Mois : mars 2024

Chocolats et oeufs en abondance

S’il y a un jour où il y a une abondance de chocolats et d’oeufs, c’est bien aujourd’hui. Chez nous, c’est surtout des oeufs en chocolat que l’on trouve. Bien que j’aime bien l’idée des oeufs peints, ce n’est pas une activité que je mets en place. Peut-être un jour, qui sait?

Pour rester dans le thème, je vous propose une recette qui utilise une grande quantité de chocolat et d’oeufs : un gâteau truffe choco-orange. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 22, numéro 1.

Gâteau truffe choco-orange
Gâteau truffe choco-orange
Pour 12 personnes

Croûte
1½ tasse ou 210 g de chapelure de biscuits oréo
2 cuillères à soupe ou 25 g de sucre
½ tasse ou 110 g de beurre non salé, fondu
1 pincée de fleur de sel

Gâteau
425 g (15 onces) de chocolat noir à environ 60 % de cacao
1 tasse ou 220 g de beurre non salé, coupé en cubes
1 orange, pour le zeste
6 oeufs
¼ de tasse ou 50 g de sucre

Croûte
Préchauffer le four à 180°C (350°F). Tapisser de papier parchemin le fond d’un moule à charnière d’environ 20 cm (8 pouces) de diamètre. Tapisser le pourtour du moule d’une bande de papier parchemin de 7,5 cm (3 pouces) de haut.

Dans un bol, mélanger la chapelure de biscuits, le sucre, le beurre fondu et le sel. Verser dans le moule à charnière et presser la croûte.

Enfourner et cuire pendant 12 minutes. À la sortie du four, laisser la croûte tiédir pendant 30 minutes.

Emballer le fond et les parois du moule d’une double épaisseur de papier d’aluminium.

Gâteau
Préchauffer le four à 220°C (425°F).

Hacher le chocolat et le déposer dans un grand bol d’un bain-marie. Ajouter le beurre et le zeste d’orange. Faire fondre le tout sur un bain-marie. Quand le mélange est homogène, retirer du bain-marie et réserver.

Dans un grand bol, fouetter les oeufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse et triple de volume. Incorporer délicatement la préparation de chocolat fondu. Verser ce mélange sur la croûte et couvrir d’un papier d’aluminium.

Déposer le gâteau dans un grand plat de cuisson allant au four. Verser dans le plat de l’eau chaude jusqu’au tiers du moule.

Enfourner et cuire pendant 20 minutes. À la sortie du four, retirer le gâteau du bain-marie ainsi que les papier d’aluminium. Laisser tiédir le gâteau pendant 30 minutes, si possible sur une grille. Couvrir le gâteau et le réfrigérer pendant 8 heures ou toute une nuit.

Démouler le gâteau et le déposer sur une assiette de service. Si désiré, saupoudrer de cacao, garnir de crème fouettée et de copeaux de chocolat. Servir et déguster avec gourmandise.

Joyeuses Pâques

Des brioches de Pâques… enfin!

J’ai un lointain souvenir de brioches de Pâques : une mie moelleuse et légère ainsi qu’un goût différent. Je ne m’étais jamais penchée sur la question avant cette année. J’ai repéré 3 recettes et j’ai essayé celle qui proposait une plus petite quantité. Je l’ai regretté : pour 300 g de farine, la recette ajoutait 10 g de sel. Sur le coup, je n’ai pas réagi, mais c’est beaucoup trop : la moitié suffit amplement! Bref, le goût était décevant et il y avait trop d’épices dans la pâte à mon goût. Le projet est resté de côté jusqu’en fin de semaine où j’ai vu une recette à l’émission James Martin’s Saturday Morning.

Évidemment, je vous propose la recette de James Martin et encore une fois, je n’ai pas été déçue. Le goût qui caractérise la brioche de Pâques pour moi est le zeste de citron : ça apporte un petit quelque chose sans être la saveur dominante.

Brioches de Pâques (Hot Cross Buns)
Brioches de Pâques (Hot Cross Buns)
Pour 6 personnes

Pâte
2¼ tasses ou 312 g de farine
½ cuillère à thé de sel
¼ cuillère à thé de cannelle moulue*
¼ cuillère à thé de gingembre moulu*
5 cuillères à thé ou 23 g de beurre non salé, tempéré
3½ cuillères à soupe ou 43 g de sucre
2¼ cuillères à thé ou 7 g de levure sèche**
¾ de tasse ou 187 g de lait tiède
Zeste de ½ citron
⅓ de tasse ou 65 g de fruits séchés ou confits***

Croix****
1 cuillère à soupe de farine
2 cuillères à thé d’eau

Pâte
Dans un bol, mélanger la farine, le sel, la cannelle, le gingembre, le beurre, le sucre et la levure. Ajouter le lait et mélanger. Sur un plan de travail légèrement enfariné, pétrir la pâte pendant 5 à 8 minutes. Incorporer le zeste de citron et les fruits séchés. Déposer dans un bol, couvrir et laisser lever jusqu’à ce que la pâte ait doublé de volume, entre 1h00 et 2h00.

Enfariner légèrement le plan de travail, déposer la pâte et la diviser en 6 portions***** de même taille. Façonner en boule et les déposer sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin.

Croix
Dans un petit bol, mélanger la farine et l’eau. Verser le mélange dans une poche à pâtisserie munie d’une petite douille lisse. Avec de mélange, dessiner les croix sur les brioches. Laisser les brioches lever jusqu’à ce qu’elles de volume, soit de 1h00 à 1h30.

Préchauffer le four à 200°C (400°).

Enfourner les brioches et cuire pendant 20 à 25 minutes. Laisser tiédir. Si désirer, badigeonner les brioches avec un sirop simple pour les faire briller. Déguster avec gourmandise.

*Vous pouvez utiliser d’autres épices ou même un mélange à pain d’épices. Vous pouvez également doubler la quantité d’épices, moins je préfère un goût plus discret.
**La quantité correspond à un sachet entier de levure sèche.
***Ici, j’ai mis du citron confit et de l’orange confite. J’ai royalement oublié les raisins secs. Choisissez les fruits secs ou confits qui vous plaisent.
****Vous pouvez réaliser les croix après la cuisson en mélangeant du sucre glace et de l’eau ou du jus de citron.
*****Il est possible de diviser la pâte en 12 pour réaliser de plus petites brioches.

Allez, vous avez encore le temps de tester cette recette avant Pâque!

Du temps perdu…

La dernière fois que j’ai connecté mon appareil photos à mon ordinateur pour transférer mes photos, j’ai perdu près d’une heure! Il faut dire que j’ai souvent des petites variantes où mon ordinateur ne détecte pas mon appareil, donc je n’étais pas plus surprise que tant… Cependant, perdre autant de temps pour un tel truc, c’est décourageant. J’y suis parvenue et pour une fois, j’ai trié en moins de 10 minutes mes photos.

Pour éviter de vous faire prendre du temps, je vous propose une petite recette rapide de nouilles à l’ail et aux sésames. J’ai vu cette recette dans une vidéo de Carl is cooking.

Nouilles à l'ail et aux sésames
Nouilles à l’ail et aux sésames
Pour 1 ou 2 personnes

1 paquet ou 100 g de nouille ramen sèche
1 ou 2 gousses d’ail
1 blanc de poireau
1 cuillère à soupe d’huile de sésame ou d’huile végétale
2 cuillères à soupe de sauce soja
1 cuillère à thé de cassonade ou de sucre roux
Sauce sriracha, au goût
Graines de sésame, au goût

Hacher finement l’ail et émincer le poireau.

Dans une poêle, chauffer l’huile de sésame. Quand le corps gras est bien chaud, ajouter le poireau et le faire revenir jusqu’à ce qu’il soit tendre*.

En parallèle, porter de l’eau à ébullition. Quand l’eau bout, verser sur les nouilles ramen et laisser reposer pendant 3 minutes. Égoutter et réserver.

Ajouter l’ail à la poêle et faire revenir pendant 1 minutes sans le colorer. Ajouter la sauce soja. Retirer du feu, puis ajouter la cassonade et la sauce sriracha. Ajouter 2 cuillères à soupe d’eau chaude. Incorporer les nouilles et bien mélanger. Remettre sur le feu au besoin et servir. Saupoudrer de graines de sésame et déguster avec plaisir.

*Vous pouvez agrémenter la recette en ajoutant une protéine (poulet cuit, oeuf, tofu, etc.) ou d’autres légumes de votre choix.

Et vous, quel est la dernière petite tâche qui vous a fait perdre un monstre de temps?

Trouver le bon moule…

Au fil des années, je me suis laissée tenter à quelques reprises par des moules en silicone. À chaque fois, j’ai eu des regrets : les moules que j’ai choisi ont ne me facilite jamais l’étape du glaçage. Pour le dernier en date, je pensais avoir bien réfléchi en magasin… pourtant, j’aurai dû ouvrir la boîte et inspecter plus attentivement le moule. La base du gâteau est plus étroite que la partie supérieure ce qui a pour conséquence de faire des parts de gâteau qui n’ont pas de tenu. L’autre reproche, que je n’ai vraiment pas vu, c’est que le sommet du moule est concave! Je fais des glaçages que l’on laisse couler sur le gâteau, alors je me retrouve avec une piscine de glaçage sur le sommet de l’entremet. Bref, je hurle quand je cogite sur cet achat. Pour le prochain, s’il y a un prochain, je l’aurais identifié en ligne, inspecter en magasin et je partirai du magasin pour y penser à deux fois avant de l’acheter.

Même si j’ai dû cacher la misère de cet entremet, le goût était au rendez-vous. Je vous propose une recette d’entremet forêt-noire. J’ai légèrement modifié la recette issue du livre Bûches de Christophe Felder et Camille Lesecq.

Entremet forêt noire
Entremet forêt-noire
Pour 10 à 12 personnes

Sirop au Kirsch
⅔ de tasse moins 1 cuillère à soupe ou 150 g d’eau
¼ de tasse et 2½ cuillères à thé ou 60 g de sucre
2 cuillères à soupe ou 30 g de Kirsch

Crème pâtissière
⅔ de tasse ou 160 g de lait
½ gousse de vanille
½ cuillère à thé ou 1 g de lait en poudre (facultatif)
1½ cuillère à soupe ou 15 g de fécule de maïs ou de maïzena
2 cuillères à soupe ou 25 g de sucre
1 jaune d’oeuf (environ 15 g)

Biscuits au chocolat
¼ de tasse et 2½ cuillères à thé ou 60 g de sucre
1 cuillère à soupe ou 15 g de pâte d’amande
¾ de cuillère à thé ou 5 g de miel
2 gros jaunes d’oeufs (environ 45 g)
4 cuillères à thé ou 20 g d’eau chaude
15 g (½ once) de chocolat noir entre 85 et 100 % de cacao, fondu
2 gros blancs d’oeufs (environ 70 g)
½ tasse et 1½ cuillère à soupe ou 85 g de farine
1½ cuillère à soupe ou 10 g de cacao

Crémeux au chocolat
½ tasse ou 125 g de crème à fouetter ou entière
½ tasse ou 125 g de lait
3 à 4 jaunes d’oeufs (environ 50 g)
2 cuillères à soupe ou 25 g de sucre
120 (4¼ onces) de chocolat noir à 66 % de cacao

Crème forêt noire
1½ cuillère à thé de gélatine en poudre ou 2 feuille de gélatine (4 g)
1 cuillère à thé ou 5 g de Kirsch
1¾ tasse et 1 cuillère à soupe ou 450 g de crème à fouetter ou entière

Mousse stracciatella (facultatif)
55 g (2 onces) de chocolat noir
250 g (9 onces) de mascarpone
¼ de tasse ou 85 g de lait concentré sucré
1 cuillère à thé d’extrait de vanille
½ tasse ou 125 g de crème à fouetter ou de crème entière

Glaçage (facultatif)
265 g (9¼ onces) de chocolat blanc à 35 % de cacao
1½ cuillère à thé de gélatine en poudre ou 2 feuilles
  de gélatine (4 g)
⅔ de tasse et 2 cuillères à thé ou 175 g de crème à 35 %
  ou entière
8 cuillères à thé ou 40 g d’eau
1½ cuillère à soupe ou 30 g de sirop de maïs ou de glucose
2 cuillères à soupe ou 25 g d’huile de colza ou de canola
Colorant alimentaire en poudre ou en gel

Confiture de cerises noires en quantité suffisante

Sirop au Kirsch
Dans une casserole, verser l’eau et le sucre. Porter à ébullition. Dès que le mélange bout, retirer du feu et ajouter le kirsch. Réserver.

Crème pâtissière
Dans une casserole, verser le lait et le lait en poudre. Ajouter la gousse de vanille couper en deux ainsi que les graines grattées avec un couteau. Porter à ébullition, retirer du feu et réserver.

Dans un bol, fouetter la fécule de maïs avec le sucre et le jaune d’oeuf jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Verser graduellement, toujours en fouettant le lait chaud. Transférer le tout dans la casserole et porter le tout à ébullition en brassant continuellement. Laisser mijoter pendant 1 minute. Verser la crème pâtissière dans un bol, couvrir d’une pellicule plastique directement apposée sur la crème. Réfrigérer au moins 2 heures.

Biscuits au chocolat
Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un bol, travailler la moitié du sucre, la pâte d’amande et le miel. Ajouter un tiers des jaunes d’oeufs et fouetter jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Incorporer le restant de jaunes d’oeufs et fouetter pendant 10 minutes*. Verser l’eau chaude et fouetter pendant encore 5 minutes. Ajouter le chocolat fondu et fouetter pendant encore 5 minutes.

Dans un autre bol, fouetter les blancs d’oeufs en neige en ajoutant graduellement le restant de sucre. Incorporer délicatement le mélange chocolaté aux blancs d’oeufs montés. Ajouter la farine et le cacao toujours en mélangeant délicatement. Verser la pâte sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Enfourner et cuire pendant 15 à 20 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre du gâteau en ressorte propre. Laisser redroidir.

Crémeux au chocolat
Hacher le chocolat et le déposer dans un bol. Réserver.

Dans une casserole, porter le lait et la crème à ébullition. Retirer du feu et réserver.

Dans un bol, fouetter les jaunes d’oeufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajouter les liquides chauds toujours en fouettant. Remettre le mélange dans la casserole et cuire à feu moyen jusqu’à ce que le mélange atteigne 82°C (179°F) ou nappe le dos d’une cuillère. Verser ce mélange sur le chocolat. Laisser reposer pendant 2 minutes et fouetter pour homogénéiser le mélange. Au besoin, mixer le tout avec un pied-mélangeur. Couvrir et réserver au frais.

Crème forêt noire
Hydrater la gélatine : si elle est en poudre, verser 2½ cuillères à soupe d’eau froide dans un petit bol puis saupoudrer la gélatine, mélanger et laisser gonfler; si elle est en feuille, la déposer dans un bol rempli d’eau froide et la laisser tremper pendant 5 minutes.

Dans un grand bol, verser la crème et la fouetter jusqu’à ce qu’elle forme des pics qui se tiennent. Réserver.

Déposer la gélatine dans une petite poêle, bien l’essorer si elle est en feuille, et la faire fondre à feu doux.

Dans un autre bol, fouetter la crème pâtissière pour l’assouplir. Toujours en fouettant, ajouter la gélatine, puis le kirsch. Incorporer délicatement la crème fouettée.

Mousse stracciatella
Hacher le chocolat noir et le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat noir au bain-marie. Retirer le bol du bain-marie quand le chocolat est bien lisse et homogène. Laisser le chocolat tiédir pendant au moins 15 minutes.

Dans un bol, fouetter le mascarpone. Ajouter le lait concentré sucré et fouetter jusqu’à ce que le mélange soit très dense. Ajouter l’extrait de vanille.

Dans un autre bol, fouetter la crème jusqu’à ce qu’elle formes des pics souples. Verser en filet le chocolat tiédi toujours en fouettant pour créer des paillettes de chocolat dans la crème fouettée. Incorporer délicatement la crème fouettée au mascarpone. Réserver au frais.

Montage
Chemiser le fond et la parois de rhodoïd (ou de pellicule plastique) un moule à charnière d’environ 20 cm (8 pouces) de diamètre**.

Dans le biscuit, découper deux cercles de 18 cm (7 pouces) de diamètre ou moins. Déposer un des biscuits dans le fond du moule. Imbiber de sirop au Kirsch, puis tartiner généreusement de confitures de cerises. Verser un peu de crème forêt-noire sur le pourtour du biscuits pour créer un puit au centre. Répartir le crémeux au chocolat au centre du biscuit. Couvrir avec le second biscuit. Imbiber le biscuit de sirop au Kirsch, puis tartiner généreusement de confiture de cerises. Couvrir le tout avec la crème forêt-noire. Si désiré, ajouter la mousse stracciatella dans le montage ou la réserver pour la pocher sur l’entremet glacé. Placer l’entremet pendant au moins 12 heures au congélateur.

Glaçage
Dans les 12 heures précédent la dégustation, préparer le glaçage de l’entremet. Faire tremper les feuilles de gélatine dans de l’eau froide ou faire gonfler la gélatine en poudre dans 2 cuillères à soupe d’eau froide pendant 5 minutes.

Hacher le chocolat blanc et le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat au bain-marie. Retirer le chocolat du bain-marie quand il est totalement lisse.

Dans une casserole, porter à ébullition la crème, l’eau et le sirop de maïs. Dès que les liquides bouillent, les retirer du feu et ajouter la gélatine (bien l’essorer si elle est en feuilles). Verser les liquides en trois fois sur le chocolat blanc en mélangeant bien entre chaque ajout. Incorporer l’huile et, si désiré, le colorant alimentaire. Bien mélanger en évitant d’incorporer de l’air. Laisser le glaçage tiédir jusqu’à 37°C (98°F).

Recouvrir une plaque de cuisson de papier parchemin et y déposer une grille à pâtisserie.

Sortir l’entremet du congélateur et le démouler. Déposer l’entremet sur une grille au-dessus d’une plaque de cuisson. Verser doucement le glaçage en veillant à ce qu’il recouvre toute la surface du gâteau. Laisser le glaçage s’égoutter pendant quelques minutes, puis déplacer l’entremet sur une assiette de présentation. Réserver au réfrigérateur. Si désiré, il est possible de pocher la mousse stracciatella sur l’entremet. Sortir l’entremet à température ambiante 30 minutes avant de la déguster. Déguster avec gourmandise.

*Si vous utilisez un batteur électrique, fouettez moins longtemps pour ne pas faire surchauffer le moteur de votre appareil.
**Adapter le montage selon le moule que vous utilisez.

Et vous, avez-vous un moule en silicone que vous aimez pour réaliser des entremets? Le seul de ma collection que j’affection est celui pour les bûches, mais il est généralement trop petit pour le nombre de portions que j’ai besoin.

Prendre le grand air…

Cette semaine, il y a eu quelques belles journées et j’ai décidé d’essayer de m’occuper du jardin avec Petit-coeur. À ma grande surprise, Petit-coeur est resté à proximité et j’ai pu effectuer les tâches sans trop de difficulté. Après ce passage au grand air, je pensais qu’il serait facile de coucher Petit-coeur pour la sieste… Et bien non, Petit-coeur n’a pas fait de sieste cette journée-là! Qui a dit que le grand air aidait à dormir?

Pour aujourd’hui, je vous propose une recette de risotto au poulet haché et aux morilles. Une petite improvisation pour utiliser autrement du poulet haché qu’en râgù ou en boulettes.

Risotto au poulet haché et aux morilles
Risotto au poulet haché et aux morilles
Pour 3 personnes

300 g de poulet haché*
1 oignon
1 cuillère à soupe de beurre
1 cuillère à soupe d’huile végétale
⅓ de tasse ou 13 g de morilles séchées
½ tasse ou 125 g d’eau
⅔ tasse ou 140 g de riz à grain rond
¼ de tasse ou 62 g de vin blanc
2 tasses ou 500 g de bouillon de légumes ou de poulet
3 cuillères à soupe de crème à cuisson ou entière
Sel et poivre

Déposer les morilles dans un verre et verser l’eau dessus. Déposer un objet plus lourd (par exemple, un autre verre) sur les morilles pour les maintenir submergées. Laisser tremper les morilles pendant un minimum de 30 minutes.

Filter l’eau des morilles pour retirer les grains de sable et réserver. Hacher grossièrement les morilles. Hacher l’oignon.

Dans une poêle, chauffer le beurre avec l’huile, lorsque le corps gras est bien chaud, ajouter l’oignon et le faire revenir jusqu’à ce qu’il soit translucide. Ajouter le poulet haché et le faire doré. Saler et poivrer. Ajouter le riz et brasser pendant 1 minute. Déglacer avec le vin blanc et laisser réduire presque à sec.

Ajouter l’eau des morilles, puis un peu de bouillon en brassant continuellement le riz. Quand le liquide est presque totalement absorbé, rajouter du bouillon et ainsi de suite jusqu’à ce que le riz soit tendre. Quand le riz à la texture désirée, verser la crème. Saler et poivrer au besoin. Servir et déguster avec plaisir.

*Vous pourriez réaliser cette recette avec du poulet coupé en dés.

Et vous, est-ce que vous trouvez que le grand air aide à faire dormir?