Catégorie : Divers

Pas de crêpe?

Plus de 12 ans et aucune réelle recette de crêpes sur mon blog. Il y a bien sûr ma recette de crêpes chinoises, mais la pâte ne convient pas tellement pour des crêpes sucrées. On trouve aussi des Hotteoks (des crêpes sucrées à la coréenne), mais ça rappelle plutôt le pain que la crêpe. Ensuite, vous trouvez aussi deux recettes de pancakes. Cependant à la maison, nous avons une préférence pour les crêpes minces qui sont aussi les plus polyvalentes. Pendant des années, j’ai fait la même recette : une crêpe assez fine, une recette facile et un goût assez neutre. Pas mauvais, mais pas exceptionnel non plus. C’est pourquoi je n’en ai jamais parlé ici.

C’est en feuilletant le livre de Rosalie Lessard que sa recette de crêpes m’a interpelées. Elle les nomme « crêpes minces, minces, minces ». Avec ce nom, vous pouvez comprendre que je n’ai pas résisté. Résultat, voici ma nouvelle recette préférée de crêpes : j’arrive à les faire minces, la recette est facile ainsi que rapide à préparer et surtout, le goût est délicieux! J’espère que vous essayerez cette recette et qu’elle vous plaira autant qu’à nous.

Crêpes minces
Crêpes minces
Pour 2 à 3 personnes

1 tasse ou 140 g de farine
1 cuillère à soupe de sucre
¼ de cuillère à thé de sel
2 oeufs
1 tasse ou 250 g de lait
1 cuillère à thé d’extrait de vanille (facultatif)
Huile végétale en quantité suffisante pour la cuisson

Dans un bol, tamiser la farine, le sucre et le sel.

Dans un autre bol, fouetter les oeufs avec le lait et l’extrait de vanille. Verser un tiers des ingrédients liquide sur les ingrédients secs et bien mélanger à l’aide d’un fouet. Ajouter un autre tiers de liquide et bien mélanger de nouveau. Ajouter le restant de liquide et bien mélanger.

Verser un peu d’huile dans une poêle et chauffer à feu moyen-élevé. Verser un peu de pâte au centre de la poêle. Soulever la poêle et l’incliner dans tous les sens pour répartir la pâte. Remettre la poêle sur le feu et cuire 1 minute ou jusqu’à ce que le dessus de le crêpe ait figé. Retourner la crêpe et cuire quelques secondes*. Garnir selon vos envies, servir et déguster avec plaisir.

*Pour servir les crêpes en même temps, préchauffez le four à la température la plus base possible. Chaque fois qu’une crêpe est prête, la glisser sur une assiette et la réserver dans le four chaud.

La cabane à sucre

Je n’y pense pas chaque printemps, mais j’avoue que cette année, je prendrais bien un menu de cabane à sucre. J’ai essayé de réfléchir à l’élaboration d’un tel menu, mais ça fait beaucoup de préparation et beaucoup trop de nourriture pour ma famille… surtout qu’il n’y aura pas autant d’enthousiaste que je le souhaiterais. En attendant, je vais essayer de réaliser du beurre d’érable et après, je tenterais peut-être la réalisation de tire d’érable. Dans la foulée, je vais peut-être enchaîner avec un pouding chômeur et des grand-pères dans le sirop d’érable. Je mangerais bien des oreilles de crisse, mais vu ma dernière tentative pour les réaliser, il y a peu de chance que je m’y risque…

Pour rester dans un univers québécois et sucré, je vous propose des bonbons aux patates. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 2, numéro 5.

Bonbons aux patates
Bonbons aux patates
Pour 20 portions

¼ de tasse ou 65 g de purée de pommes de terre bien lisse,
  nature et froide*
½ cuillère à soupe d’extrait de vanille
3 tasses ou 390 g de sucre à glacer ou plus
⅓ de tasse ou 80 g de beurre d’arachide**

Dans un bol, mélanger la purée de pommes de terre avec l’extrait de vanille. Incorporer graduellement le sucre glace jusqu’à ce que le tout forme une pâte souple qui se tient.

Sur un plan de travail saupoudré de sucre à glacer, verser la pâte et la pétrir quelques minutes pour la raffermir et lui donner la texture d’une pâte à tarte. Sur un papier parchemin, abaisser la pâte en un rectangle d’environ 35 cm par 20 cm (14 pouces par 8 pouces).

Brasser le beurre d’arachide pour l’assouplir ou le passer au four micro-ondes quelques secondes et l’étaler sur la pâte. En s’aidant du papier parchemin, enrouler la pâte sur elle-même pour former un rouleau. Réfrigérer pendant au moins 1 heure.

Retirer le papier parchemin et découper des tranches d’environ 1 cm (½ pouce) d’épaisseur. Conserver dans un contenant hermétique au réfrigérateur. Déguster avec plaisir.

*La purée de pommes de terre doit être réalisé sans lait ni de beurre. Il est très important que la purée soit froide : si elle est tiède ou chaude, il faudra ajouter beaucoup plus de sucre à glacer pour obtenir une pâte et le tout sera extrêmement sucré.
**Vous pouvez remplacer le beurre d’arachide par un autre beurre de noix, par une pâte à tartiner ou de la confiture. Selon la garniture choisit, les bonbons aux patates seront très sucrés.

Et vous, est-ce que vous rêvez du temps des sucres ou plutôt des asperges printanières?

Changer de restaurant…

Quand l’on mange chez quelqu’un et que le repas nous a grandement plu, il n’est pas rare que nous disions que c’est un bon restaurant et qu’il faudra revenir. Mon chéri a adopté cette expression et l’utilise parfois pour définir ma cuisine. Hier au souper, mon chéri a fait une remarque pour me taquiner. Dans le même esprit, je me suis tournée vers Mini-nous et je lui demande si on changeait de restaurant pour aller à celui de son père. Mini-nous m’a répliqué que c’était impossible. Un peu étonnée, je lui demande de m’expliquer pourquoi. C’est simple, il est impossible à son père de construire un restaurant en une semaine! Bref, nous avons bien rigolé.

Dans un tout autre registre, je vous propose une recette toute simple de noix sucrées-salées. J’ai pris cette recette dans le dernier livre de Ricardo, À la plaque.

Noix sucrées-salées à l'érable
Noix sucrées-salées à l’érable
Pour 1 pot de 500 ml

1 blanc d’oeuf
2 tasses ou 265 g d’amandes, de noix de cajou et de pacanes
  (ou noix de pécan)*
¼ de tasse ou 40 g de sucre d’érable**
1 cuillère à thé de fleur de sel

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un grand bol, fouetter le blanc d’oeuf jusqu’à ce qu’il forme des pics mous. Ajouter les noix, le sucre d’érable et le sel. Bien mélanger et répartir sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin.

Enfourner et cuire pendant 25 minutes ou jusqu’à ce que les noix soient bien dorées. Pendant la cuisson, remuer à deux reprises les noix. À la sortie du four, laisser les noix refroidir totalement. Les noix se conserve au moins 2 mois dans un contenant hermétique à température ambiante.

*Vous pouvez utiliser qu’une seule sorte de noix ou plusieurs. Vous pouvez également utiliser d’autres sortes de noix que celles mentionnées.
**Si vous n’avez pas de sucre d’érable, vous pouvez le remplacer par un autre sucre de votre choix : cassonade, sucre de coco, sucre blanc, sucre roux, etc.

Et vous, avez-vous envie de changer de restaurant?

Mirabel – Rome

Il y a fort longtemps, il existait deux aéroports dans la région montréalaise. Dorval sur île de Montréal, qui aujourd’hui porte l’étrange nom de « PET » pour Pierre-Elliott-Trudeau et qui heureusement à l’international s’abrège « YUL ». L’autre s’appelait Mirabel et se trouvait dans la ville du même nom un peu au Nord-Ouest de Montréal. Mirabel a changé de vocation : elle sert d’avantage pour des tests aéronautiques, pour l’entretien des avions et pour transporter du fret. Pour plusieurs le nom de Mirabel ne fait plus penser à l’aéroport et même qu’il est davantage associé à la culture hydroponique de laitue.

Quand ma belle-mère m’a donné des prunes mirabelles, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à l’aéroport. J’ai choisi de transformer mes mirabelles en confiture et comme j’ai ajouté du rhum dans ma recette… Donc l’association de Mirabel-Rome était simple à faire! Bref, je dois avoir besoin de vacances. Pour cette confiture, je me suis inspirée de recettes dans le livre Mes p’tites confitures de Bernard Le Gulvout

Confiture de mirabelles et rhum
Confiture de mirabelles et rhum*
Pour 5 à 6 pots de 250 ml

5⅔ tasses ou 1 kg de mirabelles
3½ tasses ou 700 g de sucre
½ citron pour le jus
½ gousse de vanille (facultatif)
2 à 3 cuillères à soupe de rhum
¾ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 200 g d’eau
1 cuillères à thé de beurre
1 cuillère à soupe de vinaigre

Dénoyauter les mirabelles et les couper en quatre. Réserver.

Dans une grande casserole, verser la moitié de l’eau, 1 tasse ou 200 g de sucre et le vinaigre. Sans remuer, cuire le mélange jusqu’à ce qu’il prenne une couleur ambrée (un doré un peu brun). Retirer la casserole du feu. Ajouter le beurre et l’eau.

Verser dans la casserole les mirabelles, le sucre restant et le jus de citron. Ajouter la gousse de vanille fendue en deux ainsi que les grains de vanille grattés. Mélanger, remettre sur le feu et porter à ébullition. Laisser mijoter jusqu’à ce que l’écume retombe et que les bulles formées par l’ébullition ressemblent à des yeux de poisson.

Vérifier la cuisson en déposant 1 cuillère à thé de confiture dans une des assiettes réservées au congélateur. Remettre l’assiette au congélateur pendant 2 minutes. Pousser la confiture avec un doigt et si elle forme des rides**, c’est qu’elle est prête. Sinon, poursuivre la cuisson et répéter le test jusqu’à ce que la confiture atteigne le point de gélification.

Retirer la confiture du feu et remuer pendant deux minutes. Retirer la gousse de vanille. Mixer la confiture, si désiré, puis ajouter le rhum et mélanger. Laisser reposer encore 3 minutes en brassant de temps en temps.

Mettre dans des pots stérilisés***, si désiré, en laissant 0,5 cm (¼ de pouce) d’espace sous le goulot. Stériliser ensuite les pots pendant 10 minutes dans de l’eau bouillante. Déguster au moment désiré.

*Mon idée initiale était de réaliser une confiture de mirabelles au caramel. Comme j’ai oublié le jus de citron dans ma confiture et que je n’ai pas fait assez cuire mon caramel, le goût du caramel est très discret. Je vous propose quand même la méthode que j’ai employé pour cette confiture.
**En lisant, vous ne comprendrez peut-être pas l’aspect que doit avoir la confiture, mais en exécutant le test, vous identifierez facilement quand la confiture aura des « rides » et sera prête.
***Pour la méthode de stérilisation, je vous propose de lire cet article ou celui-ci. Si vous ne voulez pas stériliser vos pots, les conserver au réfrigérateur et les déguster rapidement ou les congeler, mais je n’ai aucune idée de l’incidence de la congélation sur le goût et la texture de la confiture.

Et vous, est-ce que vous connaissez une ville ayant eu un aéroport et que celui n’est plus en activité maintenant?

Quoi faire avec des bleuets?

Il est rare que je cuisine les bleuets (ou myrtilles) puisque ce n’est pas un fruit qui nous interpelle. Pourtant quand j’ai reçu des bleuets sauvages, j’ai eu envie d’essayer plusieurs recettes : scones, muffins, gâteau… Finalement pour bien conserver ces petites billes bleues, j’ai opté pour une confiture.

J’avais envie d’une confiture où les fruits restent majoritairement entiers. Pour la recette, mon choix s’est porté sur une de Ricardo issu de son magazine volume 4, numéro 4. Pour ne rien gâcher, elle est très simple à réaliser (si l’on a un thermomètre) et j’ai eu plein d’idées pour la parfumer autrement!

Confiture de bleuets
Confiture de bleuets
Pour 4 pots de 250 ml

1½ cuillère à soupe ou 22 g d’eau
½ citron pour le jus
1¼ tasse ou 250 g de sucre
1 branche de thym* (facultatif)
4½ tasses ou 700 g de bleuets ou de myrtilles

Dans une grande casserole, verser l’eau, le jus de citron, le sucre et le thym. Porter à ébullition et cuire jusqu’à ce qu’un thermomètre indique 120°C (250°F).

Ajouter les bleuets et brasser délicatement. Porter de nouveau à ébullition. Quand le mélange bout, retirer du feu. Verser la confiture sur une grande plaque et laisser reposer pendant 1 heure à température ambiante.

Après ce temps de repos, remettre la confiture dans la casserole et porter à ébullition. Laisser mijoter quelques minutes et retirer du feu. Retirer la branche de thym.

Verser la confiture dans des pots stérilisés** en laissant 0,5 cm (¼ de pouce) d’espace sous le goulot. Stériliser ensuite les pots pendant 5 minutes dans de l’eau bouillante. Déguster avec plaisir au moment désiré.

*Pour parfumer la confiture, vous pouvez remplacer le thym par des zestes d’agrumes (citron, orange, pamplemousse…), une demi-gousse de vanille, un petit bâton de cannelle, un peu de gingembre frais, du romarin, du thé, etc.
**Pour la méthode de stérilisation, je vous propose de lire cet article ou celui-ci. Si vous ne voulez pas stériliser vos pots, les conserver au réfrigérateur et les déguster rapidement ou les congeler, mais je n’ai aucune idée de l’incidence de la congélation sur le goût et la texture de la confiture.

Et vous, est-ce que vous aimez la confiture de bleuets?