Mot-clé : tomate

Ces petits restes…

Nous avons tous des faiblesses quand vient le moment d’éviter le gaspillage alimentaire. Certains gèrent mieux que d’autres, mais il y a toujours un ingrédient ou un restant de repas qui nous laisse perplexe. Pour moi, les tortillas entrent dans cette catégorie. Entre les wraps et les tacos, il n’est pas rare qu’il en reste un ou deux et je ne savais jamais quoi en faire.

Récemment, j’ai vu une vidéo qui m’a donné une idée pour les employer : il suffit d’en faire des pizzas pochettes! Comme plusieurs au Québec, j’en ai mangé pendant mon adolescence, mais je n’en garde pas un très bon souvenir. Cependant, cette version maison et express m’a beaucoup plu : c’est meilleur au goût et bien plus santé que la version commerciale. Bref, j’ai trouvé la solution pour éviter le gaspillage de tortillas chez moi.

Pizza pochette express
Pizza pochette express
Pour 1 personne*

1 grande tortilla
2 cuillères à thé de sauce tomate
3 à 4 tranches de salami ou de chorizo**
1 à 2 cuillères à soupe de fromage râpé
1 à 2 pincées d’origan séché
1 pincé de basilic séché

Sur un plan de travail, placer la tortilla et étaler au centre la sauce tomate. Saupoudrer d’origan et de basilic. Répartir les tranches de salami et couvrir avec le fromage.

Rabattre le tiers inférieur de la tortilla pour couvrir la garniture. Répéter l’opération avec les 3 autres côtés.

Pour la cuisson, il y a deux possibilités : au grille-pain ou au four. Pour la cuisson au grille-pain, il suffit simplement de glisser le tortilla dans le grille-pain. Veillez à ne pas trop garnir la pizza pochette pour éviter les débordements pendant la cuisson.

Pour la cuisson au four, préchauffer le four à 200°C (400°F) avant de préparer la pizza pochette. Déposer la pizza pochette dans une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin et enfourner pendant 10 minutes.

Déguster avec plaisir.

*Vous pouvez multiplier les quantités selon vos envies.
**Il est possible de remplacer la garniture selon vos goûts : jambon cuit ou cru, poêlé de poivrons, champignons, bacon cuit, saumon cuit, etc.

Et vous, quel aliment avez-vous de la difficulté à ne pas gaspiller?

Il y a bien longtemps…

Je ne sais pas si vous vous rappelez, mais pendant l’un des premiers Euro que j’ai vu, mon chéri et moi, choisissions le gagnant de différentes qualifications et nous cuisinions un plat de ce pays. Je me rappelle que je n’avais pas eu beaucoup de chance à ce petit jeu contrairement à mon chéri qui était tombé sur l’Espagne. Sans hésitation, il avait préparé une paëlla… à sa façon. C’est une recette qui est restée dans nos habitudes et qui a légèrement changée au fil des ans.

Pourtant, même si nous aimons bien cette recette, je n’ai jamais osé la publier. Bien sûr, elle est loin des manières de faire des classiques paëllas (et oui, il existe des tonnes de versions et de façon de faire selon les familles et les différentes régions), mais pourquoi se restreindre? Je vous propose donc la fausse paëlla de Monsieur.

Fausse paëlla de Monsieur
Fausse paëlla de Monsieur
Pour 3 personnes

1 cuillère à soupe d’huile d’olive
200 g de poitrine de poulet
1 oignon
½ poivron orange
¾ de tasse ou 112 g de petits pois
1 cuillère à thé d’origan séché
½ cuillère de paprika
¼ de cuillère à thé de sel
¼ de cuillère à thé de poivre
¼ cuillère à thé de curry doux*
⅓ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 70 g de riz à grain long
¾ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 200 g de bouillon
  de poulet
⅔ de tasse moins 1 cuillère à soupe ou 150 g d’eau
⅓ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 100 g de coulis
  de tomates
Sel et poivre pour assaisonner le poulet

Couper la poitrine de poulet en petits dés.

Hacher l’oignon et couper le poivron en petits dés.

Dans une grande poêle ou un wok, verser l’huile et la faire chauffer. Quand l’huile est bien chaude, ajouter le poulet et le faire revenir. Saler et poivrer. Quand le poulet est bien doré, retirer de la poêle et réserver.

Dans la même poêle, ajouter l’oignon et le poivron. Cuire jusqu’à ce que l’oignon soit translucide. Ajouter les petits pois, l’origan, le paprika, le sel, le poivre, le curry doux et le riz. Poursuivre la cuisson pendant 1 minute. Ajouter le bouillon de poulet, l’eau et le coulis de tomates. Porter à ébullition. Couvrir, réduire le feu et laisser mijoter pendant 15 minutes**. Servir et déguster avec plaisir.

*Vous pouvez remplacer le curry par du curcuma.

Et vous, est-ce que vous avez déjà cuisiné une paëlla de manière classique ou non?

Le retour du soleil!

Avec la pluie et les températures plus fraîches des dernières semaines, j’ai entendu plusieurs personnes faire des plaisanteries comme quoi nous étions en automne ou en hiver. En général, j’essaie d’apprécier les saisons telles qu’elles sont, mais j’avoue que le retour du soleil me fait grandement plaisir. En prime la semaine prochaine, il y a plusieurs activités organisées avec l’association de parents d’élèves et nous craignions de devoir annuler les activités. J’espère que les enfants qui participeront à cette semaine auront beaucoup de plaisir.

En attendant, je vous propose une recette à réaliser à la mijoteuse : un plat réconfortant pour les jours de pluie et un plat qui convient tout autant lorsqu’on passe peu de temps à la maison. Il s’agit de pâtes à la sauce tomate, jarret de porc et boulettes de saucisses à la mijoteuse. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 19, numéro 2.

Pâtes à la sauce tomate, jarret de porc et boulettes de saucisses à la mijoteuse
Pâtes à la sauce tomate, jarret de porc et boulettes
de saucisses à la mijoteuse

Pour 6 à 8 personnes

Sauce
1 kg de jarret de porc
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
1 oignon
1 branche de céleri
1 carotte
2 gousses d’ail
85 g de pancetta en dés
¼ de tasse ou 62 g de vin rouge
1 conserve de 796 ml (28 onces) ou 800 g de tomates
  entières
2½ tasse ou 625 g de coulis de tomate
½ tasse ou 125 g de bouillon de poulet
1 cuillère à thé d’origan séché
½ cuillère à thé de flocons de piment broyé

Boulettes de saucisses
2 saucisses italiennes, de Toulouse, aux herbes etc.
1 tranche de pain blanc
2 cuillères à soupe ou 30 g de lait
2 cuillères à soupe de persil frais ciselé
2 cuillères à soupe de fromage parmesan frais râpé (facultatif)
6 portions ou 450 g de pâtes
Sel et poivre

Sauce
Au robot culinaire muni d’une lame en « s » ou au couteau, hacher finement l’oignon, le céleri, la carotte et l’ail.

Dans une poêle, chauffer l’huile d’olive. Quand le corps gras est bien chaud, dorer les jarrets de porc pendant 3 à 5 minutes de chaque côté. Saler et poivrer. Déposer les jarret dans la mijoteuse.

Dans la même poêle, dorer la pancetta pendant 2 minutes. Ajouter les légumes et les faire revenir pendant 5 minutes. Déglacer avec le vin et laisser réduire aux trois quarts. Saler et poivrer. Verser le contenu de la poêle dans la mijoteuse. Verser les tomates entières en prenant soin de les défaire avec les mains, le coulis de tomate, le bouillon de poulet, l’origan et les flocons de piment. Bien mélanger et cuire pendant 6 heures à haute température (hight) ou 8 heures à basse température (low).

Boulettes de saucisses
Hacher finement le pain et le déposer dans un bol. Ajouter le lait, le persil et le fromage. Retirer la chair de saucisses des boyaux et l’ajouter dans le bol. Bien mélanger. Façonner des boulettes avec ce mélange. Ajouter les boulettes dans la mijoteuse 1 heure avant la fin de la cuisson.

Quand la sauce a fini de mijoter, désosser et dégraisser les jarrets de porc. Remettre la viande dans la mijoteuse.

Porter à ébullition une casserole remplit d’eau. Saler généreusement l’eau quand elle bout. Ajouter les pâtes et cuire selon les indications du fabriquant. Quand les pâtes sont cuites, les égoutter et les ajouter à la sauce. Mélanger et servir. Déguster avec plaisir.

Ne cherchez pas les boulettes sur les photos! Avec la quantité de sauce, j’ai pu faire plusieurs repas. Par contre, toutes les boulettes avait disparu après la première dégustation où je n’ai pas pris le temps de faire des photos…

Des fleurs et des fleurs

Dès que j’ai débuté mes plates-bandes, je me doutais que ce serait un travail qui ne s’arrêterait jamais. Il y a toujours les mauvaises herbes et surtout les pucerons! Ma lutte contre ces derniers depuis le début de la belle saison me fait hésiter sur l’ajout d’un rosier sur tige. Rien ne presse et peut-être que l’année prochaine, je sauterai le pas, mais pour l’instant, je n’en ai plus envie. J’ai ajouté un dahlia et un delphinium. J’aime beaucoup ces fleurs qu’on peut couper pour faire des bouquets et j’imagine déjà ajouter des plants l’an prochain. Après ma grande hésitation du moment, c’est l’eucalyptus. Depuis que j’ai entendu dans une émission de télé qu’on pouvait en planter dans nos régions, j’en rêve! Par contre, l’eucalyptus s’approche plus d’un arbre… Il peut faire 1 mètre (3 pieds et 3 pouces) de diamètre et jusqu’à 5 mètres (16 pieds et 5 pouces) de haut!

En attendant que je me décide, je vous propose une recette végétalienne de tofu au curry. J’ai pris cette recette dans le livre de Loounie cuisine.

Curry de chou-fleur au tofu
Curry de chou-fleur au tofu
Pour 3 personnes

200 g de tofu ferme ou extra-ferme*
½ cuillère à soupe de sauce soja
½ cuillère à soupe de jus de citron ou de vinaigre de cidre
½ cuillère à soupe de sirop d’érable
¼ à ⅓ de tasse ou 15 à 20 g de levure alimentaire
  en flocons**
½ cuillère à soupe d’huile végétale
1 cuillère à thé de gingembre frais râpé
1½ cuillère à soupe de pâte de curry rouge
½ cuillère à thé de curcuma moulu
1 oignon, haché
2 tasses ou 200 g de chou-fleur*** en petits bouquets
½ cuillère à soupe de sirop d’érable
½ cuillère à soupe de jus de lime
2 cuillères à soupe d’eau
¾ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 200 g de sauce tomate
   ou de tomate en dés
¾ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 200 g de lait de coco
Sel
Arachides ou noix de cajou, au goût (facultatif)

Éponger le tofu pour retirer le plus d’eau possible. Avec les doigts, défaire le tofu en morceaux.

Dans un bol, mélanger la sauce soja, le jus de citron et le sirop d’érable. Ajouter le tofu et bien mélanger. Si désiré, laisser mariner le tofu pendant 4 à 12 heures**** au réfrigérateur.

Préchauffer le four à 190°C (375°F).

Ajouter la levure alimentaire au tofu et bien mélanger.

Déposer le tofu sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin ou d’un tapis en silicone. Enfourner et cuire pendant 25 minutes ou jusqu’à ce que le tofu soit bien doré.

Pendant que le tofu cuit au four, préparer la sauce du curry. Dans une casserole, chauffer l’huile et ajouter le gingembre. Faire revenir pendant 1 minute. Ajouter la pâte de curry et le curcuma, poursuivre la cuisson pendant 1 minute. Ajouter l’oignon et cuire pendant 2 minutes.

Ajouter le chou-fleur, le sirop d’érable, le jus de lime, l’eau et la sauce tomate. Porter à ébullition, réduire le feu, couvrir et laisser mijoter pendant 8 minutes.

Ajouter la lait de coco et laisser mijoter à découvert pendant 7 minutes. Ajouter le tofu et bien mélanger. Saler au goût. Servir et garnir d’arachides. Déguster avec plaisir.

*Au Québec, il y a plusieurs textures possible dans les tofus : ferme, extra-ferme, mi-ferme, mou, soyeux, crémeux, etc. En Suisse, on trouve généralement le tofu ferme dans les rayons réfrigérés dédiés aux alimentes végétariens… et il n’y a pas d’autres textures disponible en générale dans cette section.
**La levure alimentaire ou nutritionnelle n’est pas la levure que l’on utilise pour faire du pain (et encore moins la levure chimique utilisée en pâtisserie). En Suisse, on trouve la levure alimentaire dans les pharmacies ou les magasins d’alimentation spécialisés. Au Québec, elle se trouve de plus en plus facilement dans les épiceries.
***Vous pouvez remplacer la moitié du chou-fleur par un autre légume : petits pois, pois mange-tout, poivron, etc.
****Moi, je préfère quand le tofu a mariné plusieurs heures, mais libre à vous d’omettre cette étape.

Et vous, comment se portent vos plates-bandes?

La faune locale

Ce vendredi, j’ai eu le plaisir de rencontrer un biologiste spécialiste de la grande faune et des traces. La discussion était des plus intéressantes et j’ai été émerveillée par tout son savoir. Je me rends compte à quel point j’en connais peu sur la faune locale et aussi que j’oublie facilement la présence de certains animaux. Dans la région, il y a des lynx, des hermines, des blaireaux, des chevreuils, des cerfs, des bouquetins, des chamois, des loups, des marmottes, etc. Au Québec, on trouve des cerfs de Virginie, mais on utilise plutôt le nom de chevreuil… Lorsqu’il m’a dit qu’un chevreuil mâle pèse au maximum 30 kg alors qu’un cerf mâle pèse autour des 200 kg, je me suis demandée comment une telle méprise était possible. Bref, pouvoir rencontrer un tel spécialiste est une chance, car il y a beaucoup plus à apprendre que ce que les livres ou les documentaires nous expliquent.

Dans un registre qui n’a rien avoir, je vous propose une recette végétarienne : une casserole de lasagne. J’ai vu cette recette sur le blog de Jasmine Cuisine.

Casserole de lasagne végane
Casserole de lasagne végane
Pour 3 à 4 personnes

2 cuillères à soupe d’huile d’olive
1 oignon
2 branches de céleri
1 carotte
300 g de fausse viande style Beyond Meat*
1 cuillère à soupe d’origan séché
1 cuillère à soupe de basilic séché
2 pincées de piment de Cayenne**
2 pincées de sucre (facultatif)
2 tasses ou 500 g de sauce tomate
2 tasses ou 500 g de bouillon de légumes
2 portions ou 140 g de pâtes à lasagne ou de mafaldine,
  cassées en morceaux
Sel et poivre

Éplucher l’oignon et la carotte. Couper l’oignon, la carotte et le céleri en petits dés.

Verser l’huile dans une casserole et la chauffer. Quand le corps gras est bien chaud, ajouter les légumes et les cuire pendant 5 minutes. Ajouter la fausse viande et la cuire jusqu’à ce qu’elle soit dorée. Ajouter l’origan, le basilic, le piment de Cayenne et le sucre. Bien mélanger.

Verser la sauce tomate et le bouillon de légumes. Ajouter les pâtes et porter à ébullition. Réduire le feu, couvrir et laisser mijoter pendant 20 minutes ou jusqu’à ce que les pâtes soient cuites à votre goût. Saler et poivrer. Servir et déguster avec plaisir.

*Vous pouvez remplacer la fausse viande par des protéines végétales texturées. Dans ce cas, il faudra les ajouter 10 minutes avant la fin de la cuisson des pâtes.
**Il est possible de doubler d’augmenter la quantité de piment de Cayenne.

Et vous, connaissez-vous bien les animaux qui vivent dans votre région?