Mot-clé : menthe

Trop frais!

Aujourd’hui, nous sommes allés faire une promenade en montagne. Au début, nous pensions prendre la télécabine, puis nous nous sommes aperçu qu’elle n’ouvrait pas avant le 4 juillet. Ce n’était pas un souci puisqu’il y a une route qui s’arrête un peu plus bas que la télécabine et qu’il y a plusieurs départs de randonnées. Cela allongeait un peu la promenade, mais rien de contraignant. Ensuite même si la météo s’annonçait chaude en plaine, nous avons vérifié la météo là haut… Disons que les 12° nous ont fortement encouragé à modifier notre projet. Nous avons tout simplement pris moins d’altitude que prévu!

Aujourd’hui, je vous propose une recette d’ailleurs : des pizzas arméniennes. J’ai pris cette recette dans le livre de Christelle Tanielian, Ensemble.

Pizzas arméniennes à la viande (Lahmajoun)
Pizzas arméniennes à la viande (Lahmajoun)
Pour 8 petites pizzas

Pâte
½ tasse et 2 cuillères à soupe ou 150 g d’eau tiède
¾ de cuillère à thé de levure sèche
¼ de cuillère à thé de sucre
1¾ tasse et ½ cuillère à soupe ou 250 g de farine
½ cuillère à thé de sel
1 cuillère à soupe d’huile végétal

Garniture
½ oignon
¼ de poivron rouge
1 petite gousse d’ail
½ tasse ou 125 g de purée de tomate*
½ tasse ou 20 g de persil plat frais
2 cuillères à soupe ou 7 g de feuilles de menthe fraîche
125 g de boeuf haché**
½ cuillère à thé de piment d’Alep ou de paprika doux
½ cuillère à soupe de mélasse de grenade
¾ de cuillère à thé de tahini ou de purée de sésame
¾ de cuillère à thé de pâte de tomate
¼ de cuillère à thé de cumin moulu
¼ de cuillère à thé de coriandre moulue
Sel et poivre

Pâte
Dans un petit bol, mélanger l’eau, la levure et le sucre. Laisser reposer pendant 10 à 15 minutes.

Dans un bol, mélanger la farine et le sel. Former un puit au centre et verser l’eau contenant la levure. Ajouter l’huile. Mélanger pour obtenir une pâte.

Sur un plan de travail légèrement enfariné, pétrir la pâte pendant 8 minutes ou jusqu’à ce que la pâte soit homogène et lisse. Déposer la pâte dans un bol légèrement huilé. Couvrir le bol d’un ligne propre et laisser la pâte lever pendant 1 heure dans un endroit chaud et sec.

Garniture
Au couteau ou à l’aide d’un robot culinaire muni d’une lame en « s », hacher très finement l’oignon, le poivron, l’ail, le persil et la menthe. Déposer le tout dans un bol et ajouter le boeuf haché, la purée de tomate, le piment d’Alep, la mélasse de grenade, le tahini, la pâte de tomate, le cumin, la coriandre. Saler et poivrer. Vérifier l’assaisonnement de la garniture en faisant cuire dans une poêle anti-adhésive 1 cuillère à thé du mélange. Rectifier l’assaisonnement au besoin.

Préchauffer le four à 200°C (400°F).

Sur un plan de travail légèrement enfariné, diviser la pâte en 8 et abaisser chaque morceau en un disque d’environ 14 cm (5½ de diamètre).

Déposer les disques de pâte sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Sur chaque disque de pâte, étaler finement l’équivalent de 2 cuillères à soupe de garniture.

Enfourner et cuire dans la partie inférieur du four pendant 8 à 10 minutes. Placer ensuite les pizzas sous le grill (broil) pendant 1 à 2 minutes ou jusqu’à ce que les bords des pizzas soient légèrement dorés. Servir et déguster avec plaisir en arrosant de jus de citron.

*Vous pouvez remplacer la purée de tomate par une grosse tomate fraîche que vous aurez fait blanchir puis peler. Dans ce cas, il faut la hacher finement comme l’oignon.
**J’imagine très bien refaire ce genre de pizzas en variants la garniture et pourquoi pas en utilisant de la chair à saucisse…

Le petit banc…

À côté de ma table de chevet, il y a un petit banc. Il est rarement utilisé pour s’assoir et il n’y a pas non plus des vêtements qui viennent s’y choir. À quoi sert-il? À accueillir des livres! Au début, il y avait qu’une ou deux revues, ensuite j’ai commencé à y entasser des livres de cuisine que je feuilletaient le soir. Maintenant, il supporte une pile de livres qui n’ont pu être logés dans une bibliothèque. Le problème avec ce petit banc, c’est que le nombre de livre augmente et que j’ai un peu de mal à penser à les prendre en cuisine.

Dans ma pile, il y a le livre Ensemble de Christelle Tanielian, Christelle is flabbergasting. Je l’ai feuilleté de nombreuses fois, mais je n’avais encore jamais testé une recette. Maintenant, c’est chose faite. J’ai adoré les brochettes de kofta… que je n’ai pas mis sur un pique en bois puisque que je les ai cuit au four et non sur un barbecue.

Brochettes de kofta
Brochettes de kofta sans pique en bois
Pour 4 personnes

400 g de boeuf haché
2 cuillères à thé d’huile d’olive
½ oignon
1 cuillère à thé de fleur d’ail ou 1 gousse d’ail
  finement hachée
¼ de tasse ou 30 g de noix de Grenoble* hachée
  grossièrement
3 cuillères à soupe de persil plat ciselé
1 cuillère à soupe de menthe fraîche ciselée
1 cuillère à soupe de pâte de tomate
1 cuillère à thé de vinaigre de vin rouge ou de cidre
¾ de cuillère à thé de sel
½ cuillère à thé de cumin moulu
¼ de cuillère à thé de piment d’Alep**
Poivre

Hacher finement l’oignon. Verser l’huile dans une poêle et y déposer l’oignon. Faire revenir l’oignon jusqu’à ce qu’il soit translucide et tendre***. Retirer du feu et laisser tiédir.

Dans un bol, mélanger la viande avec la fleur d’ail (ou l’ail), les noix, le persil, la menthe, la pâte de tomate, le vinaigre de vin rouge (ou de cidre), le sel, le cumin et le piment d’Alep. Poivrer et ajouter l’oignon. Si désiré, prélever une petite quantité de viande et la faire cuire dans une poêle, goûter et rectifier l’assaisonnement au besoin.

Diviser la viande en 8 parts égales. Humidifier vos mains et façonner chaque morceaux de viande en un boudin, un peu comme une saucisse. Déposer les « brochettes » sur une assiette**** et réfrigérer pendant 1 à 2 heures, voire plus.

Préchauffer le four à 200°C (400°F).

Recouvrir une plaque de cuisson de papier parchemin et déposer les brochettes. Enfourner et cuire pendant 20 minutes ou jusqu’à ce que la viande soit dorée et cuite. À mi-cuisson, retourner les brochettes. Servir sans attendre avec du riz ou sur un pain pita. Déguster avec plaisir.

*Il est possible d’utiliser des noix de pin, des amandes, etc. Choisissez une noix que vous aimez.
**Vous pouvez remplacer le piment d’Alep par du piment d’Espelette, un autre piment doux ou du paprika si vous n’avez rien d’autre sous la main.
***Vous pouvez omettre cette étape. Moi, je n’aime pas mettre de l’oignon cru dans de la viande : la texture après la cuisson me déplaît.
****Vous pouvez déposer vos brochettes sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin et glissez ensuite directement la plaque du réfrigérateur au four. Je n’ai pas utilisé cette technique, car j’ai rarement un espace libre assez grand dans mon réfrigérateur pour pouvoir y glisser une plaque de cuisson.

Et vous, qu’est-ce qu’il y a sur votre table de chevet (ou un petit banc) de votre chambre?

Une proposition pour les fraises

Voilà, j’arrive avec une nouvelle recette avec des fraises. Il faut le dire qu’en préparant ce dessert j’ai eu des doutes… disons que tous les ingrédients n’étaient pas de première jeunesse et j’avais peur qu’il en ait un qui soit rance. Au final, pas du tout et le résultat m’a drôlement surprise : c’est vraiment gourmand! Pour l’instant, je n’ai pas vraiment d’autre recette en vue, mais si je regarde un peu dans ma liste de recettes à essayer, je devrais trouver d’autres idées.

La recette que je vous propose ressemble à une tarte aux fraises sur un sablé. C’est plutôt rare que je mette des fraises fraîches sur une tarte, car elle se conserve moins bien. Cependant, l’idée est intéressante surtout quand les fraises sont bien sucrées et bien gouteuses. J’ai pris cette recette dans le livre Best of Christophe Adam de Christophe Adam.

Sablé breton, fraises et caramel au beurre salé
Sablé breton, fraises et caramel au beurre salé
Pour 9 personnes

Crème au caramel
½ tasse moins ½ cuillère à soupe ou 90 g de sucre
¼ de tasse ou 56 g de beurre non salé, tempéré
1 pincée de fleur de sel
½ tasse moins 2 cuillères à thé ou 115 g de crème 35 %
  ou entière
½ cuillère à thé ou 1 g de gélatine en poudre*
¾ de tasse moins 1 cuillère à soupe ou 175 g de
  mascarpone

Sablé breton
½ tasse moins 2 cuillères à thé ou 100 g de beurre
  non salé, tempéré
½ tasse ou 100 g de sucre
3 jaunes d’oeufs (environ 50 g)
⅔ de tasse ou 80 g de farine
½ tasse moins 1 cuillère à soupe ou 60 g de farine
  de sarrasin ou de blé noir**
2 cuillères à thé ou 8 g de poudre à pâte
  ou de levure chimique
¼ de cuillère à thé ou 1 g de fleur de sel
1 orange pour le zeste***

Montage
⅓ de tasse ou 50 g de pistaches non salé, réduit en poudre
Fraises fraîches en quantité suffisante (environ 30)
20 pistaches non salé entières (facultatif)
Quelques feuilles de menthe (facultatif)
Zeste d’une demi-orange (facultatif)

Crème au caramel
Dans un chaudron, verser le sucre et faire cuire jusqu’à ce que le sucre prenne une jolie couleur dorée. Il est possible de brasser le sucre avec une cuillère vu que c’est un caramel à sec : il ne devrait pas se cristalliser. Quand le caramel a la couleur désirée (plus un caramel est foncé, plus il est amer), retirer le chaudron du feu. Ajouter le beurre et la fleur de sel. Réserver.

Dans un second chaudron, verser la crème et saupoudrer la gélatine. Laisser reposer pendant 5 minutes le temps que la gélatine gonfle. Chauffer la crème. Quand la crème est à ébullition la verser sur le caramel. Bien mélanger et laisser le caramel reposer à température ambiante pendant 30 minutes.

Dans un bol, déposer le mascarpone. Ajouter une partie du caramel. Mélanger énergiquement jusqu’à ce que le mélange soit homogène. Incorporer le restant de caramel. Placer la crème caramel au réfrigérateur pendant au moins 1 heure.

Sablé breton
Préchauffer le four à 180°C (350°F). Chemiser de papier parchemin un moule**** carré de 20 cm (8 pouces) de côté.

Dans un petit bol, fouetter le beurre jusqu’à ce que sa texture soit crémeuse. Réserver.

Dans un bol, fouetter les jaunes d’oeufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Toujours en fouettant le mélange, incorporer graduellement le beurre. Tamiser les farines et la poudre à pâte (ou la levure chimique) au dessus du mélange de jaunes d’oeufs et de beurre. Ajouter la fleur de sel et le zeste de l’orange. Mélanger délicatement, à l’aide d’une spatule, jusqu’à ce que la pâte soit homogène. Verser la pâte dans le moule. Étaler la pâte pour qu’elle couvre la surface du moule. Enfourner et cuire 30 minutes ou jusqu’à ce que le sablé soit bien doré. Laisser le sablé refroidir avant de le démouler.

Montage
Verser la crème au caramel sur le sablé breton. Lisser la crème pour qu’elle couvre toute la surface du sablé. Appliquer une couche généreuse de poudre de pistache sur toute la bordure du sablé.

Laver, équeuter et couper les fraises. Disposer les fraises selon l’envie sur la crème au caramel. Ajouter au goût les pistaches entières, les feuilles de menthe et le zeste d’orange. Déguster immédiatement ou réfrigérer jusqu’au moment de servir. Déguster avec gourmandise.

*Vous pouvez remplacer la gélatine en poudre par de la gélatine en feuille. Dans ce cas, utilisez 1 g ou ½ feuille de gélatine. Plonger la feuille de gélatine dans un bol rempli d’eau froide pendant 5 minutes. Essorer la gélatine et faites-la fondre dans la crème chaude.
**Si vous n’avez pas de farine de sarrasin, remplacez-la par une autre farine (ou un mélange de farines) de votre choix : petit épeautre, kamut, blé entier ou ordinaire, etc.
***J’ai oublié d’acheter des oranges pour le zeste. J’ai remplacé le zeste dans la pâte à sablé breton par les grains d’une gousse de vanille.
****Vous pouvez également utiliser un cadre à pâtisserie déposer sur une plaque recouverte de papier parchemin ou un moule à tarte de 23 cm (9 pouces) de diamètre.

Et vous, est-ce que vous avez plutôt l’habitude d’une tarte avec les fraises qui sont cuites ou qui sont crues?