Mois : octobre 2021

C’est journée que l’on ne voit pas…

Aujourd’hui aura été une journée que l’on ne voit pas filer. Entre un rendez-vous ce matin, l’activité de Mini-nous cet après-midi, un achat à faire dans une commune, un truc à récupérer dans une autre commune à l’opposé et le début du réaménagement de la chambre de Mini-nous, je me demandais comment je pourrais écrire cet article. Entre tout ça, j’ai aussi réussi à préparer un pain… qui aura attendu un peu trop longtemps pendant sa deuxième levée! Bref, je ne vais pas m’attarder, il y a encore quelques petits tâches que je dois terminer aujourd’hui.

Cette fois, je vous propose une recette réconfortante : un pouding chômeur. La spécificité de cette recette est de contenir moins de sucre que de coutume tout en gardant le même plaisir. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 19, numéro 4.

Pouding chômeur à l'érable moins sucré
Pouding chômeur à l’érable moins sucré
Pour 8 personnes

Sauce
4 poires mûres
1½ tasse ou 375 g d’eau
½ tasse ou 160 g de sirop d’érable
1 cuillère à soupe de fécule de maïs ou de maïzena

Gâteau
1 tasse ou 140 g de farine
½ cuillère à soupe de poudre à pâte ou de levure chimique
1 pincée de sel
¼ de tasse ou 55 g de beurre non salé, tempéré
⅓ de tasse ou 67 g de sucre
1 oeuf
⅓ de tasse ou 80 g de lait
½ cuillère à thé d’extrait de vanille

Sauce
Éplucher, épépiner et couper en cubes les poires. Déposer les poires dans robot de type « blender » et ajouter l’eau, le sirop d’érable et la fécule de maïs. Mixer pour obtenir un mélange lisse.

Verser la préparation dans une casserole et porter à ébullition. Quand la préparation bout, la verser dans un moule d’une contenance de 2,5 litres (10 tasses). Réserver.

Gâteau
Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un bol, mélanger la farine, la poudre à pâte et le sel.

Dans un autre bol, fouetter le beurre avec le sucre. Incorporer l’oeuf ainsi que la vanille. Fouetter jusqu’à ce que le mélange soit homogène. À l’aide d’une spatule, incorporer la préparation de farine en alternant avec le lait.

Répartir la pâte sur la sauce en la déposant à la cuillère. Déposer le moule sur une plaque de cuisson et enfourner. Cuire pendant 40 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre du gâteau en ressorte propre. Laisser tiédir au moins 15 minutes avant de servir et de déguster avec gourmandise.

Et vous, mercredi tranquille ou sur les chapeaux de roues?

Mois d’octobre, mois du dessin

Cette année encore, j’ai repris le rythme de un dessin par jour pendant tout le mois d’octobre. Je me suis imposé le thème des fleurs sauvages qu’on rencontre en Suisse. Je trouve le défi intéressant pour découvrir plein de nouveaux végétaux et en prime, je découvre le nom de certaines plantes que j’ai pu voir lors de nos promenades. Par contre, il y a deux inconvénients à ce défi : je n’ai pas envie de passé des heures sur un dessin, donc certaines fleurs qui me plaisent sont mises de côtés; l’autre inconvénient, c’est que j’ai moins de temps pour faire de l’aquarelle puisque je consacre mon temps au dessin…

Dans un registre qui n’a rien à voir, je vous propose une recette de boeuf à la mijoteuse qui est parfaite pour cette saison colorée. J’ai pris cette recette dans le livre Mijoteuse, les meilleures recettes au monde de Caty Bérubé.

Boeuf à l'oignon à la mijoteuse
Boeuf à l’oignon à la mijoteuse
Pour 4 à 6 personnes

4 grosses carottes
12 à 15 petites pommes de terre*
800 g de rôti de palette de boeuf sans os
1 sachet de soupe à l’oignon ou de sauce à l’oignon
  d’environ 28 g
1 tasse ou 250 g d’eau

Tailler les carottes en rondelles. Couper en deux les pommes de terre ou en quatre si elles sont plus grosses. Déposer les carottes et les pommes de terre dans la mijoteuse.

Déposer le rôti de boeuf sur les légumes. Saupoudrer la soupe à l’oignon et verser l’eau.

Couvrir la mijoteuse et cuire à faible intensité (low) pendant 8 heures. Servir et déguster avec plaisir.

*Vous pouvez omettre les pommes de terre et servir avec des pâtes.

Et vous, est-ce que vous dessinez en ce mois d’octobre?

Films en série

C’est temps-ci, j’ai recommencé à écouter des films. Il y a un moment que je n’avais pas pris du temps pour ce genre de divertissement. Par contre, j’ai du mal à trouver des titres qui m’interpellent. En faisant des recherches, je me suis rendu compte qu’il y avait beaucoup de titres que je connaissais et peu que j’avais envie de réécouter. Dans les films que je ne connaissais pas, j’ai été surprises de ne pas faire plus de découverte : soit les bandes annonces ne sont pas engageantes, soit le résumé ne m’attire pas du tout. J’ai quand même découvert deux nouveaux titres que j’écoute un peu en boucle…

Aujourd’hui, je vous propose une recette très simple de biscuits shortbreads chocolatés. J’ai pris cette recette sur le blog d’Anne-Sophie, Fashion Cooking.

Biscuits shortbreads chocolatés
Biscuits shortbreads chocolatés
Pour 15 biscuits

¾ de tasse et 1½ cuillère à soupe ou 120 g de farine
4½ cuillères à soupe ou 30 g de cacao
¼ de tasse ou 50 g de cassonade ou de sucre roux
2 pincées de sel
½ tasse moins 2 cuillères à thé ou 100 g de beurre non salé
1 ou 2 cuillères à soupe de lait, au besoin

Dans un bol, mélanger la farine, le cacao, la cassonade et le sel. À l’aide des mains, incorporer le beurre jusqu’à ce que la pâte se tienne. Ajouter le lait au besoin si la pâte peine à s’amalgamer. Façonner la pâte en un boudin d’environ 15 cm (6 pouces). Emballer la pâte dans une pellicule plastique et réfrigérer pendant 30 minutes.

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Quand la pâte s’est raffermie, découper le boudin en tranches d’environ 1 cm (⅜ de pouce). Déposer les tranches sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin.

Enfourner et cuire pendant 20 minutes. À la sortie du four, déposer les sablés sur une grille et les laisser refroidir. Déguster avec plaisir.

Et vous, quel est votre film préféré?

Il y a bien longtemps…

Je ne sais pas si vous vous rappelez, mais pendant l’un des premiers Euro que j’ai vu, mon chéri et moi, choisissions le gagnant de différentes qualifications et nous cuisinions un plat de ce pays. Je me rappelle que je n’avais pas eu beaucoup de chance à ce petit jeu contrairement à mon chéri qui était tombé sur l’Espagne. Sans hésitation, il avait préparé une paëlla… à sa façon. C’est une recette qui est restée dans nos habitudes et qui a légèrement changée au fil des ans.

Pourtant, même si nous aimons bien cette recette, je n’ai jamais osé la publier. Bien sûr, elle est loin des manières de faire des classiques paëllas (et oui, il existe des tonnes de versions et de façon de faire selon les familles et les différentes régions), mais pourquoi se restreindre? Je vous propose donc la fausse paëlla de Monsieur.

Fausse paëlla de Monsieur
Fausse paëlla de Monsieur
Pour 3 personnes

1 cuillère à soupe d’huile d’olive
200 g de poitrine de poulet
1 oignon
½ poivron orange
¾ de tasse ou 112 g de petits pois
1 cuillère à thé d’origan séché
½ cuillère de paprika
¼ de cuillère à thé de sel
¼ de cuillère à thé de poivre
¼ cuillère à thé de curry doux*
⅓ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 70 g de riz à grain long
¾ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 200 g de bouillon
  de poulet
⅔ de tasse moins 1 cuillère à soupe ou 150 g d’eau
⅓ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 100 g de coulis
  de tomates
Sel et poivre pour assaisonner le poulet

Couper la poitrine de poulet en petits dés.

Hacher l’oignon et couper le poivron en petits dés.

Dans une grande poêle ou un wok, verser l’huile et la faire chauffer. Quand l’huile est bien chaude, ajouter le poulet et le faire revenir. Saler et poivrer. Quand le poulet est bien doré, retirer de la poêle et réserver.

Dans la même poêle, ajouter l’oignon et le poivron. Cuire jusqu’à ce que l’oignon soit translucide. Ajouter les petits pois, l’origan, le paprika, le sel, le poivre, le curry doux et le riz. Poursuivre la cuisson pendant 1 minute. Ajouter le bouillon de poulet, l’eau et le coulis de tomates. Porter à ébullition. Couvrir, réduire le feu et laisser mijoter pendant 15 minutes**. Servir et déguster avec plaisir.

*Vous pouvez remplacer le curry par du curcuma.

Et vous, est-ce que vous avez déjà cuisiné une paëlla de manière classique ou non?

Surtout de la pâtisserie…

C’est temps-ci, l’envie de cuisiner est de plus en plus présente. Par contre, cela concerne surtout le sucré… En réduisant les portions des recettes et en alternant avec de la boulangerie, j’arrive à avoir une belle variété. Cependant, c’est surtout du côté du salé qu’il faudrait que je me penche : je n’ai pas de recette de planifier et je reviens souvent aux même recettes… quand je ne fais pas simplement griller la viande! Ça n’a pas une très grande importance, mais il faudra bien que je rééquilibre les choses pour pouvoir vous proposer de nouvelles recettes.

Pour aujourd’hui, je vous propose une recette toute simple de macarons traditionnels aux pistaches et aux amandes. J’ai pris cette recette chez Anne-Sophie, Fashion Cooking.

Macarons traditionnels aux pistaches et aux amandes
Macarons traditionnels aux pistaches et aux amandes
Pour 15 biscuits

1 blanc d’oeuf
6 à 7 cuillères à soupe ou 75g à 85 g de sucre
5½ ou 50 g de pistaches non salées, moulues*
⅔ de tasse ou 75 g de poudre d’amandes

Préchauffer le four à 180°C (350°F). Tapisser une plaque de cuisson de papier parchemin.

Dans un bol, fouetter le blanc d’oeuf avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Incorporer les pistaches moulues et la poudre d’amandes.

Humidifier légèrement les mains. Prélever environ 1 cuillère à soupe de pâte et façonner un boule. Déposer sur la plaque de cuisson et répéter l’opération avec l’ensemble de la pâte.

Enfourner et cuire pendant 14 minutes. Laisser les biscuits refroidir sur la plaque et déguster avec gourmandise. Conserver les macarons dans une boîte qui ferme hermétiquement.

*Pour réaliser la recette, vous pouvez utiliser que des pistaches et omettre la poudre d’amandes. Dans ce cas, il faut ¾ de tasse et 2 cuillères à soupe ou 125 g de pistaches non salé qu’il faudra réduire en poudre.

Et vous, quels recettes de salés avez-vous essayées dernièrement?