Mot-clé : citron

Films?

Il y a bien longtemps que je n’avais pas écouté des comédies… je crois que la dernière que j’avais regardée date de plus de 5 ans, peut-être plus de 7 ans? Bref avec des amies, nous rigolions des films de Noël de l’après-midi et de cette plaisanterie, j’ai repensé à des films que j’aimais bien ou que je m’étais dit que j’écouterai lorsque j’aurais un moment. Alors actuellement, je prends un grand plaisir à regarder… ou plutôt à écouter, car je ne reste pas vraiment planté devant l’écran à ne rien faire. Je ne sais pas pourquoi, ce bruit de fond me fait du bien et change de mes programmes habituels.

Pour aujourd’hui, je vous propose une recette que je n’aurai jamais pensé faire : une brandade de morue. Je ne sais pas pourquoi, mais le mélange de pommes de terre et de poisson ne m’a jamais attiré et pourtant le résultat est délicieux. J’ai pris cette recette sur le blog d’Isabelle, Les gourmandises d’Isa.

Brandade de morue
Brandade de morue
Pour 2 personnes

230 g de cabillaud ou de morue fraîche
1 tasse ou 250 g de lait
1 feuille de laurier
3 cuillères à soupe ou 40 g d’huile d’olive
¼ de cuillère à thé de poudre d’oignon
1 pincée de paprika
4 cuillères à thé de jus de citron
⅔ de tasse ou 175 g de purée de pommes de terre
1 cuillère à soupe de persil frais ou 1 cuillère à soupe de
  persil séché
1 cuillère à thé de beurre
Sel et poivre

Dans une casserole, déposer le cabillaud et verser le lait pour couvrir le poisson. Au besoin, ajouter du lait. Ajouter la feuille de laurier. Porter à ébullition, couvrir et laisser mijoter à feu doux pendant 15 minutes.

Préchauffer le gril (ou broil) du four.

Retirer la casserole du feu et égoutter le poisson. Réserver le lait qui a servi à la cuisson. Émietter le cabillaud.

Dans une casserole, chauffer 1 cuillère à soupe d’huile d’olive. Ajouter le poisson pendant 5 minutes en brassant continuellement. Ajouter le restant d’huile en brassant continuellement jusqu’à ce que le cabillaud soit effiloché. Ajouter la poudre d’oignon, le paprika, 2 cuillères à soupe ou 30 g du lait qui a servi à la cuisson du poisson. Verser le jus de citron et incorporer la purée de pommes de terre. Saler et poivrer.

Retirer le mélange du feu dès que le mélange est bien chaud. La préparation doit être souple, au besoin ajouter plus de lait de cuisson ou d’huile d’olive. Ajouter le persil et verser le mélange dans un plat de cuisson allant au four. Répartir le beurre sur la préparation et enfourner. Cuire jusqu’à ce que le dessus de la brandade soit dorée*. Sortir du four et servir avec des légumes au choix ou une salade. Déguster avec plaisir.

*Si comme moi vous mettez trop de beurre, le dessus de la brandade ne deviendra pas dorée. Dans tous les cas, elle sera délicieuse.

Et vous, écoutez-vous souvent des films?

Recette pour les lunchs!

Soit la rentrée à déjà eu lieu, soit elle arrive à grand pas. Et pour plusieurs personnes, il y a la question des lunchs qui vient. Dans mon cas, Mini-nous rentre dîner, alors les lunchs se résument à 1 ou 2 fois par années pour les sorties scolaires. De plus, les enfants de l’école de Mini-nous n’apportent pas de lunch : les repas sont inclus dans le service de garde du midi.

Cependant pour ceux qui sont confronté à cette éternelle question, une de mes recettes du 1er août peut venir à votre secours. Il s’agit d’un rôti de porc froid : parfait pour glisser dans un sandwich, une salade ou tout simplement pour changer des rouleaux de jambon. De plus, cette viande est également très agréable pour un souper. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 18, numéro 1.

Rôti de porc froid
Rôti de porc froid
Pour 6 à 8 personnes

1 kg de longe de porc désossé (ou filet de porc en Suisse)
⅓ de tasse ou 70 g d’huile d’olive
4 échalotes
2 cuillères à soupe de jus de citron
2 cuillères à soupe de sirop d’érable
¼ de cuillère à thé de sel
2 cuillères à soupe de ciboulette fraîche ciselée*
2 cuillères à soupe de persil plat ciselée*
Sel et poivre

Préchauffer le four à 200°C (400°F).

Dans une poêle ou une casserole allant au four, chauffer 1 cuillère à soupe d’huile d’olive. Quand le corps gras est bien chaud, dorer la viande sur tous les côtés. Saler et poivrer la viande.

Enfourner et cuire pendant 45 minutes ou jusqu’à ce qu’un thermomètre insérer au centre de la viande indique 60°C (140°F). Retirer le rôti de la poêle et le déposer dans une assiette. Couvrir de papier d’aluminium et laisser reposer pendant 10 minutes.

Pendant la cuisson du porc, hacher les échalotes.

Dans une petite casserole, chauffer l’huile d’olive restante. Quand l’huile est chaude, faire frire les échalotes jusqu’à ce qu’elles soient dorées**. Retirer du feu. Ajouter le jus de citron, le sirop d’érable et ¼ de cuillère à thé de sel. Laisser tiédir.

Dans un grand plat ou un grand sac à fermeture hermétique, déposer la viande et la marinade. Fermer le sac et réfrigérer pendant 24 à 48 heures.

Dans une assiette, mélanger la ciboulette et le persil. Égoutter la viande et l’enrober d’herbes. Sur un plan de travail, trancher finement la viande. Servir avec une sauce de votre choix (sauce du commerce, pesto, mayonnaise assaisonnée, etc.). Déguster avec plaisir.

*Au moment de servir, j’ai royalement oublié d’ajouter les herbes fraîches!
**Pour parfumer un peu autrement la viande, vous pouvez ajouter 2 cuillères à soupe de gingembre frais dans l’huile quand les échalotes sont dorées et prolonger la cuire de 1 minutes. Ensuite, il suffit de poursuivre la recette.

Et vous, dans quoi intégreriez-vous cette viande?

Un peu, beaucoup de Ricardo…

Cette fois pour mon buffet du 1er août, je n’ai vraiment pas varié mes sources : la grande majorité sont des recettes de Ricardo. J’ai un peu joué entre ses livres et ses revues, mais j’avoue que ça s’arrête là. L’an prochain, il faudra que je varie un peu plus mes sources pour construire mon menu. Après, éviter totalement les recettes Ricardo me semble fort improbable!

Vous l’aurez compris, je vous propose une recette de Ricardo issue de son livre Plus de légumes. Il s’agit d’une salade de pommes de terre que j’ai servi froide, mais qui se sert également tiède.

Salade de pommes de terre et de maïs
Salade de pommes de terre et de maïs
Pour 2 à 4 personnes

Mayonnaise épicée
2 cuillères à soupe de mayonnaise
1 cuillère à soupe d’huile végétale
½ cuillère à soupe de jus de citron
½ cuillère à thé de sauce Tabasco*

Salade
350 g de pomme de terre
1 petite gousse d’ail
1 cuillère à soupe d’huile végétale
2 oeufs
1 épis de maïs cuit, égrenés

Sel et poivre

Mayonnaise épicée
Dans un bol, fouetter la mayonnaise avec l’huile, le jus de citron et la sauce Tabasco. Saler et poivrer. Réserver au réfrigérateur.

Salade
Éplucher les pommes de terre, si désiré, et les couper en cubes d’environ 2,5 cm (1 pouce) de côté. Déposer les pommes de terre dans une casserole, couvrir d’eau. Saler et porter à ébullition. Cuire les pommes de terre pendant 12 minutes ou jusqu’à ce qu’elles soient tendres.

Pendant la cuisson des pommes de terre, préchauffer le four à 230°C (450°F).

Égoutter les pommes de terre cuites. Hacher finement la gousse d’ail.

Répartir les pommes de terre sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Ajouter l’ail et l’huile. Saler et poivrer, puis bien mélanger. Enfourner et cuire pendant 15 à 20 minutes ou jusqu’à ce que les pommes de terre soient bien dorées.

Pendant que les pommes de terre sont au four, déposer les oeufs dans une casserole et couvrir d’eau froide. Porter à ébullition. Quand l’eau bout, réduire le feu et laisser mijoter pendant 10 minutes. Dès la fin de la cuisson, plonger sans attendre les oeufs dans de l’eau froide. Écaler les oeufs et les couper en dés ou en quartiers.

Pour déguster immédiatement, répartir les pommes de terre dans un plat de service. Garnir d’oeuf, de maïs et arroser de mayonnaise épicée.

Pour déguster froid, laisser tout les ingrédients au réfrigérateur. Dans un bol, mélanger les pommes de terre, les oeufs, le maïs et la mayonnaise épicée**. Déguster avec plaisir.

*Vous pouvez réduire la quantité de sauce Tabasco. Il est aussi possible d’utiliser une autre sauce pimentée.
**Dans la salade, il est possible d’ajouter des lardons, du thon, du jambon cuit, etc.

Bon dimanche!

Quoi faire avec des bleuets?

Il est rare que je cuisine les bleuets (ou myrtilles) puisque ce n’est pas un fruit qui nous interpelle. Pourtant quand j’ai reçu des bleuets sauvages, j’ai eu envie d’essayer plusieurs recettes : scones, muffins, gâteau… Finalement pour bien conserver ces petites billes bleues, j’ai opté pour une confiture.

J’avais envie d’une confiture où les fruits restent majoritairement entiers. Pour la recette, mon choix s’est porté sur une de Ricardo issu de son magazine volume 4, numéro 4. Pour ne rien gâcher, elle est très simple à réaliser (si l’on a un thermomètre) et j’ai eu plein d’idées pour la parfumer autrement!

Confiture de bleuets
Confiture de bleuets
Pour 4 pots de 250 ml

1½ cuillère à soupe ou 22 g d’eau
½ citron pour le jus
1¼ tasse ou 250 g de sucre
1 branche de thym* (facultatif)
4½ tasses ou 700 g de bleuets ou de myrtilles

Dans une grande casserole, verser l’eau, le jus de citron, le sucre et le thym. Porter à ébullition et cuire jusqu’à ce qu’un thermomètre indique 120°C (250°F).

Ajouter les bleuets et brasser délicatement. Porter de nouveau à ébullition. Quand le mélange bout, retirer du feu. Verser la confiture sur une grande plaque et laisser reposer pendant 1 heure à température ambiante.

Après ce temps de repos, remettre la confiture dans la casserole et porter à ébullition. Laisser mijoter quelques minutes et retirer du feu. Retirer la branche de thym.

Verser la confiture dans des pots stérilisés** en laissant 0,5 cm (¼ de pouce) d’espace sous le goulot. Stériliser ensuite les pots pendant 5 minutes dans de l’eau bouillante. Déguster avec plaisir au moment désiré.

*Pour parfumer la confiture, vous pouvez remplacer le thym par des zestes d’agrumes (citron, orange, pamplemousse…), une demi-gousse de vanille, un petit bâton de cannelle, un peu de gingembre frais, du romarin, du thé, etc.
**Pour la méthode de stérilisation, je vous propose de lire cet article ou celui-ci. Si vous ne voulez pas stériliser vos pots, les conserver au réfrigérateur et les déguster rapidement ou les congeler, mais je n’ai aucune idée de l’incidence de la congélation sur le goût et la texture de la confiture.

Et vous, est-ce que vous aimez la confiture de bleuets?

Pas trop de recettes

Pour revenir sur mon menu du 1er août, je ne vais pas m’attarder pendant des semaines : plusieurs recettes se trouvent déjà sur mon blog. Â l’apéro, j’ai proposé des feuilletés au saumon fumé un peu comme ici et des feuilletés aux lardons et aux abricots. Pour la seconde recette, j’ai oublié de prendre des photos. De plus, mon improvisation n’était pas abouti : j’ai utilisé de l’abricot frais et en cuisant les abricots ont donné un goût bien acidulé aux bouchées. Bref, une recette à retravailler.

Dans les autres plats de mon menu, vous connaissez mon classique roastbeef froid, les brochettes de poulet au curry que j’ai réalisé avec des hauts-de-cuisse (nommé « steak de poulet » en Suisse) et la focaccia que j’adore. Il me reste donc 4 recettes à vous proposer. Il y a éventuellement une cinquième, mais j’hésite : elle ressemble à un détail près à une recette sur mon blog…

Aujourd’hui, je poursuis cette série avec une salade de spaghettini et courgette. C’est mon chéri qui a eu l’idée de base et le résultat nous a bien plu. Cette salade se mange aussi bien froide que réchauffé le lendemain.

Salade de spaghettini et courgette
Salade de spaghettini et courgette
Pour 4 à 8 personnes

2 portions ou 140 g de spaghettini*
2 ou 3 courgettes selon leur taille
¼ de tasse ou 60 g de pesto
1 citron pour le zeste
Noix de cajou salé au goût**
Sel et poivre

Remplir une casserole d’eau et porter à ébullition. Quand l’eau bout, saler généreusement et ajouter le pâtes. Cuire les pâtes selon les indications du fabrication. Quand les pâtes sont cuites, les égoutter et les rincer sous l’eau froide pour les refroidir. Ajouter le pesto*** et réserver au réfrigérateur.

Laver les courgettes et les couper en julienne. Ajouter les juliennes de courgette aux pâtes.

Zester le citron au-dessus des pâtes et mélanger. Réserver au frais jusqu’au moment de servir.

Au moment de servir, saler et poivrer au goût. Ajouter les noix de cajou salé, mélanger et servir. Déguster avec plaisir.

*Vous pouvez choisir une autre sorte de pâte.
**J’ai bien le goût des noix de cajou, mais des amandes ou des noisettes seraient aussi intéressantes dans cette salade.
***Si vous cuisez vos pâtes quelques jours à l’avance, vous pouvez ajouter un peu d’huile au lieu du pesto et les réserver au réfrigérateur jusqu’au moment d’assembler la salade.

Et vous, est-ce que vous avez déjà mangé de la courgette crue?