Mot-clé : miel

Retour du levain

Au début de mon blog, j’avais réalisé un levain, mais pourtant je n’en ai jamais parlé. Il faut dire que ne consommant pas beaucoup de pain, celui-ci prenait trop d’ampleur. Je l’ai fait sécher, mais ne l’ayant jamais réanimé après plusieurs années, je ne l’ai pas conservé. En mars, ayant de la difficulté à me procurer de la levure, j’ai voulu relancer un levain… Dire que la première fois que j’en avais fait un, il avait démarré en quelques jours et que je ne comprenais pas pourquoi les gens avaient tant de peine à en créer un. Maintenant, je comprends! Je croyais qu’on pouvait utiliser n’importe quel farine complète : erreur, je ne suis pas parvenue à créer un levain avec de la farine d’épeautre! L’autre astuce, c’est d’aérer le levain qui démarre en le brassant 2 à 3 fois par jour. Après, j’ai un vague souvenir qu’il est préférable d’éviter les cuillères en métal pour mélanger, mais je ne suis pas certaine de ce dernier détail.

Bref aujourd’hui, je vous propose trois méthodes pour démarrer un levain. La première est ma méthode. La deuxième, je l’ai trouvé sur le blog RDV aux Mignardises et elle m’inspire beaucoup. Je compte bien l’essayer la prochaine fois que j’ai besoin d’un levain. La troisième méthode, je l’ai découvert dans les story instagram de Les Papotages de Nana que je trouve très ingénieuse et qui est probablement un levain immanquable.

Levain, 3 méthodes
Levain, 3 méthodes
Pour 1 levain

Levain classique
Eau
Farine complète de blé ou de seigle

Levain à la farine blanche
¾ de tasse ou 100 g de farine blanche
3 cuillères à soupe et 1 cuillère à thé ou 50 g d’eau tiède
½ cuillère à soupe d’huile d’olive
½ cuillère à soupe de miel
6 cuillères à soupe ou 50 g de farine blanche
5 cuillère à thé ou 25 g d’eau tiède

Levain à base de pâte à pizza
Pâte à pizza maison

Levain classique
Dans un pot, mélanger 3 cuillères à soupe ou 25 g de farine complète et 5 cuillères à thé ou 25 g d’eau tiède. Couvrir d’un linge légèrement humide et déposer le couvercle du pot au-dessus juste pour maintenir le ligne en place. Brasser le mélange 2 fois dans la journée.

Le lendemain, ajouter 1½ cuillère à soupe ou 12 g de farine complète et 2½ cuillères ou à thé ou 12 g d’eau tiède. Mélanger, puis couvrir d’un ligne légèrement humide et remettre le couvercle comme précédemment. Brasser la préparation 2 fois dans la journée. Répéter cette opération pendant 2 à 4 jours. Le levain est prêt lorsqu’il dégage une odeur de vinaigre et qu’il forme des bulles.

Conserver le levain à température ambiante et le nourrir tous les jours (ou tous les deux jours) avec 3 cuillères à soupe ou 25 g de farine complète et 5 cuillères à thé ou 25 g d’eau tiède. Il est également possible de conserver le levain au réfrigérateur et de le nourrir 1 fois par semaine avec 6 cuillères à soupe ou 50 g de farine complète et 3 cuillères à soupe et 1 cuillère à thé ou 50 g d’eau tiède. Avant d’utiliser le levain, le nourrir généreusement et le laisser à température ambiante pendant 3 heures avant de l’utiliser.

Levain à la farine blanche
Dans un bol, mélanger ¾ de tasse ou 100 g de farine blanche, 3 cuillères à soupe et 1 cuillère à thé ou 50 g d’eau tiède, l’huile d’olive et le miel. Travailler la pâte pour obtenir une boule. Inciser la pâte en croix. Déposer la pâte dans un bol légèrement huilé et couvrir. Laisser reposer pendant 48 heures.

Après ce temps de repos, prélever environ un tiers du coeur de la pâte* et la déposer dans un bol. Ajouter 6 cuillères à soupe ou 50 g de farine blanche et 5 cuillère à thé ou 25 g d’eau tiède. Mélanger pour obtenir une pâte. La pâte est collante. Déposer la pâte dans un bol légèrement huilé. Inciser d’une croix, couvrir et laisser reposer pendant 2 à 3 jours ou jusqu’à ce qu’elle ait triplé de volume. Le levain est prêt. Nourrir le levain comme le levain classique.

Levain à base de pâte à pizza
Lorsque vous réalisez une pâte à pizza, prélever un petit morceau de pâte et le déposer dans un bol. Ajouter 1½ cuillère à soupe ou 12 g de farine complète et 2½ cuillères ou à thé ou 12 g d’eau tiède. Couvrir et laisser reposer pendant 24 heures. Répéter l’opération jusqu’à ce que le levain dégage une odeur de vinaigre et qu’il forme des bulles. Si le levain forme que des petites bulles et ne double pas de volume, il suffit de lui donner 1 cuillère à thé de miel en plus de la farine et l’eau. Le levain est prêt. Nourrir et conserver le levain comme pour le levain classique.

Utilisez votre levain et régalez-vous.

*Il n’est pas indiqué dans la recette quoi faire avec les deux tiers restants. À mon avis, vous l’utilisez dans une recette de pain en réduisant un peu la quantité de farine et d’eau.

Et vous, avez-vous déjà eu un levain?

Un peu plus technique, mais facile

Il y a déjà un moment, je vous avais proposé un entremet au chocolat simplifié, un entremet à essayer même si vous êtes débutant en cuisine. Récemment, j’ai vu une recette de Royal sur le blog d’Isabelle, J’en reprendai bien un bout. Je connaissais cet entremet depuis des années et pourtant, je n’en avais jamais préparé. Ayant tous les ingrédients sous la main, je me suis rapidement décidée l’essayer. En réalisant la recette, je me suis rendu compte que c’était un entremet très facile à préparer : il n’y a pas d’élément à préparer à l’avance qui doit rester au congélateur jusqu’au moment du montage. Dans cette recette tout s’enchaine, jusqu’au moment où il faut laisser reposer l’entremet avant de faire le glaçage. Bref, un entremet assez facile à préparer.

Je vous propose donc cette recette d’Isabelle. J’ai remplacé le glaçage miroir par un glaçage tendre noir qui est plus intéressant à la dégustation. Le glaçage est tiré du livre Encyclopédie du chocolat.

Royal
Royal
Pour 6 à 8 personnes

Dacquoises
3 blancs d’oeufs, environ 100 g
1 pincée de sel
¼ de tasse ou 50 g de sucre
¾ de tasse et 1½ cuillère à soupe ou 100 g de poudre
  d’amandes
⅓ de tasse et 4 cuillères à thé ou 100 g de sucre glace
Quelques amandes hachées grossièrement* (facultatif)

Croustillant praliné
30 g (1 once) de chocolat au lait
2½ cuillères à soupe ou 60 g de praliné**
6 cuillères à soupe ou 30 g de Gavottes
  ou de biscuits dentelles émiettés**

Mousse au chocolat et praliné
1½ cuillère à thé de gélatine en poudre
  ou 1½ de feuille de gélatine(3 g)
⅓ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 100 g de lait
100 g (3½ onces) de chocolat noir à 70 % de cacao ou plus
2 cuillères à soupe ou 50 g de pralinée**
2 pincées de fleur de sel
¾ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 200 g de crème à fouetter
  ou entière

Glaçage***
130 g (4½ onces) de chocolat à 70 % de cacao
1 tasse ou 250 g de crème 35 % ou entière
3 cuillères à soupe ou 60 g de miel
4½ cuillères à soupe ou 60 g de beurre

Dacquoises
Préchauffer le four à 180°C (350°F). Tapisser une plaque de cuisson de papier parchemin.

Dans un bol, mélanger la poudre d’amandes et le sucre glace.

Dans un autre bol, fouetter les blancs d’oeufs avec le sel. Quand les blancs d’oeufs commencent à faire des pics mous, ajouter graduellement le sucre. Fouetter jusqu’à ce que les blancs d’oeufs forment des pics fermes. À l’aide d’une spatule, incorporer délicatement le mélange de poudre d’amandes et de sucre glace. Verser la pâte dans une poche à pâtisserie. Dresser 2 cercles d’environ 18 cm (7 pouces) de diamètre. Saupoudrer les amandes hachées et enfourner. Cuire pendant 15 minutes ou jusqu’à ce que le gâteau soit doré. Laisser totalement refroidir.

Croustillant praliné
Hacher le chocolat au lait et le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat. Retirer le bol du bain-marie quand le chocolat est totalement fondu. Incorporer le praliné, puis les Gavottes (ou les biscuits dentelles). Verser le mélange sur l’un des disque de dacquoise. Répartir uniformément le croustillant praliné et couvrir avec le deuxième disque de dacquoise. Déposer les dacquoises dans un moule d’environ 20 cm (8 pouces) de diamètre préalablement chemiser de papier parchemin et dont les bords sont recouvert d’une pellicule plastique. Réserver.

Mousse au chocolat et praliné
Dans un bol, faire gonfler la gélatine en poudre dans 1 cuillère à soupe l’eau froide ou faire tremper les feuilles de gélatine dans un bol d’eau froide, environ 5 minutes.

Hacher le chocolat noir, puis le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat au bain-marie. Quand le tout est bien lisse, ajouter le praliné. Quand le mélange est homogène, retirer du bain-marie.

Dans une casserole, chauffer le lait. Ajouter la gélatine (bien l’essorer si elle est en feuille) et mélanger. Quand la gélatine est bien incorporée, retirer du feu et verser sur le chocolat. Mélanger jusqu’à ce que la préparation soit lisse. Ajouter la fleur de sel et laisser tiédir pendant 15 minutes.

Dans un bol, fouetter la crème jusqu’à ce qu’elle forme des pics mous. Incorporer délicatement la crème fouettée à la préparation chocolatée. Verser la totalité de la mousse dans le moule contenant les dacquoises. Placer au congélateur pendant au moins 24 heures.

Glaçage
Hacher le chocolat noir, puis le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat au bain-marie. Quand le tout est bien lisse, retirer du bain-marie.

En parallèle, dans une casserole, porter à ébullition la crème et le miel. Quand le mélange bout, le retirer du feu. Verser en trois fois la crème chaude sur le chocolat en mélangeant bien entre chaque ajout. Laisser tiédir le mélange et incorporer petit à petit le beurre. Laisser le glaçage refroidir jusqu’à 37°C (98°F).

Recouvrir une plaque de cuisson de papier parchemin et y déposer une grille à pâtisserie.

Sortir l’entremet du congélateur et retirer les pellicules plastiques. Déposer l’entremet sur la grille, le gâteau en contact avec la grille. Verser doucement le glaçage en veillant à ce qu’il recouvre toute la surface. Laisser le glaçage s’égoutter pendant quelques minutes, puis déplacer l’entremet sur une assiette de présentation. Réserver au réfrigérateur pendant 10 à 12 heures avant de servir. Sortir l’entremet à température ambiante 30 minutes avant de la déguster. Décorer si désiré. Savourer avec gourmandise.

*Vous pouvez utiliser des amandes effilées ou en bâtonnets.
**Le praliné est une pâte obtenue en broyant des amandes ou des noisettes (ou un mélange des deux) enrobées de sucre caramélisé. Il est possible de remplacer le praliné par une pâte à tartiner aux noisettes.
***Le glaçage termine bien le gâteau, mais si vous êtes débutant, n’hésitez pas à l’omettre : vous aurez un très bon gâteau dans tous les cas!

Et vous, est-ce que vous avez déjà préparé un Royal?

Bien noter…

J’adore faire des entremets, par contre, j’aime un peu moins écrire les recettes. Quand l’on voit les recettes, ça semble toujours long, mais je peux vous assurer que le plus long est de la retranscrire! Le dernier que j’ai réalisé était pour l’anniversaire de mon chéri. Avant d’exécuter un entremet, je réalise toujours un petit schéma où j’illustre sommairement les éléments qui le composeront. À côté, je note les éléments et leur source. Sauf qu’il y a des fois, où je note le tout en vitesse, j’ai une bonne idée de comment je vais procéder et que je ne retranscris rien des quantités ou des recettes précises dans mon carnet. C’est un peu ce qui est arrivé avec mon dernier entremet… Pourtant, c’est un des meilleurs que j’ai réalisé jusqu’à présent!

Je vous propose donc un entremet à la poire et au chocolat. Pour le crémeux à la poire et la mousse au mascarpone, c’est chez Isabelle, la reine des entremets, de J’en reprendrais bien un bout… que j’ai trouvé les recettes. Pour le glaçage, j’ai pris une recette dans l’Encyclopédie du chocolat. Pour les autres éléments, j’ai réutilisé des recettes de mon blog.

Entremet à la poire et au chocolat
Entremet à la poire et au chocolat
Pour 8 à 12 personnes

Croustillant praliné
25 g (1 once) de chocolat blanc
⅓ de tasse ou 125 g de praliné*
¾ de tasse et 2 cuillères à soupe ou 70 g de Gavottes
  ou de biscuits dentelles émiettés**

Dés de poires caramélisés
187 g ou ½ tasse de poires (1 petite poire)
1 cuillère à thé de beurre
1 cuillère à soupe de sucre
1 cuillère à soupe de Williamine ou d’un autre alcool
  de poire***

Gélification de poires
2⅓ tasses ou 400 g de poires (environ 4 poires)
2¾ cuillères à thé de gélatine en poudre
  ou 3½ de feuille de gélatine (7 g)
2½ cuillères à soupe d’eau froide (si la gélatine
  est en poudre)
3 cuillères à soupe ou 38 g de sucre
1 cuillère à soupe de jus de citron

Crémeux de poires
½ tasse ou 125 g de poires pochées réduit en purée****
½ cuillère à soupe ou 7 g de jus de citron
2¼ cuillères à thé ou 10 g de sucre
1¾ cuillère à thé ou 4 g de fécule de maïs ou de maïzena
¾ cuillère à thé de gélatine en poudre
  ou ¾ de feuille de gélatine (1,5 g)
2 cuillères à thé ou 9 g de sirop de pochage des poires
  ou du jus des poires
2 cuillères à soupe ou 25 g de beurre non salé

Gâteau au chocolat
⅓ de tasse ou 75 g de beurre non salé, tempéré
¾ de tasse et 3½ cuillères à thé ou 165 g de sucre
1 oeuf
¼ de cuillère à thé ou 2 g de sel
⅓ de tasse et 2 cuillères à soupe ou 110 g de crème 35 %
  ou entière
1 tasse ou 120 g de farine
3 cuillères à soupe ou 20 g de cacao
½ cuillère à thé ou 3 g de poudre à pâte
  ou de levure chimique

Mousse au mascarpone
250 g (9 onces) de mascarpone
¼ de tasse ou 85 g de lait concentré sucré
1 cuillère à thé d’extrait de vanille
½ tasse ou 125 g de crème à fouetter ou de crème entière

Glaçage tendre noir
130 g (4½ onces) de chocolat à 70 % de cacao
1 tasse ou 250 g de crème 35 % ou entière
3 cuillères à soupe ou 60 g de miel
4½ cuillères à soupe ou 60 g de beurre

Croustillant praliné
Hacher le chocolat blanc et le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat. Retirer le bol du bain-marie quand le chocolat est totalement fondu. Incorporer le praliné, puis les Gavottes (ou les biscuits dentelles). Verser la préparation sur une feuille de papier parchemin. Couvrir d’une seconde feuille de papier parchemin et à l’aide d’un rouleau à pâte étaler la préparation sur une épaisseur d’environ 3 mm (⅛ de pouce). Réserver au congélateur.

Dés de poires caramélisés
Éplucher, épépiner et couper en petits dés réguliers, de moins de 5 mm (¼ de pouce) de côté, la poire.

Dans une poêle faire fondre le beurre. Ajouter les dés de poires et les faire revenir brièvement. Saupoudrer de sucre et laisser caraméliser 2 à 4 minutes. Déglacer avec la Williams (ou l’alcool de poires) et laisser réduire à sec. Égoutter et réserver.

Gélification de poires
Éplucher, épépiner et couper en dés réguliers, d’environ 1 cm (½ de pouce) de côté, les poires. Déposer les dés de poires dans un chaudron avec le sucre. Couvrir et cuire à feu doux jusqu’à ce que les poires soient tendres, environ 20 à 25 minutes.

Dans un bol, faire gonfler la gélatine dans l’eau froide ou faire tremper les feuilles de gélatine dans un bol d’eau froide, environ 5 minutes.

À l’aide d’un blender ou d’un mélangeur à main (pied-plongeant, girafe ou Bamix), mixer les poires pour obtenir une purée lisse. Ajouter un peu de purée de poires chaude à la gélatine pour la faire complètement fondre et l’incorporer à la purée de fruits. Si la gélatine est en feuille, l’essorer et l’ajouter directement à la purée de poires en brassant pour s’assurer qu’elle fonde totalement. Incorporer les dés de poires caramélisés. Verser la préparation dans un moule à charnière d’environ 18 cm (7 pouces) de diamètre chemiser de papier parchemin. Réserver au congélateur.

Crémeux de poires
Si la gélatine est en poudre, la faire gonfler dans le sirop de pochage. Si la gélatine est en feuille, la laisser dans de l’eau froide.

Dans une casserole, mélanger le sucre et la fécule de maïs. Ajouter le jus de citron, puis les poires pochées réduites en purée. Chauffer le mélange à feu doux jusqu’à ce qu’il commence à épaissir. Retirer du feu et ajouter la gélatine (bien l’essorer si elle est en feuille et ajouter également le sirop de pochage). Laisser tiédir pendant 15 minutes, puis incorporer petit à petit le beurre. Verser le crémeux sur la gélification de poires et réserver au congélateur pendant au moins 5 heures.

Gâteau au chocolat
Préchauffer le four à 180°C (350°F). Tapisser une plaque de papier cuisson.

Dans un bol, mélanger la farine avec le cacao et la poudre à pâte.

Dans un bol, fouetter le beurre avec le sucre et le sel jusqu’à ce que la préparation soit homogène et crémeuse. Ajouter l’oeuf et mélanger. Incorporer en alternance le mélange de farine et la crème. Verser la pâte la plaque de cuisson et cuire pendant 12 à 15 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre de la pâte en ressorte propre.

Mousse au mascarpone
Dans un bol, fouetter le mascarpone. Ajouter le lait concentré sucré et fouetter jusqu’à ce que le mélange soit très dense. Ajouter l’extrait de vanille.

Dans un autre bol, fouetter la crème jusqu’à ce qu’elle formes des pics souples. Incorporer délicatement la crème fouettée au mascarpone. Réserver au frais.

Montage
Chemiser le fond et la parois de pellicule plastique un moule à charnière d’environ 20 cm (8 pouces) de diamètre.

Dans le gâteau, découper un rond légèrement plus petit que le diamètre du moule. Dans le praliné croustillant, découper un cercle d’environ 18 cm (7 pouces) de diamètre.

Dans le fond du moule, déposer le gâteau et couvrir d’une fine couche de mousse au mascarpone. Placer le disque de praliné croustillant et couvrir une nouvelle fois d’une fine couche de mousse. Déposer le disque à la poire et verser le restant de mousse au mascarpone. Égaliser la surface. Placer au congélateur pendant au moins 12 heures. Après cette étape, il est possible de conserver l’entremet pendant un mois, voire plus, au congélateur.

Glaçage
Hacher le chocolat noir, puis le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat au bain-marie. Quand le tout est bien lisse, retirer du bain-marie.

En parallèle, dans une casserole, porter à ébullition la crème et le miel. Quand le mélange bout, le retirer du feu. Verser en trois fois la crème chaude sur le chocolat en mélangeant bien entre chaque ajout. Laisser tiédir le mélange et incorporer petit à petit le beurre. Laisser le glaçage refroidir jusqu’à 37°C (98°F).

Recouvrir une plaque de cuisson de papier parchemin et y déposer une grille à pâtisserie.

Sortir l’entremet du congélateur et retirer les pellicules plastiques. Déposer l’entremet sur la grille, le gâteau en contact avec la grille. Verser doucement le glaçage en veillant à ce qu’il recouvre toute la surface. Laisser le glaçage s’égoutter pendant quelques minutes, puis déplacer l’entremet sur une assiette de présentation. Réserver au réfrigérateur pendant 10 à 12 heures avant de servir. Sortir l’entremet à température ambiante 30 minutes avant de la déguster. Savourer avec gourmandise.

*Le praliné est une pâte obtenue en broyant des amandes ou des noisettes (ou un mélange des deux) enrobées de sucre caramélisé. Il est possible de remplacer le praliné par une pâte à tartiner aux noisettes.
**Si vous ne trouvez pas biscuits Gavottes ou dentelles, remplacez-les par des céréales de riz soufflés de style Rice Krispies.
***Il est possible d’omettre tout simplement l’alcool ou encore de le remplacer par du rhum.
****Vous pouvez utiliser des poires en boîte, mais si possible, préparez vous même des poires pochées.

Pour mon prochain entremet, j’aimerais bien essayer d’y intégrer de la rhubarbe…

2020 : 366 opportunités

Hier, je suis tombée sur cette idée qu’une année, c’était 365 opportunités. Comme 2020 est une année bissextile, elle offre 366 opportunités. Je vous souhaites que ces 366 jours soient remplis de santé, de joies et d’opportunités des plus diverses, mais des plus positives. Bref, bonne année 2020! J’espère pour vous que les derniers jours de 2019 ont été des plus agréables… De mon côté, la fin de l’année a été des plus chaotiques et je veux croire que 2020 n’offrira que du bon!

Comme j’ai besoin de douceur, je vous propose ma recette préférée de mes paniers gourmands de 2019 : des madeleines au miel, lime et gingembre. C’est les meilleures madeleines que j’ai faites et elles sont terriblement moelleuses! Même si vous n’êtes pas friand du gingembre, ne vous inquiétez pas le goût est très délicat. L’huile d’olive semble étrange dans le glaçage, mais ne vous troublez pas, on ne la remarque pas. Bref, une recette à adopter et à parfumer au gré des envies. J’ai pris cette recette sur le très joli blog de Valérie, C’est ma fournée!

Madeleines au miel, lime et gingembre
Madeleines au miel, lime et gingembre
Pour 18 à 21 madeleines

Madeleines
6½ cuillères à soupe ou 90 g de beurre non salé*
2¼ cuillères à thé ou 15 g de miel
2 oeufs
5½ cuillères à soupe ou 70 g de sucre
⅔ de tasse ou 90 g de farine
¾ de cuillère à thé ou 4 g de poudre à pâte ou de levure
  chimique
2 pincées de fleurs de sel*
2 cuillères à soupe ou 15 g de gingembre frais râpé finement
Zeste de 2 limes

Glaçage
⅓ de tasse ou 50 g de sucre glace
2½ cuillères à thé ou 12 g de jus de lime
1½ cuillère à thé ou 6 g d’huile d’olive

Madeleines
Dans une petite casserole, faire fondre le beurre avec le miel. Quand le beurre est totalement fondu, retirer du feu et laisser tiédir. Ajouter la fleur de sel et réserver.

Dans un bol, mélanger la farine et la poudre à pâte.

Dans un autre bol**, casser les oeufs. Ajouter le zeste des limes, le gingembre râpé et le sucre. Fouetter le tout jusqu’à ce que le mélange palisse. Incorporer la farine, puis le beurre fondu. Verser la pâte dans une poche à pâtisserie et bien fermer les deux extrémités. Réfrigérer pendant 12 heures.

Préchauffer le four à 240°C (465°F)*** et laisser chauffer au moins 5 minutes.

Si votre moule à madeleines est en métal, le beurrer et l’enfariner. Pocher la pâte dans les empreintes du moule et remettre le moule au réfrigérateur le temps que le four soit bien chaud.

Enfourner les madeleines et réduire la température du four à 150°C (300°F). Laisser cuire pendant 11 minutes.

Glaçage
Pendant que les madeleines cuisent, préparer le glaçage. Dans un bol, mélanger le sucre glace, le jus de lime et l’huile d’olive.

Après les 11 minutes de cuisson des madeleines, les sortir du four et les badigeonner de glaçage. Enfourner de nouveau les madeleines et cuire pendant 4 minutes.

Après ce temps, sortir les madeleines du four et les laisser tiédir pendant 5 minutes. Démouler les madeleines et les placer sur le côté dans les cavités du moule pour les laisser totalement refroidir. Déguster avec gourmandise.

*Vous pouvez utiliser du beurre demi-sel ou du beurre avec des cristaux de sel. Dans ce cas, omettez la fleur de sel.
**Il est possible de réaliser la recette au pied-mélangeur. Dans ce cas, placez les ingrédients dans un bol haut et étroit.
***Si la température maximale de votre four est plus basse, ce n’est pas grave : utilisez la température maximale de votre four.

J’ai investi dans des moules à madeleines en silicone : c’était une riche idée! Ce n’est pas Valérie de « C’est ma fournée! » qui dira le contraire…

Deux jours, deux temps…

Hier, nous avons profité du soleil et de la température clémente pour arracher les dernières plantes du jardins, étaler le restant de copeaux, tondre la pelouse une dernière fois avant l’année prochaine, nettoyer et ranger la terrasse pour l’arrivée de l’hiver. Ce matin, en voyant la température qui fleuretait avec zéro, nous étions d’autant plus satisfait de nos efforts de la veille. C’est toujours étonnant de constater que deux jours qui se suivent peuvent être aussi différents.

Avec le temps plus frais, je vous propose une petite recette qui apporte du soleil dans l’assiette : des crevettes bang-bang. J’ai servi ces crevettes dans un bol avec du riz et des légumes…Il est évident que je ne suis pas douée pour préparer de joli bol! J’ai pris la recette des crevettes bang-bang sur le blog Tous à vos chaudrons.

Crevettes bang-bang
Crevettes bang-bang
Pour 2 personnes

Crevettes
14 crevettes de taille moyenne, crues et décortiquées
  (environ 200 g)
¾ de tasse ou 105 g de farine
Huile en quantité suffisante pour la friture

Panure
1 oeuf
2 cuillères à soupe ou 30 g de lait
3 cuillères à soupe ou 26 g de farine

Sauce
1 cuillère à soupe de miel
2 cuillères à soupe de sauce douce aux piments*
½ cuillère à thé de sauce sriracha

Sauce
Dans une petite casserole, mélanger le miel, la sauce douce aux piments et la sriracha. Chauffer le mélange à feu doux. Laisser frémir le mélange pendant 5 minutes.

Panure
Dans un bol, fouetter les oeufs avec la farine et le lait pour obtenir une pâte bien lisse.

Crevettes
À l’aide d’un essuie-tout, assécher les crevettes.

Verser la farine dans un bol.

Dans une casserole ou une friteuse, chauffer l’huile. Quand l’huile est bien chaude, enfariner les crevettes, les tremper dans la panure et les déposer dans l’huile. Cuire les crevettes jusqu’à ce que la panure ait gonflé et soit dorée. Cuire les crevettes en deux ou trois fois.

Égoutter les crevettes et les déposer dans la sauce chaude. Servir sans attendre si possible avec de la mangue. Déguster avec plaisir.

*J’ai utilisé la sauce douce aux piments de cette compagnie. On retrouve aussi ce genre de sauce asiatique sous le nom anglais « Sweet chili sauce ».

Et vous, est-ce que votre fin de semaine vous aura fait voir tous les temps?