Mot-clé : kirsch

Bonne St-Valentin

Une idée d’un cadeau gourmand qui arrive un peu tard, mais qui aurait été parfaite pour cette fête, mais également pour les suivantes : Pâques, fête des mères, fêtes des pères, etc. Je vous propose des truffes, c’est en les réalisant que je me suis rappelé que c’était quand même un acte d’amour : ça demande un peu de temps et un bon brin de patience.

Je vous propose donc une base de truffes que vous pouvez décliner à l’infini ou jusqu’à la limite de votre imagination.

Truffes au chocolat à décliner
Truffes au chocolat à décliner
Pour 20 truffes*

Ganache
150 g (5,25 onces) de chocolat noir à 55% de cacao
  ou 200 g (7 onces) de chocolat au lait
  ou 250 g (8,75 onces) de chocolat blanc
¼ de tasse moins 1½ cuillère à thé ou 55 g de crème 35%
  ou entière
4 cuillères à thé ou 20 g d’alcool au choix (kirsch, rhum,
  whisky, williamine, etc.)**
1½ cuillère à soupe ou 20 g de beurre non salé, tempéré

Enrobage
200 g (7 onces) de chocolat noix, au lait ou blanc
Cacao, noix moulus, brisures de biscuits, etc. (facultatif)

Ganache
Hacher le chocolat et le déposer dans un bol.

Dans une petite casserole, porter la crème à ébullition***, retirer du feu et ajouter l’alcool. Verser sur le chocolat et laisser reposer pendant 1 à 2 minutes. Brasser jusqu’à ce que la préparation soit homogène. Laisser tiédir jusqu’à ce que la ganache soit à environ 35°C (95°F). Incorporer le beurre. Placer la ganache au réfrigérateur et laisser refroidir pendant 1 heure ou jusqu’à ce que la ganache se tienne.

Verser la ganache dans une poche à pâtisserie munie d’une douille lisse et dresser les truffes sur une feuille de papier parchemin. Réfrigérer pour raffermir la ganache.

Si désiré, rouler les truffes dans les mains pour obtenir une forme ronde. Réserver au frais.

Enrobage
Hacher le chocolat et déposer les deux tiers dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat sans dépasser 45°C (113°F). Retirer le bol du bain-marie et ajouter le restant de chocolat. Mélanger jusqu’à ce que l’ensemble soit fondu.

Enrober les truffes de chocolat fondu**** et si désiré, rouler dans du cacao ou autres. Déposer sur une assiette recouverte de papier parchemin et laisser figer à température ambiante ou placer pendant 20 minutes au réfrigérateur.

Conserver à température ambiante pendant 1 mois ou 3 mois au réfrigérateur. Déguster avec gourmandise.

*Le nombre de truffes dépendra de la taille que vous leur donnez.
**Vous pouvez omettre l’alcool, dans ce cas, remplacez-le par la même quantité de crème (4 cuillères à thé ou 20 g).
***Vous pouvez parfumer vos truffe en ajoutant dans la crème les graines d’une gousse de vanille, de la cannelle, du poivre, des zestes d’agrumes, des herbes fraîches, etc.
****N’hésitez pas à porter des gants pour cette étape.

Bon 14 février!

Prévisible…

La semaine dernière, je suis passée dans une librairie et je suis tombée sur une série dont j’avais relevé le titre. J’ai hésité un peu et j’ai décidé d’être raisonnable : j’ai pris que le premier tome tout d’un coup que la série ne me plairait pas. Évidemment, c’était prévisible, le livre m’a grandement plu et je suis impatiente de lire la suite… Heureusement pour moi, je savais que je repasserai à la librairie cette semaine.

Aujourd’hui, je vous propose une recette de biscuits aux noix. Ceux-ci ont une texture particulière un peu dense et élastique. Cette recette est tirée du livre Noël et ses friandises de Betty Bossi.

Biscuits aux noix
Biscuits aux noix
Pour 50 biscuits

Biscuits
2 blancs d’oeuf
1 pincée de sel
1 tasse ou 200 g de sucre
2 tasses ou 225 g de noix de Grenoble, moulues
1 tasse ou 150 g de noisettes, moulues

Glaçage
1¼ tasse moins 1½ cuillère à soupe ou 150 g de sucre glace
1½ cuillère à soupe d’eau
1½ cuillère à thé de kirsch*
1 tasse ou 110 g de cerneaux de noix de Grenoble

Glaçage
Dans un bol, fouetter les blancs d’oeufs avec le sel jusqu’à ce qu’ils forment des pics fermes. À l’aide d’une spatule, incorporer le sucre, les noix de Grenoble et les noisettes.

Entre deux feuilles de papier parchemin, abaisser la pâte sur une épaisseur d’environ 1 cm (⅜ de pouce). À l’aide d’une emporte-pièce rond d’environ 3,5 cm (1³⁄₁₆ pouce), découper les biscuits et les déposer sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Laisser sécher pendant 6 heures ou toutes une nuit.

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Enfourner les biscuits et cuire pendant 11 minutes. Si possible déplacer les biscuits avec le papier parchemin sur une grille et les laisser totalement refroidir.

Glaçage
Dans un bol, mélanger le sucre glace, l’eau et le kirsch. Plonger la face supérieure des biscuits dans le glaçage, égoutter et poser sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Décorer avec un cerneaux de noix. Laisser totalement sécher. Conserver dans une boîte qui ferme hermétiquement et déguster avec plaisir dans les 3 semaines qui suivent.

*Si vous n’avez pas de kirsch, remplacez-le par du rhum.

Et vous, êtes-vous prévisible lorsque vous passez dans une librairie?

Une autre étoile

Encore des biscuits, il me reste encore 3 recettes de biscuits à vous proposer et il y en aura d’autres… J’ai encore essayer une nouvelle recette en fin de semaine! Cette fois, je vais vous parler d’un biscuit classique de Noël : les étoiles à la cannelle. C’est un biscuit assez populaire, mais pourtant, je ne l’apprécie pas spécialement même si beaucoup de gens l’aiment dans ma belle-famille. D’un autre côté, je n’ai jamais goûté à une version maison de ce biscuits et la version commerciale ne me donne pas envie d’en faire.

Alors pourquoi je vous parle d’étoile si c’est un biscuit qui ne m’attire pas? C’est simple dans une circulaire des épiceries Volg, il y a une recette d’étoile qui a attiré mon attention : des étoiles aux abricots! La recette m’a terriblement interpellée et je n’ai pas hésité à l’ajouter à mes paniers gourmands. C’est une belle découverte : je préfère largement les étoiles aux abricots!

Étoiles aux abricots
Étoiles aux abricots
Pour 70 petits biscuits

Biscuits
½ tasse ou 100 g d’abricots séchés
5 cuillères à soupe ou 75 g d’abricotine ou de kirsch*
3⅓ tasses ou 400 g de poudre d’amandes
⅓ de tasse et ½ cuillère à soupe ou 50 g de farine
½ tasse et 2 cuillères à soupe ou 125 g de sucre
200 g (7 onces) de chocolat blanc
½ lime pour le zeste
⅓ de tasse moins ½ cuillère à soupe ou 100 g de miel
4 blancs d’oeufs

Garniture
1¼ tasse ou 200 g de sucre glace
1 cuillère à soupe d’abricotine ou de kirsch
1 cuillère à soupe de jus de lime
¼ de tasse ou 50 g d’abricots séchés

Biscuits
Hacher finement les abricots et les déposer dans un bol. Verser l’abricotine, puis laisser macérer pendant 1 nuit.

Hacher le chocolat blanc et le déposer dans un bol avec la poudre d’amandes, la farine, le sucre et le zeste de la lime. Mélanger et former un puit au centre des ingrédients secs. Ajouter le miel, les blancs d’oeufs et les abricots macérés. Incorporer graduellement les ingrédients humides aux ingrédients secs pour créer une pâte.

Sur un plan de travail saupoudrer de poudre d’amandes et de sucre glace**, abaisser un tiers de la pâte sur une épaisseur d’environ 1 cm (⅜ de pouce). À l’aide d’un emporte-pièce en forme d’étoile d’environ 5 cm (2 pouces)*** de haut, découper des étoiles et les déposer sur une plaque recouverte de papier parchemin. Répéter l’opération jusqu’à ce qu’il ne reste plus de pâte. Laisser les étoiles séchés pendant au moins 6 heures ou pendant toute une nuit à température ambiante.

Préchauffer le four à 210°C (410°F).

Enfourner les étoiles et cuire pendant 7 minutes ou jusqu’à ce que les bords soient légèrement dorés. Laisser tiédir environ 10 minutes les étoiles dans le four avec la porte du four légèrement entrouverte. Retirer du four et laisser totalement refroidir les étoiles.

Garniture
Hacher finement les abricots.

Dans un bol, mélanger le sucre glace, l’abricotine et le jus de lime pour obtenir un glaçage qui puisse s’étaler. Au besoin, ajouter un peu d’abricotine et de jus de lime pour obtenir la bonne texture. Badigeonner les étoiles de glaçage et parsemer d’abricots hachés. Laisser sécher complètement avant de placer les biscuits dans une boîte qui ferme hermétiquement. Les étoiles se conservent pendant 2 à 3 semaines. Déguster avec gourmandise.

*Si vous n’avez pas d’abricotine ni de kirsch, vous pouvez utiliser du rhum ou un autre alcool fort.
**La pâte est assez collante, alors vous pouvez aussi l’abaisser entre deux feuilles de papier parchemin.
***Libre à vous d’utiliser un empote-pièce d’une autre forme et d’une autre taille. Le nombre de biscuits variera selon celui-ci.

Et vous, appréciez-vous les étoiles à la cannelle?

L’autre…

Voilà les compagnons des Garibaldi : les brunsli! Pour ces biscuits, j’ai oublié par moment d’écrire le « r » et d’autre fois, le « s ». Il faut dire que ces biscuits se nomment également « bruns de Bâle ». Je ne sais pas pourquoi je me suis tant embrouillée avec ce nom. Même si j’avais les deux noms en tête, l’orthographe des mots reste similaire.

Pour cette recette, je vous propose deux méthodes pour les préparer ainsi que deux saveurs. Vous pouvez intervertir les méthodes à votre convenance. J’ai trouvé cette recette sur le site de Swissmilk.

Brunsli
Brunsli
Pour 60 biscuits de chaque couleur

Brunsli traditionnel
1½ tasses et 2 cuillères à soupe ou 250 g de poudre
  d’amandes
1½ tasses à soupe ou 250 g de poudre de noisettes
2 tasses ou 400 g de sucre
200 g (7 onces) de chocolat noir
¼ de tasse ou 35 g de farine
¼ de tasse ou 26 g de cacao en poudre
2 pincées de cannelle moulue
4 blancs d’oeufs
2 ou 3 cuillères à soupe de kirsch*

Brunsli blancs
3 tasses et 2 cuillères à soupe ou 500 g de poudre d’amandes
2 tasses ou 400 g de sucre
200 g (7 onces) de chocolat blanc
6 cuillère à soupe ou 52 g de farine
4 blancs d’oeufs
2 ou 3 cuillères à soupe de Williamine ou de whisky**

Sucre supplémentaire

Brunsli traditionnel
Dans un bol, mélanger la poudre d’amandes, la poudre de noisettes, le sucre, la farine, le cacao et la cannelle.

Hacher le chocolat noir et le déposer dans un bol. Au bain-marie, faire fondre le chocolat. Lorsque le chocolat est totalement fondu, retirer le bol du bain-marie et réserver.

Dans un autre bol, fouetter les blancs d’oeufs jusqu’à ce qu’ils forment des pics fermes. Incorporer le mélange de poudre d’amandes et de poudre de noisettes. Ajouter le chocolat fondu, puis le kirsch.

Sur un plan de travail saupoudré de sucre***, abaisser la pâte sur une épaisseur d’environ 1 cm (⅜ de pouce). Découper la pâte à l’aide d’un emporte-pièce ou d’un couteau. Déposer les biscuits sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin et laisser sécher à température ambiante pendant toute une nuit, soit environ 12 heures.

Brunsli blancs
Râper le chocolat blanc et le déposer dans un bol. Ajouter la poudre d’amandes, le sucre et la farine. Former un puits au centre des ingrédients et y verser les blancs d’oeufs ainsi que la Williamine. Mélanger le tout pour former une pâte qui se tient. Emballer dans une pellicule plastique et réfrigérer pendant au moins 1 heure.

Sur un plan de travail saupoudré de sucre***, abaisser la pâte sur une épaisseur d’environ 1 cm (⅜ de pouce). Découper la pâte à l’aide d’un emporte-pièce ou d’un couteau. Déposer les biscuits sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin et laisser sécher à température ambiante pendant toute une nuit, soit environ 12 heures.

Cuisson

Préchauffer le four à 220°C (430°F).

Enfourner une plaque de biscuits à la fois et cuire pendant 4 à 6 minutes. Si désiré, saupoudrer les biscuits de sucre. Déposer les biscuits sur une grille et les laisser totalement refroidir. Conserver dans une boîte qui ferme hermétiquement, ces biscuits peuvent se conserver 1 mois. Déguster avec gourmandise.

*Il est possible de remplacer le kirsch par un autre alcool ou de l’eau.
**Pour les brunsli blancs, il est également possible de remplacer l’alcool par de l’eau. Si vous utilisez de l’eau, ajouter un peu d’extrait de vanille ou des épices de votre choix à la pâte pour la parfumer.
***Il est possible d’abaisser la pâte entre deux feuilles de papier parchemin… c’est moins salissant de cette manière.

Et vous, connaissiez-vous les brunsli?

Cerises qui déferlent

Ici, nous ne sommes pas vraiment des adeptes des cerises, donc on en consomme très peu. Il faut dire que j’ai appris à les aimer depuis que je vis en Suisse, mais je n’en suis pas pour autant friande. Je m’en passe facilement, mais à force de voir diverses recettes de cerises sur les blogs, je me dis qu’il faudrait que je vous en propose une avant que les cerises ne disparaissent des étalages.

Je vous présente donc une recette de gâteau Forêt-Noire en verrines. J’ai pris cette recette sur le site de Jasmine, Jasmine Cuisine.

Verrines gâteau Forêt-Noire
Verrines gâteau Forêt-Noire
Pour 8 personnes

Gâteau
120 g (4,25 onces) de chocolat noir à environ 55 % de cacao
½ tasse ou 125 g d’eau bouillante
4 oeufs
½ tasse ou 100 g de sucre
½ tasse et 2 cuillères à soupe ou 80 g de farine
1 cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
2 cuillères à soupe de fécule de maïs ou de maïzena

Cerises au Kirsch*
2 tasses ou 250 g de cerises noires dénoyautées
1½ tasse ou 375 g d’eau
1 tasse ou 200 g de sucre
½ tasse ou 125 g de Kirsch

Crème fouettée**
1½ tasse ou 375 g de crème à fouetter ou entière
⅓ de tasse ou 67 g de sucre
1 cuillère à thé d’extrait de vanille

Copeaux de chocolat pour décorer (facultatif)

Gâteau
Préchauffer le four à 180°C (350°F). Chemiser le fond d’un moule à charnière*** d’environ 23 cm (9 pouces) de diamètre de papier parchemin, puis beurrer et enfariner les parois.

Dans un bol, tamiser la farine, la poudre à pâte (ou la levure chimique) et la fécule de maïs (ou la maïzena). Réserver.

Hacher grossièrement le chocolat et le déposer dans un chaudron. Ajouter l’eau bouillante. Porter let tout à ébullition à feu doux en remuant continuellement. Quand l’ébullition est atteinte, poursuivre la cuisson pendant 5 minutes ou jusqu’à ce que le mélange épaississe et ait la consistance d’un pouding (ou d’une crème style Danette). Retirer du feu et laisser refroidir à température ambiante.

Dans un grand bol, fouetter les oeufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange triple de volume, soit environ 10 minutes. À l’aide d’une spatule, ajouter en trois fois la préparation de farine en incorporant délicatement les poudres entre chaque ajout. Incorporer la préparation chocolatée toujours avec délicatesse. Verser la pâte dans le moule, enfourner et cuire pendant 35 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre du gâteau en ressorte propre. Laisser tiédir 10 minutes, puis démouler et laisser totalement refroidir.

Cerises au Kirsch
Dans un chaudron, déposer les cerises, le sucre et l’eau. Porter à ébullition et laisser mijoter doucement pendant 10 minutes. Retirer les cerises à l’aide d’une cuillère à trou et les déposer dans un bocal en verre muni d’un couvercle.

Poursuivre la cuisson du sirop en remuant régulièrement jusqu’à ce qu’il reste environ ½ tasse ou 125 ml. Ajouter le Kirsch et verser le sirop sur les cerises. Au besoin, ajouter du Kirsch pour que les cerises soient totalement immergées. Fermer le pot et laisser reposer pendant 12 heures à température ambiante.

Crème fouettée
Dans un bol, verser la crème, le sucre et la vanille, fouetter jusqu’à l’obtention de pics fermes quand on soulève le fouet. Pour facilité le dressage, déposer la crème chantilly dans une poche à pâtisserie.

Montage
Découper le gâteau en cubes de plus ou moins 2 cm (¾ de pouce) de côté. Déposer des cubes de gâteau dans les verrines, ajouter des cerises et de le crème fouettée. Répéter l’opération une seconde fois. Terminer les verrines en ajoutant des copeaux de chocolat ou une cerise fraîche. Réserver au réfrigérateur jusqu’au moment de la dégustation.

*Peut-être que vous aurez trop de cerises : conserver l’excédent au réfrigérateur.
**Il est rare que je me fie à une recette pour préparer la crème fouettée : j’y vais à l’oeil. Donc il est possible qu’il vous manque un peu de crème fouettée. Personnellement, je préfère en refaire plutôt que d’avoir un excédent.
***Si vous le désirez, vous pouvez cuire le gâteau sur une plaque de cuisson chemisée d’un papier parchemin. Le temps de cuisson sera beaucoup plus court.

Et vous, à quel point aimez-vous les cerises : un peu, beaucoup, passionnément ou pas du tout?