Mot-clé : cannelle

Envie de la brioche de ma maman…

Il y a quelques temps, j’ai eu envie de manger une brioche selon la recette de ma mère. Je fouille un peu et je tombe sur la recette en question. La recette est issue d’un livre de cuisine et plutôt que de la recopier (surtout qu’il y avait plusieurs recettes qui m’intéressaient), j’ai fait une photo avec mon natel (cellulaire, smartphone, etc.)… Sauf que je ne me suis pas rendu compte que la recette de la pâte était sur une autre page du livre et évidemment, je ne l’ai pas photographiée. Je me suis dit tant pis et que j’attendrais d’aller voir mes parents pour recopier la recette… je pensais y aller cet été, mais ça me semble sérieusement compromis.

En attendant que je demande la recette à ma mère, je vous propose une autre recette de brioche : une recette sans oeufs et sans produits laitiers. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 18, numéro 4. Comme à la maison, je n’ai pas des grands fans de caramel, j’ai également improvisé une garniture au chocolat.

Brioches au caramel sans oeufs ni produits laitiers
Brioches au caramel ou au chocolat sans oeufs ni produits laitiers
Pour 6 à 8 personnes*

Brioches
2 cuillères à soupe ou 30 g d’eau tiède
¾ de cuillère à thé de levure sèche
1¾ tasse à soupe ou 245 g de farine
2 cuillères à soupe ou 25 g de sucre
½ cuillère à thé de sel
1 boîte de 200 ml ou 200 g de lait de coco léger
½ cuillère à thé de vanille
¼ de tasse ou 58 g d’huile de coco vierge

Garniture au caramel**
2¼ cuillères à thé d’huile de coco vierge, fondue
5 cuillères à soupe ou 63 g de cassonade ou de sucre roux
2 cuillères à soupe ou 43 g de sirop d’érable
¼ cuillère à thé de cannelle moulue

Garniture au chocolat**
2 cuillères à soupe de tasse ou 19 g d’huile de coco vierge
5 cuillères à soupe ou 63 g de sucre
1 cuillère à soupe ou 7 g de cacao
¼ de tasse ou 50 g de pépites de chocolat noir***

Brioches
Dans un petit bol, mélanger l’eau et la levure. Laisser reposer pendant 5 minutes.

Dans un bol d’un robot pâtissier ou un grand bol, verser 1½ tasse ou 210 g de farine, le sucre et le sel. Ajouter l’eau contenant la levure, le lait de coco et la vanille. Mélanger pour obtenir une pâte homogène. Incorporer l’huile de coco et pétrir pendant 5 minutes. Ajouter le restant de farine et pétrir juste assez pour l’incorporer. Couvrir le bol contenant la pâte d’une pellicule plastique et réfrigérer pendant 8 heures ou toute une nuit.

Garniture au caramel
Dans un bol, mélanger l’huile de coco fondue, la cassonade, le sirop d’érable et la cannelle. Réserver.

Garniture au chocolat
Dans un bol, mélanger l’huile de coco, le sucre et le cacao. Réserver

Assemblage de la brioche
Badigeonner d’huile de coco vierge un moule d’environ 23 cm (9 pouces) de diamètre ou de 23 cm par 16 cm (9 pouces par 6,5 pouces) ou de 20 cm par 20 cm (8 pouces par 8 pouces).

Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser la pâte en un rectangle d’environ 30 cm par 20 cm (12 pouces par 8 pouces). Placer le côté le plus large face à soi. Sur la moitié de la pâte, étaler la garniture au cacao et saupoudrer le chocolat de ce côté. Sur l’autre moitié de la pâte, étaler la garniture au caramel****. Rouler la pâte en un cylindre. Couper la pâte en 6 ou 8. Répartir les brioches dans le moule, côté coupé vers le haut. Couvrir d’un linge propre et légèrement humide. Laisser lever dans un endroit à l’abri des courants d’air pendant 45 minutes ou jusqu’à ce que la pâte ait doublée de volume.

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Enfourner et cuire pendant 35 minutes ou jusqu’à ce que les brioches soient bien dorées. À la sortie du four, passer une fine lame entre la brioche et la parois du moule. Placer une grande assiette de service et retourner le tout pour démouler la brioche. Retirer le moule et laisser tiédir 15 minutes avant de servir. Déguster avec gourmandise.

*Pour plus de brioches, vous pouvez doubler la recette. Dans ce cas, abaisser la pâte à brioche en un carré d’environ 33 cm (13 pouces) de côté.
**Vous voulez une brioche que au chocolat ou qu’au caramel? Doublez simplement les quantités de la garniture qui vous intéresse.
***Je vous propose d’utiliser du chocolat noir, mais libre à vous de prendre du chocolat au lait, blanc, blond ou de faire une mélange de plusieurs chocolats.
****Si désiré, vous pouvez ajouter des noix de votre choix à cette étape.

Et vous, est-ce qu’il vous arrive de ne pas retrouver une recette de famille?

Exploration du congélateur…

L’inventaire de mon congélateur est assez à jour puisque je l’ai fait en février. De manière globale, il n’y a pas beaucoup de plat à réchauffer. Cependant, il est toujours garni de fruits à cuisiner, il y a aussi de la purée de dattes et de citrouille. C’est comme ça qu’en plein mois d’avril, on peut se retrouver à préparer des biscuits à la citrouille… C’est tellement de saison!

Si vous avez de la purée de citrouille ou d’une autre courge dans votre congélateur, vous pouvez préparer ces biscuits. Cette recette de biscuits à la citrouille vient du site de Savourer.

Biscuits à la citrouille et aux flocons d'avoine
Biscuits à la citrouille et aux flocons d’avoine
Pour 18 biscuits

⅓ de tasse ou 73 g de beurre non salé
1 tasse ou 250 g de purée de citrouille
⅔ de tasse ou 133 g de cassonade ou de sucre roux
1 oeuf
2 tasses ou 320 g de gros flocons d’avoine
½ tasse ou 70 g de farine de blé entier
2 cuillères à thé de cannelle moulue
½ cuillère à thé de muscade moulue
Zeste d’une orange (facultatif)
1 pincée de sel
⅓ de tasse ou 53 g de pépites de chocolat

Préchauffer le four à 180°C (350°F). Tapisser une plaque de cuisson de papier parchemin.

Dans une casserole, faire fondre le beurre. Verser le beurre fondu dans un grand bol et laisser tiédir 5 minutes.

Au beurre, ajouter la purée de citrouille, la cassonade et l’oeuf. Incorporer les flocons d’avoine, la farine, la cannelle, la muscade, le sel et le zeste d’orange. Bien mélanger le tout.

Façonner environ 18 biscuits et les déposer sur la plaque de cuisson. Répartir les pépites de chocolat sur les biscuits*. Enfourner et cuire les biscuits pendant 15 à 17 minutes. Laisser tiédir. Pour une meilleure conservation des biscuits, les garder au réfrigérateur. Déguster les biscuits avec gourmandise.

*Vous pouvez également incorporer les pépites de chocolat à la pâte.

Bonne exploration!

Coupée…

J’ai été coupée dans mon élan! En écrivant cet article, il y a eu un petit problème au moment de l’enregistrer. J’ai figé et mon cerveau est devenu vide. Je ne sais plus ce que je voulais vous raconter… et comme je suis légèrement pressée, je ne vais pas m’attarder plus longtemps sur la question.

Cette fois, je vous propose une recette toute simple cuit sur une plaque : du poulet à la jerk. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 17, numéro 7.

Plaque de poulet à la jerk
Plaque de poulet à la jerk
Pour 3 personnes

1 gousse d’ail
½ cuillère à soupe de gingembre frais haché
1½ cuillère à soupe d’huile d’olive
1 cuillère à soupe de sauce soja
1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre
1 cuillère à soupe de cassonade
1 cuillère à thé de sauce Tabasco
1 cuillère à thé de piment de la Jamaïque moulu
¼ cuillère à thé de thym frais
2 pincées de cannelle moulue
300 g de poitrines de poulet ou de hauts de cuisses de poulet
  désossés
3 pommes de terre

Préchauffer le four à 220°C (425°F). Tapisser de papier parchemin une plaque de cuisson.

Dans un bol, mélanger l’ail, le gingembre, l’huile d’olive, la sauce soja, le vinaigre de cidre, la cassonade, la sauce Tabasco, le piment de la Jamaïque, le thym et la cannelle.

Peler et couper en gros cubes les pommes de terre. Enrober les pommes de terre du mélange d’épices, les égoutter et les déposer sur un des côtés de la plaque de cuisson.

Couper le poulet en morceaux et l’enrober avec le mélange d’épices. Verser sur la plaque et enfourner. Cuire pendant 40 minutes ou jusqu’à ce que le poulet soit cuit et les pommes de terre bien dorées. Après 20 minutes de cuisson*, remuer le poulet et les pommes de terre.

Servir et déguster avec plaisir.

*Si vous le désirez, pour les 20 dernières minutes de cuisson, vous pouvez ajouter des légumes pour compléter votre repas : du chou-fleur, des gros morceaux de courgettes, etc.

Mijoté coloré!

Quand je prépare un mijoté ou un ragoût, je ne suis pas très créative. À la maison, nous aimons ces plats avec une base de vin et de bouillon de boeuf. Pour les aromates, j’opte souvent pour le thym et le romarin. Bref, je n’ai jamais cherché à faire autrement. Pourtant en changeant quelques éléments, nous pouvons obtenir un mijoté des plus colorés qui égaye les journées grisâtres de l’hiver.

Aujourd’hui, je vous propose une recette d’osso buco de porc aux épices et au jus de carottes. Votre plat aura une belle teinte jaune bien lumineuse. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 17, numéro 8.

Osso buco de porc aux épices et au jus de carottes
Osso buco de porc aux épices et au jus de carottes
Pour 3 personnes

400 g de tranches de jarrets de porc*
2 cuillères à soupe ou 28 g de beurre
3 oignons
2 tasses ou 500 g de bouillon de poulet
1 tasse ou 250 g de jus de carottes
½ cuillère à soupe de curry
½ bâton de cannelle
½ citron
Sel et poivre

Émincer les oignons. Couper le citron en rondelles.

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans une cocotte allant au four, faire fondre le beurre. Quand le corps gras est bien chaud, saisir la viande de tous les côtés. Quand la viande est bien colorée la réserver sur une assiette. Saler et poivrer la viande.

Dans la même cocotte, ajouter les oignons. Les cuire jusqu’à ce qu’ils soient fondants et qu’ils soient bien colorés. Verser le bouillon de poulet et le jus de carottes. Ajouter le curry, le bâton de cannelle et les rondelles de citron. Remettre la viande dans la cocotte et porter à ébullition. Saler et poivrer.

Quand le mélange bout, couvrir et enfourner pendant 2 heures. Retirer le couvercle et poursuivre la cuisson pendant 30 minutes à 1 heure ou jusqu’à ce que la viande se défasse facilement à l’aide d’une fourchette. Servir la viande en l’arrosant du jus de cuisson. Déguster avec plaisir.

*Si vous préférez, vous pouvez réaliser cette recette avec des jarrets d’agneau.

Et vous, est-ce que vous réalisez des mijotés colorés?

Plus vraiment une bûche…

Depuis quelques années, je ne prépare plus mon dessert de Noël sous forme de bûche, car mon moule est un peu trop petit! J’utilise toujours mon moule pour les repas où nous sommes moins nombreux. Donc, je privilégie souvent un moule rond tout simple… De plus, je peine avec les glaçages pour qui soient bien uniformes… un léger manque de pratique.

Sans plus attendre, je vous propose la recette de mon entremet de Noël 2019 à la vanille et à la clémentine. Cette fois, j’ai eu envie d’utiliser la clémentine et j’ai été surprise de voir à quel point elle est peu utilisée dans les desserts. Pourtant, son parfum se marie merveilleusement avec la saison des fêtes… et elle est encore d’actualité en cette saison « froide ». Pour les composantes de mon entremet, je me suis inspirée du namelaka et la mousse au mascarpone de J’en reprendrai bien un bout. J’ai pris l’idée du gâteau chez Anne-Sophie, Fashion Cooking. Pour le glaçage, j’ai utilisé une recette de l’Encyclopédie du chocolat.

Entremet à la clémentine et à la vanille
Entremet à la clémentine et à la vanille
Pour 10 à 14 personnes

Namelaka à la vanille et à la clémentine
¼ tasse ou 60 g de lait
½ gousse de vanille
Zeste de 2 clémentines
¾ de cuillère à thé de gélatine en poudre
  ou 1 feuille de gélatine (2 g)
100 g (3½ onces) de chocolat blanc
½ tasse ou 125 g de crème à fouetter ou entière, froide

Crémeux à la clémentine
3 oeufs
½ tasse et 1 cuillère à soupe ou 140 g de jus de clémentines
2 cuillères à soupe ou 30 g de jus de citron
½ tasse ou 100 g de sucre
⅓ de tasse ou 70 g de beurre non salé
3 cuillères à soupe ou 22 g de fécule de maïs ou de maïzena
Zeste de 3 ou 4 clémentines
Zeste de 1 citron

Praliné croustillant
25 g (1 once) de chocolat blanc
⅓ de tasse ou 125 g de praliné*
¾ de tasse et 2 cuillères à soupe ou 70 g de Gavottes
  ou de biscuits dentelles émiettés**

Gâteau
¼ de tasse ou 53 g d’huile végétal
⅓ de tasse ou 67 g de sucre
½ cuillère à thé d’extrait de vanille
1 oeuf
⅓ de tasse ou 83 g de crème fraîche ou de crème sure***
2½ cuillères à soupe ou 40 g de lait
5 cuillères à thé ou 34 g de sirop d’érable
¾ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 115 g de farine
¾ de cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
1 pincée de bicarbonate de soude ou de sodium
¼ de cuillère à thé de cannelle moulue
¼ de tasse ou 34 g de pacanes ou de noix de pécan
  concassées
1 pincée de sel

Mousse au mascarpone
250 g (9 onces) de mascarpone
¼ de tasse ou 85 g de lait concentré sucré
1 cuillère à thé d’extrait de vanille
½ tasse ou 125 g de crème à fouetter ou de crème entière

Glaçage
80 g (3 onces) de chocolat noir à environ 70 % de cacao
180 g (6¼ onces) de gianduja
⅔ de tasse et 2 cuillères à thé ou 175 g de crème à fouetter
  ou entière
8 cuillères à thé ou 40 g d’eau
4½ cuillères à thé ou 30 g de sirop de maïs ou de glucose
2 cuillères à soupe ou 25 g d’huile végétale neutre

Namelaka à la vanille et à la clémentine
Couper la gousse de vanille en deux. Gratter les grains. Dans une petite casserole, verser le lait et ajouter la gousse ainsi que les grains de vanille. Porter à ébullition. Dès que le lait bout, retirer du feu et ajouter les zestes de clémentine. Couvrir et laisser infuser pendant 1 heure.

Chemiser le fond et la parois de papier parchemin un moule à charnière d’environ 18 cm (7 pouces) de diamètre.

Dans un bol, faire gonfler la gélatine en poudre dans 1 cuillère à soupe d’eau froide ou faire tremper les feuilles de gélatine dans un bol d’eau froide.

Hacher le chocolat blanc et le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat au bain-marie. Retirer le chocolat du bain-marie quand il est totalement lisse.

Dans une casserole, porter de nouveau le lait à ébullition. Dès que le liquide bout, ajouter la gélatine (bien l’essorer si la gélatine est en feuilles) et mélanger pour la dissoudre. Verser le liquide en trois fois sur le chocolat en mélangeant bien entre chaque ajout. Incorporer la crème froide. Verser le mélanger dans le moule et réserver au congélateur pendant au moins 6 heures.

Crème à la clémentine
Chemiser le fond et la parois de papier parchemin un moule à charnière d’environ 18 cm (7 pouces) de diamètre.

Dans une casserole, mélanger le sucre, la fécule de maïs et les oeufs. Ajouter les zestes d’agrumes, le jus de clémentines et le jus de citron. Sur un feu doux, cuire le mélange en brassant continuellement jusqu’à ce que le mélange épaississe.

Quand la crème à la clémentine a épaissi, retirer la casserole du feu et ajouter le beurre en plusieurs fois en brassant bien entre chaque ajout. Verser la crème dans un moule, couvrir d’une pellicule plastique au contact et placer au congélateur pendant au moins 6 heures.

Croustillant au praliné
Hacher le chocolat blanc et le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat. Retirer le bol du bain-marie quand le chocolat est totalement fondu. Incorporer le praliné, puis les Gavottes (ou les biscuits dentelles). Verser la préparation sur une feuille de papier parchemin. Couvrir d’une seconde feuille de papier parchemin et à l’aide d’un rouleau à pâte étaler la préparation sur une épaisseur d’environ 3 mm (⅛ de pouce). Réserver au congélateur.

Gâteau
Préchauffer le four à 160°C (320°F). Tapisser une plaque de cuisson de papier parchemin.

Dans un bol, mélanger l’huile, le sucre, l’extrait de vanille et l’oeuf jusqu’à ce que la préparation soit homogène.

Dans un petit bol, mélanger la crème épaisse, le lait et le sirop d’érable. Réserver.

Dans un autre bol, mélanger la farine, la poudre à pâte, le bicarbonate de soude, la cannelle et le sel.

Dans le bol contenant l’huile, incorporer la préparation de farine en alternant avec la préparation de crème. Puis ajouter à la pâte les pacances. Verser la pâte sur la plaque de cuisson et étaler sur environ 1 cm (⅜ de pouce) d’épaisseur. Enfourner et cuire pendant 15 à 20 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre du gâteau en ressorte propre. Laisser totalement refroidir le gâteau.

Mousse au mascarpone
Dans un bol, fouetter le mascarpone. Ajouter le lait concentré sucré et fouetter jusqu’à ce que le mélange soit très dense. Ajouter l’extrait de vanille.

Dans un autre bol, fouetter la crème jusqu’à ce qu’elle formes des pics souples. Incorporer délicatement la crème fouettée au mascarpone. Réserver au frais.

Montage
Chemiser le fond et la parois de pellicule plastique un moule à charnière d’environ 20 cm (8 pouces) de diamètre.

Dans le gâteau, découper un rond légèrement plus petit que le diamètre du moule. Dans le praliné croustillant, découper un cercle d’environ 18 cm (7 pouces) de diamètre.

Dans le fond du moule, déposer le gâteau et couvrir d’une fine couche de mousse au mascarpone. Placer le disque de praliné croustillant et le couvrir d’une fine couche de mousse au mascarpone. Déposer le disque de crémeux à la clémentine et couvrir d’une couche de mousse au mascarpone. Enfoncer dans la mousse le disque de namelaka. Verser le restant de mousse au mascarpone et égaliser la surface. Placer au congélateur pendant au moins 12 heures. Après cette étape, il est possible de conserver l’entremet pendant un mois, voire plus, au congélateur.

Glaçage
Hacher le chocolat et le gianduja, puis les déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le tout au bain-marie. Quand le tout est bien lisse, retirer du bain-marie.

En parallèle, dans une casserole, porter à ébullition la crème, l’eau et le sirop de maïs. Quand le mélange bout, le retirer du feu. Verser en trois fois la crème chaude sur les chocolats en mélangeant bien entre chaque ajout. Ajouter l’huile et mélanger, si possible, avec un pied-mélangeur en veillant bien à ne pas incorporer d’air. Laisser le glaçage refroidir jusqu’à 37°C (98°F).

Recouvrir une plaque de cuisson de papier parchemin et y déposer une grille à pâtisserie.

Sortir l’entremet du congélateur et retirer les pellicules plastiques. Déposer l’entremet sur la grille, le gâteau en contact avec la grille. Verser doucement le glaçage en veillant à ce qu’il recouvre toute la surface de la bûche. Laisser le glaçage s’égoutter pendant quelques minutes, puis déplacer l’entremet sur une assiette de présentation. Réserver au réfrigérateur pendant 10 à 12 heures avant de servir. Sortir l’entremet à température ambiante 30 minutes avant de la déguster. Savourer avec gourmandise.

*Le praliné est une pâte obtenue en broyant des amandes ou des noisettes (ou un mélange des deux) enrobées de sucre caramélisé comme ici. Il est possible de remplacer le praliné par une pâte à tartiner aux noisettes.
**Si vous ne trouvez pas biscuits Gavottes ou dentelles, remplacez-les par des céréales de riz soufflé de style Rice Krispies.
***Si vous n’avez pas de crème fraîche ou de crème sure sous la main, vous pouvez remplacer par la même quantité de crème à laquelle vous mélangez 1 cuillère à thé de jus de citron ou de vinaigre.

Et vous, avez-vous déjà préparé un dessert avec de la clémentine?