Un repas à domicile…

Le contexte est un peu bizarre, mais ce soir, j’ai eu droit à une brisolée livré à domicile. Je ne vous expliquerais pas le quoi du comment, mais c’est comme ça. Une petite soirée, toute calme, tranquille à me demander si j’arriverais à finir cet article et à enchaîner avec mon défi de l’Inktober. Pour l’instant, je n’ai pas sauté un seul jour! Cependant, il y a eu des dessins plus expéditifs que d’autres… Bref, je ne vais pas rester derrière mon écran plus longtemps.

Je vous propose donc une recette de pain… je n’ai pas essayé beaucoup de nouvelles recettes sucrées ces derniers temps. En prime, nous avons adoré ce pain à la maison et il conviendra parfaitement pour les petites pauses, le déjeuner, un pain avec du chocolat, etc. J’ai pris cette recette dans le livre Le Larousse du pain d’Éric Kayser.

Pain aux noisettes et au beurre
Pain aux noisettes et au beurre
Pour 2 pains

⅔ de tasse ou 90 g de noisettes entières
1¾ tasse et ½ cuillère à soupe ou 250 g de farine
½ tasse ou 125 g d’eau à 20°C (68°F)*
3 cuillères à soupe ou 50 g de levain liquide
  ou 2 cuillères à soupe ou 12 g de levain déshydraté
½ cuillère à thé de levure instantané ou 3 g de levure fraîche
2½ cuillères à thé ou 12 g de lait en poudre
1½ cuillère à soupe ou 17 g de sucre
¾ de cuillère à thé ou 5 g de sel
3 cuillères à soupe ou 38 g de beurre non salé, tempéré

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Sur une plaque de cuisson, étaler les noisettes. Enfourner les noisettes et les faire griller pendant 8 à 10 minutes. Verser les noisettes dans un linge épais et les frotter les unes contre les autres pour retirer la peau des noisettes. Laisser totalement refroidir. Hacher grossièrement les noisettes et réserver.

Dans un grand bol, verser la farine et former un puit au centre. Verser la moitié de l’eau et ajouter le levain, la levure, le lait en poudre, le sucre et le sel. Mélanger et ajouter le reste d’eau. Malaxer jusqu’à ce que la farine soit absorbée. Incorporer le beurre, puis pétrir la pâte jusqu’à ce qu’elle soit souple et lisse, soit 8 à 10 minutes. Ajouter les noisettes et pétrir juste assez pour les incorporer à la pâte. Former une boule avec la pâte et la déposer dans un bol légèrement huilé. Couvrir le bol avec un linge légèrement humide et laisser lever pendant 1 heure.

Sur un plan de travail enfariné, diviser la pâte en deux. Former deux boules. Couvrir d’un linge et laisser reposer 15 minutes.

Avec les doigts, presser délicatement la pâte pour l’aplatir. Replier la pâte d’un tiers sur elle-même et presser la jointure. Replier le côté opposé sur la partie précédente. Presser de nouveau la pâte et la plier en deux dans le sens de la longueur. Souder les bords et rouler la pâte pour obtenir une forme ovale. Répéter l’opération avec l’autre pâton.

Déposer les pâtons sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Donner 7 à 8 coups de lame sur la surface des pâtons. Couvrir d’un linge humide et laisser lever pendant 1h15.

Préchauffer le four à 230°C (450°F) en prenant soit de glisser une petite plaque à rebord.

Quand le four est à température, verser ¼ de tasse ou 60 g d’eau dans la plaque qui a préchauffé en même temps que le four et enfourner les pains. Cuire pendant 20 minutes. Â la sortie du four laisser les pains refroidir sur une grille si possible. Déguster avec gourmandise!

*Si vous n’avez pas de thermomètre, l’eau doit seulement vous paraître légèrement fraîche sur le poignet. En boulangerie, la température de l’eau et de la farine (ou de la température ambiante) additionné doivent donner un résultat d’environ 56°C (132°). J’avais oublié cette règle, mais Éric Kayser l’utilise dans son livre.

Bonne soirée!

Peindre en nature…

Hier, j’accompagnais Mini-nous et un petit groupe d’enfants pour une activité en forêt. Je savais qu’une fois sur place, j’aurai du temps libre. Alors j’ai pris ma palette d’aquarelle avec moi (ainsi que bien d’autres choses pour m’occuper, mais que je n’ai pas eu le temps de toucher) pour essayer de peindre sur le motif. De mon point de vu, ce n’est pas très réussi, mais d’un autre côté, c’était la première fois que je peignais en plein air et au final, j’aime quand même l’impression que dégage mon paysage. C’est fou à quel point peindre en nature m’a plu, en prime avec les belles couleurs d’automne, tout m’interpellait. J’aurais aimé faire plus d’une page dans mon carnet, mais il faut surtout que je pense à renouveler l’expérience.

Dans un contexte totalement différent, je vous propose une recette de saumon. J’ai pris cette recette sur le site de Ricardo, elle se trouve également dans le magazine volume 3, numéro 5 (un des rares magazines que je ne possède pas).

Saumon thaï sur vermicelles
Saumon thaï sur vermicelles
Pour 2 personnes

Marinade
1½ cuillère à soupe de sauce soja
½ cuillère à soupe d’huile de sésame grillé
½ cuillère à soupe de vinaigre de riz
1 gousse d’ail, hachée
250 g de filet de saumon sans la peau

Vermicelles
75 g de vermicelles de riz
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
½ cuillère à thé de curry
¼ de cuillère à thé de curcuma

Sel et poivre

Marinade
Dans un bol, mélanger la sauce soja, l’huile de sésame grillé, le vinaigre de riz et l’ail. Poivrer.

Couper le filet de saumon en bande d’environ 2,5 cm (1 pouce) de large. Placer les morceaux de saumon dans un bol et laisser macérer pendant 30 minutes à température ambiante.

Égoutter le saumon et rouler chaque bande sur elle-même pour former un tournedos. Ficeler chaque morceaux de saumon pour conserver la forme*. Réserver au réfrigérateur.

Vermicelles
Porter une casserole d’eau à ébullition. Quand l’eau bout, saler et ajouter les vermicelles de riz. Cuire pendant 2 à 3 minutes ou jusqu’à ce qu’elles soient tendres. Égoutter les vermicelles et les rincer sous l’eau froide.

Chauffer une poêle, si possible striée, avec un peu d’huile. Quand le corps gras est bien chaud, cuire les tournedos de saumon environ 3-4 minutes de chaque côté.

En parallèle, chauffer l’huile d’olive restante dans une autre poêle. Quand le corps gras est bien chaud, ajouter le curry et le curcuma. Ajouter les vermicelles et les faire sauter quelques minutes. Saler et poivrer.

Servir sans attendre le saumon sur un lit de vermicelles. Déguster avec plaisir.

*Vous pouvez omettre cette étape. Adapter au besoin le temps de cuisson.

Et vous, est-ce que vous avez déjà peint sur le motif?

Utiliser les poires…

Enfin, mes poires ont mûries! Évidemment, je me suis retrouvée avec beaucoup de poires d’un coup et omis le gâteau Bolzano, rien ne me vient à l’esprit quand il faut les apprêter. En prime, je voulais écouler le maximum de fruits en une ou deux fois. C’est en feuilletant mon dernier magazine de Ricardo que j’ai su quoi faire avec mes poires : une tarte. Dans le magazine, il n’y a pas de recette de tarte aux poires : je me suis inspirée de la recette de tarte aux pommes!

J’ai donc réalisé une tarte aux poires très minimaliste : des poires et rien d’autre. Pas de vanille, ni cannelle, mais rien ne vous empêcherait d’en rajouter. Pour la recette, je me suis inspirée de celle de Ricardo de son magazine volume 18, numéro 8 (qui se trouve également dans le volume 12, numéro 7). Pour la pâte, j’ai essayé la pâte brisée de Patrice Demers issue de son livre Parcours sucré (que je n’ai pas assez exploré).

Tarte aux poires
Tarte aux poires
Pour 6 à 8 personnes

Pâte brisée
1¾ tasse ou 250 g de farine
½ cuillère à soupe de sucre
1 cuillère à thé de sel
¾ de tasse et 1½ cuillère à soupe ou 187 g de beurre
  non salé, froid
1 oeuf
1½ cuillère à soupe de lait

Garniture
2 cuillères à soupe de beurre non salé
¾ de tasse ou 150 g de sucre
12 tasses ou 1,6 kg de poires coupé en 8 quartiers*
2 cuillères à thé de fécule de maïs ou de maïzena
Lait en quantité suffisante pour badigeonner la pâte (facultatif)

Pâte brisée
Dans un bol, mélanger la farine, le sucre et le sel. Ajouter le beurre et l’incorporer à l’aide d’un coupe-pâte ou des mains afin d’obtenir une texture granuleuse. Il doit rester des petits morceaux de beurres visibles. Ajouter l’oeuf et le lait. Mélanger brièvement pour bien répartir les liquides dans les ingrédients secs. À l’aide des mains, rassembler la pâte pour former un disque. Emballer la pâte et la réfrigérer pendant au moins 1 heure.

Garniture
Dans une grande poêle, faire fondre le beurre. Ajouter le sucre et poursuivre la cuisson pendant 1 minute. Ajouter les poires et cuire pendant 10 minutes ou jusqu’à ce que les fruits soient tendres et qu’il ne reste presque plus de liquide. Transférer la garniture dans un plat et réfrigérer pendant au moins 1h30.

Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser la pâte à tarte et la foncer dans un moule à tarte de 23 cm (9 pouces) de diamètre. Si désiré avec le restant de pâte, réaliser des bandes pour décorer la tarte. Réserver au frais pendant 30 minutes.

Préchauffer le four à 220°C (425°F).

Prélever le jus de la garniture ainsi qu’un tiers des fruits. Ajouter la fécule de maïs et réduire en purée lisse. Verser sur les fruits restant de la garniture et mélanger.

Verser la garniture dans la pâte à tarte et décorer la tarte avec les bandes de pâtes. Badigeonner les bandes de pâtes de lait. Enfourner et cuire pendant 35 minutes ou jusqu’à ce que la pâte soit bien dorée. Laisser refroidir avec de servir. Déguster avec gourmandise.

*Cette quantité correspond à environ 10 à 12 poires de taille moyenne.

Et vous, quelle recette faites-vous pour écouler un maximum de poires?

L’ennui de regarder du contenu d’outremer…

Même si je suis établie depuis plusieurs années en Suisse, je consulte toujours autant de site et de créateurs de contenus québécois. Alors, il y a des moments où j’essayerais avec plaisir des produits ou des services du Québec, mais le problème reste le même : je ne suis pas sur place et il y a un océan entre moi et le Québec. Après, j’ai la chance de pouvoir goûter certaines choses quand je vais chez mes parents, mais pour le moment, le déplacement me semble encore lointain. Bref, je souhaiterai retourner chez Chocolats Favoris, passer chez Tim Horton, goûter du Cookie Bluff, etc. Souvent, il y a beaucoup de chose que je ne fais pas quand je suis sur place, parce que ça n’a aucune importante contrairement au fait de voir ma famille.

Des fois, je me demande si j’habitais toujours au Québec si j’aurais recours au service de Cook it? Comme cette question restera sans réponse, j’ai tout de même essayer une recette sur le site pour me faire une idée. Ne cherchez pas cette recette sur le site, elle n’est plus disponible si vous n’avez pas commandé cette recette et si vous n’avez pas de compte Cook it. Moi, je l’ai vu en furetant avec curiosité et je l’ai imprimé sans attendre. Le résultat : c’est vrai que leurs recettes sont simples et celle-ci était délicieuse malgré mes modifications.

Plaque de gnocchi au pesto de tomates séchées
Plaque de gnocchi au pesto de tomates séchées
Pour 3 personnes

3 portions ou 350 g de gnocchis*
1 tasse ou 140 g de tomates cerises** (facultatif)
2-3 petites boules de mozzarella fraîche ou de bocconcinis
1 branche d’origan (facultatif)
1 oignon jaune ou rouge
1 courgette
1 cuillère à soupe de pesto de tomates séchées
½ cuillère à soupe d’huile d’olive
Sel et poivre

Préchauffer le four à 220°C (425°F).

Trancher finement en demi-rondelle la courgette et l’oignon. Avec les mains, déchirer le fromage.

Dans un bol, mélanger les gnocchis, les tomates, la courgette, l’oignon, le pesto et l’huile. Saler et poivrer. Verser le tout sur une plaque de cuisson recouverte de papier cuisson. Enfourner et cuire pendant 18 à 20 minutes.

Retirer la plaque du four et ajouter les morceaux de fromage. Enfourner de nouveau et cuire pendant 4 à 5 minutes. Répartir l’origan sur les pâtes***, servir et déguster avec plaisir.

*Pour la recette, j’ai utilisé des gnocchis qu’on trouve dans les rayons réfrigérés. Je ne sais pas si la recette peut se réaliser avec les gnocchis vendus sous vide qui se conserve à température ambiante.
**Ne cherchez pas les tomates cerises sur la photo : je suis incapable de manger des tomates si elles ne sont pas réduites en purée. J’imagine très bien l’intérêt de cet ajout, mais la recette est également délicieuse sans.
***Si désiré, vous pouvez ajouter un filet d’huile d’olive au moment de servir.

Et vous, est-ce qu’il y a des produits ou des services que vous voyez dans d’autres pays qui vous font envie?

Sans matière grasse… ou plutôt sans beurre?

Je ne sais pas vous, mais quand je vois « sans matière grasse » dans une recette, je suis toujours un peu hébétée. Je n’ai rien contre les recettes sans matière grasse, mais le titre est souvent trompeur. Il arrive souvent que les recettes avec cette mention contient effectivement pas de beurre, mais de l’huile en quantité non négligeable. L’autre, ingrédient gras qu’on retrouve également souvent dans les recettes dites sans matière grasse est la crème! Oui, la crème est beaucoup moins grasse en gras que le beurre ou l’huile, mais elle en contient quand même et elle joue en général le même rôle que le beurre ou l’huile. Bref, une petite dénomination à faire attention.

Aujourd’hui, je vous propose une recette sans beurre et sans huile, mais avec crème. Il s’agit d’un gâteau au M&M’s. J’ai trouvé cette recette sur le blog de Cuisine Téméraire.

Gâteau aux M&M's
Gâteau aux M&M’s
Pour 6 à 8 personnes

⅓ de tasse moins ½ cuillère à soupe ou 60 g de sucre
3 oeufs
1 cuillère à soupe de sucre vanillé ou 1 cuillère à thé
  d’extrait de vanille
1 pincée de sel
1¼ tasse ou 180 g de farine
2 cuillères à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
½ tasse moins 1 cuillère à thé ou ou 120 g de crème au choix
¾ de tasse ou 150 g de M&M’s, concassés ou mixés*

Préchauffer le four à 180°C(350°F). Beurre ou chemiser de papier parchemin un moule rectangulaire d’environ 20 cm par 10 cm (8 pouces par 4 pouces).

Dans un bol, mélanger la farine et la poudre à pâte. Réserver.

Dans autre bol, fouetter les oeufs avec le sucre, le sucre vanillé et le sel jusqu’à ce que le mélange palisse et prenne du volume.

Incorporer en alternance la crème et la préparation de farine. Ajouter les M&M’s et verser dans le moule

Enfourner et cuire pendant 30 à 40 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre du gâteau en ressorte propre. Laisser refroidir avant de démouler. Déguster avec gourmandise.

*Couper les M&M’s demande un peu de patience… les M&M’s ont tendance à se sauver! Pour vous simplifier la tâche, mixer brièvement les M&M’s dans un robot culinaire muni d’une lame en « s ».

Et vous, que pensez-vous de la dénomination « sans matière grasse »?