Mot-clé : pomme

Pédaler dans le vide…

Lundi et mardi ont été des journées intenses, mais pas efficace pour autant. Vous savez ces journées où vous n’avez pas une minute pour souffler, mais quand vous regarder le résultat, il n’y a pas grand chose qui a avancé malgré toute l’énergie que vous y avez mis. En commençant la semaine de cette manière, ça m’a déprimé. Aujourd’hui, j’ai l’impression de regagner un peu en efficacité et un peu moins ce sentiment de pédaler dans le vide. En espérant que la semaine se poursuive dans le bon sens.

Pour aujourd’hui, je vous propose une recette toute simple de croustade aux pommes. C’est une recette que j’ai relevé, il y a plusieurs années, qui provient de l’émission Cuisinez comme Louis.

Croustade aux pommes
Croustade aux pommes
Pour 6 à 8 personnes

5 à 6 pommes
3 cuillères à soupe de sirop d’érable*
½ tasse ou 100 g de cassonade ou de sucre roux**
¼ de tasse ou 35 g de farine
3 cuillères à soupe ou 41 g de beurre fondu
1 tasse ou 100 g de flocons d’avoine

Préchauffer le four à 190°C (375°F).

Éplucher, épépiner et couper en dés les pommes. Déposer les morceaux de fruits dans un plat de cuisson allant au four d’environ 20 cm de diamètre ou de côté. Ajouter le sirop d’érable et mélanger.

Dans un bol, mélanger la cassonade, la farine, les flocons d’avoine et le beurre fondu. Répartir ce mélange sur les pommes.

Enfourner et cuire pendant 30 à 35 minutes. Servir chaud, tiède ou froid et déguster avec gourmandise.

*Vous pouvez remplacer le sirop d’érable par du miel ou du sucre de votre choix.
**La recette originale propose d’utiliser ¾ de tasse ou 150 g de cassonade et de diviser ce sucre en deux : une moitié avec les pommes et l’autre dans le croustillant. Je trouve le résultat un peu trop sucré de cette manière. À vous de choisir ce que vous préférez faire.

Et vous, comment se déroule votre semaine?

Est-ce que je vais y passer mon dimanche?

Il y a un bon moment que j’ai fini d’écrire la recette de cet article. J’ai pu voir un bout du tour de France, le Grand Prix est commencé, les deux Ferrari sont hors course et moi, je tourne également en rond… Quoi vous dire? Je n’ai pas d’anecdote à vous raconter, la semaine a été tranquille et je n’ai rien cuisiné de particulier cette semaine.

En attendant d’être plus inspiré la semaine prochaine, je vous propose une dernière recette du 1er août : des poireaux vinaigrette. J’ai pris cette recette dans le livre de Ricardo : Parce qu’on a tous de la visite…

Poireau vinaigrette
Poireau vinaigrette
Pour 3 personnes

3 poireaux moyens ou petits
½ tasse et 2 cuillères à soupe ou 155 g de bouillon de poulet
  ou de légumes
1 petite branche de thym frais
1 feuille de laurier
1 clou de girofle
2½ cuillères à soupe de vinaigre de cidre
1 petit jaune d’oeuf
¾ de cuillère à thé de moutarde de Dijon
2½ cuillères à soupe d’huile d’olive
1 pomme verte* coupé en fines tranches (facultatif)
Sel et poivre

Préchauffe le four à 180°C (350°F).

Retirer le feuillage vert foncé des poireau. Couper la partie vert pâle et blanche des poireaux en deux tronçons.

Dans un plat de cuisson, étaler les tronçons de poireaux. Ajouter le bouillon, le thym, la feuille de laurier et le clou de girofle. Saler et poivrer. Couvrir d’une feuille de papier d’aluminium et enfourner pendant 30 minutes.

Retirer les poireaux du bouillon et laisser tiédir. Filtrer le bouillon et réserver.

Dans une casserole, verser 3 cuillères à soupe de bouillon et ajouter le vinaigre. Chauffer et laisser réduire jusqu’à ce qu’il reste environ 1½ cuillère à soupe de liquide. Laisser tiédir.

Dans un bol, fouetter la réduction de bouillon, le jaune d’oeuf, la moutarde. Ajouter l’huile en fouettant constamment. Saler et poivrer. Dresser les poireaux dans les assiettes. Ajouter des tranches fines de pommes et arroser de vinaigrette. Servir et déguster avec plaisir.

*En Suisse, la pomme verte est présente occasionnellement sur les étalages des épiceries. On peut la remplacer par une autre pomme, mais le résultat sera plus sucré.

Bon dimanche!

Petit tour du jardin

Je ne sais pas ce que vous avez mis dans votre jardin, mais pour ma part, j’ai envie de vous faire un petit état des lieux. En premier lieu, autant mon plant de concombre peinait à produire l’an passé, autant celui-ci est heureux à son emplacement… et aime donner plusieurs concombres en même temps alors que je suis la seule consommatrice de la maison. Quelques carottes ont été arrachées ici et là, mais nous comptons bien nous y attaquer plus énergiquement. Le framboisier quand à lui aura besoin d’être cadré, le coquin s’amuse à pousser un peu partout et il n’hésite pas à s’éloigner de sa localisation première… Les plants de pommes de terre commencent à jaunir : la curiosité nous pousserait à déterrer un pied, mais quelques semaines de patience nous semblent plus sage. Les haricots jaunes (ou fèves) sont passés au composte. Oui, il y avait encore des fleurs, mais le feuillage jaunissant et se trouant, la récolte nous semblait peu probable. Les poireaux peine à grossir, mais vu la quantité, ce n’est peut-être pas plus mal. Le plan de courgette agit comme il se doit : il prend ses aises quitte à écraser ses voisins… L’aubergine joue les timides et peine à faire grandir ses petits. Les plants de tomates se vengent de nos quelques semaines de négligence en s’affalant sur le sol dès qu’ils se sentent trop lourds : beaucoup de sauce tomate en perspective! Le plan de melon fait croître 4 fruits à la fois, aurons-nous le plaisir de les voir arriver à maturité? Le plant de melon s’obstine également à vouloir cacher le plant de cacahouète : va-il enfin comprendre qu’il doit laisser de la place à l’autre? Pour les fraisiers, ils se développent bien et ils n’hésitent pas à faire des fils… C’est à se demander s’ils auront assez de place puisque les feuillages se chatouillent les uns les autres.

Tant qu’à parler récolte, autant enchaîner avec un fruit qui se fait cueillir dans le coin : les pommes. Je vous propose donc une recette de tarte aux pommes, crumble et pépites de chocolat. J’ai pris cette recette sur le site Les foodies.

Tarte aux pommes, crumble et pépites de chocolat
Tarte aux pommes, crumble et pépites de chocolat
Pour 8 personnes

Garniture
6 pommes
2 cuillères à soupe de sucre
1 gousse de vanille ou 1 cuillère à thé de pâte de vanille

Crumble
½ tasse et 1½ cuillère à soupe ou 82 g de farine
6 cuillères à soupe ou 75 g de sucre
⅔ de tasse ou 82 g de poudre d’amandes
⅓ de tasse et 2 cuillères à thé ou 82 g de beurre non salé

Tarte
1 pâte brisée
⅓ de tasse et 1½ cuillère à soupe tasse ou 75 g de pépites
  de chocolat noir

Garniture
Éplucher et couper en morceaux 4 pommes. Déposer les morceaux de pommes dans une casserole et ajouter le sucre ainsi que 2 à 3 cuillères à soupe d’eau. Couper en deux la gousse de vanille et gratter les grains. Ajouter la gousse et les grains aux pommes. Couvrir et porter à ébullition. Quand le liquide bout, réduire le feu et laisser mijoter pendant 20 minutes ou jusqu’à ce que les pommes soient tendres. Retirer la gousse de vanille. À l’aide d’un pied-mélangeur, mixer les pommes pour obtenir une compote (lisse ou non, selon vos au goût). Couvrir et réfrigérer pendant au moins 1 heure.

Crumble
Dans un bol, mélanger la farine, le sucre et la poudre d’amandes. Ajouter le beurre et mélanger avec le bout des doigts jusqu’à ce que l’ensemble du mélange se tienne lorsqu’il est pressé entre les doigts. Réserver au réfrigérateur.

Tarte
Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser la pâte et la foncer dans un moule à tarte d’environ 20 cm (8 pouces) de diamètre. À l’aide d’une fourchette, piquer le fond de la pâte. Réserver au réfrigérateur.

Éplucher et couper en petits dés les deux dernières pommes.

Sortir la pâte à tarte du réfrigérateur et verser la compote de pommes. Répartir les dés de pommes sur la compote et couvrir le tout avec le crumble. Saupoudrer les pépites de chocolat. Enfourner et cuire pendant 45 minutes ou jusqu’à ce que la pâte soit cuite et le crumble soit bien doré. Laisser tiédir et servir. Déguster avec gourmandise.

Et vous, comment va votre jardin?

Desserts du 1er août, sans prise de tête

Pour revenir à mon buffet du 1er août, je vais commencer par les desserts. Pour cette fête suisse, j’ai voulu mettre le chocolat en évidence en proposant une mousse au chocolat Toblérone. J’ai simplement doublé la recette que je vous avais déjà proposée et j’ai mis ma mousse dans un grand plat. Pour la servir, j’ai utilisé une cuillère à portion (ou une cuillère à crème glacée) : rapide et efficace! Comme second dessert, j’ai préparé une tarte aux pommes. Ce choix n’était pas anodin : ma belle-mère m’avait donné un beau sac de pommes et aussi, c’était ma manière de rendre hommage à la Grand-mère de mon chéri…

Pour cette tarte, je voulais absolument utiliser ma pâte feuilletée maison. En regardant les recettes, j’ai vu que les tartes feuilletées se réalisaient plutôt avec une compote de pommes. N’ayant pas envie de faire une compote de pommes au milieu de toutes mes autres préparations, j’ai choisi de couper mes pommes en fines tranches et d’utiliser la méthode de « Grand-mère » pour compléter la recette. Je vous propose donc ma recette simple de tarte feuilletée aux pommes.

Tarte feuilletée aux pommes
Tarte feuilletée aux pommes
Pour 8 à 12 personnes

1 abaisse de pâte feuilletée
¾ de tasse ou 150 g de sucre
½ cuillère à soupe de fécule de maïs ou de maïzena
½ cuillère à soupe de farine
¼ à ½ cuillère à thé de cannelle moulue (facultatif)
4 à 6 pommes*
2 cuillères à soupe de beurre salé ou non salé, au choix

Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser la pâte feuilletée en un rectangle d’une épaisseur d’environ 3 mm (⅛ de pouce). Humecter la bordure de la pâte avec un peu d’eau et replier les bords de la pâte vers l’intérieur pour former une bordure d’environ 2 cm (¾ pouce). Réfrigérer la pâte pendant au moins 30 minutes.

Préchauffer le four à 190°C (375°F).

Dans un bol, mélanger le sucre, la fécule, la farine et la cannelle. Éplucher, épépiner et trancher finement les pommes.

Placer la pâte feuilletée sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Saupoudrer généreusement le mélange de sucre à l’intérieur de la bordure. Répartir les tranches de pommes sur le sucre. Saupoudrer le restant de sucre sur les pommes. Parsemer des petits morceaux de beurre sur les pommes. Enfourner sans attendre pendant 30 à 40 minutes ou jusqu’à ce que la pâte soit dorée et les pommes fondantes. Laisser tiédir et déguster avec gourmandises.

*Vous pourriez réaliser cette recette avec des poires ou un mélange de pommes et de poires.

Et vous, comment réalisez-vous votre tarte aux pommes?

Piccalilli

Pour mes paniers gourmands, j’essaie d’ajouter de plus en plus des éléments salés. Évidemment, il y aura toujours une majorité sucrée… surtout que j’ai plus de peine à trouver des recettes salées! Cette année, j’ai craqué pour une recette de piccalilli. Ce n’est pas dans mes habitudes de préparer des marinades, mais ça se conserve tellement bien. À la dégustation, j’ai été très surprise d’aimer : en général, je n’aime pas les trucs dans le vinaigre, c’est pour dire à quel point les piccalilli sont bons!

Ce n’est pas vraiment une recette que l’on prépare en hiver. Il vaut mieux les préparer en été ou en automne quand les légumes sont en abondance, alors n’oubliez pas de l’ajouter à vos conserves à faire aux prochaines récoltes! J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 13, numéro 7.

Piccalilli
Piccalilli
Pour 5 pots de 250 ml

2 tasses ou 230 g de chou-fleur coupé en très petits bouquets
284 g d’oignons perlés
1 tasse ou 130 g de cornichons frais ou de concombre
  du jardin
½ tasse ou 100 g de haricots verts*
1 pomme
3 cuillères à soupe de gros sel à marinade**
1 cuillère à soupe de moutarde sèche
1 cuillère à soupe de graines de moutarde
2 cuillères à thé de curcuma moulu
1 cuillère à thé de graines de coriandre
1 cuillère à thé de graines de cumin
2 cuillères à thé de gingembre frais haché finement
1 grosse gousse d’ail, haché finement
1 piment chili frais, épépiné et émincé***
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
2 cuillères à soupe de fécule de maïs ou de maïzena
1¼ tasse ou 310 g de vinaigre de cidre
1 tasse ou 250 g d’eau
3 cuillères à soupe de sucre

Remplir une casserole d’eau et porter à ébullition. Quand l’eau bout, ajouter les oignons perlés et les laisser dans l’eau bouillante pendant 1 à 2 minutes. Retirer les oignons de l’eau et les plonger dans un bol remplit d’eau froide. Égoutter les oignons et les peler.

Couper les haricots verts en tronçons de 5 mm (¼ de pouce). Couper le concombre et la pomme en petits dés.

Dans un bol, mélanger le chou-fleur, les oignons, le concombre, les haricots, la pommes et le sel à marinade. Couvrir d’eau et laisser macérer pendant 1 heure à température ambiante. Égoutter.

Dans une casserole, verser l’huile d’olive et chauffer à feu moyen. Faire revenir la moutarde sèche, les graines de moutarde, le curcuma, les graines de coriandre, les graines de cumin, le gingembre, l’ail et le piment.

Dans un bol, mélanger la fécule de maïs dans ¼ de tasse ou 60 g de vinaigre. Verser ce mélange dans la casserole. Poursuivre la cuisson quelques secondes ou jusqu’à ce que le mélange épaississe. Ajouter les légumes égouttés, le reste de vinaigre, l’eau et le sucre. Porter à ébullition. Laisser mijoter en remuant à quelques reprises pendant 30 minutes ou jusqu’à ce que les légumes soient tendres.

Répartir le mélange dans des bocaux chauds en les remplissant jusqu’à 1,5 cm (½ pouce) des bords. À l’aide d’un ustensile non métallique (par exemple, une baguette en bois), chasser les bulles d’air. Essuyer les bords des bocaux avec un linge propre. Déposer un couvercle (ou un disque et une bague) sur chaque pot et visser jusqu’au point de résistance, sans forcer.

Déposer les bocaux debout dans une casserole d’eau chaude. Les pots doivent être recouverts d’eau et l’eau doit être au moins 2,5 cm (1 pouce) plus haute que les pots. Couvrir et porter à ébullition à feu élevé. Quand l’eau bout, laisser bouillir les pots pendant 15 minutes. Sortir les pots de l’eau et les déposer sur un ligne. Laisser les pots refroidir pendant 24 heures. Vérifier si les pots se sont scellés. Pour les pots que le traitement à la chaleur n’a pas réussi : placer les pots au réfrigérateur et les consommer rapidement ou retirer les couvercles et recommencer le traitement à la chaleur. Sortir un pot de piccalilli au moment voulu et déguster avec plaisir.

*Je n’ai pas mis de haricots verts puisque j’ai réalisé cette recette à la fin des récoltes et qu’il n’y en avait plus sur les étalages.
**Le sel à marinade est un sel qui ne contient pas d’ajout de fluor ni d’iode.
***J’ai utilisé un petit piment rouge long, un peu plus gros qu’un piment oiseau. J’ai également réduit la quantité : les gens autour de moi n’aime pas plus que temps le piquant et le piment que j’avais était très fort. Ajustez selon vos goûts.

Le truc qui m’a surpris avec cette recette, c’est la réaction de ma belle-mère. Elle s’est exclamée : « Tu as fais des piccalilli ? ». Elle connaissait! Dans le village où j’habite, il en préparait et c’était un peu une unicité de la commune. Je pensais que personne ne connaissait les piccalilli dans la famille…