Mot-clé : eau de fleur d’oranger

L’entremet inhabituel

Début juillet, j’ai vu un entremet qui ne correspond pas à mes habitudes. Pourtant dès que je l’ai vu, j’ai voulu l’essayer. L’occasion se présenta rapidement et en l’exécutant, les doutes m’assaillirent. Ce n’est pas l’apparence de l’entremet qui me perturbait, mais bien les goûts : je mets presque toujours une touche chocolatée et là, il n’y en a pas une trace. Mon chéri n’est pas amateur de bleuets ni de framboises et en prime, il y a du basilic dans la recette! Oui, j’ai osé mettre du basilic dans un dessert et le résultat était des plus gourmands, frais et évidemment différent.

Pour un entremet bien fruité, je vous propose la charlotte aux deux citrons, bleuets, framboises et basilic. J’ai pris cette recette sur le blog d’Isabelle, J’en reprendrai bien un bout.

Charlotte aux deux citrons, bleuets, framboises et basilic
Charlotte aux deux citrons, bleuets, framboises et basilic
Pour 8 à 10 personnes

Garniture
¾ de tasse et 2 cuillères à thé ou 250 g de confiture
  de bleuets ou de myrtilles
⅔ de tasse ou 200 g de confiture de framboises
1 cuillère à soupe de jus de citron
½ à 2 cuillères à soupe d’eau de fleur d’oranger*
Zeste d’un citron
Zeste d’une lime
10 feuilles de basilic frais

Gâteau roulée
5 jaunes d’oeufs
5 blancs d’oeufs
⅓ de tasse et 1 cuillère à thé ou 70 g de sucre
¼ de tasse ou 50 g de sucre
Zeste d’un citron
Zeste d’une lime
20 petites feuilles de basilic frais
¼ de tasse ou 50 g d’huile d’olive fruitée**
¼ cuillère à thé de poudre de vanille***
3½ cuillère à soupe ou 50 g de lait
⅔ de tasse ou 90 g de farine
¼ de cuillère à thé ou 2 g de poudre à pâte
  ou de levure chimique
1 pincée de sel

Mousse citron
1½ de cuillère à thé de gélatine en poudre ou 2 feuilles
  de gélatine (4 g)
5 cuillères à thé ou 25 g de jus de lime
⅓ de tasse ou 80 g de jus de citron
⅓ de tasse ou 80 g de jus de lime
1¼ tasse et 2½ cuillère à thé ou 390 g de lait condensé sucré
10 feuilles de basilic frais
1 tasse ou 250 g de crème à fouetter ou entière
1 tasse ou 250 g de mascarpone
¾ de tasse ou 125 g de bleuets ou de myrtilles
1 tasse ou 125 g de framboises

Bleuets et framboises pour décorer

Garniture
Dans un bol, mélanger les confitures. Ajouter le jus de citron, les zestes et l’eau de fleur d’oranger.

Ciseler finement le basilic et l’ajouter à la confiture. Couvrir et réserver au réfrigérateur.

Gâteau roulée
Préchauffer le four à 170°C (340°F). Chemiser un plaque de cuisson d’une feuille de papier parchemin.

Dans un petit bol, fouetter le lait, l’huile d’olive et la poudre de vanille. Ciseler finement le basilic et l’ajouter à ce mélange. Réserver.

Dans un bol, fouetter en neige les blancs d’oeufs avec le sel. Quand les blancs d’oeufs commencent à bien mousser, ajouter graduellement, toujours en fouettant, ⅓ de tasse et 1 cuillère à thé ou 70 g de sucre. Réserver quand les blancs d’oeufs forment des pics souples.

Dans un autre bol, fouetter les jaunes d’oeufs avec ¼ de tasse ou 50 g de sucre et les zestes jusqu’à ce que le mélange double de volume. Verser ce mélange sur les blancs d’oeufs et incorporer délicatement à l’aide d’une spatule. Au-dessus du mélange tamiser la farine et la poudre à pâte. Incorporer les poudres délicatement.

Prélever 1 grosse cuillère à soupe de pâte et l’ajouter au mélange de lait et d’huile d’olive. Fouetter pour bien incorporer la pâte. Verser ce mélange sur la pâte contenant les oeufs. Mélanger délicatement pour obtenir une pâte lisse et homogène. Verser la pâte sur la plaque de cuisson en veillant à ce que la pâte soit uniformément répartie. Enfourner et cuire pendant 20 minutes.

À la sortie du four, placer une feuille de papier parchemin sur le gâteau et couvrir d’un linge de cuisine. Retourner le tout sur une grille de refroidissement ou un plan de travail ne craignant pas la chaleur. Retirer délicatement le papier qui a servi à la cuisson. Parer les côtés. Sur un des côtés les plus étroit, tailler le en oblique. Sur le côté opposer en partant du bord, pratiquer 3 légères entaille à environ 1 cm (⅜ de pouce) d’écart.

Répartir la garniture sur le gâteau. Conserver l’excédent de confiture au réfrigérateur pour plus tard. Rouler en serrant bien le gâteau en commençant par le bord qui a 3 entailles. Placer le gâteau roulé et emballer dans le papier parchemin au réfrigérateur pendant au moins 1 heures.

Mousse citron
Laisser gonfler la gélatine dans 5 cuillères à thé ou 25 g de jus de lime. Si la gélatine est en feuille, la couper en petits morceaux pour qu’elle soit immergée dans le jus de lime.

Ciseler finement le basilic.

Dans un bol, mélanger le jus de citron, le jus de lime, les zestes et le lait condensé sucré.

Au four micro-ondes ou sur un feu doux, faire fondre la gélatine et l’ajouter au mélange de lait condensé sucré. Incorporer le basilic.

Dans un autre bol, fouetter la crème et le mascarpone jusqu’à ce que le tout forme une chantilly bien ferme. Incorporer délicatement ce mélange à la préparation de lait condensé. Réserver ce mélange au réfrigérateur.

Montage
Placer un cercle à pâtisserie ou le cercle d’un moule à charnière d’environ 20 cm (8 pouces) de diamètre sur l’assiette de présentation. Chemiser les bords du cercle de rhodoïd ou d’une bande de papier parchemin.

Couper le gâteau roulé en tranche d’environ 1,5 cm (⅝ de pouce) d’épaisseur. Placer les tranches sur le tour du cercle ainsi que sur le fond. Couvrir le fond avec le restant de garniture. Verser la moitié de la mousse citron. Recouvrir de bleuets et de framboises. Verser le restant de mousse citron**** et lisser la surface. Réfrigérer au minimum 12 heures.

Un peu avant de servir. Sortir la charlotte du réfrigérateur et retirer le cercle ainsi que le rhodoïd. Décorer avec des fruits frais. Si possible laisser tempérer 20 minutes avant de servir. Déguster avec gourmandise.

*Si vous aimez beaucoup l’eau de fleur d’oranger, ajouter jusqu’à 2 cuillères à soupe. De mon côté, ce parfum est plus ou moins populaire, j’ai mis ½ cuillère à soupe qui reste plus discret, mais apporte une touche à la garniture.
**Si votre huile d’olive n’est pas fruité ou si vous avez un doute sur le goût, utilisez un mélange à part égale d’huile d’olive et d’huile végétale neutre (canola, colza, tournesol, etc.).
***Vous pouvez remplacer la poudre de vanille par 1 cuillère à thé d’extrait de vanille.
****Vous pouvez prélever une partie de la mousse citron et à l’aide d’une poche à pâtisserie, décorer la surface de la charlotte.

Et vous, utilisez-vous les fines herbes dans vos pâtisseries?

Des boutons de biscuits

Tout le mois de janvier aura été consacré aux biscuits… Une autre preuve que j’ai exagéré avec mes paniers gourmands de 2016. Cette dernière recette, je tenais absolument à l’essayer à cause du nom : boutons de culotte! Je savais que le nom interpellerait et ferait réagir les gens. Par contre, le goût ne plaira pas nécessairement à tout le monde vu la présence de fleur d’oranger.

J’ai pris cette recette chez Anne-Sophie, Fashion Cooking.

Boutons de culotte à la vanille
Boutons de culotte à la vanille
Pour 5 sachets d’environ 125 g

3 oeufs
1¼ tasse ou 250 g de sucre
1 ou 2 gousses de vanille*
½ cuillère à thé d’eau de fleur d’oranger**
1¾ tasse ou 250 g de farine

Dans le bol d’un robot sur socle, verser les oeufs et le sucre. Fouetter à haute vitesse pendant 10 minutes. Réduire la vitesse à moyenne intensité et fouetter pendant 10 minutes.

Couper la gousse de vanille en deux, gratter les grains et les ajouter au mélange d’oeufs avec l’eau de fleur d’oranger. Fouetter juste assez pour bien répartir la vanille dans le mélange. Tamiser 1½ tasse ou 200 g de farine au dessus du mélange d’oeufs. Incorporer à l’aide d’une spatule en soulevant la masse des côtés vers le centre comme pour des macarons. Si la pâte semble trop liquide, incorporer graduellement le restant de farine jusqu’à ce que la pâte soit assez dense pour être pochée.

Dans une poche à pâtisserie muni d’une douille lisse, verser la pâte. Préparer quatre ou cinq feuilles de papier parchemin de la taille de votre plaque de cuisson. Sur les papiers parchemin, dresser des biscuits d’environ 1,5 à 1,7 cm (⅝ de pouce) de diamètre en les espaçant de 1,5 cm (⅝ de pouce). Laisser sécher et croûter les biscuits pendant 8 heure, voire toute une nuit, ou jusqu’à ce que la surface soit totalement sèche.

Déposer la plaque de cuisson au four et le préchauffer le four à 160°C (325°F).

Quand le four est chaud, retirer la plaque de cuisson et faire glisser dessus une feuille recouverte de biscuits. Enfourner et cuire pendant 6 à 8 minutes : une collerette doit se former sous les biscuits, mais ces derniers doivent rester blancs. Quand les biscuits sont cuits retirer la feuille sur une surface lisse et résistante à la chaleur. Laisser tiédir pendant 10 minutes. Pendant que les biscuits tiédissent, préparer une autre fournée de biscuits et les cuire sans laisser la plaque tiédir. Déposer les biscuits dans un contenant qui ferme hermétiquement ou les emballer dans des sachets. Déguster avec gourmandise!

*Traditionnellement, on utilise de l’anis vert dans les boutons de culotte, mais le goût anisé ne plaît pas beaucoup dans mon entourage. Si vous voulez réaliser la recette avec de l’anis vert, il vous faudra 2 cuillères à thé ou 5 g. Moudre les graines pour obtenir une poudre la plus fine possible.
**La recette propose d’employer 1 cuillère à thé d’eau de fleur d’oranger. Libre à vous d’augmenter ou de diminuer la quantité de celle-ci.

Au fait, soyez patient au moment du dressage des biscuits : ça m’a pris 20 minutes!

Enrichir…

Récemment, j’ai consulté mon index par catégorie et j’ai été surprise de constater qu’il y avait aussi peu de recettes dans la section pain et viennoiserie. Étonnant, quand on sait que je cuisinais un pain à toutes les semaines… Ce temps est un peu révolu, mais j’espère bien reprendre cette habitude.

Question d’étoffer un peu cette section, je vous propose une viennoiserie : des escargots. Cette recette est tirée du livre Pâtisserie! L’ultime référence de Christophe Felder.

Escargots aux raisins et aux noix
Escargots aux raisins et aux noix
Pour 12 à 15 pains

Pâte
1½ tasse ou 187 g de farine
1 cuillère à soupe ou 12 g de sucre
1 cuillère à thé ou 4 g de sel
3¼ cuillères à thé ou 7 g de lait en poudre
2 cuillères à thé ou 6 g de levure sèche*
½ oeuf ou 1 petit oeuf
¼ de tasse ou 57 g d’eau
⅔ de tasse ou 145 g de beurre non salé, tempéré

Crème pâtissière**
1 tasse ou 250 g de lait
1 cuillère à thé de beurre non salé
½ gousse de vanille ou 1 cuillère à thé d’extrait de vanille
2 jaunes d’oeufs
¼ de tasse ou 50 g de sucre
8 cuillères à thé ou 20 g de fécule de maïs (maïzena)
1 cuillère à soupe de farine

Garniture
½ tasse et 1 cuillère à soupe ou 100 g de raisins secs***
6 cuillères à soupe ou 50 g de noix de Grenoble concassées****

Dorure et finition
¼ tasse ou 50 g de sucre
3 cuillères à soupe et 1 cuillère à thé ou 50 g d’eau
1 cuillère à soupe d’eau de fleur d’oranger
1 oeuf
1 jaune d’oeuf

Pâte
Dans un bol, verser la farine, le sucre, le sel, le lait en poudre et la levure. Ajouter l’oeuf et l’eau. Avec les mains, mélanger les ingrédients. Quand la pâte est homogène, ajouter 1½ cuillère à soupe ou 20 g de beurre (réserver le reste de beurre au frais). Toujours à la main, malaxer la pâte jusqu’à ce que la pâte soit homogène. Envelopper la pâte d’une pellicule plastique et réfrigérer la pâte pendant 90 minutes.

Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser la pâte pour former un rectangle plus long que large d’environ 6 mm (¼ de pouce) d’épaisseur. Déposer le beurre refroidi entre deux morceaux de pellicule plastique et l’étaler pour qu’il puisse recouvrir la moitié de la pâte. Déposer le beurre sur la moitié inférieure de la pâte. Recouvrir le beurre avec la partie supérieure de la pâte; le beurre doit être totalement enveloppé par la pâte. Tourner la pâte d’un quart de tour. Dans le sens de la longueur, étaler la pâte sur une épaisseur de 6 à 7 mm (¼ de pouce). Replier la partie inférieure de la pâte au deux tiers de la longueur de la pâte. Replier la partie supérieur pour qu’elle touche la partie précédemment pliée. Plier le rectangle obtenu en deux sur lui-même pour arriver à quatre couches de pâte qui se superposent. Envelopper la pâte dans une pellicule plastique et la réfrigérer pendant 35 minutes.

Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser de nouveau la pâte sur une épaisseur de 6 à 7 mm (¼ de pouce). Plier un tiers de la pâte, puis l’autre tiers pour obtenir trois couches de pâte superposées. Emballer la pâte dans une pellicule plastique et laisser reposer au réfrigérateur pendant 1 heure.

Crème pâtissière
Dans un chaudron, verser le lait et le beurre. Ajouter la demie gousse de vanille fendue en deux ainsi que les grains de vanille grattés ou l’extrait de vanille. Faire chauffer le mélange.

Dans un bol, fouetter les jaunes d’oeufs avec le sucre. Quand le mélange a pâli, incorporer la fécule de maïs (maïzena) et la farine. Retirer la gousse de vanille du lait. Verser le liquide chaud sur la préparation de jaunes d’oeufs et de sucre en fouettant constamment. Remettre le mélange dans le chaudron et chauffer à feu moyen en brassant sans arrêt jusqu’à ce que la crème épaississe. Verser la crème dans un bol, couvrir de film plastique et réserver au réfrigérateur.

Montage
Toujours sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser la pâte sur une épaisseur de 4 mm (⅛ de pouce). Verser la crème pâtissière sur la pâte et l’étaler uniformément en laissant sur une des longueurs un espace de 1,5 cm (⅝ de pouce) sans crème. Mélanger les raisins et les noix, puis saupoudrer sur la crème. Avec les mains ou un rouleau à pâtisserie, appuyer sur les fruits pour les enfoncer légèrement dans la crème. Badigeonner l’espace sans garniture d’un peu d’eau. Rouler la pâte sur elle-même en commençant par le côté opposé à celui qui vient d’être humidifié. Rouler en serrant le plus possible la pâte et terminer en roulant sur la partie humidifiée pour le sceller. Déposer le rouleau de pâte sur une planche à découper et réserver pendant 30 minutes au congélateur.

Quand la pâte a légèrement durci, la couper en rondelle d’environ 2 cm (¾ de pouce) de large. Déposer les rondelles de pâte sur une (ou plusieurs) plaque de cuisson recouverte de papier parchemin en les espaçant bien. Couvrir lâchement d’une pellicule plastique et laisser lever pendant 2 heures 30 à température ambiante.

Pendant que les viennoiseries lèvent, préparer le sirop. Verser le sucre et l’eau dans un chaudron. Porter à ébullition. Dans que la préparation boue, retirer le chaudron du feu et laisser tiédir. Ajouter l’eau de fleur d’oranger et réserver.

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un petit bol, fouetter le jaune d’oeuf et l’oeuf jusqu’à ce que le mélange soit homogène.

Retirer la pellicule plastique des escargots. S’ils se sont légèrement déroulés en levant, glisser l’extrémité sous la viennoiserie. Badigeonner les escargots avec la préparation d’oeufs et enfourner. Cuire pendant 12 à 15 minutes ou jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés. À la sortie du four, badigeonner de sirop les escargots. Laisser tiédir avant de déguster.

*Il est possible d’utiliser de la levure fraîche. Dans ce cas, il faut 2½ cuillères à thé ou 12 g de levure fraîche.
**Il y aura un peu trop de crème pâtissière. Réserver le surplus pour réaliser des tartelettes ou des verrines.
***Si vous le désirez, utilisez un mélange de différents types de raisins secs.
****Il est possible de remplacer les noix et les raisins secs selon les envies : canneberges séchées, bleuets, noisettes, amandes, pépites de chocolat, etc.

Et vous, boulangez-vous régulièrement?

Le repas où tout est permis ou presque…

Pendant longtemps, le matin, je ne déjeunais pas vraiment. Si, je buvais un verre de lait, c’était beaucoup. Maintenant, sauter le petit déjeuner me semble impossible; pire encore, si je déjeune quelques heures plus tôt que mon heure habituelle, je vais être affamée 2 heures plus tard! Bien sûr, il est possible de suivre les recommandations des guides alimentaires (c’est même ce qu’il y a de mieux), mais ça fait beaucoup pour mon estomac d’avaler un fruit, un produit céréalier (qui ne doit pas être trop sucré idéalement) et un laitage sans parler des éventuelles protéines qu’on peut rajouter. Il y a également une autre théorie, un peu moins diététique, mais qui encourage quand même les gens à manger le matin : manger ce qui nous fait plaisir! Après tout, nous avons toute la journée pour brûler ces calories… il faut quand même éviter les excès et manger selon notre faim (je ne veux pas vous inciter à la débauche alimentaire, il ne faut pas exagérer).

Muffin monday 19Tout ceci pour vous parler de dernier muffins monday qui est organisé par Angélique du Palais des Lys. Le thème est les muffins desserts. Vous voyez où je veux en venir… Et oui, des desserts au déjeuner. Pour choisir mon dessert qui m’a permis d’élaborer ces muffins, j’ai pris le livre de Florence Edelmann, Pâtisserie maison, et ouvert le livre au hasard. La première recette sur la quelle je suis tombée était une de gâteau à la noix de coco et au chocolat… ça manquait un peu de défi pour le jeu. Je recommence et je tombe sur la tarte tropézienne. Là, j’ai accroché : conserver la simplicité du muffin et la combinée avec la longue préparation de cette tarte (ou brioche). Voici donc des muffins tropéziens ou comment rendre une tarte tropézienne rapide.

Perles de sucre sur le dessus des muffins
Muffins tropéziens
Pour 14 muffins

Pâte à muffins
3 tasses ou 360 g de farine
2 cuillères à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
1 tasse ou 200 g de sucre
½ tasse ou 100 g de beurre fondu
2 oeufs
1 pincé de sel
1 tasse ou 250 g de lait
2 cuillères à thé d’extrait de vanille
Sucre en grain pour décorer

Crème pâtissière
½ tasse ou 125 g de lait
1 jaune d’oeuf
7 cuillères à thé ou 30 g de sucre
4 cuillères à thé ou 10 g de farine
½ cuillère à thé d’extrait de vanille

Crème au beurre
¼ de tasse ou 50 g de beurre
1 petit oeuf ou ½ oeuf de gros calibre*
¼ de tasse ou 50 g de sucre
1 cuillère à thé d’eau de fleur d’oranger

⅓ de tasse ou 100 g de crème à 35% de matière grasse ou de crème entière (facultatif)**

Crème pâtissière
Dans un chaudron, verser le lait et porter à ébullition. Retirer du feu et réserver.

Dans un bol, fouetter le jaune d’oeuf avec le sucre jusqu’à ce que la préparation pâlisse. Incorporer la farine. Verser ce mélange dans le lait chaud en fouettant continuellement. Remettre le chaudron sur le feu et porter à ébullition en fouettant régulièrement. Quand le mélange bout, poursuivre la cuisson pendant 2 minutes ou jusqu’à ce que la crème soit nappante et épaisse. Verser la crème dans un bol, couvrir d’un film plastique et réfrigérer au moins 1 heure.

Crème au beurre
Dans un bol, fouetter l’oeuf avec le sucre. Au bain-marie, faire chauffer ce mélange pour s’assurer que le sucre soit complètement dissous. Retirer du bain-marie et fouetter ce mélange pour le refroidir et le faire mousser. Lorsque le mélange a tiédi, ajouter le beurre un morceau à la fois en fouettant continuellement. Ajouter l’eau de fleur d’oranger. Fouetter encore pendant quelques minutes à grande vitesse et réserver à température ambiante.

Pâte à muffins
Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un bol, mélanger la farine, la poudre à pâte et le sel. Réserver.

Dans un autre bol, fouetter les oeufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajouter le beurre fondu et la vanille. Ensuite incorporer en alternance le mélange de farine et le lait.

Placer des caissettes de papier dans les alvéoles du moule à muffin et y répartir la pâte. Saupoudrer les muffins de sucre en grain. Enfourner et cuire pendant 20 à 25 minutes. À la sortie du four laisser tiédir.

Montage
Sortir la crème pâtissière du réfrigérateur, retirer le film plastique et brasser la préparation pour l’assouplir. Incorporer la crème au beurre.Si désiré, fouetter la crème et l’ajouter délicatement au mélange précédent. Réserver au frais.

Découper le sommet des muffins en forme de cône, remplir d’une cuillérée de crème et déguster. Pour la conservation, il y a deux possibilités : soit préparer tous les muffins et les conserver au frais ou les préparer au fur et à mesure en conservant la crème au réfrigérateur et les muffins à la température ambiante.

*Pour la plus part de mes recettes, j’utilise des oeufs de gros calibre (56 g et plus). Cependant, je diminue régulièrement les recettes pour avoir des proportions moindre. Ici pour ne pas avoir trop de crème au beurre ni atlérer sa texture, il faut diviser l’oeuf en deux ou utiliser un oeuf de petit calibre (moins de 53 g).
**Personnellement, je n’ai pas mis de crème dans la préparation, je trouvais la quantité de crème amplement suffisante vu que mon chéri a préféré manger ses muffins natures.

Personnellement, je n’ai pas l’impression d’avoir réalisé des muffins, mais plutôt des petits gâteaux. Si vous voulez aller au plus court, essayez seulement la recette de muffins (ou de petits gâteaux). Ils doivent être très bon avec un peu de confiture… Est-ce un déjeuner intéressant? Et vous, qu’est-ce que vous préférez manger le matin?

Muffin du ramadan

Muffin Monday 17

Depuis quelques temps, j’ai de drôle d’idées culinaires, mais le pire, c’est que je les réalise! De surcroît, mes bizarreries se transforment souvent en muffin! Après mes muffins aux framboises jaunes, voici des muffins au coucous.

Pour ceux et celles qui n’ont pas suivi les résultats du dernier muffin monday, apprenez que mes muffins aux framboises jaunes sont arrivés en troisième position. Ce qui signifie que je fais parti du jury pour la dix-septième édition du muffin monday organisée par Isa de J’en reprendrai bien un bout. Le thème est le ramadan. Voilà qui explique mon idée des muffins au couscous. Maintenant, passons à la recette.

Couscous en muffin
Muffins au couscous et aux dattes*
Pour 4 muffins

½ tasse ou 80 g de couscous
1 tasse ou 230 g de lait
½ cuillère à soupe d’eau de fleur d’oranger
¼ de cuillère à thé de cannelle moulue
¼ de tasse ou 50 g de sucre
¼ de tasse ou 30 g de farine de blé complète**
¼ de tasse ou 25 g de flocons d’avoine (gruau)
½ tasse ou 80 g de dattes
1 oeuf
½ cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
1 pincé de sel

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un chaudron, mélanger le lait, l’eau de fleur d’oranger, la cannelle et le sucre. Chauffer le mélange pour dissoudre le sucre et porter à ébullition. Au première bouillon, éteindre le feu, verser le couscous dans le chaudron, couvrir et laisser reposer pendant 5 à 10 minutes.

Dans un bol, mélanger la farine, les flocons d’avoine, la poudre à pâte et le sel. Réserver.

Hacher grossièrement les dattes. Réserver.

Dans un autre bol, fouetter l’oeuf. Ajouter le couscous et remuer constamment pour éviter de faire cuire l’oeuf. Ajouter le mélange de farine et finalement les dattes.

Beurrer ou placer des caissettes en papier dans les alvéoles d’un moule à muffin (ou moule à petit gâteau). Répartir la préparation dans les alvéoles et enfourner pendant 20 minutes.

*Avant de réaliser cette recette, sachez que ces muffins sont plutôt denses.
**Vous pouvez substituer la farine de blé complète par de la farine régulière, mais dans cette préparation, on ne distingue pas le goût de la farine de blé.

J’espère que vous serez nombreux à participer, vous avez jusqu’au 15 octobre minuit (ou jusqu’à 18 heure au Québec). Bonne chance.