Mot-clé : vanille

Mirabel – Rome

Il y a fort longtemps, il existait deux aéroports dans la région montréalaise. Dorval sur île de Montréal, qui aujourd’hui porte l’étrange nom de « PET » pour Pierre-Elliott-Trudeau et qui heureusement à l’international s’abrège « YUL ». L’autre s’appelait Mirabel et se trouvait dans la ville du même nom un peu au Nord-Ouest de Montréal. Mirabel a changé de vocation : elle sert d’avantage pour des tests aéronautiques, pour l’entretien des avions et pour transporter du fret. Pour plusieurs le nom de Mirabel ne fait plus penser à l’aéroport et même qu’il est davantage associé à la culture hydroponique de laitue.

Quand ma belle-mère m’a donné des prunes mirabelles, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à l’aéroport. J’ai choisi de transformer mes mirabelles en confiture et comme j’ai ajouté du rhum dans ma recette… Donc l’association de Mirabel-Rome était simple à faire! Bref, je dois avoir besoin de vacances. Pour cette confiture, je me suis inspirée de recettes dans le livre Mes p’tites confitures de Bernard Le Gulvout

Confiture de mirabelles et rhum
Confiture de mirabelles et rhum*
Pour 5 à 6 pots de 250 ml

5⅔ tasses ou 1 kg de mirabelles
3½ tasses ou 700 g de sucre
½ citron pour le jus
½ gousse de vanille (facultatif)
2 à 3 cuillères à soupe de rhum
¾ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 200 g d’eau
1 cuillères à thé de beurre
1 cuillère à soupe de vinaigre

Dénoyauter les mirabelles et les couper en quatre. Réserver.

Dans une grande casserole, verser la moitié de l’eau, 1 tasse ou 200 g de sucre et le vinaigre. Sans remuer, cuire le mélange jusqu’à ce qu’il prenne une couleur ambrée (un doré un peu brun). Retirer la casserole du feu. Ajouter le beurre et l’eau.

Verser dans la casserole les mirabelles, le sucre restant et le jus de citron. Ajouter la gousse de vanille fendue en deux ainsi que les grains de vanille grattés. Mélanger, remettre sur le feu et porter à ébullition. Laisser mijoter jusqu’à ce que l’écume retombe et que les bulles formées par l’ébullition ressemblent à des yeux de poisson.

Vérifier la cuisson en déposant 1 cuillère à thé de confiture dans une des assiettes réservées au congélateur. Remettre l’assiette au congélateur pendant 2 minutes. Pousser la confiture avec un doigt et si elle forme des rides**, c’est qu’elle est prête. Sinon, poursuivre la cuisson et répéter le test jusqu’à ce que la confiture atteigne le point de gélification.

Retirer la confiture du feu et remuer pendant deux minutes. Retirer la gousse de vanille. Mixer la confiture, si désiré, puis ajouter le rhum et mélanger. Laisser reposer encore 3 minutes en brassant de temps en temps.

Mettre dans des pots stérilisés***, si désiré, en laissant 0,5 cm (¼ de pouce) d’espace sous le goulot. Stériliser ensuite les pots pendant 10 minutes dans de l’eau bouillante. Déguster au moment désiré.

*Mon idée initiale était de réaliser une confiture de mirabelles au caramel. Comme j’ai oublié le jus de citron dans ma confiture et que je n’ai pas fait assez cuire mon caramel, le goût du caramel est très discret. Je vous propose quand même la méthode que j’ai employé pour cette confiture.
**En lisant, vous ne comprendrez peut-être pas l’aspect que doit avoir la confiture, mais en exécutant le test, vous identifierez facilement quand la confiture aura des « rides » et sera prête.
***Pour la méthode de stérilisation, je vous propose de lire cet article ou celui-ci. Si vous ne voulez pas stériliser vos pots, les conserver au réfrigérateur et les déguster rapidement ou les congeler, mais je n’ai aucune idée de l’incidence de la congélation sur le goût et la texture de la confiture.

Et vous, est-ce que vous connaissez une ville ayant eu un aéroport et que celui n’est plus en activité maintenant?

Petit tour du jardin

Je ne sais pas ce que vous avez mis dans votre jardin, mais pour ma part, j’ai envie de vous faire un petit état des lieux. En premier lieu, autant mon plant de concombre peinait à produire l’an passé, autant celui-ci est heureux à son emplacement… et aime donner plusieurs concombres en même temps alors que je suis la seule consommatrice de la maison. Quelques carottes ont été arrachées ici et là, mais nous comptons bien nous y attaquer plus énergiquement. Le framboisier quand à lui aura besoin d’être cadré, le coquin s’amuse à pousser un peu partout et il n’hésite pas à s’éloigner de sa localisation première… Les plants de pommes de terre commencent à jaunir : la curiosité nous pousserait à déterrer un pied, mais quelques semaines de patience nous semblent plus sage. Les haricots jaunes (ou fèves) sont passés au composte. Oui, il y avait encore des fleurs, mais le feuillage jaunissant et se trouant, la récolte nous semblait peu probable. Les poireaux peine à grossir, mais vu la quantité, ce n’est peut-être pas plus mal. Le plan de courgette agit comme il se doit : il prend ses aises quitte à écraser ses voisins… L’aubergine joue les timides et peine à faire grandir ses petits. Les plants de tomates se vengent de nos quelques semaines de négligence en s’affalant sur le sol dès qu’ils se sentent trop lourds : beaucoup de sauce tomate en perspective! Le plan de melon fait croître 4 fruits à la fois, aurons-nous le plaisir de les voir arriver à maturité? Le plant de melon s’obstine également à vouloir cacher le plant de cacahouète : va-il enfin comprendre qu’il doit laisser de la place à l’autre? Pour les fraisiers, ils se développent bien et ils n’hésitent pas à faire des fils… C’est à se demander s’ils auront assez de place puisque les feuillages se chatouillent les uns les autres.

Tant qu’à parler récolte, autant enchaîner avec un fruit qui se fait cueillir dans le coin : les pommes. Je vous propose donc une recette de tarte aux pommes, crumble et pépites de chocolat. J’ai pris cette recette sur le site Les foodies.

Tarte aux pommes, crumble et pépites de chocolat
Tarte aux pommes, crumble et pépites de chocolat
Pour 8 personnes

Garniture
6 pommes
2 cuillères à soupe de sucre
1 gousse de vanille ou 1 cuillère à thé de pâte de vanille

Crumble
½ tasse et 1½ cuillère à soupe ou 82 g de farine
6 cuillères à soupe ou 75 g de sucre
⅔ de tasse ou 82 g de poudre d’amandes
⅓ de tasse et 2 cuillères à thé ou 82 g de beurre non salé

Tarte
1 pâte brisée
⅓ de tasse et 1½ cuillère à soupe tasse ou 75 g de pépites
  de chocolat noir

Garniture
Éplucher et couper en morceaux 4 pommes. Déposer les morceaux de pommes dans une casserole et ajouter le sucre ainsi que 2 à 3 cuillères à soupe d’eau. Couper en deux la gousse de vanille et gratter les grains. Ajouter la gousse et les grains aux pommes. Couvrir et porter à ébullition. Quand le liquide bout, réduire le feu et laisser mijoter pendant 20 minutes ou jusqu’à ce que les pommes soient tendres. Retirer la gousse de vanille. À l’aide d’un pied-mélangeur, mixer les pommes pour obtenir une compote (lisse ou non, selon vos au goût). Couvrir et réfrigérer pendant au moins 1 heure.

Crumble
Dans un bol, mélanger la farine, le sucre et la poudre d’amandes. Ajouter le beurre et mélanger avec le bout des doigts jusqu’à ce que l’ensemble du mélange se tienne lorsqu’il est pressé entre les doigts. Réserver au réfrigérateur.

Tarte
Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser la pâte et la foncer dans un moule à tarte d’environ 20 cm (8 pouces) de diamètre. À l’aide d’une fourchette, piquer le fond de la pâte. Réserver au réfrigérateur.

Éplucher et couper en petits dés les deux dernières pommes.

Sortir la pâte à tarte du réfrigérateur et verser la compote de pommes. Répartir les dés de pommes sur la compote et couvrir le tout avec le crumble. Saupoudrer les pépites de chocolat. Enfourner et cuire pendant 45 minutes ou jusqu’à ce que la pâte soit cuite et le crumble soit bien doré. Laisser tiédir et servir. Déguster avec gourmandise.

Et vous, comment va votre jardin?

L’entremet inhabituel

Début juillet, j’ai vu un entremet qui ne correspond pas à mes habitudes. Pourtant dès que je l’ai vu, j’ai voulu l’essayer. L’occasion se présenta rapidement et en l’exécutant, les doutes m’assaillirent. Ce n’est pas l’apparence de l’entremet qui me perturbait, mais bien les goûts : je mets presque toujours une touche chocolatée et là, il n’y en a pas une trace. Mon chéri n’est pas amateur de bleuets ni de framboises et en prime, il y a du basilic dans la recette! Oui, j’ai osé mettre du basilic dans un dessert et le résultat était des plus gourmands, frais et évidemment différent.

Pour un entremet bien fruité, je vous propose la charlotte aux deux citrons, bleuets, framboises et basilic. J’ai pris cette recette sur le blog d’Isabelle, J’en reprendrai bien un bout.

Charlotte aux deux citrons, bleuets, framboises et basilic
Charlotte aux deux citrons, bleuets, framboises et basilic
Pour 8 à 10 personnes

Garniture
¾ de tasse et 2 cuillères à thé ou 250 g de confiture
  de bleuets ou de myrtilles
⅔ de tasse ou 200 g de confiture de framboises
1 cuillère à soupe de jus de citron
½ à 2 cuillères à soupe d’eau de fleur d’oranger*
Zeste d’un citron
Zeste d’une lime
10 feuilles de basilic frais

Gâteau roulée
5 jaunes d’oeufs
5 blancs d’oeufs
⅓ de tasse et 1 cuillère à thé ou 70 g de sucre
¼ de tasse ou 50 g de sucre
Zeste d’un citron
Zeste d’une lime
20 petites feuilles de basilic frais
¼ de tasse ou 50 g d’huile d’olive fruitée**
¼ cuillère à thé de poudre de vanille***
3½ cuillère à soupe ou 50 g de lait
⅔ de tasse ou 90 g de farine
¼ de cuillère à thé ou 2 g de poudre à pâte
  ou de levure chimique
1 pincée de sel

Mousse citron
1½ de cuillère à thé de gélatine en poudre ou 2 feuilles
  de gélatine (4 g)
5 cuillères à thé ou 25 g de jus de lime
⅓ de tasse ou 80 g de jus de citron
⅓ de tasse ou 80 g de jus de lime
1¼ tasse et 2½ cuillère à thé ou 390 g de lait condensé sucré
10 feuilles de basilic frais
1 tasse ou 250 g de crème à fouetter ou entière
1 tasse ou 250 g de mascarpone
¾ de tasse ou 125 g de bleuets ou de myrtilles
1 tasse ou 125 g de framboises

Bleuets et framboises pour décorer

Garniture
Dans un bol, mélanger les confitures. Ajouter le jus de citron, les zestes et l’eau de fleur d’oranger.

Ciseler finement le basilic et l’ajouter à la confiture. Couvrir et réserver au réfrigérateur.

Gâteau roulée
Préchauffer le four à 170°C (340°F). Chemiser un plaque de cuisson d’une feuille de papier parchemin.

Dans un petit bol, fouetter le lait, l’huile d’olive et la poudre de vanille. Ciseler finement le basilic et l’ajouter à ce mélange. Réserver.

Dans un bol, fouetter en neige les blancs d’oeufs avec le sel. Quand les blancs d’oeufs commencent à bien mousser, ajouter graduellement, toujours en fouettant, ⅓ de tasse et 1 cuillère à thé ou 70 g de sucre. Réserver quand les blancs d’oeufs forment des pics souples.

Dans un autre bol, fouetter les jaunes d’oeufs avec ¼ de tasse ou 50 g de sucre et les zestes jusqu’à ce que le mélange double de volume. Verser ce mélange sur les blancs d’oeufs et incorporer délicatement à l’aide d’une spatule. Au-dessus du mélange tamiser la farine et la poudre à pâte. Incorporer les poudres délicatement.

Prélever 1 grosse cuillère à soupe de pâte et l’ajouter au mélange de lait et d’huile d’olive. Fouetter pour bien incorporer la pâte. Verser ce mélange sur la pâte contenant les oeufs. Mélanger délicatement pour obtenir une pâte lisse et homogène. Verser la pâte sur la plaque de cuisson en veillant à ce que la pâte soit uniformément répartie. Enfourner et cuire pendant 20 minutes.

À la sortie du four, placer une feuille de papier parchemin sur le gâteau et couvrir d’un linge de cuisine. Retourner le tout sur une grille de refroidissement ou un plan de travail ne craignant pas la chaleur. Retirer délicatement le papier qui a servi à la cuisson. Parer les côtés. Sur un des côtés les plus étroit, tailler le en oblique. Sur le côté opposer en partant du bord, pratiquer 3 légères entaille à environ 1 cm (⅜ de pouce) d’écart.

Répartir la garniture sur le gâteau. Conserver l’excédent de confiture au réfrigérateur pour plus tard. Rouler en serrant bien le gâteau en commençant par le bord qui a 3 entailles. Placer le gâteau roulé et emballer dans le papier parchemin au réfrigérateur pendant au moins 1 heures.

Mousse citron
Laisser gonfler la gélatine dans 5 cuillères à thé ou 25 g de jus de lime. Si la gélatine est en feuille, la couper en petits morceaux pour qu’elle soit immergée dans le jus de lime.

Ciseler finement le basilic.

Dans un bol, mélanger le jus de citron, le jus de lime, les zestes et le lait condensé sucré.

Au four micro-ondes ou sur un feu doux, faire fondre la gélatine et l’ajouter au mélange de lait condensé sucré. Incorporer le basilic.

Dans un autre bol, fouetter la crème et le mascarpone jusqu’à ce que le tout forme une chantilly bien ferme. Incorporer délicatement ce mélange à la préparation de lait condensé. Réserver ce mélange au réfrigérateur.

Montage
Placer un cercle à pâtisserie ou le cercle d’un moule à charnière d’environ 20 cm (8 pouces) de diamètre sur l’assiette de présentation. Chemiser les bords du cercle de rhodoïd ou d’une bande de papier parchemin.

Couper le gâteau roulé en tranche d’environ 1,5 cm (⅝ de pouce) d’épaisseur. Placer les tranches sur le tour du cercle ainsi que sur le fond. Couvrir le fond avec le restant de garniture. Verser la moitié de la mousse citron. Recouvrir de bleuets et de framboises. Verser le restant de mousse citron**** et lisser la surface. Réfrigérer au minimum 12 heures.

Un peu avant de servir. Sortir la charlotte du réfrigérateur et retirer le cercle ainsi que le rhodoïd. Décorer avec des fruits frais. Si possible laisser tempérer 20 minutes avant de servir. Déguster avec gourmandise.

*Si vous aimez beaucoup l’eau de fleur d’oranger, ajouter jusqu’à 2 cuillères à soupe. De mon côté, ce parfum est plus ou moins populaire, j’ai mis ½ cuillère à soupe qui reste plus discret, mais apporte une touche à la garniture.
**Si votre huile d’olive n’est pas fruité ou si vous avez un doute sur le goût, utilisez un mélange à part égale d’huile d’olive et d’huile végétale neutre (canola, colza, tournesol, etc.).
***Vous pouvez remplacer la poudre de vanille par 1 cuillère à thé d’extrait de vanille.
****Vous pouvez prélever une partie de la mousse citron et à l’aide d’une poche à pâtisserie, décorer la surface de la charlotte.

Et vous, utilisez-vous les fines herbes dans vos pâtisseries?

Clin d’oeil aux fraises

Au milieu de la saison des fraises, je suis tombée sur un gâteau en forme de cagette. Immédiatement quand j’ai vu cette réalisation, je me suis promis de la faire pour mes beaux-parents afin de souligner leur dernière production de fraises. J’ai montré la photo à mon chéri qui a approuvé mon idée à 100 %. Le soir où nous recevions mes beaux-parents, le gâteau a eu l’effet escompter! Bref, je crois avoir créé un joli souvenir à mes beaux-parents.

J’ai pris l’idée de la cagette sur le blog d’Amuses Bouches. Pour le gâteau, j’ai opté pour une recette vu chez Un déjeuner de Soleil. Je vous ai créé un gabarit à imprimer qui correspond à ma réalisation.

Gâteau cagette aux fraises
Gâteau cagette aux fraises
Pour 8 à 12 personnes

Pâte sablée*
2½ tasses moins 1 cuillère à soupe ou 340 g de farine
½ tasse ou 100 g de sucre
⅓ de tasse ou 40 g de poudre d’amandes
2 pincées de sel
1 tasse moins 1½ cuillère à soupe ou 200 g de beurre non
  salé, tempéré
1 oeuf
1 cuillère à thé d’extrait de vanille

Gâteau au chocolat blanc et citron**
150 g (5¼ onces) de chocolat blanc
½ tasse ou 110 g de beurre non salé, tempéré
4 blancs d’oeufs
¼ de tasse ou 50 g de sucre
⅓ de tasse et 1¼ cuillère à thé ou 50 g de farine
⅓ de tasse ou 40 g de fécule de maïs ou de maïzena
1 citron pour le zeste

Mousse au mascarpone
250 g (9 onces) de mascarpone
¼ de tasse ou 85 g de lait concentré sucré
1 cuillère à thé d’extrait de vanille
½ tasse ou 125 g de crème à fouetter ou de crème entière

28 g (1 once) de chocolat noir ou blanc fondu
4 tasses ou 720 g de fraises ou plus au goût***

Pâte sablée
Dans un bol, mélanger la farine, le sucre, la poudre d’amandes et le sel. Ajouter le beurre coupé en morceaux. Travailler le beurre jusqu’à ce qu’il soit bien incorporé. Ajouter l’oeuf et extrait de vanille. Mélanger jusqu’à ce que la pâte soit souple et homogène.

Placer la pâte entre deux grandes feuilles de papier parchemin et abaisser la pâte sur une épaisseur de 5 mm (un peu moins de ¼ de pouce). Réfrigérer la pâte abaissée au minimum 2 heures, voire toute une nuit.

Découper les 4 côtés de la cagette ainsi que 4 triangles pour les coins. Si désiré, découper d’autres formes dans la pâte qui serviront à garnir la cagette. Remettre les pièces découper au réfrigérateur au moins 30 minutes.

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Déposer les grandes pièces de pâte sablée sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Enfourner et cuire pendant 12 à 14 minutes ou jusqu’à ce que la pâte soit bien dorée. Répéter l’opération avec les petites pièces de pâte sablée en surveillant bien la cuisson. Laisser totalement refroidir avant de manipuler les pièces.

Gâteau au chocolat blanc et citron
Préchauffer le four à 170°C (340°F).

Dans un bol, tamiser la farine et la fécule de maïs.

Hacher le chocolat blanc et le déposer dans le bol d’un bain-marie. Au bain-marie, faire fondre le chocolat. Ajouter le zeste de citron et le beurre. Mélanger pour bien incorporer le beurre.

Dans un grand bol, fouetter les blancs d’oeufs en neige ferme. Quand les blancs d’oeufs commence à mousser, incorporer graduellement le sucre. Incorporer délicatement la préparation de chocolat blanc, puis la préparation de farine. Verser la pâte sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin sur une épaisseur d’environ 5 mm (¼ de pouce). Enfourner et cuire pendant 15 à 20 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre de la pâte en ressorte propre. Laisser refroidir.

Mousse au mascarpone
Dans un bol, fouetter le mascarpone. Ajouter le lait concentré sucré et fouetter jusqu’à ce que le mélange soit très dense. Ajouter l’extrait de vanille.

Dans un autre bol, fouetter la crème jusqu’à ce qu’elle formes des pics souples. Incorporer délicatement la crème fouettée au mascarpone. Réserver au frais.

Montage
Découper trois rectangles d’environ 11,5 cm par 19,5 cm (4½ pouces par 7¾ pouces) selon mon gabarit ou en adaptant au fond de la taille de votre cagette.

Laver, équeuter et trancher environ la moitié des fraises. Réserver le restant des fraises pour la décoration.

Sur une planche à découper ou une assiette plate recouverte de papier parchemin, déposer un gâteau, garnir avec la mousse au mascarpone et ajouter la moitié des fraises tranchées. Couvrir d’un autre gâteau et garnir encore une fois de mousse au mascarpone et de fraises tranchées. Déposer le dernier rectangle de gâteau. Avec le restant de crème au mascarpone, masquer les côtés du gâteau. Si désiré, masquer le dessus du gâteau. Réfrigérer au moins 1 heures.

Déplacer le gâteau sur le plat de service. Assembler les pièces de la cagette autour du gâteau. Utiliser le chocolat fondu pour faire tenir les pièces ensembles. Sur chaque angle coller un triangles, toujours à l’aide du chocolat fondu. Réfrigérer jusqu’au moment de servir.

Au moment de servir, garnir le dessus du gâteau de fraises fraîches. Servir et déguster avec gourmandises.

*La recette donne beaucoup de pâte. Vous en aurez assez pour réaliser une tarte ou pour réaliser une cagette allant jusqu’à 18 cm par 27 cm (7 pouces par 11 pouces).
**J’ai un doute, je crois que j’avais fait une demi-recette. Cependant, j’étais très juste pour faire mes trois étages de gâteau. Bref, ne doublez la recette si votre cagette est un peu plus grande que la mienne.
***J’ai mis que des fraises, mais libre à vous de mettre des framboises, des bleuets (myrtilles), des groseilles, etc. Les petits fruits peuvent être mélangés. Vous pouvez également ajouter des biscuits, des chocolats, des meringues… dans votre cagette.

Profitez bien des petits fruits de l’été!

Des plans qui changent au dernier moment…

Aujourd’hui, je n’aurais pas passé beaucoup de temps à la maison. Nous avons passé une partie de la journée aux bains (nom des stations thermales en Suisse) et ce soir, j’ai une soirée entre filles. Malheureusement, une de nos amies a eu un empêchement de dernière minutes et la soirée s’en trouve légèrement modifiée. Pour compenser son absence, j’ai promis de prendre la boisson non alcoolisée qu’elle me disait. Ça sera donc un coca zéro… j’aurai peut-être préféré un jus de pommes!

Pour ce passage en vitesse, je vous propose une autre recette toute simple aux fraises : des fraises viennoises. J’ai pris cette recette sur le blog d’Isabelle, Les gourmandises d’Isa.

Fraises viennoises
Fraises viennoises
Pour 4 à 6 personnes

Préparation aux fraises
2 tasses ou 350 g de fraises
2 cuillères à soupe de sucre glace
1½ cuillère à thé de gélatine en poudre
  ou 1½ de feuille de gélatine (3 g)

Chantilly
1 tasse ou 250 g de crème à fouetter ou entière
¼ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 50 g de sucre glace
½ cuillère à thé de crème de tartre
1 cuillère à thé d’extrait de vanille

Préparation aux fraises
Dans un bol, faire gonfler la gélatine en poudre dans 1 cuillère à soupe l’eau froide ou faire tremper les feuilles de gélatine dans un bol d’eau froide, environ 5 minutes.

Laver et équeuter les fraises. Mixer un peu moins 1¼ tasse (200 g) de fraises avec le sucre glace. Verser la purée dans une casserole et porter à ébullition. Retirer la casserole du feu, ajouter la gélatine (bien l’essorer si elle est en feuille) et mélanger.

Couper les fraises restantes en petits morceaux. Ajouter les fruits à la purée. Laisser tempérer.

Chantilly
Dans un bol, mélanger le sucre glace et la crème de tartre. Ajouter la crème et fouetter le mélange pour obtenir des pics souples. Ajouter l’extrait de vanille et fouette jusqu’à ce que la crème soit ferme.

Dans des verrines ou des ramequins, répartir la moitié de la préparation aux fraises. Répartir ensuite la moitié de la crème chantilly. Répartir le restant de préparation aux fraises. Garnir avec le restant de chantilly. Réserver au réfrigérateur au moins 3 heures avant de servir. Déguster avec gourmandise.

Au passage, bonne St-Jean!