Mot-clé : gingembre

Des fleurs et des fleurs

Dès que j’ai débuté mes plates-bandes, je me doutais que ce serait un travail qui ne s’arrêterait jamais. Il y a toujours les mauvaises herbes et surtout les pucerons! Ma lutte contre ces derniers depuis le début de la belle saison me fait hésiter sur l’ajout d’un rosier sur tige. Rien ne presse et peut-être que l’année prochaine, je sauterai le pas, mais pour l’instant, je n’en ai plus envie. J’ai ajouté un dahlia et un delphinium. J’aime beaucoup ces fleurs qu’on peut couper pour faire des bouquets et j’imagine déjà ajouter des plants l’an prochain. Après ma grande hésitation du moment, c’est l’eucalyptus. Depuis que j’ai entendu dans une émission de télé qu’on pouvait en planter dans nos régions, j’en rêve! Par contre, l’eucalyptus s’approche plus d’un arbre… Il peut faire 1 mètre (3 pieds et 3 pouces) de diamètre et jusqu’à 5 mètres (16 pieds et 5 pouces) de haut!

En attendant que je me décide, je vous propose une recette végétalienne de tofu au curry. J’ai pris cette recette dans le livre de Loounie cuisine.

Curry de chou-fleur au tofu
Curry de chou-fleur au tofu
Pour 3 personnes

200 g de tofu ferme ou extra-ferme*
½ cuillère à soupe de sauce soja
½ cuillère à soupe de jus de citron ou de vinaigre de cidre
½ cuillère à soupe de sirop d’érable
¼ à ⅓ de tasse ou 15 à 20 g de levure alimentaire
  en flocons**
½ cuillère à soupe d’huile végétale
1 cuillère à thé de gingembre frais râpé
1½ cuillère à soupe de pâte de curry rouge
½ cuillère à thé de curcuma moulu
1 oignon, haché
2 tasses ou 200 g de chou-fleur*** en petits bouquets
½ cuillère à soupe de sirop d’érable
½ cuillère à soupe de jus de lime
2 cuillères à soupe d’eau
¾ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 200 g de sauce tomate
   ou de tomate en dés
¾ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 200 g de lait de coco
Sel
Arachides ou noix de cajou, au goût (facultatif)

Éponger le tofu pour retirer le plus d’eau possible. Avec les doigts, défaire le tofu en morceaux.

Dans un bol, mélanger la sauce soja, le jus de citron et le sirop d’érable. Ajouter le tofu et bien mélanger. Si désiré, laisser mariner le tofu pendant 4 à 12 heures**** au réfrigérateur.

Préchauffer le four à 190°C (375°F).

Ajouter la levure alimentaire au tofu et bien mélanger.

Déposer le tofu sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin ou d’un tapis en silicone. Enfourner et cuire pendant 25 minutes ou jusqu’à ce que le tofu soit bien doré.

Pendant que le tofu cuit au four, préparer la sauce du curry. Dans une casserole, chauffer l’huile et ajouter le gingembre. Faire revenir pendant 1 minute. Ajouter la pâte de curry et le curcuma, poursuivre la cuisson pendant 1 minute. Ajouter l’oignon et cuire pendant 2 minutes.

Ajouter le chou-fleur, le sirop d’érable, le jus de lime, l’eau et la sauce tomate. Porter à ébullition, réduire le feu, couvrir et laisser mijoter pendant 8 minutes.

Ajouter la lait de coco et laisser mijoter à découvert pendant 7 minutes. Ajouter le tofu et bien mélanger. Saler au goût. Servir et garnir d’arachides. Déguster avec plaisir.

*Au Québec, il y a plusieurs textures possible dans les tofus : ferme, extra-ferme, mi-ferme, mou, soyeux, crémeux, etc. En Suisse, on trouve généralement le tofu ferme dans les rayons réfrigérés dédiés aux alimentes végétariens… et il n’y a pas d’autres textures disponible en générale dans cette section.
**La levure alimentaire ou nutritionnelle n’est pas la levure que l’on utilise pour faire du pain (et encore moins la levure chimique utilisée en pâtisserie). En Suisse, on trouve la levure alimentaire dans les pharmacies ou les magasins d’alimentation spécialisés. Au Québec, elle se trouve de plus en plus facilement dans les épiceries.
***Vous pouvez remplacer la moitié du chou-fleur par un autre légume : petits pois, pois mange-tout, poivron, etc.
****Moi, je préfère quand le tofu a mariné plusieurs heures, mais libre à vous d’omettre cette étape.

Et vous, comment se portent vos plates-bandes?

Les épiceries…

Sans doute que le Québec me manque et que mon envie d’y aller se fait de plus en plus sentir. Ce matin, je me suis surprise à penser aux choses que j’aime à l’épicerie au Québec. Pour être équitable, je vais vous énumérer 5 choses que j’aime dans les épiceries du Québec et 5 choses que j’aime dans les épiceries en Suisse.

Commençons par la Suisse. Une des choses que j’aime, c’est de trouver facilement des fruits mûrs à point : surtout pour les avocats et les mangues. Un autre élément que je trouve pratique, ce sont les petits pains vendus individuellement : à chacun son pain, c’est pratique pour les pique-niques et moins de gaspillage quand on n’en consomme pas de grandes quantités. Le choix de la charcuterie séchée : je sais que l’offre s’est étoffée au Québec au cours des dernières années, mais je trouve toujours plus invitant l’étalage en Suisse. Il y a aussi la présence de la levure fraîche, je sais que je vais en trouver peu importe dans quelle épicerie j’entre. Pour le dernier point, c’est évidemment le choix pour les plaques de chocolat! Même dans les épiceries de village, l’assortiment est toujours impressionnant!

Pour le Québec, je pense surtout au choix : dans une épicerie Suisse, on trouve en moyenne 10 000 produits différents, alors qu’au Québec, on parle plutôt de 20 000 produits! L’allée des chips me manquent aussi : entre ketchup, barbecue et assaisonnée, je ne saurais dire ma préférée, mais je sais que je les trouve toutes au Québec. Étonnamment, le fromage me vient en tête, je trouve que les fromages québécois sont beaucoup plus variés en terme de goût et de texture… et juste pour le fromage frais (en grain ou en bloc), il faut que je le mentionne! L’assortiment de biscuits salés ou sucrés, j’ai l’impression qu’il y a beaucoup plus de variétés au Québec. Pour le dernier point, je vais mentionner l’explosion de produits de différents chefs : j’aimerais essayer beaucoup de choses! Pourtant, ce dernier point est à double tranchant. D’un côté, certains produits sont disponible uniquement dans les IGA et malheureusement, il n’y en a pas dans ma ville natale, donc j’y ai peu accès quand je vais au Québec. Aussi, l’autre point que je constate, même si cette offre m’interpelle beaucoup, c’est les prix. J’habite en Suisse où les prix sont relativement élevés, mais le prix de certains de ces produits arrivent quand même à me surprendre et je remets l’item sur la tablette sans hésitation.

J’espère que ces petits éléments vous auront amusés et pour la suite, je vous propose une recette de poulet style Général Tao au sirop d’érable. J’ai pris cette recette sur le site de Recettes du Québec.

Poulet Général Sirop
Poulet style Général Tao au sirop d’érable
Pour 3 personnes

300 g de poitrines de poulet
3 cuillères à soupe ou 26 g de farine
1 cuillère à soupe d’huile végétale
15 fleurons de brocoli*
1 échalote
¼ de tasse ou 85 g de sirop d’érable
1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre
1 cuillère à soupe de sauce soja
1 cuillère à thé de gingembre frais râpé
¼ de cuillère à thé de poivre ou de sauce pimentée
Sel

Remplir une casserole d’eau et porter à ébullition. Détailler le brocoli en petits bouquets de même taille. Quand l’eau bout, saler l’eau et ajouter les fleurons de brocoli dans l’eau bouillante et cuire pendant 4 minutes. Égoutter le brocoli et rincer à l’eau froide pour arrêter la cuisson. Réserver.

Éplucher et ciseler finement l’échalote.

Couper le poulet en cubes de taille similaire. Enrober de farine les morceaux de poulet. Bien secouer la viande pour retirer l’excédent de farine.

Dans une poêle ou un wok, verser et chauffer l’huile. Quand le corps gras est bien chaud, ajouter le poulet et cuire pendant 10 minutes ou jusqu’à ce que la viande soit cuite. Retirer les morceaux de poulet de la poêle et les déposer sur une assiette préalablement tapisser de papier absorbant. Réserver.

Dans la même poêle, faire revenir le brocoli pendant 4 minutes. Ajouter l’échalote et le gingembre. Poursuivre la cuisson pendant 1 minute. Ajouter le sirop d’érable, le vinaigre de cidre, la sauce soja et le poivre. Poursuivre la cuisson jusqu’à ce que la sauce épaississe. Ajouter le poulet, bien mélanger et servir. Déguster avec plaisir.

*Il est aussi possible d’utiliser la tige du brocoli. Il suffit de l’éplucher et de la couper en rondelles. Vous pouvez aussi remplacer le brocoli par d’autres légumes de votre choix.

Et vous, qu’aimez-vous dans votre épicerie?

Est-ce dimanche?

Cette année, nous avons pu nous retrouver avec la famille de mon chéri et nous sommes restés une bonne partie de l’après-midi. La journée a filée à grande allure. Je profitais de notre retour à la maison pour faire quelques petites choses… et j’oubliais que nous étions dimanche. Cependant, j’ai souvent une petite recette rapide sous la main à vous proposer et aujourd’hui me semble la bonne journée pour y avoir recours.

La recette que je vous propose est tirée du livre Tartare à la maison de Geneviève Everell.

Tartare de boeuf asiatique
Tartare de boeuf asiatique
Pour 2 personnes

250 g de filet mignon de boeuf*
1 cuillère à soupe de graines de sésame (facultatif)
½ cuillère à soupe de gingembre frais râpé
½ pomme**
½ cuillère à soupe de sauce tamari ou de sauce soja
½ cuillère à thé de moutarde de Dijon
½ cuillère à thé de sauce hoisin
1 cuillère à soupe de ciboulette ciselée

Dans un bol, mélanger le gingembre, la sauce tamari, la moutarde de Dijon, la sauce hoisin et la ciboulette. Réserver.

Couper la viande en petits cubes (moins de 5 mm de côté). S’il fait chaud ou s’il vous faut du temps pour couper la viande, préparer un bol contenant des glaçons et déposer un second bol sur les glaçons. Déposer au fur et à mesure la viande découpée dans ce bain-marie glacé.

Ajouter le boeuf coupé à la préparation réservée et mélanger.

Couper la pomme en brunoise (en petits dés) et l’ajouter au bol contenant la viande. Ajouter les graines de sésame et mélanger. Servir et déguster avec plaisir sur du pain grillé ou avec des frites.

*Choisissez une pièce de viande tendre et sans nerfs comme un steak, de l’intérieur de ronde ou une viande à grillade. J’avoue, je prends rarement du filet mignon de boeuf pour faire un tartare.
**Vous pouvez remplacer la pomme par de la poire ou par une poire asiatique.

Joyeuses Pâques!

Tout tao!

Je ne sais pas si j’ai fait le tour, mais j’ai essayé la plupart des recettes de style Général Tao. Avec mon chéri, nous adorons les versions qui contiennent de la mangue. Je ne sais pas pourquoi, ce fruit apporte un petit quelque chose qui nous plait énormément dans les plats asiatiques. J’avais un restant de mangue au réfrigérateur et un peu de porc haché. Avec ces aliments, j’ai eu l’idée de préparer des boulettes Général Tao.

Pour une version du Général Tao, j’ai utilisé la sauce du Général tofu de Ricardo. La recette de la sauce vient du magazine Ricardo volume 11, numéro 2.

Boulettes de porc Général Tao
Boulettes de porc Général Tao
Pour 3 personnes

Boulettes
300 g de porc haché
1 tranche de pain de mie
2 cuillères à soupe ou 30 g de lait
½ de cuillère à thé de poudre d’oignon
¼ de cuillère à thé de gingembre moulu

2 carottes
½ mangue*

Sauce
¼ de tasse ou 60 g de bouillon de poulet ou de légumes
¼ de tasse ou 50 g de cassonade ou de sucre roux
2 cuillères à soupe ou 30 g de sauce soja
2 cuillères à soupe ou 30 g de vinaigre de riz ou de cidre
2 cuillères à soupe ou 30 g de ketchup
1 cuillère à thé de fécule de maïs ou de maïzena
1 cuillère à thé de sambal oelek
½ cuillère à soupe d’huile végétale

Sel et poivre

Boulettes
Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un bol, déchiqueter la tranche de pain de mie en petits morceaux et ajouter le lait. Laisser reposer pendant 5 minutes. Ajouter le porc haché, la poudre d’oignon et le gingembre. Bien mélanger, saler et poivrer. Façonner des petites boulettes d’environ 2 cm (¾ de pouce). Déposer sur les boulettes sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Enfourner et cuire pendant 20 minutes.

Éplucher les carottes et les couper en rondelles. Éplucher la mangue et la couper en julienne.

Remplir une casserole d’eau et à ébullition. Saler généreusement l’eau. Ajouter les carottes et cuire pendant 4 minutes. Égoutter les légumes et rincer à l’eau froide. Réserver.

Sauce
Dans un bol, mélanger le bouillon de poulet, la cassonade, la sauce soja, le vinaigre, le ketchup, la fécule de maïs et le sambal oelek. Réserver.

Dans un wok ou une grande poêle, chauffer l’huile. Quand le corps gras est chaud, ajouter les carottes et les faire revenir pendant 3 à 5 minutes. Ajouter la sauce et porter à ébullition. Quand la sauce à bien épaissi, ajouter les boulettes de porc ainsi que la mangue et bien les enrober de sauce. Servir avec un riz et déguster avec plaisir.

*Vous pouvez remplacer les carottes et la mangue par d’autres fruits ou légumes de votre choix : ananas, brocoli, poivrons, oignons, pois mange-tout, etc. Selon les légumes choisis, il n’est pas nécessaire de les blanchir avant des les faire revenir dans le wok.

Et vous savez quoi? J’ai une autre recette style Général Tao à vous proposer prochainement!

Pourquoi pas du porc haché?

Par moment avec les repas, j’ai un peu l’impression de tourner en rond. C’est encore plus flagrant quand je dois choisir les viandes pour la semaine : je manque souvent d’inspiration et rien ne me fait vraiment envie. J’ai pris du porc haché pour changer et celui-ci s’est révélé être plus inspirant que le traditionnel boeuf haché. Le porc haché est souvent plus moelleux et moins cher. En contrepartie, il a une saveur un peu plus neutre qui n’est pas nécessairement au goût de tout le monde.

Cette fois avec cette viande, j’ai eu envie de réaliser une soupe avec des petites boulettes et un parfum asiatique. Cette soupe repas nous a bien plu et pour ne pas oublier cette improvisation, je me suis dépêchée de la noter pour pouvoir la refaire et vous la partager.

Soupe aux boulettes de porc d'inspiration asiatique
Soupe aux boulettes de porc d’inspiration asiatique
Pour 3 personnes

200 g de porc haché
1 oeuf
3 cuillères à soupe ou 45 g de chapelure
1 cuillère à soupe de sauce tamari ou de sauce soja
1 cuillère à thé de sauce de poisson
¼ de cuillère à thé d’huile de sésame
½ cuillère à thé de poudre d’oignon
¼ de cuillère à thé de gingembre en poudre ou de gingembre
  frais haché finement
2 pincées de coriandre moulue
3 carottes*
1 gousse d’ail
3 tranches de gingembre pelé
4 tasses ou 1000 g de bouillon de poulet
90 g (3 onces) de nouilles de riz
2 cuillères à thé d’huile végétale
Sel et poivre

Dans un bol, mélanger le porc haché, l’oeuf, la chapelure, la sauce tamari, la sauce de poisson, l’huile de sésame, la poudre d’oignon, le gingembre en poudre et la coriandre. Façonner en petites boulettes**.

Éplucher les carottes et les couper en julienne. Trancher la gousse d’ail.

Dans une casserole, verser le bouillon et ajouter la gousse d’ail*** ainsi que les tranches de gingembre. Porter à ébullition et ajouter les boulettes de porc, réduire le feu pour que le tout bouille doucement. Laisser mijoter 5 minutes, puis ajouter les nouilles de riz. Poursuivre la cuisson pendant 8 minutes ou jusqu’à ce que les nouilles soient cuites. Brasser régulièrement.

En parallèle dans une poêle, chauffer l’huile. Quand le corps gras est chaud, ajouter les carottes et les cuire pendant 7 minutes ou jusqu’à ce que la texture vous plaise. Saler et poivrer.

Si désiré, retirer les tranches d’ail et de gingembre de la soupe avant de la servir. Servir et garnir chaque bol de soupe avec la julienne de carottes. Déguster avec plaisir.

*Vous pouvez omettre la julienne de carottes. Il est possible de garnir la soupe avec des fèves germées, de la coriandre fraîche, le jus d’une lime, des graines de sésame, de la sriracha, etc.
**La préparation de porc sera assez molle, mais elle devrait se tenir. Si ce n’est pas le cas, ajouter un peu de chapelure.
***Vous pouvez également ajouter des tranches de citronnelle dans le bouillon.

Et vous, est-ce que vous pensez à acheter du porc haché?