Où en êtes-vous?

Dernièrement, il a été décidé que nous recevions pour le réveillon. Aussitôt dit, j’ai commencé à réfléchir au menu. Mon chéri m’a fait la remarque que nous avions le temps et que décembre n’était toujours pas commencé. Ce n’est pas faux, surtout que je n’ai pas encore assemblé le calendrier de l’Avent de Mini-nous et que nous n’avons pas choisi quel sapin nous allons faire la fin de semaine prochaine…

En attendant, je vous propose une recette facile à préparer : un coq au vin blanc. J’ai pris cette recette dans le livre Réconfort sans effort de Geneviève O’Gleman.

Coq au vin blanc
Coq au vin blanc
Pour 4 personnes

3 carottes
1 oignon
1 tasse ou 250 g de bouillon de poulet
¼ tasse ou 35 g de farine
12 à 15 pommes de terre grelots
½ tasse ou 90 g de pancetta en dés ou de lardons
½ cuillère à thé de sel
1 tasse ou 250 g de vin blanc
4 cuisses ou 8 pilons de poulet avec la peau
1 cuillère à soupe d’huile d’olive
2 branches de thym ou 1 cuillère à thé d’un mélange
  d’herbes séchés*

Préchauffer le four à 200°C (400°F).

Éplucher et couper en tronçons les carottes. Couper en cubes l’oignon.

Dans un bol, délayer la farine dans le bouillon.

Dans un plat de cuisson allant au four, déposer les carottes, l’oignon, les pommes de terre grelots et la pancetta. Saupoudrer avec le sel et ajouter la branche de thym. Verser le bouillon et le vin, puis mélanger.

Déposer les morceaux de poulet sur les légumes. Badigeonner le poulet avec l’huile d’olive.

Enfourner et cuire pendant 60 à 75 minutes ou jusqu’à ce que la peau du poulet soit dorée et qu’un couteau s’insère facilement dans les pommes de terre. Servir et déguster avec plaisir.

*Vous n’êtes pas obligé d’ajouter le thym ou des herbes séchées.

Et vous, faites-vous partie des gens qui pensent déjà à Noël ou est-ce encore trop tôt pour en parler?

Des images et une idée…

Je feuilletais mon magazine Ricardo et il y a deux photos sur les pages opposées qui m’ont interpelées. Une des images représente une gâteau quatre-quarts garni de crème au citron et recouvert de meringue. L’autre page montre un croissant farci de crème au chocolat et de confiture de petits fruits. Immédiatement quand j’ai vu les deux photos, je me suis dit qu’on pouvait aisément intervertir les garnitures des deux recettes. Je n’ai pas attendu pour tester mon idée et mixer les deux recettes.

Voici ma version de ces idées : un gâteau à la confiture et à la crème chocolatée. J’ai pris l’idée dans le magazine Ricardo volume 20, numéro 6. Pour la recette du gâteau, j’ai opté pour une extraite du magazine volume 20, numéro 4.

Gâteau à la confiture et à la crème chocolatée
Gâteau à la confiture et à la crème chocolatée
Pour 8 à 10 personnes

Gâteau
1½ tasse ou 210 g de farine
2 cuillères à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
2 pincées de sel
¾ de tasse ou 165 g de beurre non salé, tempéré
1¼ tasse ou 250 g de sucre
1 cuillère à thé d’extrait de vanille
¾ de tasse ou 187 g de lait
3 oeufs

Crème pâtissière au chocolat
⅓ de tasse ou 67 g de sucre
2 cuillères à soupe de fécule de maïs
1 oeuf
1½ tasse ou 375 g de lait
85 g (3 onces) de chocolat noir à environ 70 % de cacao

⅓ de tasse ou 107 g de confiture de petits fruits (fraises,
  framboises, bleuets, etc.)*

Gâteau
Préchauffer le four à 180°C (350°F). Beurrer et tapisser de papier parchemin un moule rectangulaire d’environ 10 cm par 23 cm (4 pouces par 9 pouces)**.

Dans un bol, mélanger la farine, la poudre à pâte et le sel.

Dans un autre bol, fouetter le beurre avec 1 tasse ou 200 g de sucre et l’extrait de vanille. Incorporer la préparation de farine en alternant avec le lait. Réserver.

Dans un dernier bol, fouetter les oeufs avec le sucre restant jusqu’à ce que le mélange triple de volume. Incorporer la préparation d’oeufs à la pâte contenant le beurre et la farine. Verser dans le moule préparé et enfourner. Cuire pendant 1 heure ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre du gâteau en ressorte propre. Laisser tiédir avant de démouler.

Crème pâtissière au chocolat
Hacher finement le chocolat et réserver.

Dans une petite casserole, hors du feu, mélanger le sucre et la fécule de maïs. Ajouter l’oeuf et bien mélanger, puis incorporer le lait. Porter à ébullition en brassant constamment jusqu’à ce que le mélange épaississe.

Retirer du feu. Tamiser, au besoin, et ajouter le chocolat. Brasser jusqu’à ce que le chocolat soit totalement fondu et incorporer. Couvrir d’une pellicule plastique directement apposer sur la crème. Réfrigérer au moins 2 heures.

Montage***
Découper un rectangle au centre du gâteau d’environ 2,5 cm (1 pouce) de profondeur. Répartir la confiture, puis couvrir avec la crème pâtissière au chocolat. Réserver au réfrigérateur jusqu’au moment de servir. Déguster avec gourmandise.

*Vous pouvez ajouter plus de confiture. Moi, j’ai utilisé de la confiture de fraises.
**Vous pouvez aussi utiliser un moule de 10 cm par 20 cm (4 pouces par 8 pouces).
***Vous n’avez pas envie de faire le montage? Conserver le gâteau à température ambiante et au moment de servir, couper une tranche, tartiner de confiture et garnir de crème pâtissière au chocolat. Vous pouvez également ajouter des fruits de votre choix.

Et vous, est-ce qu’il y a des photos qui vous donnent des idées de recettes?

Est-ce possible de fixer une date?

J’ai des amies avec qui nous essayons de planifier un souper. Le projet est sur la table depuis un peu plus de 18 mois et pour le moment, nous ne sommes toujours pas parvenues à trouver une date. C’est quand même incroyable de voir le temps filer aussi vite! Il faut dire que les divers changements dans nos vies font que nous nous voyons moins souvent et encore plus rarement toutes ensembles. Quand je vois le mois de décembre qui approche, je me dis que ce souper n’aura probablement pas lieu cette année…

En attendant de fixer une date, je vous propose une recette de pain qui ne vous demandera pas des jours. Il s’agit de petits pains sans pétrissage. J’ai pris cette recette dans une vidéo de Or Elly.

Petits pains sans pétrissage
Petits pains sans pétrissage
Pour 6 pains

3½ tasses et 1 cuillère à soupe ou 500 g de farine
2 cuillères à thé de sel
1⅔ tasse moins 1 cuillère à soupe ou 400 g d’eau tiède
1 cuillère à thé de sucre
1 cuillère à soupe de levure sèche
Farine supplémentaire pour saupoudrer

Dans un bol, mélanger la farine et le sel.

Délayer la levure et le sucre dans l’eau. Ajouter ce mélange à la préparation de farine. Brasser jusqu’à ce que toute la farine soit humectée. Saupoudrer de farine et couvrir. Laisser lever pendant 60 à 90 minutes.

Sur un plan de travail légèrement enfariné, renverser la pâte et diviser en six. Façonner chaque portions de pâte en boule puis les étirer légèrement. Déposer les pains sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin ou sur un moule à baguette. Laisser lever le temps que le four soit préchauffer.

Dans le bas du four, glisser une plaque de cuisson, puis préchauffer le four à 250°C (480°F).

Enfourner le pain er verser environ 1 tasse ou 250 g d’eau sur la plaque chaude. Cuire pendant 15 minutes ou jusqu’à ce que les pains soient bien dorés. Laisser tiédir et déguster avec plaisir.

Et vous, avez-vous de la facilité à fixer une date pour un souper?

Plaisir d’enfants?

Ma mère préparait régulièrement des gâteaux et pendant une période, je me rappelle que nous nous chamaillons avec mon frère pour racler les bols et les batteurs pour nous régaler le plus possible de la pâte crue. Il y a aussi la pâte à pain crue que nous avions le droit de goûter. Cependant, je n’ai pas vraiment de souvenir d’avoir fait la même expérience avec la pâte à biscuits. Cependant, il y a un engouement pour cette dernière qui prend de plus en plus d’ampleur depuis quelques années. Au Québec, le produit phare est sans doute Cookie Bluff. J’en ai profité pour y goûter lors de mon séjour chez mes parents… C’est vraiment gourmand! D’un côté, j’aimerais bien retrouver ce produit en Suisse et d’un autre, je me dis que ce n’est peut-être pas plus mal…

Dans cet esprit, je vous propose une recette de carrés de pâte à biscuits. J’ai pris cette recette dans le livre Fast food santé de Geneviève O’Gleman.

Carrés de pâte à biscuits
Carrés de pâte à biscuits
Pour 16 carrés

1 tasse ou 140 g de farine
¼ de tasse ou 55 g de beurre non salé
⅓ de tasse ou 67 g de cassonade ou de sucre roux
½ de tasse ou 62 g de lait
1 cuillère à thé d’extrait de vanille
100 g (3½ onces) de chocolat noir ou au lait

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin, répartir la farine. Enfourner et cuire pendant 13 à 15 minutes ou jusqu’à ce que la farine devienne légèrement dorée*.

Tapisser de papier parchemin le fond d’un moule rectangulaire d’environ 10 cm par 20 cm (4 pouces par 8 pouces) pour faciliter le démoulage.

Verser dans un bol, la farine qui sort du four. Ajouter le beurre et mélanger jusqu’à ce qu’il soit fondu. Incorporer la cassonade, le lait et l’extrait de vanille. Presser la pâte dans le moule.

Hacher le chocolat et le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat au bain-marie**. Quand le chocolat est totalement fondu, verser sur la pâte à biscuits. Réfrigérer pendant au moins 1 heure.

Couper en carrées et servir. Déguster avec plaisir.

Les carrés se conservent pendant environ 4 jours au réfrigérateur. Vous pouvez également les congeler pour prolonger leur conservation.

*Il est important de cuire la farine : elle contient des bactéries qui peuvent causer des intoxications. J’ai cuit ma farine pendant plus de 20 minutes : elle était à peine dorée, mais 15 minutes auraient amplement suffit. En ajoutant le beurre, on voit mieux la coloration de la farine.
**Vous pouvez également faire fondre le chocolat au four à micro-ondes : dans ce cas, il est important de le brasser toutes les 30 secondes.

Et vous, avez-vous un faible pour la pâte à biscuits?

Ces petits restes…

Nous avons tous des faiblesses quand vient le moment d’éviter le gaspillage alimentaire. Certains gèrent mieux que d’autres, mais il y a toujours un ingrédient ou un restant de repas qui nous laisse perplexe. Pour moi, les tortillas entrent dans cette catégorie. Entre les wraps et les tacos, il n’est pas rare qu’il en reste un ou deux et je ne savais jamais quoi en faire.

Récemment, j’ai vu une vidéo qui m’a donné une idée pour les employer : il suffit d’en faire des pizzas pochettes! Comme plusieurs au Québec, j’en ai mangé pendant mon adolescence, mais je n’en garde pas un très bon souvenir. Cependant, cette version maison et express m’a beaucoup plu : c’est meilleur au goût et bien plus santé que la version commerciale. Bref, j’ai trouvé la solution pour éviter le gaspillage de tortillas chez moi.

Pizza pochette express
Pizza pochette express
Pour 1 personne*

1 grande tortilla
2 cuillères à thé de sauce tomate
3 à 4 tranches de salami ou de chorizo**
1 à 2 cuillères à soupe de fromage râpé
1 à 2 pincées d’origan séché
1 pincé de basilic séché

Sur un plan de travail, placer la tortilla et étaler au centre la sauce tomate. Saupoudrer d’origan et de basilic. Répartir les tranches de salami et couvrir avec le fromage.

Rabattre le tiers inférieur de la tortilla pour couvrir la garniture. Répéter l’opération avec les 3 autres côtés.

Pour la cuisson, il y a deux possibilités : au grille-pain ou au four. Pour la cuisson au grille-pain, il suffit simplement de glisser le tortilla dans le grille-pain. Veillez à ne pas trop garnir la pizza pochette pour éviter les débordements pendant la cuisson.

Pour la cuisson au four, préchauffer le four à 200°C (400°F) avant de préparer la pizza pochette. Déposer la pizza pochette dans une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin et enfourner pendant 10 minutes.

Déguster avec plaisir.

*Vous pouvez multiplier les quantités selon vos envies.
**Il est possible de remplacer la garniture selon vos goûts : jambon cuit ou cru, poêlé de poivrons, champignons, bacon cuit, saumon cuit, etc.

Et vous, quel aliment avez-vous de la difficulté à ne pas gaspiller?