35 minutes.

Laisser refroidir avant de démouler. Si les gâteaux ont totalement refroidi, il est possible de les passer au four à 180° (350°F) pendant 8 à 10 minutes pour que le coeur chocolaté soit de nouveau coulant. Servir et déguster avec gourmandise.

*Vous pouvez utiliser un chocolat au lait, un chocolat contenant des noisettes ou des amandes, un chocolat noir à la fleur de sel, etc. Utilisez un chocolat que vous aimez.
**J’ai augmenté la température du four par rapport à la recette du livre : 120°C (250°F) me semblait peu pour obtenir une belle coloration. Je ne sais pas s’il y a une erreur dans la recette d’origine, mais n’hésitez pas à cuire vos gâteaux à 140°C (284°F) ou plus en surveillant la cuisson. C’est vous qui connaissez le mieux votre four.

Pensez à vous replonger dans vos livres de cuisine, il y a toujours de bonnes surprises!

De Noël à Pâques…

Pour Pâques, je ne sais pas si je vais préparer un dessert pour l’occasion. J’avoue que je n’y ai pas trop réfléchi. Ma première idée serait de réaliser une tarte cocotte selon Ricardo. En regardant mes recettes, j’ai revu ma bûche de Noël que je n’avais pas encore publiée. En la voyant, je me suis dit qu’elle irait très bien sur une table pour Pâques… Je crois aussi qu’avec un peu d’imagination, on pourrait transformer ce dessert en lapin : des oreilles en carton ou en pâte d’amandes, un bonbon rose pour faire le nez, deux pastilles au chocolat pour faire les yeux et un peu plus de ganache montée à une extrémité pour faire la queue du lapin. Il faudra que je tente l’expérience, mais ce ne sera pas pour cette année.

En attendant, je vous propose cette entremet sans moule que vous pouvez ou non tenter de transformer en lapin. Il s’agit la recette pirouette cacahuètes tirée du livre Bûches de Christophe Felder et Camille Lesecq.

Entremet pirouette cacahuètes
Entremet pirouette cacahuètes
Pour 12 personnes

Ganache montée à la vanille
3 cuillères à thé de gélatine en poudre ou 3 de feuille
  de gélatine (6g)
¾ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 200 g de lait
1½ cuillère à thé ou 10 g de sirop de maïs ou de glucose
1 gousse de vanille*
245 g (8¾ onces) de chocolat blanc
1⅔ de tasse ou 410 g de crème à 35 % ou entière

Succès noisette vanille
½ tasse ou 125 g de blancs d’oeufs
½ tasse ou 100 g de sucre
½ tasse ou 60 g de poudre de noisettes
½ de cuillère à thé de vanille en poudre*
6 cuillères à soupe ou 60 g de sucre glace

Pâte vanille Kipferl
3 cuillères à soupe ou 35 g de sucre
¼ de gousse de vanille
½ tasse et 2 cuillères à thé ou 120 g de beurre non salé,
  tempéré
1 tasse ou 140 g de farine
½ tasse ou 60 g de poudre d’amandes ou de noisettes
1 cuillère à thé d’extrait de vanille

Caramel à la fleur de sel
¾ tasse ou 100 g de sucre
2½ cuillère à thé ou 15 g de sirop de maïs ou de glucose
3 cuillères à soupe et 1 cuillère à thé ou 50 g de crème 35 %
  ou entière, tiède
½ gousse de vanille
¾ de cuillère à thé ou 2 g de fleur de sel
⅓ de tasse et 1½ cuillère à thé ou 80 g de beurre non salé,
  froid

Arachides caramélisées
3½ cuillères à soupe ou 40 g de sucre
4 cuillères à thé ou 20 g d’eau
⅔ de tasse ou 100 g d’arachides grillées et salées

Ganache montée à la vanille
Hydrater la gélatine : si elle est en poudre, verser 3 cuillères à soupe d’eau froide dans un petit bol puis saupoudrer la gélatine, mélanger et laisser gonfler; si elle est en feuille, la déposer dans un bol rempli d’eau froide et la laisser tremper pendant 5 minutes.

Hacher finement le chocolat blanc et le déposer dans un bol.

Dans une petite casserole, chauffer le lait, le sirop de maïs, la gousse de vanille fendue en deux et les grains prélevés. Porter à ébullition et ajouter la gélatine (bien essorer si elle est en feuilles). Retirer la casserole du feu et verser le liquide chaud en trois fois sur le chocolat blanc. Quand le mélange est homogène, ajouter la crème. Couvrir et réfrigérer pendant 8 heures ou toute une nuit.

Succès noisette vanille
Préchauffer le four à 150°C (300°F). Tapisser de papier parchemin une plaque de cuisson.

Dans un bol, fouetter les blancs d’oeufs en neige. Quand les blancs d’oeufs sont bien mousseux, ajouter graduellement le sucre et fouetter jusqu’à ce que le mélange soit bien ferme. Incorporer la poudre de noisettes et la vanille. Mélanger délicatement. Verser la pâte dans une poche à pâtisserie munie d’une douille lisse d’environ 10 mm (⅜ de pouce) de diamètre. Sur la plaque de cuisson préparée, pocher un boudin de pâtes de 22 cm (9 pouces) de longs. Répéter l’opération en collant 2 boudins de pâte. Refaire les mêmes formes avec le surplus de pâte. Enfourner et cuire pendant 1 heure. Laisser totalement refroidir le succès avant des les manipuler.

Pâte vanille Kipferl
Préchauffer le four à 170°C (340°F).

Dans un robot culinaire muni d’une lame en « s », verser le sucre et la gousse de vanille. Mixer pour obtenir un sucre très vanillé. Tamiser le sucre dans un bol. Ajouter le beurre, la farine, la poudre d’amandes et l’extrait de vanille. Mélanger ensemble jusqu’à ce que le tout forme une pâte homogène. Abaisser la pâte sur une épaisseur de 5 mm et former un rectangle d’environ 8 cm par 22 cm (3¼ pouces par 9 pouces). Déposer sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Enfourner et cuire pendant 20 minutes.

Caramel à la fleur de sel
Dans une casserole, verser le sucre et le sirop de maïs. Chauffer à feu moyen-doux jusqu’à ce que le sucre ait une teinte ambré. Ajouter la crème tiède et la gousse de vanille (fendue en deux et les grains grattés). Brasser jusqu’à ce que le caramel soit homogène. Vérifier la température du caramel, il doit être à 106°C (222-223°F). Retirer la casserole du feu et ajouter la fleur de sel, puis le beurre froid. Bien mélanger. Verser le caramel dans un pot et le fermer. Conserver à température ambiante jusqu’à son utilisation.

Arachides caramélisées
Sur une plaque de cuisson, étaler un papier parchemin.

Dans une casserole, verser l’eau et le sucre. Porter à ébullition et cuire jusqu’à ce qu’un thermomètre indique 118°C (244°F). Ajouter les arachides. Mélanger jusqu’à ce que le sucre se cristallise sur les arachides et prenne une couleur dorée. Verser sur la plaque préparée en essayant de séparer le plus possible les arachides sans vous brûler.

Montage
Sur une assiette de présentation, déposer la pâte vanille Kipferl et le couvrir d’une fine couche de caramel, puis déposer un succès à 2 boudins. Garnir le dessus du succès de caramel et garnir d’arachides caramélisées. Déposer un succès à 1 boudin et le couvrir d’un peu de caramel. Garnir d’arachides caramélisées. Placer le tout au congélateur pendant 30 minutes.

Dans un bol, verser la préparation de la ganache. Fouetter doucement jusqu’à ce que le mélange forme une crème chantilly qui se tient bien. Verser le mélange dans une poche à douille munie d’une douille lisse d’environ 10 mm (⅜ de pouce) de diamètre.

Sortir le gâteau du congélateur et le recouvrir de ganache montée en pochant de petites boules sur tous les côtés. Placer l’entremet au réfrigérateur ou au congélateur** s’il doit patienter plus de deux jours. Servir et déguster avec gourmandise.

*Vous pouvez remplacer les gousses de vanilles ou la poudre de vanille par de l’extrait de vanille ou de la pâte de vanille.
**Si l’entremet a été placer au congélateur, il faut le sortir du congélateur et le placer au réfrigérateur au moins 12 heures avant de le servir.

Et vous, avez-vous un dessert pour Pâques en tête?

Luné

Hier, j’étais contente de moi, j’avais réussi à cocher pas mal de choses sur ma liste de tâches. Le soir un peu avant d’aller me coucher, je réfléchissais à ce qui m’attendait le lendemain et je me disais qu’il y avait beaucoup de choses de prévues. C’est en voyant mon ordinateur que je me suis dit que j’en aurai même une de plus : j’ai oublié mon article! Le pire, c’est que j’y avais pensé dans la journée et que je savais exactement quelle recette allait être à l’honneur.

En ce jeudi, je vous propose donc une recette de carrés. J’ai pris cette recette sur le site de Trois fois par jour. J’avais apporté ce dessert chez des proches et nous avons tous adoré. Même si la recette contient beaucoup de caramel, elle est étonnamment peu sucrée.

Carrés au caramel, au chocolat et aux noisettes
Carrés au caramel, au chocolat et aux noisettes
Pour 16 carrés

Croûte
1 tasse ou 100 g de chapelure de biscuits Graham
  ou Digestives
½ tasse ou 67 g de noisettes entières
¼ de tasse ou 50 g de cassonade ou de sucre roux
¼ de tasse ou 55 g de beurre non salé, fondu
1 oeuf

Garniture au caramel
2 oeufs
½ tasse ou 130 g de yogourt grec nature
½ tasse ou 70 g de farine
¾ de tasse ou 240 g de caramel*

Glaçage au chocolat
100 g (3½ onces) de chocolat noir
¼ de tasse ou 80 g de caramel
16 noisettes entières, pour décorer

Croûte
Préchauffer le four à 180°C (350°).

Étaler les noisettes sur une plaque de cuisson et enfourner pendant 8 minutes. À la sortie du four, si désiré, déposer les noisettes dans un linge et les frotter pour enlever la peau des noisettes. Hacher grossièrement les noisettes et les laisser totalement refroidir.

Préchauffer de nouveau le four à 180°C (350°). Beurrer et chemiser de papier parchemin une moule carré d’environ 20 à 23 cm (8 à 9 pouces) de côté.

Dans un bol, mélanger la chapelure de biscuits Graham, les noisettes hachées et la cassonade. Ajouter le beurre fondu et l’oeuf. Presser ce mélange dans le fond du moule. Réserver.

Garniture au caramel
Dans un autre bol, mélanger les oeufs, le yogourt, la farine et le caramel. Verser ce mélange sur la croûte. Enfourner et cuire pendant 30 minutes.

À la sortie du four, laisser tiédir au moins 30 minutes avant de poursuivre.

Glaçage au chocolat
Hacher le chocolat et le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat au bain-marie. Quand le chocolat est fondu, ajouter le caramel. Verser ce mélange sur le gâteau en veillant à le répartir uniformément.

Décorer avec les noisettes en formant quatre lignes de quatre noisettes.

Au moment de servir, découper le gâteau en 16 carrés et déguster avec gourmandises.

*Il faut utiliser un caramel à tartiner : vous pouvez le réaliser vous-même ou utilisez un du commerce. Si le caramel est trop dense, déposer le pot de caramel dans un plat contenant de l’eau chaude pour le faire ramollir et pouvoir ainsi le travailler plus facilement.

Bon jeudi!

L’autre…

Voilà les compagnons des Garibaldi : les brunsli! Pour ces biscuits, j’ai oublié par moment d’écrire le « r » et d’autre fois, le « s ». Il faut dire que ces biscuits se nomment également « bruns de Bâle ». Je ne sais pas pourquoi je me suis tant embrouillée avec ce nom. Même si j’avais les deux noms en tête, l’orthographe des mots reste similaire.

Pour cette recette, je vous propose deux méthodes pour les préparer ainsi que deux saveurs. Vous pouvez intervertir les méthodes à votre convenance. J’ai trouvé cette recette sur le site de Swissmilk.

Brunsli
Brunsli
Pour 60 biscuits de chaque couleur

Brunsli traditionnel
1½ tasses et 2 cuillères à soupe ou 250 g de poudre
  d’amandes
1½ tasses à soupe ou 250 g de poudre de noisettes
2 tasses ou 400 g de sucre
200 g (7 onces) de chocolat noir
¼ de tasse ou 35 g de farine
¼ de tasse ou 26 g de cacao en poudre
2 pincées de cannelle moulue
4 blancs d’oeufs
2 ou 3 cuillères à soupe de kirsch*

Brunsli blancs
3 tasses et 2 cuillères à soupe ou 500 g de poudre d’amandes
2 tasses ou 400 g de sucre
200 g (7 onces) de chocolat blanc
6 cuillère à soupe ou 52 g de farine
4 blancs d’oeufs
2 ou 3 cuillères à soupe de Williamine ou de whisky**

Sucre supplémentaire

Brunsli traditionnel
Dans un bol, mélanger la poudre d’amandes, la poudre de noisettes, le sucre, la farine, le cacao et la cannelle.

Hacher le chocolat noir et le déposer dans un bol. Au bain-marie, faire fondre le chocolat. Lorsque le chocolat est totalement fondu, retirer le bol du bain-marie et réserver.

Dans un autre bol, fouetter les blancs d’oeufs jusqu’à ce qu’ils forment des pics fermes. Incorporer le mélange de poudre d’amandes et de poudre de noisettes. Ajouter le chocolat fondu, puis le kirsch.

Sur un plan de travail saupoudré de sucre***, abaisser la pâte sur une épaisseur d’environ 1 cm (⅜ de pouce). Découper la pâte à l’aide d’un emporte-pièce ou d’un couteau. Déposer les biscuits sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin et laisser sécher à température ambiante pendant toute une nuit, soit environ 12 heures.

Brunsli blancs
Râper le chocolat blanc et le déposer dans un bol. Ajouter la poudre d’amandes, le sucre et la farine. Former un puits au centre des ingrédients et y verser les blancs d’oeufs ainsi que la Williamine. Mélanger le tout pour former une pâte qui se tient. Emballer dans une pellicule plastique et réfrigérer pendant au moins 1 heure.

Sur un plan de travail saupoudré de sucre***, abaisser la pâte sur une épaisseur d’environ 1 cm (⅜ de pouce). Découper la pâte à l’aide d’un emporte-pièce ou d’un couteau. Déposer les biscuits sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin et laisser sécher à température ambiante pendant toute une nuit, soit environ 12 heures.

Cuisson

Préchauffer le four à 220°C (430°F).

Enfourner une plaque de biscuits à la fois et cuire pendant 4 à 6 minutes. Si désiré, saupoudrer les biscuits de sucre. Déposer les biscuits sur une grille et les laisser totalement refroidir. Conserver dans une boîte qui ferme hermétiquement, ces biscuits peuvent se conserver 1 mois. Déguster avec gourmandise.

*Il est possible de remplacer le kirsch par un autre alcool ou de l’eau.
**Pour les brunsli blancs, il est également possible de remplacer l’alcool par de l’eau. Si vous utilisez de l’eau, ajouter un peu d’extrait de vanille ou des épices de votre choix à la pâte pour la parfumer.
***Il est possible d’abaisser la pâte entre deux feuilles de papier parchemin… c’est moins salissant de cette manière.

Et vous, connaissiez-vous les brunsli?