Mot-clé : ail

Le retour du soleil!

Avec la pluie et les températures plus fraîches des dernières semaines, j’ai entendu plusieurs personnes faire des plaisanteries comme quoi nous étions en automne ou en hiver. En général, j’essaie d’apprécier les saisons telles qu’elles sont, mais j’avoue que le retour du soleil me fait grandement plaisir. En prime la semaine prochaine, il y a plusieurs activités organisées avec l’association de parents d’élèves et nous craignions de devoir annuler les activités. J’espère que les enfants qui participeront à cette semaine auront beaucoup de plaisir.

En attendant, je vous propose une recette à réaliser à la mijoteuse : un plat réconfortant pour les jours de pluie et un plat qui convient tout autant lorsqu’on passe peu de temps à la maison. Il s’agit de pâtes à la sauce tomate, jarret de porc et boulettes de saucisses à la mijoteuse. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 19, numéro 2.

Pâtes à la sauce tomate, jarret de porc et boulettes de saucisses à la mijoteuse
Pâtes à la sauce tomate, jarret de porc et boulettes
de saucisses à la mijoteuse

Pour 6 à 8 personnes

Sauce
1 kg de jarret de porc
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
1 oignon
1 branche de céleri
1 carotte
2 gousses d’ail
85 g de pancetta en dés
¼ de tasse ou 62 g de vin rouge
1 conserve de 796 ml (28 onces) ou 800 g de tomates
  entières
2½ tasse ou 625 g de coulis de tomate
½ tasse ou 125 g de bouillon de poulet
1 cuillère à thé d’origan séché
½ cuillère à thé de flocons de piment broyé

Boulettes de saucisses
2 saucisses italiennes, de Toulouse, aux herbes etc.
1 tranche de pain blanc
2 cuillères à soupe ou 30 g de lait
2 cuillères à soupe de persil frais ciselé
2 cuillères à soupe de fromage parmesan frais râpé (facultatif)
6 portions ou 450 g de pâtes
Sel et poivre

Sauce
Au robot culinaire muni d’une lame en « s » ou au couteau, hacher finement l’oignon, le céleri, la carotte et l’ail.

Dans une poêle, chauffer l’huile d’olive. Quand le corps gras est bien chaud, dorer les jarrets de porc pendant 3 à 5 minutes de chaque côté. Saler et poivrer. Déposer les jarret dans la mijoteuse.

Dans la même poêle, dorer la pancetta pendant 2 minutes. Ajouter les légumes et les faire revenir pendant 5 minutes. Déglacer avec le vin et laisser réduire aux trois quarts. Saler et poivrer. Verser le contenu de la poêle dans la mijoteuse. Verser les tomates entières en prenant soin de les défaire avec les mains, le coulis de tomate, le bouillon de poulet, l’origan et les flocons de piment. Bien mélanger et cuire pendant 6 heures à haute température (hight) ou 8 heures à basse température (low).

Boulettes de saucisses
Hacher finement le pain et le déposer dans un bol. Ajouter le lait, le persil et le fromage. Retirer la chair de saucisses des boyaux et l’ajouter dans le bol. Bien mélanger. Façonner des boulettes avec ce mélange. Ajouter les boulettes dans la mijoteuse 1 heure avant la fin de la cuisson.

Quand la sauce a fini de mijoter, désosser et dégraisser les jarrets de porc. Remettre la viande dans la mijoteuse.

Porter à ébullition une casserole remplit d’eau. Saler généreusement l’eau quand elle bout. Ajouter les pâtes et cuire selon les indications du fabriquant. Quand les pâtes sont cuites, les égoutter et les ajouter à la sauce. Mélanger et servir. Déguster avec plaisir.

Ne cherchez pas les boulettes sur les photos! Avec la quantité de sauce, j’ai pu faire plusieurs repas. Par contre, toutes les boulettes avait disparu après la première dégustation où je n’ai pas pris le temps de faire des photos…

Le retour des restaurants…

Je ne sais pas où vous habitez, mais ici l’annonce de la réouverture des restaurants nous remplit de joie. Même si les terrasses étaient ouvertes depuis plusieurs semaines, la météo ne nous a pas vraiment permis d’en profiter. Il y a déjà quelques semaines, mon chéri m’ai dit que ce qui lui manquait des restaurants étaient les frites. Alors quand hier, je n’avais vraiment pas envie de préparer le repas, j’ai dit pour plaisanter qu’on pourrait aller prendre une commande à l’auto du célèbre fast food pour manger des frites. Oui, nous aurions pu le faire, mais je n’avais nullement l’envie d’affronter la fil de voitures, ni de manger un repas froid, ni d’encourager ce type de restaurants quand les petits restaurateurs vont bientôt réouvrir et que préfère largement encourager ces derniers.

En attendant, j’arrive tout de même à faire quelques improvisations en cuisine. Cette fois, j’avais envie de boulettes avec une sauce pâle. Voici donc mon improvisation de boulettes de boeuf avec une sauce à la ciboulette.

Boulettes de boeuf, sauce à la ciboulette
Boulettes de boeuf, sauce à la ciboulette
Pour 3 personnes

300 g de boeuf haché
2 cuillères à soupe de chapelure*
1½ cuillère à soupe de lait
½ cuillère à thé de poudre d’oignon
¼ de cuillère à thé de paprika
1 cuillère à soupe d’huile d’olive
2 gousses d’ail
¼ de tasse ou 62 g de vin blanc
½ tasse ou 125 g de bouillon de poulet
¼ de tasse ou 62 g de crème à cuisson ou de demi-crème
½ cuillère à thé de fécule de maïs ou de maïzena
2 à 3 cuillères à soupe de ciboulettes ciselées
Sel et poivre

Dans un bol, verser la chapelure et ajouter le laisser. Laisser reposer le temps que la chapelure absorbe le lait. Ajouter le boeuf haché, la poudre d’oignon et le paprika. Saler, poivrer et mélanger. Prélever une environ 1 cuillère à soupe et façonner en boulette. Répéter l’opération avec l’ensemble de la viande.

Éplucher et couper en deux les gousses d’ail.

Dans une poêle, ajouter l’huile et les gousses d’ail. Chauffer l’huile, quand le corps gras est bien chaud, ajouter les boulettes de viande et les faire dorer sur tous les côtés.

Déglacé la poêle avec le vin et laisser réduire de moitié. Retirer les gousses d’ail. Verser le bouillon de poulet et laisser réduire d’un tier.

Délayer la fécule de maïs dans la crème et verser dans la poêle. Laisser mijoter 5 minutes ou jusqu’à ce que la viande soit cuite. Ajouter la ciboulette, saler et poivrer. Servir et déguster avec plaisir.

J’ai utilisé de la chapelure, mais il est possible de la remplacer par des craquelins émiettés, des céréales non sucré, etc.

Et vous, qu’est-ce qui vous manque dans les restaurants?

Pourquoi pas du porc haché?

Par moment avec les repas, j’ai un peu l’impression de tourner en rond. C’est encore plus flagrant quand je dois choisir les viandes pour la semaine : je manque souvent d’inspiration et rien ne me fait vraiment envie. J’ai pris du porc haché pour changer et celui-ci s’est révélé être plus inspirant que le traditionnel boeuf haché. Le porc haché est souvent plus moelleux et moins cher. En contrepartie, il a une saveur un peu plus neutre qui n’est pas nécessairement au goût de tout le monde.

Cette fois avec cette viande, j’ai eu envie de réaliser une soupe avec des petites boulettes et un parfum asiatique. Cette soupe repas nous a bien plu et pour ne pas oublier cette improvisation, je me suis dépêchée de la noter pour pouvoir la refaire et vous la partager.

Soupe aux boulettes de porc d'inspiration asiatique
Soupe aux boulettes de porc d’inspiration asiatique
Pour 3 personnes

200 g de porc haché
1 oeuf
3 cuillères à soupe ou 45 g de chapelure
1 cuillère à soupe de sauce tamari ou de sauce soja
1 cuillère à thé de sauce de poisson
¼ de cuillère à thé d’huile de sésame
½ cuillère à thé de poudre d’oignon
¼ de cuillère à thé de gingembre en poudre ou de gingembre
  frais haché finement
2 pincées de coriandre moulue
3 carottes*
1 gousse d’ail
3 tranches de gingembre pelé
4 tasses ou 1000 g de bouillon de poulet
90 g (3 onces) de nouilles de riz
2 cuillères à thé d’huile végétale
Sel et poivre

Dans un bol, mélanger le porc haché, l’oeuf, la chapelure, la sauce tamari, la sauce de poisson, l’huile de sésame, la poudre d’oignon, le gingembre en poudre et la coriandre. Façonner en petites boulettes**.

Éplucher les carottes et les couper en julienne. Trancher la gousse d’ail.

Dans une casserole, verser le bouillon et ajouter la gousse d’ail*** ainsi que les tranches de gingembre. Porter à ébullition et ajouter les boulettes de porc, réduire le feu pour que le tout bouille doucement. Laisser mijoter 5 minutes, puis ajouter les nouilles de riz. Poursuivre la cuisson pendant 8 minutes ou jusqu’à ce que les nouilles soient cuites. Brasser régulièrement.

En parallèle dans une poêle, chauffer l’huile. Quand le corps gras est chaud, ajouter les carottes et les cuire pendant 7 minutes ou jusqu’à ce que la texture vous plaise. Saler et poivrer.

Si désiré, retirer les tranches d’ail et de gingembre de la soupe avant de la servir. Servir et garnir chaque bol de soupe avec la julienne de carottes. Déguster avec plaisir.

*Vous pouvez omettre la julienne de carottes. Il est possible de garnir la soupe avec des fèves germées, de la coriandre fraîche, le jus d’une lime, des graines de sésame, de la sriracha, etc.
**La préparation de porc sera assez molle, mais elle devrait se tenir. Si ce n’est pas le cas, ajouter un peu de chapelure.
***Vous pouvez également ajouter des tranches de citronnelle dans le bouillon.

Et vous, est-ce que vous pensez à acheter du porc haché?

Ciel jaune…

Hier matin, l’ambiance était particulière puisque la luminosité était jaunâtre. Le ciel se teinte parfois de cette couleur quand un orage approche, mais cette fois ce n’était pas le cas. Le ciel avait cette couleur à cause du sable du Sahara! Ce n’est pas la première fois que nous voyons ce phénomène, mais en général, c’est beaucoup plus discret, ça ne dure pas aussi longtemps et ça arrive surtout en été. D’un autre côté, on s’en rend souvent compte après une pluie d’été : il y a des taches de sables sur les meubles extérieurs ou sur la voiture… Cette fois, on a pu voir des pistes de ski recouverte de sable.

Dans un autre registre, je vous propose une recette de poulet Huli Huli. J’ai pris cette recette sur le site de Cooking Classy.

Poulet hawaïen Huli Huli
Poulet hawaïen Huli Huli
Pour 4 personnes

3 cuillères à soupe de ketchup
3 cuillères à soupe de sauce soja réduit en sel
3 cuillères à soupe ou 37 g de cassonade ou de sucre roux
1 cuillère à soupe de vinaigre de riz
½ cuillère à soupe de sauce sriracha (facultatif)
½ cuillère à soupe de sauce Worcestershire
½ cuillère à thé d’huile de sésame grillé
2¼ cuillères à thé d’ail haché
2¼ cuillères à thé de gingembre frais haché
400 g de poitrines de poulet ou de hauts de cuisse

Si désiré, couper le poulet en escalopes ou en filets.

Dans un bol, mélanger le ketchup, la sauce soja, la cassonade, le vinaigre de riz, la sauce sriracha, la sauce Worcestershire, l’huile de sésame grillé, l’ail et le gingembre. Dans un petit bol, déposer 3 cuillères à soupe de la marinade et réserver au réfrigérateur. Dans le bol, ajouter le poulet et bien mélanger. Couvrir d’une pellicule plastique, réfrigérer et laisser mariner pendant 2 à 8 heures.

Préchauffer le four à 190°C (375°F)*.

Déposer le poulet sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Enfourner et cuire pendant 10 minutes. Badigeonner la viande avec les 3 cuillères à soupe de marinade réservé et poursuivre la cuisson pendant 5 à 10 minutes ou jusqu’à ce que le poulet soit cuit. Servir et déguster avec plaisir.

*Il est possible de cuire la viande dans une poêle striée ou sur le barbecue.

Fil gris…

Pour Noël, nous avons offert à ma belle-mère une boîte de couture dans laquelle se trouvait des ciseaux, des pinces de couture, deux tissus, des patrons et du fil gris. Un des tissus était destiné à la réalisation d’un patron et j’avais joint une bobine de fil gris assorti. Il y a quelques jours, mon chéri a discuté avec sa mère au téléphone. Après l’appel, il m’apprend qu’elle a commencé un projet de couture avec son cadeaux de Noël et qu’elle a un petit problème de fil : il lui en manque. J’étais vraiment surprise, mais comme je devais la voir quelques jours plus tard, je lui demanderais la bobine de fil à ce moment dans l’idée d’en commander une autre. À ma grande surprise, j’ai découvert qu’elle n’avait pas entamé le projet auquel je pensais et qu’elle avait utilisé l’autre tissu pour réaliser un des patrons. Bref, elle a manqué de fil gris foncé qui provenait de ses affaires de couture et non, vidé la bobine qu’elle avait reçu à Noël!

Dans un tout autre ordre d’idée, je vous propose une recette à la mijoteuse. Il s’agit d’un boeuf au vin rouge. J’ai pris cette recette dans le livre Mijoteuse, les meilleures recettes au monde de Caty Bérubé

Boeuf au vin rouge à la mijoteuse
Boeuf au vin rouge à la mijoteuse
Pour 4 à 6 personnes

1 cuillère à soupe d’huile d’olive
800 g de rôti de palette de boeuf sans os
175 g (6 onces) de pancetta ou de lardons
1 oignon
10 à 12 pommes de terre grelot
3 carottes
3 cuillères à soupe ou g de beurre
3 cuillères à soupe ou g de farine
1 tasse ou 250 g de vin rouge
1 tasse ou 250 g de bouillon de boeuf
1 cuillère à soupe d’un mélanger d’herbes séchées
2 cuillères à thé d’ail haché
1 feuille de laurier
Sel et poivre

Couper la pancetta en dés. Hacher l’oignon et trancher les carottes en rondelles.

Dans une grande poêle, chauffer l’huile. Saler et poivrer la viande de tous les côtés et la déposer dans la poêle. Faire dorer la viande de tous les côtés. Déposer la viande dans la mijoteuse.

Dans la même poêle, faire revenir la pancetta jusqu’à ce qu’elle soit légèrement dorée. Transférer la pancetta dans la mijoteuse.

Toujours dans la même poêle, faire fondre le beurre. Ajouter la farine et cuire pendant 1 minute en brassant régulièrement.

Verser le vin rouge et le bouillon de boeuf en veillant à bien incorporer le tout. Ajouter les herbes séchées, l’ail et la feuille de laurier. Porter à ébullition. Verser le tout dans la mijoteuse.

Ajouter l’oignon, les pommes de terre et les carottes dans la mijoteuse. Couvrir et cuire pendant 7 à 8 heures à base intensité (low). Servir et déguster avec plaisir.

Bon dimanche!