Mot-clé : échalote

Un plat qu’on ne fait pas souvent…

Il y a fort longtemps, sur le blog, je vous ai proposé une recette de ravioli. Depuis, j’ai expérimenté les tortellinis, mais à ma grande surprise, je n’ai pas publié la recette et la dernière fois que j’en ai fait remonte à plus de 8 ans. Même si nous aimons les pâtes fraîches, nous n’en faisons rarement : 2 à 3 fois par année. La raison : nous n’y pensons pas! À la fin de l’été, nous avons fait des ravioli et Mini-nous a adoré… Pourtant, les versions du commerce ou du restaurant ne l’interpellent pas du tout! Bref, Mini-nous nous a réclamé des ravioli maison et nous nous sommes mis en famille. C’est une belle activité, mais je me demande quand même si je ne vais pas investir dans une plaque à ravioli pour facilité la préparation et peut-être en faire plus souvent…

Je vous propose donc une recette de ravioli que nous avons improvisée avec mon chéri. Je ne suis pas certaine des quantités pour la sauce, mais comme il n’y a que deux ingrédients, c’est facile à ajuster si nécessaire.

Ravioli à la chair à saucisse
Ravioli à la chair à saucisse
Pour 2 à 3 personnes

Pâte à pâtes*
⅔ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 100 g de farine
1 gros oeuf

Garniture
250 g de chair à saucisse au choix
1 carotte
1 branche de céleri
1 échalote
1 cuillère à soupe d’huile d’olive
2 à 3 cuillère à soupe de crème à cuisson ou de demi-crème

Sauce
½ de tasse ou 125 g de bouillon de poulet
¼ de tasse ou 62 g de crème
Sel et poivre

Pâte à pâtes
Dans un bol, verser la farine. Former un puit au milieu de la farine et ajouter l’oeuf. Avec les doigts, mélanger en incorporant graduellement la farine à l’oeuf. Incorporer le plus de farine possible. Verser la pâte sur un plan de travail et pétrir la pâte jusqu’à qu’elle soit très ferme et ne pas coller aux mains. Déposer dans une boîte qui ferme hermétiquement et réfrigérer pendant au moins 1 heure.

Garniture
Hacher finement la carotte, le céleri et l’échalote.

Dans une poêle, verser l’huile d’olive. Quand le corps gras est chaud, ajouter les légumes et faire revenir pendant 7 minutes ou jusqu’à ce que les légumes soient tendre. Ajouter la chair à saucisse en l’émiettant bien. Poursuivre la cuisson jusqu’à ce que la viande soit cuite. Poivrer au goût. Ajouter la crème et laisser réduire pendant 1 à 2 minutes. Laisser tiédir la garniture.

Installer le laminoir.

Sortir la pâte du réfrigérateur et la diviser en deux. Aplatir les morceaux de pâte pour qu’ils puissent s’insérer dans la fente de l’ouverture la plus large du laminoir. Enfariner la pâte et passer dans l’ouverture la plus large du laminoir**. Plier la pâte sur elle-même et la repasser dans le laminoir. Réduire l’ouverture du laminoir et passer la pâte pour l’amincir. Au besoin, enfariner la pâte. Répéter l’opération jusqu’à l’avant dernière taille de votre laminoir.

Déposer une bande de pâte sur une surface de travail, le côté le plus large face à vous. À l’aide d’une petite cuillère, répartir sur la moitié inférieur des petits amas de garniture en les espaçant d’environ 3 cm (1 ⅟₁₆ pouce). Humidifier légèrement le tour de chaque amas de garniture et replier la pâte par-dessus. Autour de chaque amas de garniture, chasser l’air et bien appuyer pour sceller les ravioli. À l’aide de couteau, couper entre chaque ravioli. Au besoin, appuyer sur les pourtours des ravioli pour s’assurer qu’ils soient bien sceller.

Porter une grande casserole d’eau à ébullition.

Sauce
Pendant ce temps avec le restant de garniture, préparer la sauce. Ajouter le bouillon de poulet et porter à ébullition. Quand le bouillon bout, ajouter la crème. Laisser mijoter jusqu’à que ce la sauce épaississe légèrement. Saler et poivrer au goût.

Saler généreusement l’eau et cuire les ravioli pendant 2 à 3 minutes. Égoutter les ravioli, en conservant un peu d’eau de cuisson. Ajouter les ravioli à la sauce et mélanger. Au besoin, ajouter un peu d’eau de cuisson pour allonger la sauce. Servir sans attendre et déguster avec plaisir.

*Vous pouvez utiliser de la pâte à ravioli du commerce. Si vous réalisez les pâtes vous même, n’hésitez pas à doubler la recette et préparer en même temps des tagliatelles ou des spaghetti pour le lendemain.
**Mon laminoir contrairement à plusieurs modèle à l’ouverture la plus large à 7, alors que pour plusieurs modèle, c’est le numéro 1.

Bon dimanche!

Les épiceries…

Sans doute que le Québec me manque et que mon envie d’y aller se fait de plus en plus sentir. Ce matin, je me suis surprise à penser aux choses que j’aime à l’épicerie au Québec. Pour être équitable, je vais vous énumérer 5 choses que j’aime dans les épiceries du Québec et 5 choses que j’aime dans les épiceries en Suisse.

Commençons par la Suisse. Une des choses que j’aime, c’est de trouver facilement des fruits mûrs à point : surtout pour les avocats et les mangues. Un autre élément que je trouve pratique, ce sont les petits pains vendus individuellement : à chacun son pain, c’est pratique pour les pique-niques et moins de gaspillage quand on n’en consomme pas de grandes quantités. Le choix de la charcuterie séchée : je sais que l’offre s’est étoffée au Québec au cours des dernières années, mais je trouve toujours plus invitant l’étalage en Suisse. Il y a aussi la présence de la levure fraîche, je sais que je vais en trouver peu importe dans quelle épicerie j’entre. Pour le dernier point, c’est évidemment le choix pour les plaques de chocolat! Même dans les épiceries de village, l’assortiment est toujours impressionnant!

Pour le Québec, je pense surtout au choix : dans une épicerie Suisse, on trouve en moyenne 10 000 produits différents, alors qu’au Québec, on parle plutôt de 20 000 produits! L’allée des chips me manquent aussi : entre ketchup, barbecue et assaisonnée, je ne saurais dire ma préférée, mais je sais que je les trouve toutes au Québec. Étonnamment, le fromage me vient en tête, je trouve que les fromages québécois sont beaucoup plus variés en terme de goût et de texture… et juste pour le fromage frais (en grain ou en bloc), il faut que je le mentionne! L’assortiment de biscuits salés ou sucrés, j’ai l’impression qu’il y a beaucoup plus de variétés au Québec. Pour le dernier point, je vais mentionner l’explosion de produits de différents chefs : j’aimerais essayer beaucoup de choses! Pourtant, ce dernier point est à double tranchant. D’un côté, certains produits sont disponible uniquement dans les IGA et malheureusement, il n’y en a pas dans ma ville natale, donc j’y ai peu accès quand je vais au Québec. Aussi, l’autre point que je constate, même si cette offre m’interpelle beaucoup, c’est les prix. J’habite en Suisse où les prix sont relativement élevés, mais le prix de certains de ces produits arrivent quand même à me surprendre et je remets l’item sur la tablette sans hésitation.

J’espère que ces petits éléments vous auront amusés et pour la suite, je vous propose une recette de poulet style Général Tao au sirop d’érable. J’ai pris cette recette sur le site de Recettes du Québec.

Poulet Général Sirop
Poulet style Général Tao au sirop d’érable
Pour 3 personnes

300 g de poitrines de poulet
3 cuillères à soupe ou 26 g de farine
1 cuillère à soupe d’huile végétale
15 fleurons de brocoli*
1 échalote
¼ de tasse ou 85 g de sirop d’érable
1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre
1 cuillère à soupe de sauce soja
1 cuillère à thé de gingembre frais râpé
¼ de cuillère à thé de poivre ou de sauce pimentée
Sel

Remplir une casserole d’eau et porter à ébullition. Détailler le brocoli en petits bouquets de même taille. Quand l’eau bout, saler l’eau et ajouter les fleurons de brocoli dans l’eau bouillante et cuire pendant 4 minutes. Égoutter le brocoli et rincer à l’eau froide pour arrêter la cuisson. Réserver.

Éplucher et ciseler finement l’échalote.

Couper le poulet en cubes de taille similaire. Enrober de farine les morceaux de poulet. Bien secouer la viande pour retirer l’excédent de farine.

Dans une poêle ou un wok, verser et chauffer l’huile. Quand le corps gras est bien chaud, ajouter le poulet et cuire pendant 10 minutes ou jusqu’à ce que la viande soit cuite. Retirer les morceaux de poulet de la poêle et les déposer sur une assiette préalablement tapisser de papier absorbant. Réserver.

Dans la même poêle, faire revenir le brocoli pendant 4 minutes. Ajouter l’échalote et le gingembre. Poursuivre la cuisson pendant 1 minute. Ajouter le sirop d’érable, le vinaigre de cidre, la sauce soja et le poivre. Poursuivre la cuisson jusqu’à ce que la sauce épaississe. Ajouter le poulet, bien mélanger et servir. Déguster avec plaisir.

*Il est aussi possible d’utiliser la tige du brocoli. Il suffit de l’éplucher et de la couper en rondelles. Vous pouvez aussi remplacer le brocoli par d’autres légumes de votre choix.

Et vous, qu’aimez-vous dans votre épicerie?

Repas pour fêter

L’an dernier, j’avais testé un boeuf Wellington. J’ai utilisé une recette très détaillée, mais rien à faire, la recette n’a pas été tendre avec moi. La pâte feuilletée était trop fine et se déchirait. La viande était resté plus d’une heure au réfrigérateur et la cuisson fut beaucoup plus longue que la recette originale, alors que ma portion de viande était moitié moindre. Bref, ce boeuf Wellington me restait au travers de la gorge.

Pour prendre ma revanche, j’ai imaginé une version de Wellington totalement revisité et cette fois, impossible à rater. Une recette sans stress ou presque puisqu’il y a beaucoup d’élément qui se prépare à l’avance. Elle s’adapte facilement selon le nombre de convives. Bref, pour ce Noël qui s’annonce des plus étranges, je vous propose de vous faire plaisir avec cette recette de boeuf Wellington. Je me suis basé sur la recette de Ricardo issue de son magazine 18, numéro 1 pour créer cette version.

Boeuf Wellington revisité à ma façon
Boeuf Wellington revisité à ma façon
Pour 2 personnes*

Boeuf Wellington
2 tranches de filet de boeuf**
1 échalote
1 petite gousse d’ail
8 à 10 champignons ou environ 150 g
¼ de cuillère à thé de thym frais
2 cuillères à soupe de beurre
1 cuillère à soupe de Madère
½ cuillère à soupe de chapelure
1 cuillère à thé de moutarde de Dijon
1 pâte feuilletée

Sauce
1 échalote
2 cuillères à soupe de beurre
¼ de tasse ou 60 g de Madère
1 tasse ou 250 g de bouillon de boeuf ou de fond de veau

Sel et poivre

Boeuf Wellington
Hacher finement l’échalote et l’ail. Couper les champignons en brunoise***.

Dans une poêle à feu élevé, cuire les champignons, le thym, l’échalote et l’ail dans la moitié du beurre pendant 5 minutes. Déglacer avec le Madère et laisser réduire à sec. Poursuivre la cuisson jusqu’à ce que le mélange soit légèrement doré. Retirer la poêle du feu et ajouter la chapelure. Saler et poivrer. Verser le mélange dans une assiette et réfrigérer pendant au moins 1 heure.

Préchauffer le four à 200°C (400°F).

Dans la pâte feuilletée, découper deux rectangles plus grands que les tranches de boeuf. Les déposer sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin.

Badigeonner la surface de la pâte feuilletée avec la moutarde de Dijon. Répartir la préparation de champignons sur les pâtes feuilletées en laissant une bordure sans garniture. Enfourner et cuire pendant 20 minutes.

Pendant que les feuilletés cuisent, griller la viande dans le beurre restant, soit 3 à 5 minutes par côté. Saler et poivrer. Retirer la viande du feu et réserver au chaud.

Sauce
Hacher finement l’échalote.

Dans une poêle qui a servi à cuire la viande, ajouter ½ cuillère à soupe de beurre et ajouter l’échalote pour l’attendrir. Déglacer avec le Madère et laisser réduire presque à sec. Ajouter le bouillon de boeuf et porter à ébullition. Laisser réduire de moitié. Saler et poivrer. Réserver au chaud.

Au moment de servir, ajouter le restant de beurre à la sauce en fouettant.

Déposer un morceau de filet de boeuf**** sur chaque feuilleté aux champignons, arroser de sauce. Servir avec des pâtes, de la purée, une salade ou des légumes, puis déguster avec plaisir.

*Vous pouvez doubler, voire tripler cette recette pour l’adapter au nombre de convives que vous avez.
**Pour une version moins coûteuse, vous pouvez remplacer le filet de boeuf par un steak ou une autre pièce tendre.
***Il est possible d’hacher les champignons à l’aide d’un robot culinaire muni d’une lame en « s ». Personnellement, j’aime moins le résultat. À vous de voir.
****Si désiré, vous pouvez ajouter une tranche de foie gras sur le boeuf au moment de servir.

Bonne fin de journée!

Mois d’octobre, mois du dessin…

Lors des deux dernières années, pendant le mois d’octobre, j’ai relevé le défi de l’Inktober qui consiste à réaliser 1 dessin par jour pendant tout le mois d’octobre. Les années précédentes, je me suis basée sur la liste officielle en anglais. Cette année, je n’avais pas trop envie d’utiliser une liste, alors je me suis mise comme défi de dessiner un animal par jour… Le problème, c’est que je ne dessine presque pas pendant l’année, donc mes crayonnages me prennent du temps. Peut-être que d’ici la fin du mois, je dessinerais un peu plus vite ou j’arriverais à simplifier mes illustrations. En attendant, j’essaie de ne pas prendre plus d’une heure par dessin… Je me demande, si je vais tenir le rythme cette année.

En attendant, je vous propose une recette de ragù blanche. J’avais entendu qu’on pouvait réaliser une ragù blanche en omettant simplement les tomates dans une recette. Curieuse d’essayer, j’ai regardé un peu sur Internet et j’ai développé ma propre recette où je mets un peu de crème à la place des tomates.

Ragù blanche au poulet
Ragù blanche au poulet
Pour 3 personnes

2 cuillères à soupe d’huile d’olive
2 petites carottes
1 branche de céleri
1 échalote
1 gousse d’ail
⅓ de tasse ou 85 g de vin blanc
⅓ de tasse ou 85 g de bouillon de poulet
300 g de poulet haché*
¾ de tasse ou 187 g de crème à cuisson ou de demi-crème
1 feuille de laurier
12 à 15 feuilles de basilic frais
Sel et poivre

Couper en petits dés les carottes, le céleri et l’échalote. Hacher finement l’ail.

Dans une grande casserole, chauffer l’huile d’olive. Quand l’huile est chaude, ajouter les carottes, le céleri et l’échalote. Faire revenir les légumes pendant environ 8 minutes. Ajouter l’ail et prolonger la cuisson pendant 1 minute.

Ajouter le poulet haché et le griller. Saler et poivrer.

Déglacer avec le vin blanc et laisser réduire de moitié. Verser le bouillon et la crème. Ajouter la feuille de laurier. Porter à ébullition et laisser mijoter à feu doux pendant 40 minutes.

Ciseler le basilic finement et l’ajouter à la sauce. Saler et poivrer la sauce au besoin. Servir sur des pâtes et déguster avec plaisir.

*Vous pourriez utiliser du porc haché ou de la dinde hachée… ou pourquoi pas du canard confit.

Un peu du Québec…

Maintenant, il y a un peu plus d’un an que je n’ai pas mis les pieds au Québec. J’avoue que j’ai hâte que la situation s’aplanisse et de pouvoir reprendre un vol pour aller voir ma famille et profiter du Québec. Un de mes plaisirs, c’est d’aller dans les librairies et d’acheter des ouvrages québécois. Il y a le livre de Loounie, le prochain livre de Ricardo, les livres de Geneviève O’Gleman, le dernier de Madame Labriski et bien d’autres que j’aimerais feuilleter.

En attendant, j’ai eu le plaisir de tomber sur un livre de Jean-Philippe Cyr dans une librairie suisse! Â peine feuilleté, il était hors de question que ce livre ne parte pas avec moi. Je vous propose donc une recette issue de son livre Les grands classiques véganes.

Tofu moutarde érable
Tofu moutarde érablee
Pour 2 personnes

Tofu
2 cuillères à soupe de fécule de maïs ou de maïzena
1 cuillères à soupe de levure alimentaire
½ cuillère à thé de sauge moulue*
½ cuillère à thé d’un mélange d’herbes (Provence,
  à l’italienne, etc.)
200 g de tofu ferme
½ cuillère à thé de sel

Sauce
1½ cuillère à soupe d’huile d’olive
1 échalote
1½ cuillère à soupe de cognac
1½ cuillère à soupe de sirop d’érable
1 cuillère à soupe de moutarde à l’ancienne
½ cuillère à soupe de moutarde de Dijon
¼ de tasse ou 62 g de bouillon de légumes
1 cuillère à soupe de levure alimentaire
Sel et poivre

Tofu
Préchauffer le four à 190°C (375°F).

Éponger le tofu pour retirer le plus d’eau possible. Couper en cubes le tofu.

Dans un bol, mélanger la fécule de maïs, la levure alimentaire, la sauce, le mélange d’herbes et le sel. Ajouter les cubes de tofu et bien mélanger. Quand les cubes sont bien enrobés, les déposer sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Enfourner et cuire pendant 20 minutes. À mi-cuisson, retourner les cubes de tofu.

Sauce
Pendant que le tofu cuit au four, préparer la sauce. Hacher finement l’échalote.

Dans une poêle, chauffer l’huile d’olive. Ajouter les échalotes et faire revenir pendant environ 3 minutes. Déglacer avec le cognac et poursuivre la cuisson pendant 2 minutes. Ajouter le sirop d’érable, les moutardes, le bouillon de légumes et la levure alimentaire. Réduire le feu et laisser mijoter pendant 5 minutes. Saler et poivrer au goût.

Ajouter les cubes de tofu dans la sauce et servir sans attendre. Déguster avec plaisir.

*Si vous n’avez pas de sauge, n’hésitez pas à la remplacer par une autre herbe séchée.

Et vous, est-ce que vous habitez loin de votre famille?