Mot-clé : lait en poudre

Trouver le bon moule…

Au fil des années, je me suis laissée tenter à quelques reprises par des moules en silicone. À chaque fois, j’ai eu des regrets : les moules que j’ai choisi ont ne me facilite jamais l’étape du glaçage. Pour le dernier en date, je pensais avoir bien réfléchi en magasin… pourtant, j’aurai dû ouvrir la boîte et inspecter plus attentivement le moule. La base du gâteau est plus étroite que la partie supérieure ce qui a pour conséquence de faire des parts de gâteau qui n’ont pas de tenu. L’autre reproche, que je n’ai vraiment pas vu, c’est que le sommet du moule est concave! Je fais des glaçages que l’on laisse couler sur le gâteau, alors je me retrouve avec une piscine de glaçage sur le sommet de l’entremet. Bref, je hurle quand je cogite sur cet achat. Pour le prochain, s’il y a un prochain, je l’aurais identifié en ligne, inspecter en magasin et je partirai du magasin pour y penser à deux fois avant de l’acheter.

Même si j’ai dû cacher la misère de cet entremet, le goût était au rendez-vous. Je vous propose une recette d’entremet forêt-noire. J’ai légèrement modifié la recette issue du livre Bûches de Christophe Felder et Camille Lesecq.

Entremet forêt noire
Entremet forêt-noire
Pour 10 à 12 personnes

Sirop au Kirsch
⅔ de tasse moins 1 cuillère à soupe ou 150 g d’eau
¼ de tasse et 2½ cuillères à thé ou 60 g de sucre
2 cuillères à soupe ou 30 g de Kirsch

Crème pâtissière
⅔ de tasse ou 160 g de lait
½ gousse de vanille
½ cuillère à thé ou 1 g de lait en poudre (facultatif)
1½ cuillère à soupe ou 15 g de fécule de maïs ou de maïzena
2 cuillères à soupe ou 25 g de sucre
1 jaune d’oeuf (environ 15 g)

Biscuits au chocolat
¼ de tasse et 2½ cuillères à thé ou 60 g de sucre
1 cuillère à soupe ou 15 g de pâte d’amande
¾ de cuillère à thé ou 5 g de miel
2 gros jaunes d’oeufs (environ 45 g)
4 cuillères à thé ou 20 g d’eau chaude
15 g (½ once) de chocolat noir entre 85 et 100 % de cacao,
  fondu
2 gros blancs d’oeufs (environ 70 g)
½ tasse et 1½ cuillère à soupe ou 85 g de farine
1½ cuillère à soupe ou 10 g de cacao

Crémeux au chocolat
½ tasse ou 125 g de crème à fouetter ou entière
½ tasse ou 125 g de lait
3 à 4 jaunes d’oeufs (environ 50 g)
2 cuillères à soupe ou 25 g de sucre
120 (4¼ onces) de chocolat noir à 66 % de cacao

Crème forêt noire
1½ cuillère à thé de gélatine en poudre ou 2 feuille de
  gélatine (4 g)
1 cuillère à thé ou 5 g de Kirsch
1¾ tasse et 1 cuillère à soupe ou 450 g de crème à fouetter
  ou entière

Mousse stracciatella (facultatif)
55 g (2 onces) de chocolat noir
250 g (9 onces) de mascarpone
¼ de tasse ou 85 g de lait concentré sucré
1 cuillère à thé d’extrait de vanille
½ tasse ou 125 g de crème à fouetter ou de crème entière

Glaçage (facultatif)
265 g (9¼ onces) de chocolat blanc à 35 % de cacao
1½ cuillère à thé de gélatine en poudre ou 2 feuilles
  de gélatine (4 g)
⅔ de tasse et 2 cuillères à thé ou 175 g de crème à 35 %
  ou entière
8 cuillères à thé ou 40 g d’eau
1½ cuillère à soupe ou 30 g de sirop de maïs ou de glucose
2 cuillères à soupe ou 25 g d’huile de colza ou de canola
Colorant alimentaire en poudre ou en gel

Confiture de cerises noires en quantité suffisante

Sirop au Kirsch
Dans une casserole, verser l’eau et le sucre. Porter à ébullition. Dès que le mélange bout, retirer du feu et ajouter le kirsch. Réserver.

Crème pâtissière
Dans une casserole, verser le lait et le lait en poudre. Ajouter la gousse de vanille couper en deux ainsi que les graines grattées avec un couteau. Porter à ébullition, retirer du feu et réserver.

Dans un bol, fouetter la fécule de maïs avec le sucre et le jaune d’oeuf jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Verser graduellement, toujours en fouettant le lait chaud. Transférer le tout dans la casserole et porter le tout à ébullition en brassant continuellement. Laisser mijoter pendant 1 minute. Verser la crème pâtissière dans un bol, couvrir d’une pellicule plastique directement apposée sur la crème. Réfrigérer au moins 2 heures.

Biscuits au chocolat
Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un bol, travailler la moitié du sucre, la pâte d’amande et le miel. Ajouter un tiers des jaunes d’oeufs et fouetter jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Incorporer le restant de jaunes d’oeufs et fouetter pendant 10 minutes*. Verser l’eau chaude et fouetter pendant encore 5 minutes. Ajouter le chocolat fondu et fouetter pendant encore 5 minutes.

Dans un autre bol, fouetter les blancs d’oeufs en neige en ajoutant graduellement le restant de sucre. Incorporer délicatement le mélange chocolaté aux blancs d’oeufs montés. Ajouter la farine et le cacao toujours en mélangeant délicatement. Verser la pâte sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Enfourner et cuire pendant 15 à 20 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre du gâteau en ressorte propre. Laisser redroidir.

Crémeux au chocolat
Hacher le chocolat et le déposer dans un bol. Réserver.

Dans une casserole, porter le lait et la crème à ébullition. Retirer du feu et réserver.

Dans un bol, fouetter les jaunes d’oeufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajouter les liquides chauds toujours en fouettant. Remettre le mélange dans la casserole et cuire à feu moyen jusqu’à ce que le mélange atteigne 82°C (179°F) ou nappe le dos d’une cuillère. Verser ce mélange sur le chocolat. Laisser reposer pendant 2 minutes et fouetter pour homogénéiser le mélange. Au besoin, mixer le tout avec un pied-mélangeur. Couvrir et réserver au frais.

Crème forêt noire
Hydrater la gélatine : si elle est en poudre, verser 2½ cuillères à soupe d’eau froide dans un petit bol puis saupoudrer la gélatine, mélanger et laisser gonfler; si elle est en feuille, la déposer dans un bol rempli d’eau froide et la laisser tremper pendant 5 minutes.

Dans un grand bol, verser la crème et la fouetter jusqu’à ce qu’elle forme des pics qui se tiennent. Réserver.

Déposer la gélatine dans une petite poêle, bien l’essorer si elle est en feuille, et la faire fondre à feu doux.

Dans un autre bol, fouetter la crème pâtissière pour l’assouplir. Toujours en fouettant, ajouter la gélatine, puis le kirsch. Incorporer délicatement la crème fouettée.

Mousse stracciatella
Hacher le chocolat noir et le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat noir au bain-marie. Retirer le bol du bain-marie quand le chocolat est bien lisse et homogène. Laisser le chocolat tiédir pendant au moins 15 minutes.

Dans un bol, fouetter le mascarpone. Ajouter le lait concentré sucré et fouetter jusqu’à ce que le mélange soit très dense. Ajouter l’extrait de vanille.

Dans un autre bol, fouetter la crème jusqu’à ce qu’elle formes des pics souples. Verser en filet le chocolat tiédi toujours en fouettant pour créer des paillettes de chocolat dans la crème fouettée. Incorporer délicatement la crème fouettée au mascarpone. Réserver au frais.

Montage
Chemiser le fond et la parois de rhodoïd (ou de pellicule plastique) un moule à charnière d’environ 20 cm (8 pouces) de diamètre**.

Dans le biscuit, découper deux cercles de 18 cm (7 pouces) de diamètre ou moins. Déposer un des biscuits dans le fond du moule. Imbiber de sirop au Kirsch, puis tartiner généreusement de confitures de cerises. Verser un peu de crème forêt-noire sur le pourtour du biscuits pour créer un puit au centre. Répartir le crémeux au chocolat au centre du biscuit. Couvrir avec le second biscuit. Imbiber le biscuit de sirop au Kirsch, puis tartiner généreusement de confiture de cerises. Couvrir le tout avec la crème forêt-noire. Si désiré, ajouter la mousse stracciatella dans le montage ou la réserver pour la pocher sur l’entremet glacé. Placer l’entremet pendant au moins 12 heures au congélateur.

Glaçage
Dans les 12 heures précédent la dégustation, préparer le glaçage de l’entremet. Faire tremper les feuilles de gélatine dans de l’eau froide ou faire gonfler la gélatine en poudre dans 2 cuillères à soupe d’eau froide pendant 5 minutes.

Hacher le chocolat blanc et le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat au bain-marie. Retirer le chocolat du bain-marie quand il est totalement lisse.

Dans une casserole, porter à ébullition la crème, l’eau et le sirop de maïs. Dès que les liquides bouillent, les retirer du feu et ajouter la gélatine (bien l’essorer si elle est en feuilles). Verser les liquides en trois fois sur le chocolat blanc en mélangeant bien entre chaque ajout. Incorporer l’huile et, si désiré, le colorant alimentaire. Bien mélanger en évitant d’incorporer de l’air. Laisser le glaçage tiédir jusqu’à 37°C (98°F).

Recouvrir une plaque de cuisson de papier parchemin et y déposer une grille à pâtisserie.

Sortir l’entremet du congélateur et le démouler. Déposer l’entremet sur une grille au-dessus d’une plaque de cuisson. Verser doucement le glaçage en veillant à ce qu’il recouvre toute la surface du gâteau. Laisser le glaçage s’égoutter pendant quelques minutes, puis déplacer l’entremet sur une assiette de présentation. Réserver au réfrigérateur. Si désiré, il est possible de pocher la mousse stracciatella sur l’entremet. Sortir l’entremet à température ambiante 30 minutes avant de la déguster. Déguster avec gourmandise.

*Si vous utilisez un batteur électrique, fouettez moins longtemps pour ne pas faire surchauffer le moteur de votre appareil.
**Adapter le montage selon le moule que vous utilisez.

Et vous, avez-vous un moule en silicone que vous aimez pour réaliser des entremets? Le seul de ma collection que j’affection est celui pour les bûches, mais il est généralement trop petit pour le nombre de portions que j’ai besoin.

Entre tout ce qu’il reste…

Ici, il y a de nombreux délicieux restes des fêtes autant de le réfrigérateur que dans les boîtes à biscuits. Le seul truc que je peux cuisiner pour le moment pour ne pas encombrer davantage nos estomacs, c’est du pain ou de la brioche. Alors aujourd’hui, je vous propose des brioches chrik constantinois issues du livre La brioches de nos rêves.

Brioches chrik constantinois
Brioches chrik constantinois
Pour 12 personnes

1 cuillère à soupe de levure sèche
¼ de tasse ou 50 g de sucre
3½ tasses ou 500 g de farine
3½ cuillères à soupe ou 20 g de lait en poudre
1 cuillère à thé de sel*
1 poignée de graines de sésame grillées (facultatif)
½ cuillère à thé de vanille en poudre
1 cuillère à thé de zeste de citron
⅓ de tasse ou 70 g de beurre non salé, fondu
1 oeuf
½ tasse ou 125 g de lait tiède
2 cuillères à soupe d’eau de rose, de fleur d’oranger ou d’eau
¼ de tasse ou 62 g d’eau tiède
Huile végétale en quantité suffisante
1 jaune d’oeuf pour la dorure

Dans un petit bol, verser 2 cuillères à soupe d’eau tiède, ajouter ½ cuillère à thé de sucre et la levure. Laisser reposer pendant 15 minutes.

Dans un grand bol, mélanger, la farine, le restant de sucre, le lait en poudre, le sel, les graines de sésame, la vanille et le zeste de citron. Incorporer le beurre fondu et mélanger pour obtenir une préparation sableuse. Ajouter la préparation de levure, l’oeuf, le lait et l’eau de rose. Incorporer ensuite graduellement le restant d’eau pour jusqu’à l’obtention d’une pâte molle et presque collante.

Huiler les mains et pétrir la pâte en la frappant contre le plan de travail jusqu’à ce qu’elle se décolle facilement et qu’elle soit plus souple. Former une boule et la déposer dans un bol légèrement huilé. Couvrir et laisser lever dans un endroit à l’abri des courants d’air pendant 1 à 2 heures ou jusqu’à ce que la pâte ait doublé de volume.

Huiler de nouveau les mains et diviser la pâte en 12 portions. Façonner chaque portion en boule**. Déposer sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin et les collants légèrement. Badigeonner les brioches avec le jaune d’oeuf. Laisser lever pendant 20 à 30 minutes.

Préchauffer le four à 200°C (400°F).

Enfourner les brioches et cuire pendant 15 à 20 minutes ou jusqu’à ce que les brioches soient bien dorés. Laisser tiédir et déguster avec gourmandise.

*J’ai augmenté la quantité de sel, car avec 1 pincée de sel, la pâte n’avait pas beaucoup de goût.
**À cette étape si vous le désirez, vous pouvez ajouter des garnitures dans vos brioches : pépites de chocolat, raisins secs, etc.

La prochaine fois, je vous reviens avec des recettes de mes paniers gourmands de 2023.

Fin de l’année scolaire…

Je ne réalise pas à quel point la fin de l’année scolaire arrive rapidement. C’est en parlant avec une autre maman que j’ai réagi qu’il faudrait que je songe à un cadeau pour les maîtresses de Mini-nous. Je crois que j’aurais totalement oublié sans cette conversation. J’hésite entre réaliser des biscuits ou offrir un produit artisanal. J’ai l’impression qu’il y a beaucoup de choses qui arrivent en cette période alors qu’habituellement, elle me semble plus calme.

Aujourd’hui, je vous propose une recette de brioches Bolus zélandais. Ces brioches sont particulièrement moelleuses et curieusement, elles me rappellent la texture de certains beignes. J’ai pris cette recette sur le blog d’Audrey Cuisine.

Brioches Bolus zélandais
Brioches Bolus zélandais
Pour 5 ou 6 brioches

1½ tasse ou 210 g de farine
1 cuillère à soupe de lait en poudre
½ cuillère à soupe de sucre
¼ de cuillère à thé de sel
1½ cuillère à thé ou 4 g de levure sèche
⅔ de tasse moins 1 cuillère à soupe ou 150 g de lait tiède
¼ de tasse moins 1 cuillère à thé ou 50 g de beurre non salé,
  tempéré
½ tasse ou 100 g de cassonade ou de sucre roux*
¾ cuillère à thé de cannelle moulue

Dans un bol, mélanger la farine, le lait en poudre, la ½ cuillère à soupe de sucre, le sel et la levure. Ajouter le lait et le beurre. Mélanger le tout pour obtenir une pâte.

Sur un plan de travail légèrement enfariné, pétrir la pâte pendant 15 minutes. Déposer la pâte dans un bol, couvrir et laisser lever pendant 2 heures.

Dans un bol, mélanger la cassonade et la cannelle.

Dégazer la pâte et la diviser en 5 ou 6 portions. Former des boules avec les morceaux de pâtes. Façonner chaque boule de pâte en un boudin d’environ 30 cm (12 pouces) de long. Si désiré, badigeonner chaque boudin d’un peu de beurre fondu ou d’huile pour mieux faire adhérer la cassonade à la cannelle. Rouler chaque boudin de pâte dans la cassonade. Réaliser un noeud avec chaque boudin sans serrer. Prendre une extrémité à la fois et l’enrouler autour de la boucle créer par le noeud. Répéter l’opérations avec l’ensemble de brioches. Déposer les brioches sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Si désiré, saupoudrer du restant de cassonade à la cannelle. Placer les brioches dans un endroit à l’abri des courants d’air et laisser lever pendant 30 minutes.

Préchauffer le four à 180°C (350°F) en prenant soit de glisser une petite plaque à rebord.

Quand le four est à température, verser ¼ de tasse ou 60 g d’eau dans la plaque qui a préchauffé en même temps que le four et enfourner les brioches. Cuire pendant 10 à 13 minutes. Â la sortie du four laisser les brioches refroidir sur une grille si possible. Déguster avec gourmandise!

*L’idéal est d’utiliser un sucre « humide » : c’est un sucre qui colle facilement au main comme la cassonade ou la vergeoise. Vous pouvez aussi réaliser un sucre humide en mélangeant 1 cuillère à soupe de mélasse à 100 g de sucre blanc. Il est possible qu’il vous reste beaucoup de cassonade à la cannelle à la fin de la recette si celui-ci à de la peine à coller à la pâte.

Et vous, êtes-vous prêt pour la fin de l’année scolaire?

Un repas à domicile…

Le contexte est un peu bizarre, mais ce soir, j’ai eu droit à une brisolée livré à domicile. Je ne vous expliquerais pas le quoi du comment, mais c’est comme ça. Une petite soirée, toute calme, tranquille à me demander si j’arriverais à finir cet article et à enchaîner avec mon défi de l’Inktober. Pour l’instant, je n’ai pas sauté un seul jour! Cependant, il y a eu des dessins plus expéditifs que d’autres… Bref, je ne vais pas rester derrière mon écran plus longtemps.

Je vous propose donc une recette de pain… je n’ai pas essayé beaucoup de nouvelles recettes sucrées ces derniers temps. En prime, nous avons adoré ce pain à la maison et il conviendra parfaitement pour les petites pauses, le déjeuner, un pain avec du chocolat, etc. J’ai pris cette recette dans le livre Le Larousse du pain d’Éric Kayser.

Pain aux noisettes et au beurre
Pain aux noisettes et au beurre
Pour 2 pains

⅔ de tasse ou 90 g de noisettes entières
1¾ tasse et ½ cuillère à soupe ou 250 g de farine
½ tasse ou 125 g d’eau à 20°C (68°F)*
3 cuillères à soupe ou 50 g de levain liquide
  ou 2 cuillères à soupe ou 12 g de levain déshydraté
½ cuillère à thé de levure instantané ou 3 g de levure fraîche
2½ cuillères à thé ou 12 g de lait en poudre
1½ cuillère à soupe ou 17 g de sucre
¾ de cuillère à thé ou 5 g de sel
3 cuillères à soupe ou 38 g de beurre non salé, tempéré

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Sur une plaque de cuisson, étaler les noisettes. Enfourner les noisettes et les faire griller pendant 8 à 10 minutes. Verser les noisettes dans un linge épais et les frotter les unes contre les autres pour retirer la peau des noisettes. Laisser totalement refroidir. Hacher grossièrement les noisettes et réserver.

Dans un grand bol, verser la farine et former un puit au centre. Verser la moitié de l’eau et ajouter le levain, la levure, le lait en poudre, le sucre et le sel. Mélanger et ajouter le reste d’eau. Malaxer jusqu’à ce que la farine soit absorbée. Incorporer le beurre, puis pétrir la pâte jusqu’à ce qu’elle soit souple et lisse, soit 8 à 10 minutes. Ajouter les noisettes et pétrir juste assez pour les incorporer à la pâte. Former une boule avec la pâte et la déposer dans un bol légèrement huilé. Couvrir le bol avec un linge légèrement humide et laisser lever pendant 1 heure.

Sur un plan de travail enfariné, diviser la pâte en deux. Former deux boules. Couvrir d’un linge et laisser reposer 15 minutes.

Avec les doigts, presser délicatement la pâte pour l’aplatir. Replier la pâte d’un tiers sur elle-même et presser la jointure. Replier le côté opposé sur la partie précédente. Presser de nouveau la pâte et la plier en deux dans le sens de la longueur. Souder les bords et rouler la pâte pour obtenir une forme ovale. Répéter l’opération avec l’autre pâton.

Déposer les pâtons sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Donner 7 à 8 coups de lame sur la surface des pâtons. Couvrir d’un linge humide et laisser lever pendant 1h15.

Préchauffer le four à 230°C (450°F) en prenant soit de glisser une petite plaque à rebord.

Quand le four est à température, verser ¼ de tasse ou 60 g d’eau dans la plaque qui a préchauffé en même temps que le four et enfourner les pains. Cuire pendant 20 minutes. Â la sortie du four laisser les pains refroidir sur une grille si possible. Déguster avec gourmandise!

*Si vous n’avez pas de thermomètre, l’eau doit seulement vous paraître légèrement fraîche sur le poignet. En boulangerie, la température de l’eau et de la farine (ou de la température ambiante) additionné doivent donner un résultat d’environ 56°C (132°). J’avais oublié cette règle, mais Éric Kayser l’utilise dans son livre.

Bonne soirée!

Avalanche de brioches…

Ces derniers temps, j’ai vu plein de recettes de brioches sur différents blogs. Il y a plusieurs recettes qui m’interpellent et j’ai envie d’en essayer tout plein. D’un autre côté, je ne mange pas beaucoup de pain le matin et souvent, la brioche est un pain qui ne se conserve pas très longtemps. Quel dilemme, mais je crois bien que je vais en préparer une pour la fin de semaine prochaine… Après le plus dur sera de choisir une recette!

Aujourd’hui, pour rester dans un esprit de boulange, je vous propose une recette de pain au lait avec du lait en poudre. J’ai pris cette recette chez Carine de Chic, Chic, Chocolat!

Pain au lait en poudre
Pain au lait en poudre
Pour 12 pains

½ tasse moins 1 cuillère à thé ou 120 g d’eau tiède
1 cuillère à thé de levure déshydratée
3½ cuillère à thé ou 15 g de sucre
1 oeuf
⅔ de tasse ou 60 g de lait en poudre
1¾ tasse ou 250 g de farine
½ cuillère à thé de sel
3 cuillères à soupe ou 40 g de beurre non salé, tempéré
1 cuillère à soupe de lait

Dans un bol, mélanger l’oeuf, l’eau, le sucre et la levure. Incorporer le lait en poudre, puis la farine et le sel. Pétrir la pâte pendant 5 minutes. Incorporer petit à petit le beurre et pétrir encore 3 minutes. Déposer la pâte dans un bol, couvrir d’une pellicule plastique et laisser la pâte lever pendant 1 heure dans un endroit tiède à l’abri des courants d’air.

Sur un plan de travail légèrement enfariné, verser la pâte et la séparer en 12 morceaux. Prendre un morceau de pâte et l’aplatir. Ramener les bords vers le centre puis rouler pour obtenir une jolie boule. Déposer la boule de pâte sur une plaque de cuisson ou dans un moule carré. Répéter l’opération avec les autres morceaux de pâte*. Laisser lever pendant 60 à 90 minutes dans un endroit tiède et à l’abri des courants d’air.

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Badigeonner les pains avec le lait et enfourner pendant 15 minutes. Laisser tiédir et déguster avec plaisir.

*Vous pouvez coller les boules de pâte ou non : c’est selon votre envie et le résultat souhaité.

Et vous, quelles recettes vous interpellent en ce moment?