Mot-clé : basilic

C’est encore vivant…

Avec les hautes températures de l’été, mon jardin de fines herbes a été bien malmené… Pourtant, la majorité des fines herbes se portaient relativement bien. Dans la minorité, il y avait le basilic qui avait triste mine et je pensais qu’il était perdu. Il y a quelques jours en repassant devant mon jardin, j’ai été surprise par mon basilic, il s’est bien rétabli et n’a jamais été aussi beau de l’été. J’aurais même une petite portion à congeler!

Aujourd’hui, je vous propose une recette parfumée à cette herbe, il s’agit de galettes de poulet au basilic. Cette recette est tirée du magazine 750 g d’avril-mai 2014.

Galettes de poulet au basilic
Galettes de poulet au basilic
Pour 4 personnes

400 g de poitrines de poulet ou de hauts de cuisse désossés
1 gousse d’ail
12 à 18 feuilles de basilic
3 cuillères à soupe et 1 cuillère à thé ou 50 g de crème
  à cuisson ou demi-crème
1 oeuf
2 pincées de piment d’Alep ou d’Espelette
1 cuillère à soupe d’huile d’olive
1 citron (facultatif)
Sel et poivre

Hacher l’ail. Couper grossièrement le poulet et les feuilles de basilic. Déposer le tout dans un robot culinaire muni d’une lame en « s ». Ajouter la crème, l’oeuf et le piment d’Alep. Saler et poivrer. Mixer par intermittence pour obtenir une préparation irrégulière.

Dans une poêle, chauffer l’huile d’olive. Quand le corps gras est assez chaud, déposer de grosse cuillère de la préparation de poulet. Aplatir la préparation pour obtenir des galettes.

Cuire les galettes pendant 3 à 4 minutes par côté.

Servir avec des quartiers de citron ou dans un pain à hamburger. Déguster avec plaisir.

Bon dimanche!

Tomates d’été

Les tomates du jardins seront moins abondantes pour nous avec les hautes températures de l’été. D’un certain point de vue, c’est dommage, mais c’est loin d’être un drame. Quand je regarde les tomates, je n’arrive toujours pas à comprendre pourquoi autant de gens les aiment. J’adore la sauce tomate, mais la tomate en elle-même, crue… Non, impossible! Bref, je n’arrive pas à comprendre l’engouement pour les sandwichs et salades de tomates.

Bien que les gens apprécient la salade de tomates-mozzarella, pour le 1er août, j’ai opté pour sa version avec des fruits. Je préfère largement! J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 17, numéro 5.

Salade de pêches et de mozzarella fraîche
Salade de pêches et de mozzarella fraîche
Pour 4 à 6 personnes

3 cuillères à soupe d’huile d’olive
1 cuillère à soupe de jus de citron
½ cuillère à thé de sambal oelek
3 pêches
3 abricots
2 boules de mozzarella fraîche d’environ 115 g chacune*
2 cuillères à soupe de basilic frais, ciselé**
85 g de rosette de Lyon de de chorizo**
Fleur de sel

Dans un bol, mélanger l’huile d’olive, le jus de citron et le sambal oelek.

Dénoyauter et couper en quartiers les pêches et les abricots. Déchirer ou couper en tranches la mozzarella. Couper en julienne la rosette de Lyon.

Dans une assiette, placer en alternant les quartiers de pêches, les quartiers d’abricots et les morceaux de mozzarella. Parsemer de basilic et de rosette de Lyon. Au moment de servir, arroser avec la vinaigrette et saupoudrer de fleur de sel. Déguster avec plaisir.

*J’ai utilisée des petites boules de mozzarella, il faut juste avoir en tout au moins 225 g de mozzarella.
**J’ai royalement oublié d’ajouter ces ingrédients à la salade… Elle était tout aussi délicieuse sans.

Et vous, êtes-vous amateur de tomates de jardin?

La rentrée, le retour des bonnes habitudes?

Je ne sais pas si je vais reprendre mon rythme habituel avec le retour de la routine scolaire, mais après un article dimanche, voici un autre article aujourd’hui. Il faut dire que j’ai quelques recettes salées à partager, mais je me demande si la semaine prochaine je ne vais pas alterner les recettes salées et sucrées.

En attendant de voir si je reprends mes bonnes habitudes, je vous propose ma recette préférée du 1er août : des rillettes de poulet rôti. J’ai découvert cette recette sur le site de Pique-Assiette.

Rillettes de poulet rôti
Rillettes de poulet rôti
Pour 2 pot de 250 ml

2 tasses moins 2 cuillères à soupe ou 280 g de reste de
  poulet rôti avec la peau*
3 cuillères à soupe ou 40 g de graisse de canard
⅔ à ¾ de tasse ou 150 à 200 g de bouillon de poulet**
Herbes de Provence ou un autre mélange d’herbes
Paprika

Préchauffer le four à 220°C (430°F).

Dans un petit plat à gratin pas trop grand, déposer la viande. Saupoudrer d’herbes de Provence et de paprika. Verser le bouillon et la graisse de canard pour recouvrir la viande. Couvrir la viande avec la peau de poulet.

Enfourner et cuire pendant 15 minutes ou jusqu’à ce que la peau soit dorée et bien croustillante.

Retirer la peau et la laisser refroidir. Ensuite, la hacher finement ou la passer dans un moulin à épices pour obtenir une consistance sableuse.

Effilocher la viande à l’aide d’une fourchette. Ajouter la peau et mélanger. Au besoin, ajouter du bouillon de poulet pour obtenir une texture souple et moelleuse : les rillettes doivent se tartiner facilement. Déposer dans un ou deux bocaux et réfrigérer au moins 1 heure avant de servir.

Tartiner les rillettes sur un pain grillé et déguster avec plaisir. Les rillettes se conservent pendant 1 semaine au réfrigérateur.

*Privilégiez la viande prélevée sur les cuisses, les ailes ou autour de la carcasse.
**Pour obtenir un bouillon sans effort, choisissez un plat pour cuire le poulet pas trop grand. Assaisonnez la peau du poulet sur toutes les faces. Déposez 2 carottes dans le fond du plat et placez le poulet dessus. Verser ½ à ¾ ou 125 à 180 g d’eau. Enfourner et cuire votre poulet jusqu’à ce que la chaire se détache facilement. Après la cuisson, filtrez le bouillon obtenu.

Et vous, est-ce plus facile d’établir une routine au moment de la rentrée=?

La faune locale

Ce vendredi, j’ai eu le plaisir de rencontrer un biologiste spécialiste de la grande faune et des traces. La discussion était des plus intéressantes et j’ai été émerveillée par tout son savoir. Je me rends compte à quel point j’en connais peu sur la faune locale et aussi que j’oublie facilement la présence de certains animaux. Dans la région, il y a des lynx, des hermines, des blaireaux, des chevreuils, des cerfs, des bouquetins, des chamois, des loups, des marmottes, etc. Au Québec, on trouve des cerfs de Virginie, mais on utilise plutôt le nom de chevreuil… Lorsqu’il m’a dit qu’un chevreuil mâle pèse au maximum 30 kg alors qu’un cerf mâle pèse autour des 200 kg, je me suis demandée comment une telle méprise était possible. Bref, pouvoir rencontrer un tel spécialiste est une chance, car il y a beaucoup plus à apprendre que ce que les livres ou les documentaires nous expliquent.

Dans un registre qui n’a rien avoir, je vous propose une recette végétarienne : une casserole de lasagne. J’ai vu cette recette sur le blog de Jasmine Cuisine.

Casserole de lasagne végane
Casserole de lasagne végane
Pour 3 à 4 personnes

2 cuillères à soupe d’huile d’olive
1 oignon
2 branches de céleri
1 carotte
300 g de fausse viande style Beyond Meat*
1 cuillère à soupe d’origan séché
1 cuillère à soupe de basilic séché
2 pincées de piment de Cayenne**
2 pincées de sucre (facultatif)
2 tasses ou 500 g de sauce tomate
2 tasses ou 500 g de bouillon de légumes
2 portions ou 140 g de pâtes à lasagne ou de mafaldine,
  cassées en morceaux
Sel et poivre

Éplucher l’oignon et la carotte. Couper l’oignon, la carotte et le céleri en petits dés.

Verser l’huile dans une casserole et la chauffer. Quand le corps gras est bien chaud, ajouter les légumes et les cuire pendant 5 minutes. Ajouter la fausse viande et la cuire jusqu’à ce qu’elle soit dorée. Ajouter l’origan, le basilic, le piment de Cayenne et le sucre. Bien mélanger.

Verser la sauce tomate et le bouillon de légumes. Ajouter les pâtes et porter à ébullition. Réduire le feu, couvrir et laisser mijoter pendant 20 minutes ou jusqu’à ce que les pâtes soient cuites à votre goût. Saler et poivrer. Servir et déguster avec plaisir.

*Vous pouvez remplacer la fausse viande par des protéines végétales texturées. Dans ce cas, il faudra les ajouter 10 minutes avant la fin de la cuisson des pâtes.
**Il est possible de doubler d’augmenter la quantité de piment de Cayenne.

Et vous, connaissez-vous bien les animaux qui vivent dans votre région?

Mettre des mots…

Pour ce premier article, je tiens à vous souhaiter une très belle année 2021! Qu’elle soit douce, pleine de joies et de santé. Je crois qu’il sera impossible d’oublier 2020, mais j’avoue que de voir pleins de messages négatifs sur l’an passé me laisse perplexe. Même si 2020 a été des plus tumultueuses, je trouve dommage de s’accrocher aux négatifs : oui, les choses ont changées; oui, la situation émousse notre patience; oui, j’ai hâte de retrouver ma famille au Québec! Cependant, 2020 nous aura accordé du temps pour nous et notre famille. Je suis certaine que si vous réfléchissez, 2020 vous aura apporté un changement positif qui aurait été impossible sans cette crise. Même si la situation ne changera pas du jour au lendemain, 2020 nous aura permis de nous rappeler l’importance des petites choses de la vie. Bref, commencez 2021 en voyant que le meilleur : la situation ne va pas changer en un battement de cil, mais votre façon de percevoir les choses peut créer tellement plus de bonheurs et de joies!

Sans détour, je vous propose une recette qui me semble curieuse pour un début d’année, mais qui au final est parfaite pour toutes les occasions : des craquelins à l’huile d’olive. J’ai pris cette recette dans le livre Un peu.. biscuits… à la folie! d’Isabelle Lambert.

Craquelins à l'huile d'olive
Craquelins à l’huile d’olive
Pour 24 craquelins

1¾ tasse ou 245 g de farine
1 cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
1 cuillère à soupe de paprika doux ou fumé*
½ cuillère à thé de sel
¼ à ½ tasse ou 60 à 125 g d’eau
¼ de tasse ou 52 g d’huile d’olive
1 cuillère à thé de fleur de sel
1 cuillère à thé d’un mélange d’herbes séchés
Poivre
Huile d’olive supplémentaire pour badigeonner

Dans le bol d’un robot culinaire muni d’une lame en « s »**, mélanger la farine, la poudre à pâte, le paprika, le sel et du poivre. Ajouter l’huile d’olive et mélanger par touches successives. Ajouter graduellement l’eau*** et arrêter quand la pâte commence à former une boule. Travailler la pâte à la main pour finir de l’amalgamer. Emballer la pâte dans une pellicule plastique et réfrigérer pendant au moins 1 heure.

Préchauffer le four à 200°C (400°F). Tapisser deux plaques de cuisson de papier parchemin.

Prélever un morceaux de pâte de la taille d’une noix, soit environ 1 cuillère à soupe. Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser le plus finement possible la pâte. Déposer la pâte abaisser sur une plaque de cuisson. Répéter l’opération avec l’ensemble de la pâte.

À l’aide d’un pinceau, badigeonner les craquelins avec de l’huile d’olive. Saupoudrer les craquelins de fleur de sel et d’herbes séchées.

Enfourner et cuire pendant 7 minutes ou jusqu’à ce que les craquelins soient bien secs et dorés. Servir les craquelins natures, avec du fromage, une sauce ou une terrine. Déguster avec plaisir.

*J’ai utilisé du paprika doux auquel j’ai ajouté deux pincées de piment chipotle moulu.
**Il est possible de réaliser la pâte dans un bol.
***C’est important de ne pas tout ajouter l’eau d’un coup. La première fois que j’ai essayé cette recette, j’avais verser l’eau d’un coup et j’ai obtenu une pâte trop liquide.

Bonne début d’année et bon dimanche!