Mot-clé : persil

Mettre des mots…

Pour ce premier article, je tiens à vous souhaiter une très belle année 2021! Qu’elle soit douce, pleine de joies et de santé. Je crois qu’il sera impossible d’oublier 2020, mais j’avoue que de voir pleins de messages négatifs sur l’an passé me laisse perplexe. Même si 2020 a été des plus tumultueuses, je trouve dommage de s’accrocher aux négatifs : oui, les choses ont changées; oui, la situation émousse notre patience; oui, j’ai hâte de retrouver ma famille au Québec! Cependant, 2020 nous aura accordé du temps pour nous et notre famille. Je suis certaine que si vous réfléchissez, 2020 vous aura apporté un changement positif qui aurait été impossible sans cette crise. Même si la situation ne changera pas du jour au lendemain, 2020 nous aura permis de nous rappeler l’importance des petites choses de la vie. Bref, commencez 2021 en voyant que le meilleur : la situation ne va pas changer en un battement de cil, mais votre façon de percevoir les choses peut créer tellement plus de bonheurs et de joies!

Sans détour, je vous propose une recette qui me semble curieuse pour un début d’année, mais qui au final est parfaite pour toutes les occasions : des craquelins à l’huile d’olive. J’ai pris cette recette dans le livre Un peu.. biscuits… à la folie! d’Isabelle Lambert.

Craquelins à l'huile d'olive
Craquelins à l’huile d’olive
Pour 24 craquelins

1¾ tasse ou 245 g de farine
1 cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
1 cuillère à soupe de paprika doux ou fumé*
½ cuillère à thé de sel
¼ à ½ tasse ou 60 à 125 g d’eau
¼ de tasse ou 52 g d’huile d’olive
1 cuillère à thé de fleur de sel
1 cuillère à thé d’un mélange d’herbes séchés
Poivre
Huile d’olive supplémentaire pour badigeonner

Dans le bol d’un robot culinaire muni d’une lame en « s »**, mélanger la farine, la poudre à pâte, le paprika, le sel et du poivre. Ajouter l’huile d’olive et mélanger par touches successives. Ajouter graduellement l’eau*** et arrêter quand la pâte commence à former une boule. Travailler la pâte à la main pour finir de l’amalgamer. Emballer la pâte dans une pellicule plastique et réfrigérer pendant au moins 1 heure.

Préchauffer le four à 200°C (400°F). Tapisser deux plaques de cuisson de papier parchemin.

Prélever un morceaux de pâte de la taille d’une noix, soit environ 1 cuillère à soupe. Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser le plus finement possible la pâte. Déposer la pâte abaisser sur une plaque de cuisson. Répéter l’opération avec l’ensemble de la pâte.

À l’aide d’un pinceau, badigeonner les craquelins avec de l’huile d’olive. Saupoudrer les craquelins de fleur de sel et d’herbes séchées.

Enfourner et cuire pendant 7 minutes ou jusqu’à ce que les craquelins soient bien secs et dorés. Servir les craquelins natures, avec du fromage, une sauce ou une terrine. Déguster avec plaisir.

*J’ai utilisé du paprika doux auquel j’ai ajouté deux pincées de piment chipotle moulu.
**Il est possible de réaliser la pâte dans un bol.
***C’est important de ne pas tout ajouter l’eau d’un coup. La première fois que j’ai essayé cette recette, j’avais verser l’eau d’un coup et j’ai obtenu une pâte trop liquide.

Bonne début d’année et bon dimanche!

Autrement

J’espère que vous avez passé un agréable Noël même s’il s’est probablement déroulé autrement. De notre côté, c’est la première fois depuis des années que notre échange de cadeaux s’est finalisé avant la nouvelle année. Nous avons tous reçu de belles surprises : dont deux nouveaux livres de cuisine pour moi! Je vais essayer de m’y plonger rapidement pour pouvoir vous en parler.

En attendant, je vous propose une petite recette toute simple que j’ai improvisé : un filet de porc mijoté. Cette recette est vraiment une base, vous pourriez ajouter une poêlée de champignons ou d’autres légumes de votre choix. Vous pouvez également remplacer le vin par un autre alcool. Bref, j’espère que cette recette va vous plaire.<

Filet de porc mijoté
Filet de porc mijoté
Pour 4 personnes

450 g de filet de porc
1½ cuillère à soupe d’huile végétale
1 oignon
⅓ de tasse ou 83 g de vin rouge
1 tasse ou 250 g de bouillon de boeuf
1 tasse ou 250 g de demi-glace ou de sauce à rôti liée
1 feuille de laurier
1 cuillère à thé de persil séché
1 cuillère à thé de sauce Worcestershire
½ cuillère à soupe de farine
2 cuillères à soupe d’eau
Sel et poivre

Émincer l’oignon. Couper le filet de porc en tranches. Saler et poivrer la viande.

Dans une grande casserole, chauffer l’huile. Quand le corps gras est bien chaud, griller la viande en plusieurs fois. Réserver la viande dans une assiette.

Dans la même casserole, faire revenir l’oignon jusqu’à ce qu’il commence à colorer. Déglacer avec le vin rouge et laisser réduire de moitié.

Ajouter le bouillon de boeuf et la demi-glace, puis porter à ébullition. Ajouter les tranches de porc, le persil, la feuille de laurier et la sauce Worcestershire.

Délayer la farine dans l’eau et le verser dans la casserole. Réduire le feu et laisser mijoter à feu doux pendant 30 à 40 minutes. Servir et déguster avec plaisir.

De plus avec la fin des échanges de cadeaux, je pourrais ranger mon sapin avant la mi-janvier!

Recette pour les lunchs!

Soit la rentrée à déjà eu lieu, soit elle arrive à grand pas. Et pour plusieurs personnes, il y a la question des lunchs qui vient. Dans mon cas, Mini-nous rentre dîner, alors les lunchs se résument à 1 ou 2 fois par années pour les sorties scolaires. De plus, les enfants de l’école de Mini-nous n’apportent pas de lunch : les repas sont inclus dans le service de garde du midi.

Cependant pour ceux qui sont confronté à cette éternelle question, une de mes recettes du 1er août peut venir à votre secours. Il s’agit d’un rôti de porc froid : parfait pour glisser dans un sandwich, une salade ou tout simplement pour changer des rouleaux de jambon. De plus, cette viande est également très agréable pour un souper. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 18, numéro 1.

Rôti de porc froid
Rôti de porc froid
Pour 6 à 8 personnes

1 kg de longe de porc désossé (ou filet de porc en Suisse)
⅓ de tasse ou 70 g d’huile d’olive
4 échalotes
2 cuillères à soupe de jus de citron
2 cuillères à soupe de sirop d’érable
¼ de cuillère à thé de sel
2 cuillères à soupe de ciboulette fraîche ciselée*
2 cuillères à soupe de persil plat ciselée*
Sel et poivre

Préchauffer le four à 200°C (400°F).

Dans une poêle ou une casserole allant au four, chauffer 1 cuillère à soupe d’huile d’olive. Quand le corps gras est bien chaud, dorer la viande sur tous les côtés. Saler et poivrer la viande.

Enfourner et cuire pendant 45 minutes ou jusqu’à ce qu’un thermomètre insérer au centre de la viande indique 60°C (140°F). Retirer le rôti de la poêle et le déposer dans une assiette. Couvrir de papier d’aluminium et laisser reposer pendant 10 minutes.

Pendant la cuisson du porc, hacher les échalotes.

Dans une petite casserole, chauffer l’huile d’olive restante. Quand l’huile est chaude, faire frire les échalotes jusqu’à ce qu’elles soient dorées**. Retirer du feu. Ajouter le jus de citron, le sirop d’érable et ¼ de cuillère à thé de sel. Laisser tiédir.

Dans un grand plat ou un grand sac à fermeture hermétique, déposer la viande et la marinade. Fermer le sac et réfrigérer pendant 24 à 48 heures.

Dans une assiette, mélanger la ciboulette et le persil. Égoutter la viande et l’enrober d’herbes. Sur un plan de travail, trancher finement la viande. Servir avec une sauce de votre choix (sauce du commerce, pesto, mayonnaise assaisonnée, etc.). Déguster avec plaisir.

*Au moment de servir, j’ai royalement oublié d’ajouter les herbes fraîches!
**Pour parfumer un peu autrement la viande, vous pouvez ajouter 2 cuillères à soupe de gingembre frais dans l’huile quand les échalotes sont dorées et prolonger la cuire de 1 minutes. Ensuite, il suffit de poursuivre la recette.

Et vous, dans quoi intégreriez-vous cette viande?

Écran noir…

Je ne vais pas le nier, ma motivation pour écrire un article est assez base. Samedi, mon ordinateur a décidé de s’éteindre pour de bon. Dimanche, j’aurais pu m’organiser pour installer le nécessaire sur l’ordinateur de mon chéri, mais je n’avais pas envie de me précipiter. Lundi, nous sommes allés faire évaluer les dégâts qui sont plus importants que ce que nous imaginions et au prix de la réparation, autant investir dans un nouvel ordinateur. Heureusement, je n’ai pas perdu trop de données : surtout des informations dont je peux me passer, quelques transferts de photos à refaire et le plus pénible, tous mes favoris de mon navigateur! C’est du matériel, ce n’est pas grave : il y a des choses biens pires que ça dans la vie! Je ne sais pas quand j’aurais un nouvel ordinateur, mais il est fort probable que je doive renoncer à mon clavier « qwerty québécois ».

Même si c’est mercredi, je vous propose une recette salée qui a eu beaucoup de succès le 1er août : des crevettes marinées. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 11, numéro 1.

Crevettes marinées
Crevettes marinées
Pour 6 à 8 personnes

400 à 454 g de crevettes crues décongelées et décortiquées*
1 filet d’huile d’olive
½ tasse ou 105 g d’huile végétale
¼ de tasse ou 62 g de jus de citron
¼ tasse ou 20 g de persil plat ciselé
2 cuillères à thé de moutarde à l’ancienne
2 cuillères à thé de sauce Worcestershire
¼ de cuillère à thé de sel
1 cuillères à thé de graines de coriandre
½ cuillère à thé de graines de fenugrec**
½ cuillère à thé de flocons de piment fort broyés
Poivre

Éponger les crevettes et les enrober d’huile d’olive. Cuire les crevettes sur une poêle striée ou sur le barbecue (dans ce cas, enfiler les crevettes sur un pique à brochette pour facilité la manipulation). Quand les crevettes sont cuites, les déposer dans un bol et faire refroidir au réfrigérateur pendant au moins 1 heures.

Dans un mortier, concasser les graines de coriandre et de fenugrec. Ciseler le persil. Réserver.

Dans un bol, mélanger l’huile, le jus de citron, le persil, la moutarde, la sauce Worcestershire, le sel, la coriandre, le fenugrec et les flocons de piments. Poivrer et ajouter les crevettes. Couvrir et laisser mariner au réfrigérateur au moins 12 heures.

Égoutter les crevettes et servir. Déguster avec plaisir.

*Si vous préférez, vous pouvez utiliser des crevettes cuites décongelées et omettre l’étape de cuisson.
**Il est possible de remplacer les graines de fenugrec par des graines de fenouil. Je n’ai pas de graines de fenouil à la maison et dans mon entourage, j’ai une personne qui y est allergique au fenouil.

Bonne journée!

Trop frais!

Aujourd’hui, nous sommes allés faire une promenade en montagne. Au début, nous pensions prendre la télécabine, puis nous nous sommes aperçu qu’elle n’ouvrait pas avant le 4 juillet. Ce n’était pas un souci puisqu’il y a une route qui s’arrête un peu plus bas que la télécabine et qu’il y a plusieurs départs de randonnées. Cela allongeait un peu la promenade, mais rien de contraignant. Ensuite même si la météo s’annonçait chaude en plaine, nous avons vérifié la météo là haut… Disons que les 12° nous ont fortement encouragé à modifier notre projet. Nous avons tout simplement pris moins d’altitude que prévu!

Aujourd’hui, je vous propose une recette d’ailleurs : des pizzas arméniennes. J’ai pris cette recette dans le livre de Christelle Tanielian, Ensemble.

Pizzas arméniennes à la viande (Lahmajoun)
Pizzas arméniennes à la viande (Lahmajoun)
Pour 8 petites pizzas

Pâte
½ tasse et 2 cuillères à soupe ou 150 g d’eau tiède
¾ de cuillère à thé de levure sèche
¼ de cuillère à thé de sucre
1¾ tasse et ½ cuillère à soupe ou 250 g de farine
½ cuillère à thé de sel
1 cuillère à soupe d’huile végétal

Garniture
½ oignon
¼ de poivron rouge
1 petite gousse d’ail
½ tasse ou 125 g de purée de tomate*
½ tasse ou 20 g de persil plat frais
2 cuillères à soupe ou 7 g de feuilles de menthe fraîche
125 g de boeuf haché**
½ cuillère à thé de piment d’Alep ou de paprika doux
½ cuillère à soupe de mélasse de grenade
¾ de cuillère à thé de tahini ou de purée de sésame
¾ de cuillère à thé de pâte de tomate
¼ de cuillère à thé de cumin moulu
¼ de cuillère à thé de coriandre moulue
Sel et poivre

Pâte
Dans un petit bol, mélanger l’eau, la levure et le sucre. Laisser reposer pendant 10 à 15 minutes.

Dans un bol, mélanger la farine et le sel. Former un puit au centre et verser l’eau contenant la levure. Ajouter l’huile. Mélanger pour obtenir une pâte.

Sur un plan de travail légèrement enfariné, pétrir la pâte pendant 8 minutes ou jusqu’à ce que la pâte soit homogène et lisse. Déposer la pâte dans un bol légèrement huilé. Couvrir le bol d’un ligne propre et laisser la pâte lever pendant 1 heure dans un endroit chaud et sec.

Garniture
Au couteau ou à l’aide d’un robot culinaire muni d’une lame en « s », hacher très finement l’oignon, le poivron, l’ail, le persil et la menthe. Déposer le tout dans un bol et ajouter le boeuf haché, la purée de tomate, le piment d’Alep, la mélasse de grenade, le tahini, la pâte de tomate, le cumin, la coriandre. Saler et poivrer. Vérifier l’assaisonnement de la garniture en faisant cuire dans une poêle anti-adhésive 1 cuillère à thé du mélange. Rectifier l’assaisonnement au besoin.

Préchauffer le four à 200°C (400°F).

Sur un plan de travail légèrement enfariné, diviser la pâte en 8 et abaisser chaque morceau en un disque d’environ 14 cm (5½ de diamètre).

Déposer les disques de pâte sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Sur chaque disque de pâte, étaler finement l’équivalent de 2 cuillères à soupe de garniture.

Enfourner et cuire dans la partie inférieur du four pendant 8 à 10 minutes. Placer ensuite les pizzas sous le grill (broil) pendant 1 à 2 minutes ou jusqu’à ce que les bords des pizzas soient légèrement dorés. Servir et déguster avec plaisir en arrosant de jus de citron.

*Vous pouvez remplacer la purée de tomate par une grosse tomate fraîche que vous aurez fait blanchir puis peler. Dans ce cas, il faut la hacher finement comme l’oignon.
**J’imagine très bien refaire ce genre de pizzas en variants la garniture et pourquoi pas en utilisant de la chair à saucisse…