Mot-clé : cannelle

La graisse végétale…

Depuis mon enfance, j’ai toujours adoré les brioches à la cannelle. Il faut dire que celle de ma mère avec des pacanes ou des noix est sans doute ma préférée! Malheureusement, je n’arrive pas à la faire aussi bien… C’est l’inconvénient d’habiter à l’étranger : certains ingrédients ne sont pas comparables. Dans les pâtes à pain ou à brioche de ma famille, il y a souvent du « shortening », soit de la graisse végétale. Je ne sais pas pourquoi, mais en Suisse, je trouve qu’elles ont souvent une odeur et un goût rance alors que la date de péremption est loin et que j’ouvre le pot que pour la recette. Ne me dites pas d’utiliser du beurre : ça n’apporte pas le même moelleux et la brioche sèche beaucoup plus vite. Pour l’instant, ma meilleure solution est d’utiliser de la graisse de coco ou de l’huile de coco, le goût s’approche, mais ce n’est pas encore ça.

En attendant de retenter ma recette de famille, je vous propose une recette de brioches à la cannelle au beurre noisette qui a bien satisfait ma gourmandise. J’ai trouvé cette recette sur le blog de Valérie, I love cakes.

Brioches à la cannelle au beurre noisette
Brioches à la cannelle au beurre noisette
Pour 9 brioches

Pâte à brioche
1 cuillère à thé de levure sèche
½ tasse ou 125 g de lait
2 cuillères à soupe ou 25 g de sucre
1 tasse et 1½ cuillère à soupe ou 150 g de farine
¼ de cuillère à thé de sel
1 oeuf
¼ de cuillère à thé de cannelle moulue
¼ de tasse moins 1 cuillère à thé ou 50 g de beurre non salé,
  tempéré

Garniture
⅔ de tasse ou 150 g de beurre non salé
1 tasse moins 1 cuillère à soupe ou 187 g de cassonade
  ou de sucre roux
1½ cuillère à thé de cannelle moulue
1 pincée de sel

Dorure
1 petit oeuf
1 pincée de sel

Sirop de nappage* (facultatif)
5 cuillères à thé ou 25 g d’eau
2 cuillères à soupe ou 25 g de sucre

Pâte à brioche
Chauffer le lait pour le faire tiédir. Ajouter la levure et ½ cuillère à soupe ou 12 g de sucre. Laisser reposer pendant 10 minutes ou jusqu’à ce que la préparation mousse.

Dans le bol d’un robot pâtissier muni d’un crochet**, mélanger la farine, le restant de sucre, le sel et la cannelle. Ajouter le lait contenant la levure et l’oeuf, pétrir à vitesse moyenne pendant 5 minutes. Incorporer petit à petit le beurre. Pétrir la pâte, toujours à vitesse moyenne, pendant 10 minutes ou jusqu’à ce qu’elle se décolle des parois du bol. Déposer la pâte dans un bol, couvrir d’une pellicule plastique et réfrigérer. Laisser la pâte lever au frais pendant toute une nuit ou 12 heures.

Garniture
Dans une casserole, déposer le beurre et le faire fondre à feu moyen. Chauffer jusqu’à ce que le beurre change légèrement de couleur et dégage une odeur de noisette. Ajouter la cassonade, la cannelle et le sel. Verser le mélange dans un bol et placer au congélateur pendant 20 minutes. Brasser la préparation et vérifier la texture : la préparation doit se tenir et être tartinable. Prolonger au besoin le temps au congélateur en brassant régulièrement.

Sortir la pâte du réfrigérateur. Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser la pâte en un rectangle d’environ 30 cm par 40 cm (12 pouces par 16 pouces). Étaler uniformément la garniture de beurre noisette. Rouler la pâte sur elle-même. Si désiré, placer la pâte au congélateur pendant 30 à 60 minutes pour raffermir la pâte et la découper plus facilement.

Beurrer un moule carré d’environ 20 cm (8 pouces) de côté.

Sortir la pâte du congélateur et découper le boudin en 9 portions égales. Déposer les tranches dans le moule beurré. Couvrir les brioches d’un linge et laisser lever jusqu’à ce que la pâte double de volume.

Dorure
Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un bol, fouetter l’oeuf avec le sel. Badigeonner la surface des brioches avec ce mélange. Enfourner et cuire pendant 25 à 30 minutes. Au besoin, couvrir les brioches d’un papier d’aluminium dès qu’elles sont bien dorées.

Sirop de nappage
Pendant la cuisson des brioches, préparer le sirop. Dans une petite casserole, verser l’eau et le sucre. Porter à ébullition. Dès que le mélange bout, retirer du feu et réserver.

À la sortie du four, badigeonner les brioches avec le sirop. Laisser tiédir avant de servir. Déguster avec gourmandise.

*Le sirop fait briller les brioches et ralentit légèrement le dessèchement de celles-ci.
**Il est possible de réaliser cette recette en pétrissant la pâte à la main : il faut juste un peu plus de patience pour pétrir la pâte.

Et vous, avez-vous des recettes qui emploient de la graisse végétale?

Patchwork de tricot…

Il y a quelques temps, j’ai commencé une couverture en tricot. Ce n’est pas la première fois que je réalise ce genre de projet et j’ai ma façon de faire : je tricote des petits carrés avec des motifs variés que je couds ensuite. Je trouve cela moins décourageant que de faire des rangs avec 300 mailles… Par contre, je me rends compte que je n’aime pas coudre les projets en laine : c’est long, ça prend du temps et ça n’avance pas assez vite à mon goût. D’un autre côté, il faudrait que j’utilise une laine plus grosse, mais il n’est pas toujours évident de combiner la taille de la laine, une texture agréable une fois tricotée et un prix raisonnable.

Pour rester dans l’esprit réconfortant, je vous propose une recette au goût classique, mais qui se prépare beaucoup plus rapidement : un ragoût de boulettes rapide. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 19, numéro 1.

Ragoût de boulettes rapide
Ragoût de boulettes rapide
Pour 4 à 5 personnes

Boulettes
450 g de porc haché
¼ de tasse ou 30 g de chapelure
1 cuillère à thé de moutarde de Dijon
2 pincées de cannelle moulue
1 pincée de clou de girofle moulu
1 oeuf

Sauce
2 cuillères à soupe ou 18 g de farine
2 pincées de cannelle moulue
1 pincée de clou de girofle moulu
1 pincée de muscade moulue
3 cuillères à soupe ou 41 g de beurre
1½ tasse ou 375 g de bouillon de poulet
Sel et poivre

Boulettes
Dans un bol avec les mains, mélanger le porc haché, la moutarde de Dijon, la cannelle moulue, le clou de girofle moulu et l’oeuf. Saler et poivrer. Prélever environ 1 cuillère à soupe du mélange et façonner en boulette. Répéter jusqu’à épuisement de la préparation. Réserver.

Sauce
Dans un petit bol, mélanger la farine, la cannelle, le clou de girofle et la muscade.

Dans une grande poêle, déposer 2 cuillères à soupe ou 27 g de beurre et faire chauffer. Quand le corps gras est bien chaud, dorer les boulettes. Quand elles sont bien dorées, les réserver dans une assiette.

Ajouter le restant de beurre dans la poêle et le faire fondre. Ajouter la farine assaisonnée et cuire pendant 1 minute en brassant. Ajouter le bouillon de poulet et porter à ébullition. Saler et poivrer. Laisser mijoter doucement pendant 5 minutes ou jusqu’à ce que la sauce épaississe. Mettre les boulettes dans la sauce et poursuivre la cuisson pendant 2 minutes ou jusqu’à ce que les boulettes soient bien chaude. Saler et poivrer au besoin.

Servir avec du riz, des pâtes ou de la purée de pommes de terre et déguster avec plaisir.

Bon dimanche!

Le jus de pomme!

Je ne sais pas si vous êtes amateur de jus, mais mon préféré est le jus de pomme sans doute comme plusieurs personnes. Je l’apprécie particulièrement quand il est non filtré. J’ai souvenir de bouteille d’un litre et demi qu’on trouvait à l’épicerie de ma ville natale, mais c’était rare que nous en achetions. Ensuite, c’est également un plaisir occasionnel : j’en achète à des moments précis. Par exemple, quand je passe au Marché Jean-Talon, nous achetons toujours au moins une petite bouteille. Ensuite, je sais que si nous retournons à Londres, nous nous régalerons de ce jus que nous trouvions dans les petites épiceries. J’ai souvenir que pendant notre premier séjour dans cette grande ville anglaise, nous en avions acheté pour un pique-nique et à peine le repas terminé, nous sommes retournés acheter une plus grande bouteille de ce délicieux jus de pomme.

Aujourd’hui, je vous propose évidemment une recette avec du jus de pomme. Il s’agit de beignes cuits au four. J’ai pris cette recette sur le site de Trois fois par jour.

Beignes au jus de pomme cuit au four
Beignes au jus de pomme cuit au four
Pour 12 à 18 beignes*

Beignes
2 tasses ou 280 g de farine
¾ de tasse ou 150 g de cassonade ou de sucre roux
1 cuillère à thé de bicarbonate de soude ou de sodium
1 cuillère à thé de cannelle moulue
¼ de cuillère à thé de muscade moulue
¼ de cuillère à thé de sel
2 oeufs
¾ de tasse ou 187 g de jus de pomme non filtré**
2 cuillères à soupe d’huile végétale
½ cuillère à thé d’extrait de vanille
¼ de tasse ou 35 g de noix de Grenoble ou de pacanes
  hachées (facultatif)

Glaçage
2 tasses ou 300 g de sucre glace
3 cuillères à soupe de jus de pomme non filtré
½ cuillère à thé de sirop de maïs ou de glucose***
1 pincée de cannelle

Cannelle ou muscade moulue supplémentaire pour décorer
  (facultatif)

Beignes
Préchauffer le four à 160°C (325°F). Beurrer les empreintes d’un moule à beignes****

Dans un bol, mélanger la farine, la cassonade, le bicarbonate de soude, la cannelle, la muscade et le sel.

Dans un autre bol, fouetter les oeufs avec le jus de pommes, l’huile et l’extrait de vanille. Verser les ingrédients liquides sur la préparation de farine. Bien mélanger et ajouter les noix.

Verser la pâte dans une poche à pâtisserie et répartir la pâte dans le moule.

Enfourner et cuire pendant 10 à 12 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré dans un beigne en ressorte propre. Démouler et laisser totalement refroidir, si possible, sur une grille à pâtisserie.

Glaçage
Dans un bol, mélanger le sucre glace, le jus de pomme, le sirop de maïs et la cannelle. Tremper chaque beigne dans le glaçage et le déposer sur une grille ou un papier parchemin. Si désiré, pour décorer, saupoudrer de cannelle ou de muscade moulue. Laisser le glaçage figer avant de servir. Déguster avec gourmandise.

*Le nombre de beignes dépendra de la taille de votre moule.
**Le jus de pomme non filtré à une couleur plus ambré, voire un peu brune. On peut le trouver sous le nom de jus de pomme à l’ancienne ou parfois, sous le nom de cidre sans alcool.
***Il est possible de remplacer le sirop de maïs par du miel.
****Vous pouvez également réaliser cette recette dans un moule à muffin. Dans ce cas, le temps de cuisson sera plus long, soit autour de 18 à 25 minutes.

Et vous, quel est votre jus préféré?

Un peu, beaucoup de chocolat…

Ces dernier temps, j’ai relevé plusieurs recettes avec du chocolat. Si je m’écoutais, je ferais que des recettes avec du chocolat! C’est aussi le côté pratique : j’ai toujours du chocolat à la maison, ce qui n’est pas le cas avec les fruits ou des ingrédients plus particuliers. Pour varier, je réfléchis à quelques desserts avec les fruits que j’ai au congélateur. En cherchant une recette pour utiliser des fraises, une image m’a interpellée. Je m’attendais à tomber sur une recette qui correspondait à mon envie… mais je suis plutôt tombée sur une banque d’image!

Aujourd’hui, je vous propose une longue recette d’entremet, mais comme d’habitude, c’est une recette que l’on peut préparer bien à l’avance et sur plusieurs jours. Cet entremet pourrait faire un joli gâteau d’anniversaire ou être servi pour la Saint-Valentin. Dans cet entremet, j’ai associé la pomme et les marrons. Il y a aussi une touche de chocolat… Pour la préparation de crémeux aux marrons, j’ai pris la recette sur le blog d’Isabelle, J’en reprendrai bien un bout.

Entremet pommes et marrons
Entremet pommes et marrons
Pour 8 à 12 personnes

Croustillant au praliné
25 g (1 once) de chocolat blanc
⅓ de tasse ou 125 g de praliné ou de Nutella
¾ de tasse et 2 cuillères à soupe ou 70 g de Gavottes
  ou de biscuits dentelles émiettés*

Gelée de pommes
4 pommes (Gala ou Cortland)
4 cuillères à soupe d’eau
¾ de cuillère à thé de gélatine en poudre ou 1 feuille
  de gélatine (2 g)
3 cuillères à soupe ou 38 g de sucre
2 pincées de cannelle moulue

Crémeux aux marrons
¼ de tasse ou 60 g de lait
⅓ de tasse ou 82 g de crème à fouetter ou entière
1 gros jaune d’oeuf
1¼ de cuillère à thé de gélatine en poudre ou 1½ feuille
  de gélatine (3 g)
1½ cuillère à soupe de rhum brun** (facultatif)
⅓ de tasse moins 1½ cuillère à thé ou 90 g de crème de
  marrons ou de confiture de châtaignes***
75 g (2½ onces) de chocolat blanc

Gâteau madeleine
3½ cuillères à soupe ou 45 g de beurre non salé
1 cuillère à thé ou 7 g de miel
1 oeuf
½ cuillère à thé d’extrait de vanille
3 cuillères à soupe ou 35 g de sucre
⅓ de tasse ou 45 g de farine
¼ de cuillère à thé ou 2 g de poudre à pâte ou de levure
  chimique
1 pincée de fleurs de sel
Brisures de marrons glacés au goût (facultatif)

Mousse stracciatella
60 g (2 onces) de chocolat noir
375 g (13½ onces) de mascarpone
¼ de tasse et 2 cuillères à soupe ou 127 g de lait concentré
  sucré
1½ cuillère à thé d’extrait de vanille
¾ de tasse ou 187 g de crème à fouetter ou de crème entière

Glaçage noir tendre (facultatif)
130 g (4½ onces) de chocolat à 70 % de cacao
1 tasse ou 250 g de crème 35 % ou entière
3 cuillères à soupe ou 60 g de miel
4½ cuillères à soupe ou 60 g de beurre

Croustillant au praliné
Hacher le chocolat blanc et le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat. Retirer le bol du bain-marie quand le chocolat est totalement fondu. Incorporer le praliné, puis les Gavottes (ou les biscuits dentelles). Verser la préparation sur une feuille de papier parchemin. Couvrir d’une seconde feuille de papier parchemin et à l’aide d’un rouleau à pâte étaler la préparation sur une épaisseur d’environ 3 mm (⅛ de pouce). Réserver au congélateur.

Gelée de pommes
Chemiser le fond d’un moule à charnière d’environ 18 cm (7 pouces) de diamètre de papier parchemin. Tapisser les côtés de papier parchemin ou de rhodoïd.

Hydrater la gélatine : si elle est en poudre, verser 2 cuillères à thé d’eau froide dans un petit bol puis saupoudrer la gélatine, mélanger et laisser gonfler; si elle est en feuille, la déposer dans un bol rempli d’eau froide et la laisser tremper pendant 5 minutes.

Éplucher, épépiner et couper en cubes 2 pommes. Déposer les pommes dans une casserole et ajouter 2 cuillères à soupe d’eau (30 g). Couvrir et porter à ébullition. Réduire le feu et laisser cuire pendant 20 minutes ou jusqu’à ce que les pommes soient tendres. Quand les pommes sont cuites, les mixer à l’aide d’un robot muni d’une lame en « s » ou d’un pied-mélangeur pour obtenir une purée lisse. Incorporer la gélatine. Réserver.

Éplucher, épépiner et couper en petits dés les pommes restantes.

Dans une poêle, déposer le sucre et 2 cuillères à soupe d’eau. Porter à ébullition et cuire jusqu’à ce qu’un caramel se forme et prenne une jolie couleur dorée. Ajouter les dés de pommes et porter à ébullition. Laisser mijoter jusqu’à ce que les pommes soient translucides et qu’il ne reste presque plus de liquide. Ajouter la cannelle. Verser les pommes dans la compote contenant la gélatine. Mélanger et verser le tout dans le moule chemiser. Réserver au congélateur pendant au moins 6 heures.

Crémeux aux marrons
Chemiser le fond d’un moule à charnière d’environ 18 cm (7 pouces) de diamètre de papier parchemin. Tapisser les côtés de papier parchemin ou de rhodoïd.

Hydrater la gélatine : si elle est en poudre, verser 1 cuillère à soupe d’eau froide dans un petit bol puis saupoudrer la gélatine, mélanger et laisser gonfler; si elle est en feuille, la déposer dans un bol rempli d’eau froide et la laisser tremper pendant 5 minutes.

Hacher le chocolat blanc et réserver.

Dans une casserole, verser le lait et la crème. Porter à ébullition à feu doux.

Dans un bol, fouetter le jaune d’oeuf. Toujours en fouettant, verser le lait et la crème chauds sur le jaune d’oeuf. Remettre le mélange dans la casserole et remettre sur feu doux. Cuire en brassant constamment jusqu’à ce que la préparation nappe le dos d’une cuillère. Ajouter la gélatine, l’essorer si elle est en feuille. Ajouter le chocolat blanc et mélanger jusqu’à ce qu’il soit totalement incorporé. Incorporer la crème de marrons et le rhum. Si désiré, mixer à l’aide d’un pied-mélangeur pour obtenir une texture bien lisse. Verser le tout dans le moule chemiser et réserver au congélateur pendant au moins 6 heures.

Gâteau madeleine
Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans une petite casserole, faire fondre le beurre avec le miel. Quand le beurre est totalement fondu, retirer du feu et laisser tiédir. Ajouter la fleur de sel et réserver.

Dans un bol, mélanger la farine et la poudre à pâte.

Dans un autre bol, casser l’oeuf. Ajouter l’extrait de vanille et le sucre. Fouetter le tout jusqu’à ce que le mélange palisse. Incorporer la farine, puis le beurre fondu. Verser la pâte sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Répartir les brisures de marrons glacés sur la pâte. Enfourner et cuire pendant 12 à 15 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre du gâteau en ressorte propre. Laisser tiédir.

Mousse stracciatella
Hacher le chocolat noir et le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat noir au bain-marie. Retirer le bol du bain-marie quand le chocolat est bien lisse et homogène. Laisser le chocolat tiédir pendant au moins 15 minutes.

Dans un bol, fouetter le mascarpone. Ajouter le lait concentré sucré et fouetter jusqu’à ce que le mélange soit très dense. Ajouter l’extrait de vanille.

Dans un autre bol, fouetter la crème jusqu’à ce qu’elle formes des pics souples. Verser en filet le chocolat tiédi toujours en fouettant pour créer des paillettes de chocolat dans la crème fouettée****. Incorporer délicatement la crème fouettée au mascarpone. Réserver au frais.

Montage
Chemiser le fond et la parois de pellicule plastique un moule à charnière d’environ 20 ou 23 cm (8 ou 9 pouces) de diamètre.

Dans le gâteau, découper un rond légèrement plus petit que le diamètre du moule. Dans le praliné croustillant, découper un cercle d’environ 18 cm (7 pouces) de diamètre.

Dans le fond du moule, déposer le gâteau et couvrir d’une fine couche de mousse stracciatella. Placer le disque de praliné croustillant et le couvrir d’une fine couche de mousse stracciatella. Déposer l’insert de gelée de pommes et couvrir avec un peu de mousse stracciatella. Ajouter le crémeux aux marrons et couvrir avec le restant de mousse stracciatella. Égaliser la surface. Placer au congélateur pendant au moins 12 heures.

Glaçage
Hacher le chocolat noir, puis le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat au bain-marie. Quand le tout est bien lisse, retirer du bain-marie.

En parallèle, dans une casserole, porter à ébullition la crème et le miel. Quand le mélange bout, le retirer du feu. Verser en trois fois la crème chaude sur le chocolat en mélangeant bien entre chaque ajout. Laisser tiédir le mélange et incorporer petit à petit le beurre. Laisser le glaçage refroidir jusqu’à 37°C (98°F).

Recouvrir une plaque de cuisson de papier parchemin et y déposer une grille à pâtisserie.

Sortir l’entremet du congélateur et retirer les pellicules plastiques. Déposer l’entremet sur la grille, le gâteau en contact avec la grille. Verser doucement le glaçage en veillant à ce qu’il recouvre toute la surface*****. Laisser le glaçage s’égoutter pendant quelques minutes, puis déplacer l’entremet sur une assiette de présentation. Décorer selon l’envie. Réserver au réfrigérateur pendant 10 à 12 heures avant de servir. Sortir l’entremet à température ambiante 30 minutes avant de la déguster. Savourer avec gourmandise.

*Si vous ne trouvez pas biscuits Gavottes ou dentelles, remplacez-les par des céréales de riz soufflés de style Rice Krispies.
**Vous pouvez remplacer le rhum par une liqueur de châtaigne.
***Selon où vous habitez, il est plus facile de trouver de la confiture de châtaignes. Préférez la confiture qui contient le plus de fruits possible de votre épicerie.
****Si votre chocolat est trop chaud à cette étape, il va s’incorporer à la crème plutôt que de former des paillettes. Le goût sera quand même intéressant.
*****Conserver le restant de glaçage pour glacer un plus petit entremet ou le déguster avec du pain grillé ou en coulis sur de la crème glacée.

Et vous, qu’est-ce que vous cuisinez en sucré?

La pâte qui colle…

Chaque année, je réalise des biscotti : ce sont des biscuits qui se conservent très bien et qu’on peut décliner aisément. Cependant selon les recettes, la pâte n’a pas toujours la même texture avant la cuisson : elle est plus ou moins facile à manipuler. Cette année, j’ai opté pour une recette de Valérie, I love Cakes. Une chance qu’elle indiquait que la pâte était collante, car j’aurais cru qu’il manquait de farine alors que je n’ai jamais eu de mauvaise surprise avec ses recettes. Bref, c’est toujours surprenant de découvrir comment une pâte collante peu devenir aussi craquante après cuisson.

Voici donc la recette de biscotti aux épices, amandes et chocolat blanc.

Biscotti aux épices, amandes et chocolat blanc
Biscotti aux épices, amandes et chocolat blanc
Pour environ 70 biscotti

1 tasse ou 200 g de sucre
¼ de tasse et 1 cuillère à thé ou 60 g de beurre non salé
4 oeufs
3 tasses ou 420 g de farine
1 cuillère à soupe d’épices à pain d’épices*
2 cuillères à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
½ cuillère à thé de sel
1 tasse moins 1 cuillère à soupe ou 150 g d’amandes
⅓ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 100 g d’amaretto
1 oeuf pour la dorure
Sucre supplémentaire
150 g (5½ onces) de chocolat blanc**

Dans un bol, mélanger la farine, les épices à pain d’épices, la poudre à pâte et le sel. Réserver.

Dans un grand bol, fouetter le beurre avec le sucre pendant 5 minutes. Incorporer un à un les 4 oeufs. Ajouter la préparation de farine en mélangeant brièvement entre chaque ajout. Incorporer l’amaretto, puis les amandes. La pâte sera très collante.

Étaler la pâte entre deux feuilles de papier parchemin sur une épaisseur d’environ 1,5 cm (⅝ de pouce). Placer la pâte au congélateur jusqu’à ce qu’elle soit bien ferme.

Préchauffer le four à 165°C (330°F).

Sortir la pâte du congélateur et la couper en bande d’environ 6 cm (2⅜ pouce) de large. Déposer les bandes de pâte sur une plaque à cuisson recouverte de papier parchemin.

Battre l’oeuf restant et badigeonner le dessus de la pâte. Saupoudrer du sucre.

Enfourner les biscotti et cuire pendant 35 minutes. Sortir du four et laisser tiédir pendant 15 à 20 minutes.

Baisser la température du four à 150°C (300°F).

À l’aide d’un couteau dentelé, couper les biscuits en tranches d’environ 1 cm (⅜ de pouce) d’épaisseur. Déposer les biscottis sur une plaque de cuisson et enfourner pendant 15 minutes. À la sortie du four, les biscotti doivent être dorés sur les bords et encore pâle au centre. Laisser refroidir les biscottis sur une grille à pâtisserie.

Hacher le chocolat blanc et le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre doucement le chocolat au bain-marie. Quand le chocolat est totalement fondu, le retirer du bain-marie. Tremper la moitié ou la base de chaque biscotti dans le chocolat. Laisser le chocolat figer avant de les placer dans une boîte qui ferme hermétiquement pour les conserver. Déguster avec gourmandise.

*Vous pouvez réaliser votre mélange d’épices à pain d’épices en mélangeant selon vos goût de la cannelle, du gingembre, de la muscade, du clou de girofle, de l’anis vert, de l’anis étoilé, de la cardamome, etc.
**Vous pouvez omettre cette étape ou utiliser un glaçage blanc ou clair du commerce qui fige.

Bon mercredi!