Mot-clé : fleur de sel

Changer de restaurant…

Quand l’on mange chez quelqu’un et que le repas nous a grandement plu, il n’est pas rare que nous disions que c’est un bon restaurant et qu’il faudra revenir. Mon chéri a adopté cette expression et l’utilise parfois pour définir ma cuisine. Hier au souper, mon chéri a fait une remarque pour me taquiner. Dans le même esprit, je me suis tournée vers Mini-nous et je lui demande si on changeait de restaurant pour aller à celui de son père. Mini-nous m’a répliqué que c’était impossible. Un peu étonnée, je lui demande de m’expliquer pourquoi. C’est simple, il est impossible à son père de construire un restaurant en une semaine! Bref, nous avons bien rigolé.

Dans un tout autre registre, je vous propose une recette toute simple de noix sucrées-salées. J’ai pris cette recette dans le dernier livre de Ricardo, À la plaque.

Noix sucrées-salées à l'érable
Noix sucrées-salées à l’érable
Pour 1 pot de 500 ml

1 blanc d’oeuf
2 tasses ou 265 g d’amandes, de noix de cajou et de pacanes
  (ou noix de pécan)*
¼ de tasse ou 40 g de sucre d’érable**
1 cuillère à thé de fleur de sel

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un grand bol, fouetter le blanc d’oeuf jusqu’à ce qu’il forme des pics mous. Ajouter les noix, le sucre d’érable et le sel. Bien mélanger et répartir sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin.

Enfourner et cuire pendant 25 minutes ou jusqu’à ce que les noix soient bien dorées. Pendant la cuisson, remuer à deux reprises les noix. À la sortie du four, laisser les noix refroidir totalement. Les noix se conserve au moins 2 mois dans un contenant hermétique à température ambiante.

*Vous pouvez utiliser qu’une seule sorte de noix ou plusieurs. Vous pouvez également utiliser d’autres sortes de noix que celles mentionnées.
**Si vous n’avez pas de sucre d’érable, vous pouvez le remplacer par un autre sucre de votre choix : cassonade, sucre de coco, sucre blanc, sucre roux, etc.

Et vous, avez-vous envie de changer de restaurant?

Ça aurait pu être une galette…

Aujourd’hui c’est la fête des Rois et pour la première fois, je suis entrain de finaliser la cuisson d’une galette maison qui promet d’être jolie et qui n’a pas laissé sa garniture s’échapper dans tous les sens. Je pourrais me précipiter pour photographie ma galette et vous écrire la recette, mais je n’en vois pas l’intérêt. Pour l’instant, je ne sais pas si ma galette sera bonne et pour bien réussir une galette, il faut du temps… Chose que j’ai souvent négligé dans mes précédentes tentatives. Alors je vais prendre le temps d’écrire la recette et d’un autre côté, j’ai aussi les recettes de mes paniers gourmands à vous proposer.

Alors sans plus attendre, je vous présente la recette qui a eu la préférence de Mini-nous : des madeleines aux clémentines et aux noisettes. Pour cette recette, j’ai apporté quelques modifications à celle de Valérie du joli blog C’est ma fournée!

****
Madeleines aux clémentines et aux noisettes
Pour 18 à 21 madeleines

Madeleines
6½ cuillères à soupe ou 90 g de beurre non salé*
2¼ cuillères à thé ou 15 g de miel
2 oeufs
5½ cuillères à soupe ou 70 g de sucre
⅔ de tasse ou 90 g de farine
¾ de cuillère à thé ou 4 g de poudre à pâte ou de levure
  chimique
2 pincées de fleurs de sel*
Zeste de 2 clémentines
⅔ de tasse moins 1 cuillère à soupe ou 80 g de noisettes

Glaçage
⅓ de tasse ou 50 g de sucre glace
2½ cuillères à thé ou 12 g de jus de clémentine
1½ cuillère à thé ou 6 g d’huile végétale**

Madeleines
Dans une petite casserole, faire fondre le beurre avec le miel. Quand le beurre est totalement fondu, retirer du feu et laisser tiédir. Ajouter la fleur de sel et réserver.

Dans un bol, mélanger la farine et la poudre à pâte.

Dans un autre bol***, casser les oeufs. Ajouter le zeste des clémentines et le sucre. Fouetter le tout jusqu’à ce que le mélange palisse. Incorporer la farine, puis le beurre fondu. Verser la pâte dans une poche à pâtisserie et bien fermer les deux extrémités. Réfrigérer pendant 12 heures.

Préchauffer le four à 240°C (465°F)**** et laisser chauffer au moins 5 minutes.

Hacher grossièrement les noisettes.

Si votre moule à madeleines est en métal, le beurrer et l’enfariner. Pocher un peu de pâte dans les empreintes du moule. Répartir la majorité des noisettes hachées et couvrir avec le restant de pâte. Ajouter le restant de noisettes sur les madeleines. Au besoin, remettre le moule au réfrigérateur le temps que le four soit bien chaud.

Enfourner les madeleines et réduire la température du four à 150°C (300°F). Laisser cuire pendant 11 minutes.

Glaçage
Pendant que les madeleines cuisent, préparer le glaçage. Dans un bol, mélanger le sucre glace, le jus de clémentine et l’huile.

Après les 11 minutes de cuisson des madeleines, les sortir du four et les badigeonner de glaçage. Enfourner de nouveau les madeleines et cuire pendant 4 minutes.

Après ce temps, sortir les madeleines du four et les laisser tiédir pendant 5 minutes. Démouler les madeleines et les placer sur le côté dans les cavités du moule pour les laisser totalement refroidir. Déguster avec gourmandise.

*Vous pouvez utiliser du beurre demi-sel ou du beurre avec des cristaux de sel. Dans ce cas, omettez la fleur de sel.
**J’ai utilisé une huile végétale neutre (colza, canola, tournesol, etc.), mais n’hésitez pas à essayer la recette avec de l’huile d’olive ou de huile de noisette.
***Il est possible de réaliser la recette au pied-mélangeur. Dans ce cas, placez les ingrédients dans un bol haut et étroit.
****Si la température maximale de votre four est plus basse, ce n’est pas grave : utilisez la température maximale de votre four.

Et vous, est-ce que vous avez prévu une galette pour la fête des Rois?

Mettre des mots…

Pour ce premier article, je tiens à vous souhaiter une très belle année 2021! Qu’elle soit douce, pleine de joies et de santé. Je crois qu’il sera impossible d’oublier 2020, mais j’avoue que de voir pleins de messages négatifs sur l’an passé me laisse perplexe. Même si 2020 a été des plus tumultueuses, je trouve dommage de s’accrocher aux négatifs : oui, les choses ont changées; oui, la situation émousse notre patience; oui, j’ai hâte de retrouver ma famille au Québec! Cependant, 2020 nous aura accordé du temps pour nous et notre famille. Je suis certaine que si vous réfléchissez, 2020 vous aura apporté un changement positif qui aurait été impossible sans cette crise. Même si la situation ne changera pas du jour au lendemain, 2020 nous aura permis de nous rappeler l’importance des petites choses de la vie. Bref, commencez 2021 en voyant que le meilleur : la situation ne va pas changer en un battement de cil, mais votre façon de percevoir les choses peut créer tellement plus de bonheurs et de joies!

Sans détour, je vous propose une recette qui me semble curieuse pour un début d’année, mais qui au final est parfaite pour toutes les occasions : des craquelins à l’huile d’olive. J’ai pris cette recette dans le livre Un peu.. biscuits… à la folie! d’Isabelle Lambert.

Craquelins à l'huile d'olive
Craquelins à l’huile d’olive
Pour 24 craquelins

1¾ tasse ou 245 g de farine
1 cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
1 cuillère à soupe de paprika doux ou fumé*
½ cuillère à thé de sel
¼ à ½ tasse ou 60 à 125 g d’eau
¼ de tasse ou 52 g d’huile d’olive
1 cuillère à thé de fleur de sel
1 cuillère à thé d’un mélange d’herbes séchés
Poivre
Huile d’olive supplémentaire pour badigeonner

Dans le bol d’un robot culinaire muni d’une lame en « s »**, mélanger la farine, la poudre à pâte, le paprika, le sel et du poivre. Ajouter l’huile d’olive et mélanger par touches successives. Ajouter graduellement l’eau*** et arrêter quand la pâte commence à former une boule. Travailler la pâte à la main pour finir de l’amalgamer. Emballer la pâte dans une pellicule plastique et réfrigérer pendant au moins 1 heure.

Préchauffer le four à 200°C (400°F). Tapisser deux plaques de cuisson de papier parchemin.

Prélever un morceaux de pâte de la taille d’une noix, soit environ 1 cuillère à soupe. Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser le plus finement possible la pâte. Déposer la pâte abaisser sur une plaque de cuisson. Répéter l’opération avec l’ensemble de la pâte.

À l’aide d’un pinceau, badigeonner les craquelins avec de l’huile d’olive. Saupoudrer les craquelins de fleur de sel et d’herbes séchées.

Enfourner et cuire pendant 7 minutes ou jusqu’à ce que les craquelins soient bien secs et dorés. Servir les craquelins natures, avec du fromage, une sauce ou une terrine. Déguster avec plaisir.

*J’ai utilisé du paprika doux auquel j’ai ajouté deux pincées de piment chipotle moulu.
**Il est possible de réaliser la pâte dans un bol.
***C’est important de ne pas tout ajouter l’eau d’un coup. La première fois que j’ai essayé cette recette, j’avais verser l’eau d’un coup et j’ai obtenu une pâte trop liquide.

Bonne début d’année et bon dimanche!

Une idée qui se rejoint

J’ai commencé à écrire la recette de cet article en fin de journée. Juste avant que mon beau-frère arrive à la maison. À ma grande surprise, ils nous avaient préparé des biscuits… enfin, ils étaient surtout destinés à Mini-nous! Mon beau-frère comme mon chéri cuisinent tous les deux très bien, après c’est une question de temps. Comme plusieurs, il travaille actuellement de chez lui, il a donc plus de temps pour cuisiner. Avec un peu de chance dans quelques semaines, nous aurons peut-être droit à un pain de sa part… Dans tous les cas, il faudrait que j’aille déposer quelque chose chez lui.

Évidemment, la recette que je vous propose est une de biscuits! Encore une autre, mais il y a tellement de résultats différents qu’il est difficile de ne pas tester de nouvelles recettes. J’ai pris cette recette chez Christelle is Flabbergasting.

Biscuits aux éclats de chocolat de Bon Appétit
Biscuits aux éclats de chocolat de Bon Appétit
Pour 16 biscuits*

1½ tasse ou 210 g de farine
1¼ cuillère à thé de sel
¾ de cuillère à thé de bicarbonate de soude ou de sodium
¾ de tasse ou 165 g de beurre non salé
1 tasse ou 200 g de cassonade ou de sucre roux
¼ de tasse ou 50 g de sucre
1 oeuf
2 jaunes d’oeufs
2 cuillères à thé d’extrait de vanille
170 g (6 onces) de chocolat noir, haché grossièrement
Fleur de sel (facultatif)

Préchauffer le four à 190°C (375°F). Tapisser deux plaques de cuisson de papier parchemin.

Dans un bol, mélanger la farine, le sel et le bicarbonate de soude.

Dans une casserole, faire fondre ½ tasse ou 110 g de beurre. Cuire le beurre jusqu’à ce qu’il brunisse et dégage une odeur de noisettes. Retirer du feu et laisser tiédir quelques minutes. Ajouter graduellement le beurre restant : quand on ajoute le beurre, celui-ci ne doit pas faire de bruit, ni pétiller. Ajouter la cassonade et le sucre. Incorporer ensuite l’oeuf, les jaunes d’oeufs et l’extrait de vanille. Ajouter la préparation de farine et mélanger juste pour rendre la pâte homogène. Incorporer les pépites de chocolat.

Prélever environ 3 cuillères à soupe de pâte et la déposer sur une plaque de cuisson préparée. Répéter l’opération avec le restant de pâte en espaçant bien les biscuits. Si désiré, saupoudrer les biscuits de fleur de sel. Enfourner et cuire pendant 8 à 12 minutes : les côtés des biscuits doivent être dorés et le centre encore mou. À la sortie du four, idéalement, laisser les biscuits refroidir sur une grille à pâtisserie. Déguster avec gourmandise.

*Le nombre de biscuits dépendra de la taille que vous leur donnerez. Vous pouvez les faire plus petits que la taille suggérée dans la recette, n’oubliez pas d’adapter le temps de cuisson.

Au P’tit Baron, si tu passes par ici et que tu as une demande spéciale, n’hésite pas à m’écrire.

Les mains dans la pâte!

Habituellement, on ne consomme pas beaucoup de pain, j’achète des petites quantités à la fois et malheureusement, ce n’est pas notre famille qui fait vivre les boulangers. Par contre ces derniers temps, j’ai préparé régulièrement du pain et à toutes les fois, il fut dévoré en entier! Il n’y a pas eu un seul petit bout de pain oublié qui a fini transformé en brique. En prime, j’ai découvert plein de belles recettes que j’ai hâte de vous partager. J’espère poursuivre sur cette lancée et que le pain maison demeura dans nos habitudes hebdomadaires.

Pour commencer, je veux vous présenter une recette de focaccia. Je sais encore, après celle-ci, en voilà une autre toute aussi délicieuse. Je ne sais pas pourquoi j’aime autant ce pain, mais je n’ai pas résisté à sa texture aérienne et moelleuse… J’avoue, j’en ai même pris pour le déjeuner! Cette délicieuse recette vient du blog de Valérie, C’est ma fournée!

Focaccia sans pétrissage et à longue fermentation
Focaccia sans pétrissage et à longue fermentation
Pour 1 grande focaccia

1¾ tasse et 1¾ cuillère à thé ou 250 g de farine
¾ tasse et 2 cuillères à thé ou 197 g d’eau tiède
¾ de cuillère à thé ou 2 g de levure sèche
  ou 5 g de levure fraîche
½ cuillère à thé ou 3 g de sel
1½ cuillère à soupe ou 20 g d’huile d’olive*
4 cuillères à thé ou 20 g d’eau
Fleur de sel au goût
Huile d’olive ou végétale supplémentaire pour manipuler
  la pâte

Dans un bol, délayer la levure dans l’eau tiède (¾ tasse et 2 cuillères à thé ou 197 g). Ajouter la farine et le sel. Mélanger à l’aide d’une cuillère pour obtenir une masse homogène. Couvrir le bol à l’aide d’un couvercle ou d’une pellicule plastique. Réfrigérer, idéalement, pendant 24 heures ou pendant 12 heures au minimum.

Huiler une grande assiette ou un plat et vos mains. Sortir la pâte du réfrigérateur et la faire tomber délicatement sur l’assiette huilée. Il faut éviter le plus possible de dégazer la pâte. Étirer la pâte qui se trouve dans le haut de l’assiette, puis rabattre la pâte au centre de la pâte sans appuyer. Étirer la pâte qui se trouve vers le bas de l’assiette et la rabattre au centre de la pâte. Tourner l’assiette d’un quart de tour et répéter la même opération. Si la pâte colle à vos mains, ajouter de l’huile : n’ajouter surtout pas de farine dans cette recette! Laisser reposer la pâte pendant 30 minutes dans un endroit à l’abri des courants d’air.

Étirer de nouveau la pâte en commençant par le haut et en la rabattant au centre, répéter l’opération pour le bas. Tourner la pâte sur un quart de tour et répéter la même opération. Laisser de nouveau reposer la pâte pendant 30 minutes dans un endroit à l’abri des courants d’air.

Étirer une dernière fois la pâte en commençant par le haut et en la rabattant au centre, répéter l’opération pour le bas. Tourner la pâte sur un quart de tour et répéter la même opération. Déposer délicatement votre pâte sur une plaque de cuisson préalablement huilée. Placer votre pâte dans un endroit à l’abri des courants d’air le temps de préchauffer le four**.

Préchauffer le four à 280°C (535°F) ou le plus haut possible sur votre four en chaleur traditionnel (les éléments du haut et du bas chauffent et la ventilation ne tourne pas).

Dans un bol, fouetter énergiquement l’huile et l’eau, soit 4 cuillères à thé ou 20 g, pour obtenir un mélange homogène. Badigeonner délicatement tout le mélange sur la pâte. Avec les doigts, créer des trous dans la focaccia. Saupoudrer de fleur de sel. Si désiré, ajouter les garnitures de votre choix : tomates cerises, herbes fraîches, échalotes, lardons, etc.

Enfourner et cuire pendant 20 minutes ou jusqu’à ce que le dessus de la pâte soit bien doré et croustillant. Si désiré, à la sortie du four, badigeonner la focaccia d’huile d’olive pour la faire briller. Laisser tiédir et déguster avec plaisir.

*Vous pouvez parfumer votre huile d’olive. Pour ce faire, verser 2½ cuillère à soupe ou 30 g d’huile d’olive dans une petite casserole. Ajouter 3 gousses d’ail hachées et 1 branche de romarin frais. Chauffer tout doucement ce mélange pendant 5 minutes : l’ail ne doit jamais coloré. Retirer du feu et laisser totalement tiédir avant de filtrer. Écraser bien l’ail pour récupérer le plus d’huile possible. Veiller à avoir 1½ cuillère à soupe ou 20 g d’huile d’olive pour la suite de la recette.
**Vous pouvez même laisser lever votre pâte lever encore 1 à 2 heures avant de la cuire.

Et vous, est-ce que vous avez mis la main à la pâte?