Mot-clé : vinaigre de cidre

C’est pratique, mais bon…

Il n’y a pas à dire, je ne serai jamais une fille de salades. Les années ont beaux passées, mais la salade reste un truc qui me fait pas envie, qui ne m’inspire pas. Évidemment, il y a quelques exceptions comme la salade de riz, certaines salades de pommes de terre, mais selon la vinaigrette, c’est vite une cause perdue. Pourtant, je trouve que la salade est très pratique pour recevoir et c’est quelque chose qui plaît à la grande majorité. Il faut dire qu’on laisse souvent les convives se servir eux même contrairement à d’autres accompagnements.

Aujourd’hui, vous l’aurez compris, je vous propose une salade. Il s’agit qu’une salade de pâtes que je trouve des plus intéressantes, car vous pouvez l’adapter selon ce que vous aimez ou ce qui se trouve dans votre réfrigérateur. J’ai pris cette recette sur le blog d’Eve Martel, une créatrice de contenue que j’aime beaucoup : n’hésitez pas à regarder sa chaîne Youtube.

Salade de pâtes à personnalisée
Salade de pâtes à personnalisée d’Eve Martel
Pour 4 à 6 personnes*

1½ tasse ou 225 g de macaroni ou de pâtes courtes
1½ cuillère à soupe d’huile d’olive
1 ou 2 carottes râpées**
¼ de tasse ou 70 g de mayonnaise
½ cuillère à soupe de moutarde de Dijon
2 cuillères à soupe de ciboulette fraîche ciselée ou d’une autre
  herbe à votre goût
½ cuillère à soupe de vinaigre de cidre
2 oeufs cuits durs***
5 petits cornichons ou plus au goût
Sel et poivre

Remplir une casserole d’eau et porter à ébullition. Quand l’eau bout, saler généreusement. Attendre que l’ébullition reprenne avant d’ajouter les pâtes et cuire selon les indications du fabricant. Bien égoutter les pâtes sans les rincer sous l’eau. Verser 1 cuillère à soupe d’huile d’olive sur les pâtes et bien mélanger. Réfrigérer pendant au moins 1 heures pour laisser les pâtes refroidir.

Couper les oeufs en dés ou en rondelles. Trancher les cornichons en rondelles.

Dans un bol, mélanger la mayonnaise, la moutarde de Dijon, la ciboulette, le vinaigre, le sel et le poivre. Verser sur les pâtes refroidies et bien mélanger. Ajouter les carottes râpées, les oeufs et les cornichons. Brasser et réfrigérer la salade de pâtes pendant au moins 3 heures avant de servir.

Avant de servir, goûter la salade et rectifier l’assaisonnement au besoin. Servir et déguster avec plaisir.

*Le nombre de portions correspond à des portions d’accompagnement. En plat principal, vous pouvez servir 2 ou 3 personnes.
**Vous pouvez ajouter d’autres légumes au goût comme du poivron, du céleri, des radis, du maïs, des tomates, du concombre, etc.
***Si vous voulez servir cette salade en plat principal, n’hésitez pas à ajouter du jambon, des noix, des pois chiches, du poulet cuit, du jambon cru, du salami ou du fromage.

Et vous, quelle salade vous fait le plus plaisir? Dans mon cas, la salade de fruits est peut-être la moins à risque… sauf s’il y a de la banane!

Les épiceries…

Sans doute que le Québec me manque et que mon envie d’y aller se fait de plus en plus sentir. Ce matin, je me suis surprise à penser aux choses que j’aime à l’épicerie au Québec. Pour être équitable, je vais vous énumérer 5 choses que j’aime dans les épiceries du Québec et 5 choses que j’aime dans les épiceries en Suisse.

Commençons par la Suisse. Une des choses que j’aime, c’est de trouver facilement des fruits mûrs à point : surtout pour les avocats et les mangues. Un autre élément que je trouve pratique, ce sont les petits pains vendus individuellement : à chacun son pain, c’est pratique pour les pique-niques et moins de gaspillage quand on n’en consomme pas de grandes quantités. Le choix de la charcuterie séchée : je sais que l’offre s’est étoffée au Québec au cours des dernières années, mais je trouve toujours plus invitant l’étalage en Suisse. Il y a aussi la présence de la levure fraîche, je sais que je vais en trouver peu importe dans quelle épicerie j’entre. Pour le dernier point, c’est évidemment le choix pour les plaques de chocolat! Même dans les épiceries de village, l’assortiment est toujours impressionnant!

Pour le Québec, je pense surtout au choix : dans une épicerie Suisse, on trouve en moyenne 10 000 produits différents, alors qu’au Québec, on parle plutôt de 20 000 produits! L’allée des chips me manquent aussi : entre ketchup, barbecue et assaisonnée, je ne saurais dire ma préférée, mais je sais que je les trouve toutes au Québec. Étonnamment, le fromage me vient en tête, je trouve que les fromages québécois sont beaucoup plus variés en terme de goût et de texture… et juste pour le fromage frais (en grain ou en bloc), il faut que je le mentionne! L’assortiment de biscuits salés ou sucrés, j’ai l’impression qu’il y a beaucoup plus de variétés au Québec. Pour le dernier point, je vais mentionner l’explosion de produits de différents chefs : j’aimerais essayer beaucoup de choses! Pourtant, ce dernier point est à double tranchant. D’un côté, certains produits sont disponible uniquement dans les IGA et malheureusement, il n’y en a pas dans ma ville natale, donc j’y ai peu accès quand je vais au Québec. Aussi, l’autre point que je constate, même si cette offre m’interpelle beaucoup, c’est les prix. J’habite en Suisse où les prix sont relativement élevés, mais le prix de certains de ces produits arrivent quand même à me surprendre et je remets l’item sur la tablette sans hésitation.

J’espère que ces petits éléments vous auront amusés et pour la suite, je vous propose une recette de poulet style Général Tao au sirop d’érable. J’ai pris cette recette sur le site de Recettes du Québec.

Poulet Général Sirop
Poulet style Général Tao au sirop d’érable
Pour 3 personnes

300 g de poitrines de poulet
3 cuillères à soupe ou 26 g de farine
1 cuillère à soupe d’huile végétale
15 fleurons de brocoli*
1 échalote
¼ de tasse ou 85 g de sirop d’érable
1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre
1 cuillère à soupe de sauce soja
1 cuillère à thé de gingembre frais râpé
¼ de cuillère à thé de poivre ou de sauce pimentée
Sel

Remplir une casserole d’eau et porter à ébullition. Détailler le brocoli en petits bouquets de même taille. Quand l’eau bout, saler l’eau et ajouter les fleurons de brocoli dans l’eau bouillante et cuire pendant 4 minutes. Égoutter le brocoli et rincer à l’eau froide pour arrêter la cuisson. Réserver.

Éplucher et ciseler finement l’échalote.

Couper le poulet en cubes de taille similaire. Enrober de farine les morceaux de poulet. Bien secouer la viande pour retirer l’excédent de farine.

Dans une poêle ou un wok, verser et chauffer l’huile. Quand le corps gras est bien chaud, ajouter le poulet et cuire pendant 10 minutes ou jusqu’à ce que la viande soit cuite. Retirer les morceaux de poulet de la poêle et les déposer sur une assiette préalablement tapisser de papier absorbant. Réserver.

Dans la même poêle, faire revenir le brocoli pendant 4 minutes. Ajouter l’échalote et le gingembre. Poursuivre la cuisson pendant 1 minute. Ajouter le sirop d’érable, le vinaigre de cidre, la sauce soja et le poivre. Poursuivre la cuisson jusqu’à ce que la sauce épaississe. Ajouter le poulet, bien mélanger et servir. Déguster avec plaisir.

*Il est aussi possible d’utiliser la tige du brocoli. Il suffit de l’éplucher et de la couper en rondelles. Vous pouvez aussi remplacer le brocoli par d’autres légumes de votre choix.

Et vous, qu’aimez-vous dans votre épicerie?

Deux choses qui n’ont rien à voir…

Depuis quelques années, j’essaie d’apprendre l’aquarelle et obtenir des résultats qui me plaisent. C’est surtout au courant de la dernière année que j’ai eu une pratique un peu plus régulière. En janvier, j’ai commencé un cours d’aquarelle en ligne qui s’étalait sur 10 semaines et divisé en 5 modules. J’avais presque fini le 4e module lorsque j’ai eu ma mésaventure en mars. Depuis, je n’ai pas eu le courage de refaire le dernier exercice de ce module et je me suis lancée dans le dernier module. J’ai bien avancé et j’ai arrêté au milieu du dernier tableau. Au départ, l’idée était bonne : je voulais pratiquer certains éléments avant de les créer sur le tableau final. Ensuite, le temps m’a manqué et maintenant, j’ai du mal à retrouver la motivation pour le terminer… Dans ma tête, c’est comme si j’associais ma peine du mois de mars et l’aquarelle (ou du moins ce cours), alors que ces deux choses n’ont rien avoir l’une avec l’autre.

En attendant que j’arrive à me remettre plus sérieusement à l’aquarelle, je vous propose une recette toute simple de steaks hachés aux oignons. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 19, numéro 2.

Steaks hachés aux oignons
Steaks hachés aux oignons
Pour 3 personnes

¼ de tasse ou 20 g de chapelure panko*
2 cuillères à soupe ou 30 g de lait
300 g de boeuf haché
1 oeuf
¾ de cuillère à thé de paprika doux
½ cuillère à thé de poivre noir concassé
1 cuillère à soupe de beurre
1 oignon
1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre
1 tasse ou 250 g de bouillon de boeuf
1 cuillère à soupe de farine grillée**
½ cuillère à soupe de sauce Worcestershire
½ cuillère à soupe de moutarde douce, préparée ou jaune
Sel et poivre

Émincer l’oignon. Réserver.

Dans un bol, mélanger la chapelure et le lait. Laisser reposer pendant 2 minutes. Ajouter le boeuf haché, l’oeuf, le paprika et la moitié du poivre concassé. Saler et mélanger jusqu’à ce que la préparation soit homogène. Diviser la viande en 6 ou 9 et façonner en galettes.

Dans une poêle, chauffer le beurre. Quand le corps gras est bien chaud, dorer les galettes de viandes pendant 6 à 8 minutes. Saler et poivrer. Retirer les galettes de la poêle et les réserver sur une assiette.

Dans la même poêle, dorer l’oignon pendant 5 minutes. Déglacer avec le vinaigre et réduire presqu’à sec. Ajouter le bouillon de boeuf, la farine grillée, la sauce Worcestershire et le restant de poivre concassé. Porter à ébullition et laisser mijoter jusqu’à ce que la sauce épaississe. Retirer du feu et ajouter la moutarde ainsi que la viande. Remettre sur le feu et poursuivre la cuisson 2 minutes ou jusqu’à ce que la viande soit cuite. Servir et déguster avec plaisir.

*Vous pouvez remplacer la chapelure panko par de le chapelure régulière ou des flocons de maïs non sucré.
**Pour réaliser de la farine grillée, verser la farine dans une poêle sans matière grasse et cuire en brassant régulièrement jusqu’à ce qu’elle brunisse. Retirer du feu et laisser refroidir avant d’utiliser.

Bonne dimanche!

Est-ce que je vais y passer mon dimanche?

Il y a un bon moment que j’ai fini d’écrire la recette de cet article. J’ai pu voir un bout du tour de France, le Grand Prix est commencé, les deux Ferrari sont hors course et moi, je tourne également en rond… Quoi vous dire? Je n’ai pas d’anecdote à vous raconter, la semaine a été tranquille et je n’ai rien cuisiné de particulier cette semaine.

En attendant d’être plus inspiré la semaine prochaine, je vous propose une dernière recette du 1er août : des poireaux vinaigrette. J’ai pris cette recette dans le livre de Ricardo : Parce qu’on a tous de la visite…

Poireau vinaigrette
Poireau vinaigrette
Pour 3 personnes

3 poireaux moyens ou petits
½ tasse et 2 cuillères à soupe ou 155 g de bouillon de poulet
  ou de légumes
1 petite branche de thym frais
1 feuille de laurier
1 clou de girofle
2½ cuillères à soupe de vinaigre de cidre
1 petit jaune d’oeuf
¾ de cuillère à thé de moutarde de Dijon
2½ cuillères à soupe d’huile d’olive
1 pomme verte* coupé en fines tranches (facultatif)
Sel et poivre

Préchauffe le four à 180°C (350°F).

Retirer le feuillage vert foncé des poireau. Couper la partie vert pâle et blanche des poireaux en deux tronçons.

Dans un plat de cuisson, étaler les tronçons de poireaux. Ajouter le bouillon, le thym, la feuille de laurier et le clou de girofle. Saler et poivrer. Couvrir d’une feuille de papier d’aluminium et enfourner pendant 30 minutes.

Retirer les poireaux du bouillon et laisser tiédir. Filtrer le bouillon et réserver.

Dans une casserole, verser 3 cuillères à soupe de bouillon et ajouter le vinaigre. Chauffer et laisser réduire jusqu’à ce qu’il reste environ 1½ cuillère à soupe de liquide. Laisser tiédir.

Dans un bol, fouetter la réduction de bouillon, le jaune d’oeuf, la moutarde. Ajouter l’huile en fouettant constamment. Saler et poivrer. Dresser les poireaux dans les assiettes. Ajouter des tranches fines de pommes et arroser de vinaigrette. Servir et déguster avec plaisir.

*En Suisse, la pomme verte est présente occasionnellement sur les étalages des épiceries. On peut la remplacer par une autre pomme, mais le résultat sera plus sucré.

Bon dimanche!

Coupée…

J’ai été coupée dans mon élan! En écrivant cet article, il y a eu un petit problème au moment de l’enregistrer. J’ai figé et mon cerveau est devenu vide. Je ne sais plus ce que je voulais vous raconter… et comme je suis légèrement pressée, je ne vais pas m’attarder plus longtemps sur la question.

Cette fois, je vous propose une recette toute simple cuit sur une plaque : du poulet à la jerk. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 17, numéro 7.

Plaque de poulet à la jerk
Plaque de poulet à la jerk
Pour 3 personnes

1 gousse d’ail
½ cuillère à soupe de gingembre frais haché
1½ cuillère à soupe d’huile d’olive
1 cuillère à soupe de sauce soja
1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre
1 cuillère à soupe de cassonade
1 cuillère à thé de sauce Tabasco
1 cuillère à thé de piment de la Jamaïque moulu
¼ cuillère à thé de thym frais
2 pincées de cannelle moulue
300 g de poitrines de poulet ou de hauts de cuisses de poulet
  désossés
3 pommes de terre

Préchauffer le four à 220°C (425°F). Tapisser de papier parchemin une plaque de cuisson.

Dans un bol, mélanger l’ail, le gingembre, l’huile d’olive, la sauce soja, le vinaigre de cidre, la cassonade, la sauce Tabasco, le piment de la Jamaïque, le thym et la cannelle.

Peler et couper en gros cubes les pommes de terre. Enrober les pommes de terre du mélange d’épices, les égoutter et les déposer sur un des côtés de la plaque de cuisson.

Couper le poulet en morceaux et l’enrober avec le mélange d’épices. Verser sur la plaque et enfourner. Cuire pendant 40 minutes ou jusqu’à ce que le poulet soit cuit et les pommes de terre bien dorées. Après 20 minutes de cuisson*, remuer le poulet et les pommes de terre.

Servir et déguster avec plaisir.

*Si vous le désirez, pour les 20 dernières minutes de cuisson, vous pouvez ajouter des légumes pour compléter votre repas : du chou-fleur, des gros morceaux de courgettes, etc.