Mot-clé : paprika

Le retour des restaurants…

Je ne sais pas où vous habitez, mais ici l’annonce de la réouverture des restaurants nous remplit de joie. Même si les terrasses étaient ouvertes depuis plusieurs semaines, la météo ne nous a pas vraiment permis d’en profiter. Il y a déjà quelques semaines, mon chéri m’ai dit que ce qui lui manquait des restaurants étaient les frites. Alors quand hier, je n’avais vraiment pas envie de préparer le repas, j’ai dit pour plaisanter qu’on pourrait aller prendre une commande à l’auto du célèbre fast food pour manger des frites. Oui, nous aurions pu le faire, mais je n’avais nullement l’envie d’affronter la fil de voitures, ni de manger un repas froid, ni d’encourager ce type de restaurants quand les petits restaurateurs vont bientôt réouvrir et que préfère largement encourager ces derniers.

En attendant, j’arrive tout de même à faire quelques improvisations en cuisine. Cette fois, j’avais envie de boulettes avec une sauce pâle. Voici donc mon improvisation de boulettes de boeuf avec une sauce à la ciboulette.

Boulettes de boeuf, sauce à la ciboulette
Boulettes de boeuf, sauce à la ciboulette
Pour 3 personnes

300 g de boeuf haché
2 cuillères à soupe de chapelure*
1½ cuillère à soupe de lait
½ cuillère à thé de poudre d’oignon
¼ de cuillère à thé de paprika
1 cuillère à soupe d’huile d’olive
2 gousses d’ail
¼ de tasse ou 62 g de vin blanc
½ tasse ou 125 g de bouillon de poulet
¼ de tasse ou 62 g de crème à cuisson ou de demi-crème
½ cuillère à thé de fécule de maïs ou de maïzena
2 à 3 cuillères à soupe de ciboulettes ciselées
Sel et poivre

Dans un bol, verser la chapelure et ajouter le laisser. Laisser reposer le temps que la chapelure absorbe le lait. Ajouter le boeuf haché, la poudre d’oignon et le paprika. Saler, poivrer et mélanger. Prélever une environ 1 cuillère à soupe et façonner en boulette. Répéter l’opération avec l’ensemble de la viande.

Éplucher et couper en deux les gousses d’ail.

Dans une poêle, ajouter l’huile et les gousses d’ail. Chauffer l’huile, quand le corps gras est bien chaud, ajouter les boulettes de viande et les faire dorer sur tous les côtés.

Déglacé la poêle avec le vin et laisser réduire de moitié. Retirer les gousses d’ail. Verser le bouillon de poulet et laisser réduire d’un tier.

Délayer la fécule de maïs dans la crème et verser dans la poêle. Laisser mijoter 5 minutes ou jusqu’à ce que la viande soit cuite. Ajouter la ciboulette, saler et poivrer. Servir et déguster avec plaisir.

J’ai utilisé de la chapelure, mais il est possible de la remplacer par des craquelins émiettés, des céréales non sucré, etc.

Et vous, qu’est-ce qui vous manque dans les restaurants?

Deux choses qui n’ont rien à voir…

Depuis quelques années, j’essaie d’apprendre l’aquarelle et obtenir des résultats qui me plaisent. C’est surtout au courant de la dernière année que j’ai eu une pratique un peu plus régulière. En janvier, j’ai commencé un cours d’aquarelle en ligne qui s’étalait sur 10 semaines et divisé en 5 modules. J’avais presque fini le 4e module lorsque j’ai eu ma mésaventure en mars. Depuis, je n’ai pas eu le courage de refaire le dernier exercice de ce module et je me suis lancée dans le dernier module. J’ai bien avancé et j’ai arrêté au milieu du dernier tableau. Au départ, l’idée était bonne : je voulais pratiquer certains éléments avant de les créer sur le tableau final. Ensuite, le temps m’a manqué et maintenant, j’ai du mal à retrouver la motivation pour le terminer… Dans ma tête, c’est comme si j’associais ma peine du mois de mars et l’aquarelle (ou du moins ce cours), alors que ces deux choses n’ont rien avoir l’une avec l’autre.

En attendant que j’arrive à me remettre plus sérieusement à l’aquarelle, je vous propose une recette toute simple de steaks hachés aux oignons. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 19, numéro 2.

Steaks hachés aux oignons
Steaks hachés aux oignons
Pour 3 personnes

¼ de tasse ou 20 g de chapelure panko*
2 cuillères à soupe ou 30 g de lait
300 g de boeuf haché
1 oeuf
¾ de cuillère à thé de paprika doux
½ cuillère à thé de poivre noir concassé
1 cuillère à soupe de beurre
1 oignon
1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre
1 tasse ou 250 g de bouillon de boeuf
1 cuillère à soupe de farine grillée**
½ cuillère à soupe de sauce Worcestershire
½ cuillère à soupe de moutarde douce, préparée ou jaune
Sel et poivre

Émincer l’oignon. Réserver.

Dans un bol, mélanger la chapelure et le lait. Laisser reposer pendant 2 minutes. Ajouter le boeuf haché, l’oeuf, le paprika et la moitié du poivre concassé. Saler et mélanger jusqu’à ce que la préparation soit homogène. Diviser la viande en 6 ou 9 et façonner en galettes.

Dans une poêle, chauffer le beurre. Quand le corps gras est bien chaud, dorer les galettes de viandes pendant 6 à 8 minutes. Saler et poivrer. Retirer les galettes de la poêle et les réserver sur une assiette.

Dans la même poêle, dorer l’oignon pendant 5 minutes. Déglacer avec le vinaigre et réduire presqu’à sec. Ajouter le bouillon de boeuf, la farine grillée, la sauce Worcestershire et le restant de poivre concassé. Porter à ébullition et laisser mijoter jusqu’à ce que la sauce épaississe. Retirer du feu et ajouter la moutarde ainsi que la viande. Remettre sur le feu et poursuivre la cuisson 2 minutes ou jusqu’à ce que la viande soit cuite. Servir et déguster avec plaisir.

*Vous pouvez remplacer la chapelure panko par de le chapelure régulière ou des flocons de maïs non sucré.
**Pour réaliser de la farine grillée, verser la farine dans une poêle sans matière grasse et cuire en brassant régulièrement jusqu’à ce qu’elle brunisse. Retirer du feu et laisser refroidir avant d’utiliser.

Bonne dimanche!

En attendant le ciel bleu…

Depuis quelques temps, j’ai un nouvel appareil photo. Je n’ai pas encore transféré mes premières photos sur l’ordinateur… L’appareil photo que je me suis procuré vient avec deux objectifs! Je suis sous le charme. Cependant, j’aimerais bien montrer l’avantage de ce deuxième objectif à mes parents et leur présenter les zooms possibles avec ces lentilles. Cependant, j’attends qu’il y ait une belle lumière et donc un ciel bleu pour faire du même coup de jolie prise de vue. Malheureusement pour moi, le ciel s’obstine à rester gris et je trouve les paysages moins attrayant du même coup. D’un autre côté, je ne vais pas le nier, la neige de cette semaine m’a fait grandement plaisir : c’est toujours tellement beau! Mais, ça aurait encore été mieux avec un petit passage de ciel bleu…

En attendant, je vous propose une recette de boeuf grillé coréen. J’ai pris cette recette dans le livre de Famille futée 4.

Boeuf grillé coréen
Boeuf grillé coréen
Pour 2 personnes

1 cuillère à soupe de paprika
2 cuillères à soupe d’eau froide
1 cuillère à soupe de sauce soja
1 cuillère à soupe de vinaigre de riz
1 cuillère à soupe de sauce hoisin
1 cuillère à thé de gingembre frais haché
½ cuillère à thé de sambal oelek
200 g de steak ou de bavette de boeuf
1 cuillère à thé d’huile de sésame grillé

Dans un bol, mélanger le paprika, l’eau, la sauce soya, le vinaigre de riz, la sauce hoisin, le gingembre et le sambal oelek. Trancher finement la viande de boeuf et l’ajouter à la préparation.

Dans une poêle, verser l’huile et chauffer.

Quand l’huile est chaude, verser le boeuf et la marinade dans la poêle. Cuire pendant environ 3 à 5 minutes. Servir* et déguster avec plaisir.

*Si vous aimez les repas dans un bol, vous pouvez servir le boeuf sur du riz avec des légumes de votre choix. Si vous ajoutez à vos bol un oeuf par personne, cette quantité de viande permet de servir 4 personnes.

Et vous, avez-vous vu un ciel bleu cette semaine?

Mettre des mots…

Pour ce premier article, je tiens à vous souhaiter une très belle année 2021! Qu’elle soit douce, pleine de joies et de santé. Je crois qu’il sera impossible d’oublier 2020, mais j’avoue que de voir pleins de messages négatifs sur l’an passé me laisse perplexe. Même si 2020 a été des plus tumultueuses, je trouve dommage de s’accrocher aux négatifs : oui, les choses ont changées; oui, la situation émousse notre patience; oui, j’ai hâte de retrouver ma famille au Québec! Cependant, 2020 nous aura accordé du temps pour nous et notre famille. Je suis certaine que si vous réfléchissez, 2020 vous aura apporté un changement positif qui aurait été impossible sans cette crise. Même si la situation ne changera pas du jour au lendemain, 2020 nous aura permis de nous rappeler l’importance des petites choses de la vie. Bref, commencez 2021 en voyant que le meilleur : la situation ne va pas changer en un battement de cil, mais votre façon de percevoir les choses peut créer tellement plus de bonheurs et de joies!

Sans détour, je vous propose une recette qui me semble curieuse pour un début d’année, mais qui au final est parfaite pour toutes les occasions : des craquelins à l’huile d’olive. J’ai pris cette recette dans le livre Un peu.. biscuits… à la folie! d’Isabelle Lambert.

Craquelins à l'huile d'olive
Craquelins à l’huile d’olive
Pour 24 craquelins

1¾ tasse ou 245 g de farine
1 cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
1 cuillère à soupe de paprika doux ou fumé*
½ cuillère à thé de sel
¼ à ½ tasse ou 60 à 125 g d’eau
¼ de tasse ou 52 g d’huile d’olive
1 cuillère à thé de fleur de sel
1 cuillère à thé d’un mélange d’herbes séchés
Poivre
Huile d’olive supplémentaire pour badigeonner

Dans le bol d’un robot culinaire muni d’une lame en « s »**, mélanger la farine, la poudre à pâte, le paprika, le sel et du poivre. Ajouter l’huile d’olive et mélanger par touches successives. Ajouter graduellement l’eau*** et arrêter quand la pâte commence à former une boule. Travailler la pâte à la main pour finir de l’amalgamer. Emballer la pâte dans une pellicule plastique et réfrigérer pendant au moins 1 heure.

Préchauffer le four à 200°C (400°F). Tapisser deux plaques de cuisson de papier parchemin.

Prélever un morceaux de pâte de la taille d’une noix, soit environ 1 cuillère à soupe. Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser le plus finement possible la pâte. Déposer la pâte abaisser sur une plaque de cuisson. Répéter l’opération avec l’ensemble de la pâte.

À l’aide d’un pinceau, badigeonner les craquelins avec de l’huile d’olive. Saupoudrer les craquelins de fleur de sel et d’herbes séchées.

Enfourner et cuire pendant 7 minutes ou jusqu’à ce que les craquelins soient bien secs et dorés. Servir les craquelins natures, avec du fromage, une sauce ou une terrine. Déguster avec plaisir.

*J’ai utilisé du paprika doux auquel j’ai ajouté deux pincées de piment chipotle moulu.
**Il est possible de réaliser la pâte dans un bol.
***C’est important de ne pas tout ajouter l’eau d’un coup. La première fois que j’ai essayé cette recette, j’avais verser l’eau d’un coup et j’ai obtenu une pâte trop liquide.

Bonne début d’année et bon dimanche!

Films?

Il y a bien longtemps que je n’avais pas écouté des comédies… je crois que la dernière que j’avais regardée date de plus de 5 ans, peut-être plus de 7 ans? Bref avec des amies, nous rigolions des films de Noël de l’après-midi et de cette plaisanterie, j’ai repensé à des films que j’aimais bien ou que je m’étais dit que j’écouterai lorsque j’aurais un moment. Alors actuellement, je prends un grand plaisir à regarder… ou plutôt à écouter, car je ne reste pas vraiment planté devant l’écran à ne rien faire. Je ne sais pas pourquoi, ce bruit de fond me fait du bien et change de mes programmes habituels.

Pour aujourd’hui, je vous propose une recette que je n’aurai jamais pensé faire : une brandade de morue. Je ne sais pas pourquoi, mais le mélange de pommes de terre et de poisson ne m’a jamais attiré et pourtant le résultat est délicieux. J’ai pris cette recette sur le blog d’Isabelle, Les gourmandises d’Isa.

Brandade de morue
Brandade de morue
Pour 2 personnes

230 g de cabillaud ou de morue fraîche
1 tasse ou 250 g de lait
1 feuille de laurier
3 cuillères à soupe ou 40 g d’huile d’olive
¼ de cuillère à thé de poudre d’oignon
1 pincée de paprika
4 cuillères à thé de jus de citron
⅔ de tasse ou 175 g de purée de pommes de terre
1 cuillère à soupe de persil frais ou 1 cuillère à soupe de
  persil séché
1 cuillère à thé de beurre
Sel et poivre

Dans une casserole, déposer le cabillaud et verser le lait pour couvrir le poisson. Au besoin, ajouter du lait. Ajouter la feuille de laurier. Porter à ébullition, couvrir et laisser mijoter à feu doux pendant 15 minutes.

Préchauffer le gril (ou broil) du four.

Retirer la casserole du feu et égoutter le poisson. Réserver le lait qui a servi à la cuisson. Émietter le cabillaud.

Dans une casserole, chauffer 1 cuillère à soupe d’huile d’olive. Ajouter le poisson pendant 5 minutes en brassant continuellement. Ajouter le restant d’huile en brassant continuellement jusqu’à ce que le cabillaud soit effiloché. Ajouter la poudre d’oignon, le paprika, 2 cuillères à soupe ou 30 g du lait qui a servi à la cuisson du poisson. Verser le jus de citron et incorporer la purée de pommes de terre. Saler et poivrer.

Retirer le mélange du feu dès que le mélange est bien chaud. La préparation doit être souple, au besoin ajouter plus de lait de cuisson ou d’huile d’olive. Ajouter le persil et verser le mélange dans un plat de cuisson allant au four. Répartir le beurre sur la préparation et enfourner. Cuire jusqu’à ce que le dessus de la brandade soit dorée*. Sortir du four et servir avec des légumes au choix ou une salade. Déguster avec plaisir.

*Si comme moi vous mettez trop de beurre, le dessus de la brandade ne deviendra pas dorée. Dans tous les cas, elle sera délicieuse.

Et vous, écoutez-vous souvent des films?