Mot-clé : rhum

Varier, mais…

Il y a des viandes où l’on varie facilement les sauces et les façons de les cuisiner et il y en a d’autres, où on a beaucoup plus de mal à se détacher de certaines saveurs. Dans mon cas, la viande que j’ai le plus de mal à sortir d’un certain style de saveur, c’est les côtes levées. Je ne sais pas pourquoi, j’ai autant de peine à expérimenter avec cette viande et pourtant ce n’est pas les recettes qui manquent pour varier. Peut-être parce que la première fois que j’ai essayé une recette de côtes levées autre que barbecue, j’ai été déçue? Je ne me souviens pas, pourtant, ça fait longtemps que j’hésite à travailler autrement les côtes levées. Peut-être pendant cet été…

En attendant, je vous propose une nouvelle recette de côtes levées. J’ai pris cette recette sur le blog de Petits pêchés et délices… elle patientait dans mes archives depuis plusieurs années!

Côtes levées des Îles
Côtes levées des Îles
Pour 2 à 3 personnes

700 g de côtes levées
½ tasse ou 125 g de sauce chili
¼ de tasse ou 80 g de miel
2 cuillères à soupe de moutarde de Dijon
2 cuillères à soupe de rhum ou de brandy
2 cuillères à soupe de sauce soja

Déposer les côtes levées dans un grand chaudron et couvrir d’eau froide. Porter à ébullition. Écumer la mousse grisâtre. Laisser mijoter pendant 1 heure. Égoutter les côtes levées et réserver.

Dans un bol, mélanger le sauce chili, le miel, la moutarde de Dijon, le rhum et la sauce soja. Ajouter les côtes levées et bien les enrober de marinade. Couvrir et laisser mariner au réfrigérateur pendant 4 heures ou toute une journée.

Préchauffer le four à 190°C (350°C).

Sur une plaque de cuisson couverte de papier de papier parchemin, déposer les côtes levées et les badigeonner avec la marinade. Enfourner pendant 10 minutes. Badigeonner la viande avec le restant de marinade. Laisser cuire encore 10 minutes et badigeonner la viande de nouveau. Laisser cuire une dernière fois pendant 10 minutes. Pendant les 10 dernières minutes de cuisson. Servir et déguster avec plaisir.

Bonne fin de journée!

Ce n’est pas vert…

Le paysage est de nouveau enneigé… d’accord, c’est surtout sur les montagnes, mais les températures se sont bien refroidies en plaine également. De plus, je me demande si les bourgeons de l’abricotier ne vont pas geler pour la seconde fois. Bref, nous sommes loin du joli vert Irlandais dans nos paysage. Encore une fois, je n’ai pas préparé de recette particulière pour la Saint-Patrick… D’un autre côté, je ne pense pas plus à préparer quelque chose de particulier pour la Saint-Jean qui est portant une fête encore plus significative pour moi.

En cette journée de la Saint-Patrick, je vous propose une recette de brioches croustillantes. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 19, numéro 1.

Brioches croustillantes
Brioches croustillantes
Pour 12 brioches individuelles

Brioches
⅓ de tasse ou 60 g d’écorces d’agrumes confites*
⅓ de tasse ou 45 g de raisins secs
1 cuillère à soupe de rhum brun
¾ de tasse ou 187 g de lait tiède
½ cuillère à soupe de levure instantanée
2 oeufs
2 cuillères à soupe d’huile végétale
2 cuillères à thé d’extrait de vanille
2 cuillères à thé d’eau de fleur d’oranger ou de zestes
  d’orange
3¼ à 3½ tasse ou 490 g de farine
½ tasse ou 100 g de sucre
1 cuillère à thé de sel
½ tasse ou 110 g de beurre non salé, tempéré

Enrobage
¼ de tasse ou 55 g de beurre non salé, fondu
½ tasse ou 100 g de sucre
Sucre supplémentaire pour saupoudrer les brioches

Brioches
Dans un bol, mélanger les écorces d’agrumes, les raisins secs et le rhum. Laisser macérer pendant 15 minutes.

Dans un autre bol, mélanger le lait et la levure. Laisser reposer pendant 5 minutes. Ajouter les oeufs, l’huile, la vanille et l’eau de fleur d’oranger.

Dans un grand bol, verser la farine, le sucre et le sel. Verser la préparation contenant la levure et mélanger jusqu’à ce que la pâte commence à se former. Incorporer graduellement le beurre, puis pétrir la pâte pendant 5 minutes. La pâte sera molle et légèrement collante. Ajouter les écorces d’agrumes, les raisins secs et le rhum. Mélanger de nouveau. Couvrir le bol d’une pellicule plastique et laisser lever pendant 8 heures ou toute une nuit à température ambiante.

Enrobage
Dans un bol, verser le beurre fondu. Dans un autre bol, verser le sucre.

Dans du papier parchemin, couper 12 carrés de 15 cm (6 pouces) de côté.

Sur un plan de travail légèrement enfariné, verser la pâte et la couper en 12 morceaux . Façonner chaque morceaux en boule. Tremper chaque boule de pâte dans le beurre fondu, puis dans le sucre**. Déposer les boules de pâte sur un carré de papier parchemin, puis les déposer dans les alvéoles d’un moule à muffin.

Laisser lever pendant 45 minutes ou jusqu’à ce que les brioches doubles de volume dans un endroit à l’abri des courants d’air.

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Saupoudrer d’un peu de sucre les brioches. Déposer le moule à muffin sur une plaque de cuisson et enfourner. Cuire pendant 25 à 27 minutes ou jusqu’à ce que les brioches soient bien dorées. À la sortie du four, démouler les brioches et, si possible, les déposer sur une grille pour les laisser totalement refroidir. Déguster avec gourmandise.

*Vous pouvez remplacer les écorces d’agrumes confites et les raisins secs par des fruits séchés (canneberges, bleuets, myrtilles, dattes, figues, etc.), par des noix ou du chocolat.
**S’il reste du sucre, vous pouvez le saupoudrer sur les brioches. Si vous en manquez, ajouter un peu de sucre, mais faites attention de ne pas trop mettre de sucre sur les brioches : le résultat sera trop sucré et moins intéressant.

Joyeuse Saint-Patrick qu’il y ait du vert ou non autour de vous!

Mirabel – Rome

Il y a fort longtemps, il existait deux aéroports dans la région montréalaise. Dorval sur île de Montréal, qui aujourd’hui porte l’étrange nom de « PET » pour Pierre-Elliott-Trudeau et qui heureusement à l’international s’abrège « YUL ». L’autre s’appelait Mirabel et se trouvait dans la ville du même nom un peu au Nord-Ouest de Montréal. Mirabel a changé de vocation : elle sert d’avantage pour des tests aéronautiques, pour l’entretien des avions et pour transporter du fret. Pour plusieurs le nom de Mirabel ne fait plus penser à l’aéroport et même qu’il est davantage associé à la culture hydroponique de laitue.

Quand ma belle-mère m’a donné des prunes mirabelles, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à l’aéroport. J’ai choisi de transformer mes mirabelles en confiture et comme j’ai ajouté du rhum dans ma recette… Donc l’association de Mirabel-Rome était simple à faire! Bref, je dois avoir besoin de vacances. Pour cette confiture, je me suis inspirée de recettes dans le livre Mes p’tites confitures de Bernard Le Gulvout

Confiture de mirabelles et rhum
Confiture de mirabelles et rhum*
Pour 5 à 6 pots de 250 ml

5⅔ tasses ou 1 kg de mirabelles
3½ tasses ou 700 g de sucre
½ citron pour le jus
½ gousse de vanille (facultatif)
2 à 3 cuillères à soupe de rhum
¾ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 200 g d’eau
1 cuillères à thé de beurre
1 cuillère à soupe de vinaigre

Dénoyauter les mirabelles et les couper en quatre. Réserver.

Dans une grande casserole, verser la moitié de l’eau, 1 tasse ou 200 g de sucre et le vinaigre. Sans remuer, cuire le mélange jusqu’à ce qu’il prenne une couleur ambrée (un doré un peu brun). Retirer la casserole du feu. Ajouter le beurre et l’eau.

Verser dans la casserole les mirabelles, le sucre restant et le jus de citron. Ajouter la gousse de vanille fendue en deux ainsi que les grains de vanille grattés. Mélanger, remettre sur le feu et porter à ébullition. Laisser mijoter jusqu’à ce que l’écume retombe et que les bulles formées par l’ébullition ressemblent à des yeux de poisson.

Vérifier la cuisson en déposant 1 cuillère à thé de confiture dans une des assiettes réservées au congélateur. Remettre l’assiette au congélateur pendant 2 minutes. Pousser la confiture avec un doigt et si elle forme des rides**, c’est qu’elle est prête. Sinon, poursuivre la cuisson et répéter le test jusqu’à ce que la confiture atteigne le point de gélification.

Retirer la confiture du feu et remuer pendant deux minutes. Retirer la gousse de vanille. Mixer la confiture, si désiré, puis ajouter le rhum et mélanger. Laisser reposer encore 3 minutes en brassant de temps en temps.

Mettre dans des pots stérilisés***, si désiré, en laissant 0,5 cm (¼ de pouce) d’espace sous le goulot. Stériliser ensuite les pots pendant 10 minutes dans de l’eau bouillante. Déguster au moment désiré.

*Mon idée initiale était de réaliser une confiture de mirabelles au caramel. Comme j’ai oublié le jus de citron dans ma confiture et que je n’ai pas fait assez cuire mon caramel, le goût du caramel est très discret. Je vous propose quand même la méthode que j’ai employé pour cette confiture.
**En lisant, vous ne comprendrez peut-être pas l’aspect que doit avoir la confiture, mais en exécutant le test, vous identifierez facilement quand la confiture aura des « rides » et sera prête.
***Pour la méthode de stérilisation, je vous propose de lire cet article ou celui-ci. Si vous ne voulez pas stériliser vos pots, les conserver au réfrigérateur et les déguster rapidement ou les congeler, mais je n’ai aucune idée de l’incidence de la congélation sur le goût et la texture de la confiture.

Et vous, est-ce que vous connaissez une ville ayant eu un aéroport et que celui n’est plus en activité maintenant?

Presqu’à l’heure…

C’est demain que Mini-nous reprend le chemin de l’école et que je vais reprendre une certaine routine : celle de me lever plus tôt le matin! Hier, je n’avais pas mis mon réveil et en ouvrant les yeux ce matin, j’ai constaté que je n’avais que 5 minutes de retard sur mon horaire de demain. J’espère seulement que mon corps sera aussi coopératif demain…

En attendant, je vous propose une recette de gâteau qui se prépare avec des ingrédients que l’on a presque toujours à la maison : un gâteau napolitain. En prime, si vous voulez donner une forme particulière à ce gâteau pour une fête, il se découpe très bien et garde des bord bien droit. J’ai pris cette recette sur le blog d’Audrey cuisine.

Gâteau napolitain
Gâteau napolitain
Pour 12 à 16 personnes

Sirop (facultatif)
6½ cuillères à soupe ou 80 g de sucre
⅓ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 100 g d’eau
2 cuillères à soupe de rhum ou de rhum parfumé*

Génoise au cacao
5 cuillères à soupe ou 45 g de farine
2½ cuillères à soupe ou 15 g de cacao
⅓ de tasse moins 1 cuillère à thé ou 60 g de sucre
2 oeufs
1 pincée de sel

Génoise à la vanille
¾ de tasse et 2 cuillères à soupe ou 120 g de farine
½ tasse et 1½ cuillère à soupe ou 120 g de sucre
4 oeufs
1 gousse de vanille ou 1 cuillère à thé d’extrait de vanille
1 pincée de sel

Ganache au chocolat
100 g (3,5 onces) de chocolat pralinée ou de chocolat au lait
100 g (3,5 onces) de chocolat noir
½ tasse ou 125 g de crème à 35 % ou entière
Glaçage au choix** (facultatif)

Sirop
Dans une casserole, verser le sucre et l’eau. Porter à ébullition sans brasser. Quand le liquide bout, ajouter le rhum et retirer du feu. Verser le sirop dans un bol et laisser totalement refroidir.

Génoise au cacao
Préchauffer le four à 180°C (350°F). Tapisser une plaque de cuisson de papier parchemin.

Dans un bol, mélanger la farine, le cacao et le sel.

Dans un autre bol, fouetter les oeufs avec le sucre jusqu’à ce que la préparation palisse et double de volume. Incorporer délicatement la préparation de farine. Verser la pâte sur la plaque de cuisson et l’étaler. La pâte doit occuper environ la moitié de la plaque de cuisson. Enfourner et cuire pendant 15 minutes. Démouler le gâteau et le laisser totalement refroidir.

Génoise à la vanille
Préchauffer le four à 180°C (350°F). Tapisser une plaque de cuisson de papier parchemin.

Dans un bol, fouetter les oeufs avec le sucre ainsi que les grains de la gousse de vanille jusqu’à ce que la préparation palisse et double de volume. Incorporer délicatement la farine et le sel. Verser la pâte sur la plaque de cuisson et l’étaler. La pâte doit occuper toute la surface de la plaque de cuisson. Enfourner et cuire pendant 15 minutes. Démouler le gâteau et le laisser totalement refroidir.

Ganache au chocolat
Couper les chocolats en petits morceaux et les déposer dans un bol.

Dans une casserole, chauffer la crème. Dès que la crème bout, retirer du feu et verser sur les chocolats. Laisser reposer 1 minute, puis mélanger pour rendre la préparation homogène. Couvrir la ganache d’une pellicule plastique et réfrigérer la ganache pendant 1 heure.

Montage
Découper la génoise à la vanille en deux rectangles de même taille. Découper la génoise au cacao pour qu’elle soit également à la même taille que les génoises à la vanille.

Déposer une des génoises à la vanille sur un plat de service. Badigeonner la génoise de sirop au rhum. Verser la moitié de la ganache et la répartir uniformément sur toute la surface. Déposer la génoise au cacao et la badigeonner de sirop. Verser le restant de la ganache et la répartir uniformément sur le gâteau. Déposer la dernière génoise à la vanille et la badigeonner de sirop. Glacer le gâteau si désiré. Déguster avec gourmandise.

*Pour réaliser un rhum parfumé, il suffit d’ajouter des épices (gousses de vanille, cannelle, cardamome, etc.) dans du rhum et de le laisser reposer pendant 1 semaine, idéalement 1 mois.
**Moi, j’ai choisi de réaliser un glaçage au beurre à la vanille, mais vous pouvez utiliser un glaçage royal ou tout autre idée.

Et vous, est-ce que votre réveil s’est modifié ces derniers temps?

Guide cadeaux

Je ne sais pas si vous avez déjà trouvé tous vos cadeaux de Noël, mais au cas où, je vous propose quelques pistes de réflexion.

Mon lieu de prédilection pour trouver un cadeau, c’est une librairie! Il existe tellement de livres : les romans, les bibliographies, les livres de loisirs, les livres sur les sports ou la musique ou la beauté, les bandes dessinées, les mangas ou les livres pour les enfants et les adolescents, etc. Difficile de croire qu’il n’y aura pas un article pour vous séduire. De plus, dans la majorité des librairies, il y a une section avec des articles diverses qui pourraient également vous plaire.

Dans un autre ordre d’idée, on n’y pense pas nécessairement mais que vous soyez minimaliste, que vous souhaitez réduire le bric-à-brac de vos enfants ou que vous ne savez jamais quoi acheter dans les magasins, il existe les cadeaux immatériels! Il y en a pour tous les goûts et pour tous les âges : des billets pour un cirque, un spectacle familiale (par exemple Disney sur glace, Casse-noisette, etc.), un show d’humour, un chanteur ou un groupe de musique, le cinéma (pensez à l’adolescent à qui vous ne savez jamais quoi proposer!), etc. Ce n’est pas à votre goût? Dans ce cas, il existe des cours ou des ateliers (de cuisine, de peinture, de calligraphie, de programmation, de langue, etc.); un abonnement chez un fleuriste pour recevoir un bouquet par mois pendant 2 mois ou 1 année; une styliste pour magasiner des vêtements; une séance photo; un bon chez une esthéticienne ou pour une manucure ou un massage; des entrées pour le spa; un abonnement à un club de golf; un vol en hélicoptère; une soirée dans une « escape room »; une carte cadeau Nexflix ou autre; un abonnement à un magazine ou à une box… et encore bien d’autres possibilités!

Un truc que les enfants inscrivent très rarement sur leur liste de cadeaux : les jeux de société. Il en existe tellement alors pourquoi ne pas nous y attarder quelques instants. Mini-nous a reçu « Fait ta valise » qui est génial pour la famille… et l’enfant peut également jouer seul! Le jeu Cat Stax a également eu du succès dans mon entourage; il existe aussi la version Dog Pile pour les amoureux des chiens.

Après, une suggestion un peu plus spécifique : le kit iFixit Pro. Je suis tombée en amour avec ces outils et pourtant, je n’ai jamais assemblé un ordinateur et je ne compte pas démonter un natel (ou cellulaire). Pourquoi j’aime ce produit? Il a tous les embouts de tournevis que vous pouvez avoir besoin dans une maison et même plus! Dans la maison, j’avais deux portes-serviettes qui étaient chambranlants. En désespoir de cause, j’ai mis le nez dans le kit iFixit de mon chéri et je suis tombée sur l’embout le plus improbable qui correspondaient parfaitement au vis de mes portes-serviettes! Définitivement, le kit à ajouter dans ses outils.

Pour rester dans les longs textes, je vous propose une recette de bûche de Noël. Il y a beaucoup d’étapes, mais c’est plus simple qu’on le pense. Je vous présente une bûche à l’ananas, lime et noix de coco de Christophe Felder et Camille Lesecq tirée de leur livre Bûches.

Bûche coco câline (ananas, lime et noix de coco)
Bûche coco câline (ananas, lime et noix de coco)
Pour 8 à 10 personnes

Compotée d’ananas et de lime
1¾ tasse ou 325 g d’ananas en boîte en gros morceaux
  et égouttés*
½ lime pour le zeste
¾ de cuillère à thé de gélatine en poudre
  ou 1 feuille de gélatine (2 g)
⅓ de tasse moins 1½ cuillère à thé ou 60 g de sucre
1 cuillère à thé ou 4 g de rhum

Crème lime-ananas
1½ cuillère à thé de gélatine en poudre
  ou 2 feuilles de gélatine (4 g)
½ tasse ou 100 g d’ananas frais
⅓ de tasse ou 80 g de jus de lime
1 lime pour le zeste
1 oeuf extra gros ou 70 g d’oeufs
   (⅓ de tasse moins 1 cuillère à soupe)
1 jaune d’oeuf
¼ de tasse et 1¼ cuillère à thé ou 55 g de sucre
⅓ de tasse ou 70 g de beurre non salé, froid
1 cuillère à thé ou 4 g de rhum

Croustillant au praliné
25 g (1 once) de chocolat blanc
⅓ de tasse ou 125 g de praliné ou de Nutella (ou une autre
  pâte à tartiner aux noisettes)
¾ de tasse et 2 cuillères à soupe ou 70 g de Gavottes
  ou de biscuits dentelles émiettés**

Gâteau à la noix de coco
⅓ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 100 g de blancs d’oeufs
¼ de tasse ou 50 g de sucre
6 cuillères à soupe ou 45 g de poudre d’amandes
6½ cuillères à soupe ou 45 g de noix de coco râpée
⅓ de tasse et 2 cuillères à thé ou 75 g de cassonade
  ou de sucre roux
2½ cuillères à soupe ou 20 g de farine

Mousse coco
2¼ cuillères à thé de gélatine en poudre
  ou 3 feuilles de gélatine (6 g)
½ tasse moins 1 cuillère à thé ou 120 g de lait de coco
210 g (7 onces) de chocolat blanc à 35 % de cacao
1 tasse ou 250 g de crème à fouetter ou entière

Glaçage neutre
3¾ cuillères à thé de gélatine en poudre
  ou 5 feuilles de gélatine (10 g)
⅔ de tasse moins 1 cuillère à soupe ou 150 g d’eau
1 tasse ou 200 g de sucre
¼ de lime pour le zeste
1 cuillère à thé d’extrait de vanille
Colorant alimentaire vert***

Compotée d’ananas et de lime
Dans un bol, faire gonfler la gélatine en poudre dans 2 cuillères à thé d’eau froide ou faire tremper la feuille de gélatine dans un bol d’eau froide. Réserver.

Couper l’ananas en petits cubes. À l’aide d’un pied-mélangeur ou autre, mixer la moitié de l’ananas en purée lisse.

Dans une casserole, verser l’ananas en purée et ajouter le zeste de lime et le sucre. Porter à ébullition. Quand le mélange bout, retirer du feu et ajouter la gélatine (si la gélatine est en feuille, bien l’essorer avant de l’incorporer). Verser le rhum et ajouter des petits dés d’ananas. Verser le mélange dans un moule long et étroit en silicone****. Placer au congélateur pendant au moins 6 heures ou plus.

Crème lime-ananas
Dans un bol, faire gonfler la gélatine en poudre dans 1 cuillère à soupe d’eau froide ou faire tremper les feuilles de gélatine dans un bol d’eau froide. Réserver.

À l’aide d’un pied-mélangeur, mixer l’ananas avec le jus de lime et le zeste. Verser la purée dans une casserole. Ajouter l’oeuf, le jaune d’oeuf et le sucre. En brassant continuellement, cuire le mélange jusqu’à ce qu’il épaississe. Quand le mélange a bien épaissi, incorporer la gélatine (bien l’essorer si elle est en feuilles). Verser la crème dans un bol et ajouter petit à petit des morceaux de beurre en mélangeant bien entre chaque ajout. Incorporer le rhum. Verser le mélange dans un moule long et étroit en silicone*****. Placer au congélateur pendant au moins 6 heures ou plus.

Croustillant au praliné
Hacher le chocolat blanc et le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat. Retirer le bol du bain-marie quand le chocolat est totalement fondu. Incorporer le praliné, puis les Gavottes. Verser la préparation sur une feuille de papier parchemin. Couvrir d’une seconde feuille de papier parchemin et à l’aide d’un rouleau à pâte étaler la préparation sur une épaisseur d’environ 3 mm (⅛ de pouce). Réserver au congélateur.

Gâteau à la noix de coco
Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un bol, fouetter les blancs d’oeufs en neige. Quand les blancs commencent à former une mousse avec des petits bulles, incorporer graduellement le sucre, toujours en fouettant la préparation jusqu’à ce que les blancs d’oeufs se tiennent.

Dans un bol, mélanger la poudre d’amandes, la noix de coco, la farine et la cassonade. Incorporer un tiers des blancs d’oeufs montés en neige, puis ajouter le reste des blancs d’oeufs en mélangeant très délicatement. Verser la pâte sur une plaque de cuisson recouvert de papier parchemin sur une épaisseur d’environ 1,2 cm (½ pouce). Enfourner et cuire pendant 15 à 20 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré dans le gâteau en ressorte propre.

Mousse coco
Dans un bol, faire gonfler la gélatine en poudre dans 2 cuillères à soupe d’eau froide ou faire tremper les feuilles de gélatine dans un bol d’eau froide. Réserver.

Hacher le chocolat blanc et le déposer dans un bol.

Dans une petite casserole, porter le lait de coco à ébullition. Quand le lait de coco bout, le retirer du feu et incorporer la gélatine (bien l’essorer si elle est en feuilles). Remettre la casserole sur le feu et porter de nouveau à ébullition. Au premiers frémissent, verser le lait de coco sur le chocolat blanc. Laisser reposer 2 minutes puis brasser le mélange jusqu’à ce qu’il soit lisse et homogène. Laisser tiédir la ganache.

Quand la ganache est à environ 35°C (95°F), soit un peu plus bas que la température du corps, verser la crème dans un bol et la fouetter. Incorporer délicatement la crème fouettée à la ganache au chocolat. Réserver le mélange au réfrigérateur.

Montage
Recouvrir d’une pellicule plastique un moule rectangulaire d’environ 20 cm par 10 cm (8 pouces par 4 pouces). Découper une bande de papier parchemin et la déposer pour qu’elle recouvre les côtés les plus longs et le fond. Cette étape permet de faciliter le démoulage.

Découper une bande de gâteau à la noix de coco de la taille du moule.

Tailler un rectangle de croustillant au praliné de la même taille, voire un peu plus petit, que le gâteau. Réserver.

Démouler la compotée d’ananas et lime. Démouler également la crème lime-ananas.

Verser un tiers de la mousse coco dans le moule et déposer au centre la compotée et l’enfoncer légèrement. Verser un peu de mousse pour couvrir la compotée et déposer la crème lime-ananas. Presser la crème pour l’enfoncer légèrement. Verser encore une partie de la mousse pour couvrir la crème et déposer ensuite le rectangle de croustillant au praliné. Couvrir avec le restant de mousse et ajouter le gâteau. Presser sur le gâteau pour s’assurer que tout soit bien collé et que la mousse épouse bien les parois du moule. Couvrir d’une pellicule plastique et conserver au congélateur pendant au moins 12 heures. Après cette étape, il est possible de conserver la bûche pendant un mois, voire plus, au congélateur.

Glaçage neutre
Dans un bol, faire gonfler la gélatine en poudre dans 4 cuillères à soupe d’eau froide ou faire tremper les feuilles de gélatine dans un bol d’eau froide. Réserver.

Dans une casserole, verser l’eau, le sucre, le zeste et l’extrait de vanille. Porter à ébullition. Dès que le mélange bout, le retirer du feu et incorporer la gélatine (bien l’essorer si elle est en feuilles). Ajouter le colorant vert et mélanger délicatement pour uniformiser la préparation. Filtrer la préparation. Laisser tiédir jusqu’à ce que le glaçage soit à 35°C (95°F) ou moins. Il ne faut pas utiliser le glaçage s’il est plus chaud que 35°C (95°F).

Recouvrir une plaque de cuisson de papier parchemin et y déposer une grille à pâtisserie.

Sortir la bûche du congélateur et retirer les pellicules plastiques ainsi que la feuille de papier parchemin. Déposer la bûche sur la grille, le gâteau en contact avec la grille. Verser doucement le glaçage en veillant à ce qu’il recouvre toute la surface de la bûche. Laisser le glaçage s’égoutter pendant quelques minutes, puis déplacer la bûche sur une assiette de présentation. Réserver au réfrigérateur pendant 10 à 12 heures avant de servir. Sortir la bûche à température ambiante 30 minutes avant de la déguster. Savourer avec gourmandise.

*Comme j’utilise de la gélatine au lieu de la pectine, l’ananas doit être bien cuit, sinon la gélatine ne fera pas effet.
**Si vous ne trouvez pas biscuits Gavottes ou dentelles, remplacez-les par des céréales de riz soufflés de style Rice Krispies.
***Privilégiez un colorant en poudre ou en gel. Libre à vous d’utiliser une autre couleur.
****Si vous n’avez pas de moule de ce genre, vous pouvez utiliser un moule rectangulaire (moule à pain ou à « cake »), le recouvrir d’une pellicule plastique et d’une bande de papier parchemin (pour faciliter le démoulage).

Et vous, quels sont vos idées de cadeaux?