Mot-clé : huile de sésame

Acheter des rangements ou non?

Hier, j’écoutais une vidéo où une personne affirmait que si l’on devait investir dans des rangements en « plastique », c’est qu’on avait trop de choses et qu’il fallait plutôt désencombrer. L’idée est intéressante, mais je ne suis pas certaine qu’elle soit toujours viable. Les rangements peuvent aussi servir à optimiser les espaces, à mieux ranger et à être mieux organiser. Après, je crois que tout est une question d’équilibre. Qu’en pensez-vous?

Aujourd’hui, je vous propose une recette de boulettes de boeuf à la sauce hoisin. J’ai pris cette recette sur le site de Ma fourchette.

Boulettes de boeuf à la sauce hoisin
Boulettes de boeuf à la sauce hoisin
Pour 4 personnes

Boulettes
400 g de boeuf haché
1 cuillère à thé d’huile de sésame
½ tasse ou 30 g de chapelure panko
¼ de cuillère à thé de gingembre moulu
Sel et poivre

Sauce
⅓ de tasse ou 80 g de sauce hoisin
2 cuillères à soupe de vinaigre de riz
1 gousse d’ail
1 cuillère à soupe de sauce soja
1 cuillère à thé d’huile de sésame
¼ de cuillère à thé de gingembre moulu

Boulettes
Préchauffer le four à 200°C (400°F).

Dans un bol, mélanger le boeuf haché, l’huile de sésame, la chapelure panko et le gingembre. Saler et poivrer. Avec la préparation de viande, façonner environ 18 boulettes et les déposer sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Enfourner et cuire pendant 12 à 15 minutes.

Sauce
Hacher finement l’ail.

Dans un bol, mélanger la sauce hoisin, le vinaigre de riz, l’ail, la sauce soja, l’huile de sésame et le gingembre moulu.

Lorsque les boulettes sont cuites*, les verser dans la sauce et bien mélanger. Servir et déguster avec plaisir.

*J’ai cuit du brocoli que j’ai ajouté à la sauce avec les boulettes avant de servir. Libre à vous d’ajouter des légumes ou non.

Bon dimanche!

Fin d’une saga…

Je viens de terminer de lire le 7e d’une saga et c’est la première fois depuis longtemps que je me suis forcée à finir une lecture. Autant, j’ai aimé les premiers tomes, autant je savais que si je mettais ce 7e livre de côté, je n’arriverai pas à m’y replonger! C’est rare que je n’aime pas une série jusqu’au bout et ce qui me surprend le plus, c’est qu’il y a probablement 300 pages sur 600 qui ne sont pas nécessaires à l’histoire. Pourquoi autant de remplissage? Bref, ça m’a donné l’impression que l’auteur était payé au nombre de mots. Heureusement, je sais que le prochain livre va me plaire : je l’ai déjà lu et j’ai bien envie de m’y replonger…

Dans un autre style, je vous propose une recette de tofu hawaïen. J’ai pris cette recette dans le livre de Jean-Philippe Cyr : Les grands classiques véganes de Jean-Philippe.

Tofu hawaïen
Tofu hawaïen
Pour 2 ou 3 personnes

Tofu
200 g de tofu
2 cuillères à soupe de fécule de maïs
1½ cuillère à soupe d’huile végétale
2 cuillères à soupe ou 25 g de noix de cajou

Sauce
1 cuillère à soupe d’huile de sésame grillé
½ cuillère à soupe d’huile végétale
1 oignon
1 cuillère à thé de gingembre frais haché finement
15 fleurons de brocoli*
½ tasse ou 125 g de jus d’ananas
1⅓ tasse ou 200 g d’ananas en morceaux
¼ de tasse ou 62 g de bouillon de légumes
1 cuillère à thé de sambal oelek
½ cuillère à soupe de sauce soja
1 cuillère à soupe de pâte de tomate ou de ketchup
1½ cuillère à soupe de cassonade ou de sucre roux
1 cuillère à thé de fécule de maïs
½ cuillère à soupe d’eau
Sel et poivre

Tofu
Éponger le tofu et le couper en cubes. Enrober le tofu de fécule de maïs.

Verser l’huile dans une poêle et quand le corps gras est chaud, dorer les cubes de tofu sur toutes les faces. Une fois doré et croustillant, déposer le tofu sur une assiette recouverte de papier absorbant et réserver.

Dans la même poêle, faire rôtir les noix de cajou. Réserver avec le tofu.

Sauce

Hacher l’oignon.

Dans la poêle qui a servi à dorer le tofu, verser l’huile végétale et l’huile de sésame. Ajouter l’oignon et le faire revenir pendant 3 à 4 minutes. Ajouter le gingembre et poursuivre la cuisson pendant 1 minute.

Ajouter le brocoli, le jus d’ananas, le bouillon de légumes, le sambal oelek, la sauce soja, la pâte de tomate et la cassonade. Porter à ébullition et laisser mijoter pendant 10 à 15 minutes.

Dans un petit bol, délayer la fécule de maïs dans l’eau. Ajouter ce mélange à la sauce et porter à ébullition. Cuire jusqu’à ce que la sauce épaississe. Ajouter le tofu et les noix de cajou. Saler et poivrer au goût. Servir sans attendre et déguster avec plaisir.

*Vous pouvez utiliser d’autres légumes comme du chou-fleur ou du poivron. Pour le poivron, pensez à le faire revenir avec l’oignon.

Et vous, est-ce que vous finissez quand même un roman qui ne vous plait pas?

La dernière, enfin…

Cette année, c’est presque à la mi-septembre que je vous présente ma dernière recette du 1er août. Quand j’ai choisi cette recette pour mon buffet, j’étais certaine qu’elle se trouvait déjà sur mon blog. Je n’ai donc pas réalisé de photos de cette recette à ce moment. Cependant la recette avait bien plus à Mini-nous, donc j’avais une excuse pour la refaire rapidement.

Voici donc la dernière recette du 1er août 2021 : des brochettes de poulet sauce hoisin. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 9, numéro 5. Pour cette recette de brochettes, je vous conseille vivement de bien surveiller la cuisson : lorsque les brochettes sont trop cuites, elles sont moins savoureuses et deviennent vite sèches.

Brochettes de poulet sauce hoisin
Brochettes de poulet sauce hoisin
Pour 3 personnes

¼ de tasse ou 60 g de sauce hoisin
½ cuillère à soupe de vinaigre de riz
½ cuillère à thé d’huile de sésame grillé
1 gousse d’ail
300 g de poitrines de poulet
Sel et poivre

Hacher finement la gousse d’ail.

Dans un bol, mélanger la sauce hoisin, le vinaigre de riz, l’huile de sésame grillé et l’ail. Saler et poivrer. Réserver.

Couper les poitrines de poulet en petits cubes d’environ 1,5 cm (⅝ pouce). Ajouter les dés de poulet dans la marinage et bien mélanger. Couvrir le bol et laisser mariner pendant 4 à 12 heures au réfrigérateur.

Préchauffer le four à 180°C (350°C).

Enfiler les dés de poulet sur des piques à brochette. Déposer les brochettes sur une plaque de cuisson et enfourner. Cuire pendant 12 à 15 minutes ou jusqu’à ce que la viande soit cuite. Servir et déguster avec plaisir.

Bon dimanche

À quand les fraises?

Cette année est la première où mes beaux-parents n’ont plus de champs de fraises. Par contre, nous en avons dans le jardin… une trentaine de plants! Habituellement, les premières arrivent autour de la fête des mères. Cette fois, nous sommes loin de cette date et les premières fraises ne semblent pas pressées de rougir. C’est encore bien vert et j’avoue qu’il me tarde de plus en plus d’avoir nos premiers fruits rouges sur la table. D’un autre côté, je crains qu’elles arrivent en grande quantité d’un seul coup…

En attendant les fraises, je vous propose une recette avec de la confiture d’abricot. J’ai pris cette recette sur le site de Trois fois par jour.

Poulet à l'abricot
Poulet à l’abricot
Pour 3 personnes

300 g de poitrines ou de hauts de cuisse de poulet*
1 cuillère à soupe d’huile végétale
⅓ de tasse ou 90 g de confiture d’abricot
2 cuillères à soupe de sauce soja
½ cuillère à thé d’huile de sésame grillé
Sel et poivre

Découper le poulet en dés.

Dans un petit bol, mélanger la confiture d’abricot, la sauce soja et l’huile de sésame grillée. Réserver.

Dans une poêle, verser l’huile et la faire chauffer. Quand le corps gras est bien chaud, ajouter le poulet et le cuire. Quand la viande est cuite, saler et poivrer.

Verser la préparation contenant la confiture d’abricot et poursuivre la cuisson pendant 5 minutes. Servir sans attendre avec un riz et déguster avec plaisir.

*Vous pouvez paner votre poulet en le passant dans un oeuf battu, puis dans de la fécule de maïs (ou maïzena) additionnée de sel et de poivre. Dans ce cas, il faudra plus d’huile pour la cuisson.

Bonne journée!

Pourquoi pas du porc haché?

Par moment avec les repas, j’ai un peu l’impression de tourner en rond. C’est encore plus flagrant quand je dois choisir les viandes pour la semaine : je manque souvent d’inspiration et rien ne me fait vraiment envie. J’ai pris du porc haché pour changer et celui-ci s’est révélé être plus inspirant que le traditionnel boeuf haché. Le porc haché est souvent plus moelleux et moins cher. En contrepartie, il a une saveur un peu plus neutre qui n’est pas nécessairement au goût de tout le monde.

Cette fois avec cette viande, j’ai eu envie de réaliser une soupe avec des petites boulettes et un parfum asiatique. Cette soupe repas nous a bien plu et pour ne pas oublier cette improvisation, je me suis dépêchée de la noter pour pouvoir la refaire et vous la partager.

Soupe aux boulettes de porc d'inspiration asiatique
Soupe aux boulettes de porc d’inspiration asiatique
Pour 3 personnes

200 g de porc haché
1 oeuf
3 cuillères à soupe ou 45 g de chapelure
1 cuillère à soupe de sauce tamari ou de sauce soja
1 cuillère à thé de sauce de poisson
¼ de cuillère à thé d’huile de sésame
½ cuillère à thé de poudre d’oignon
¼ de cuillère à thé de gingembre en poudre ou de gingembre
  frais haché finement
2 pincées de coriandre moulue
3 carottes*
1 gousse d’ail
3 tranches de gingembre pelé
4 tasses ou 1000 g de bouillon de poulet
90 g (3 onces) de nouilles de riz
2 cuillères à thé d’huile végétale
Sel et poivre

Dans un bol, mélanger le porc haché, l’oeuf, la chapelure, la sauce tamari, la sauce de poisson, l’huile de sésame, la poudre d’oignon, le gingembre en poudre et la coriandre. Façonner en petites boulettes**.

Éplucher les carottes et les couper en julienne. Trancher la gousse d’ail.

Dans une casserole, verser le bouillon et ajouter la gousse d’ail*** ainsi que les tranches de gingembre. Porter à ébullition et ajouter les boulettes de porc, réduire le feu pour que le tout bouille doucement. Laisser mijoter 5 minutes, puis ajouter les nouilles de riz. Poursuivre la cuisson pendant 8 minutes ou jusqu’à ce que les nouilles soient cuites. Brasser régulièrement.

En parallèle dans une poêle, chauffer l’huile. Quand le corps gras est chaud, ajouter les carottes et les cuire pendant 7 minutes ou jusqu’à ce que la texture vous plaise. Saler et poivrer.

Si désiré, retirer les tranches d’ail et de gingembre de la soupe avant de la servir. Servir et garnir chaque bol de soupe avec la julienne de carottes. Déguster avec plaisir.

*Vous pouvez omettre la julienne de carottes. Il est possible de garnir la soupe avec des fèves germées, de la coriandre fraîche, le jus d’une lime, des graines de sésame, de la sriracha, etc.
**La préparation de porc sera assez molle, mais elle devrait se tenir. Si ce n’est pas le cas, ajouter un peu de chapelure.
***Vous pouvez également ajouter des tranches de citronnelle dans le bouillon.

Et vous, est-ce que vous pensez à acheter du porc haché?