Catégorie : Desserts

C’est le temps de cuisiner?

Cette période bizarre à demeurer à la maison est un moment parfait pour cuisiner davantage… Par contre pour le moment, je n’ai pas vraiment trouvé le moment d’essayer de nouvelles recettes. J’espère quand même arriver à introduire quelques nouveaux plats en cette période où je n’ai pas à prévoir de lunchs.

Pour un peu de douceur, je vous propose une recette de choux à la crème au chocolat. J’ai pris cette recette dans le dernier livre de Patrice Demers, Parcours sucré.

Choux à la crème au chocolat
Choux à la crème au chocolat
Pour 24 choux ou moins selon leur taille

Craquelin
3½ cuillères à soupe ou 50 g de beurre non salé, tempéré
5 cuillères à soupe ou 60 g de cassonade ou de sucre roux
5½ cuillères à soupe ou 60 g de farine

Pâte à choux
¼ de tasse ou 62 g de lait
¼ de tasse ou 62 g d’eau
½ cuillère à thé de sel
1 cuillère à thé de sucre
¼ de tasse ou 55 g de beurre non salé
½ tasse à soupe ou 70 g de farine
2 oeufs

Crémeux au chocolat lacté
310 g (11 onces) de chocolat au lait à 35 % de cacao
  ou plus, de préférence
1 tasse ou 250 g de lait
1 tasse ou 250 g de crème 35 % ou entière
¼ de tasse ou 50 g de sucre
5 jaunes d’oeufs
1½ de cuillère à thé de gélatine en poudre ou 1½ feuille
  de gélatine (3 g)

Craquelin
Dans un bol, mélanger la cassonade et la farine. Incorporer le beurre à l’aide des mains jusqu’à ce que la préparation puisse se tenir quand elle est pressée entre les doigts. Étaler la pâte entre deux feuilles de papier parchemin sur une épaisseur de 2 mm (¹⁄₈ de pouce). Réserver au congélateur.

Pâte à choux
Préchauffer le four à 190°C (375°F).

Dans un chaudron, verser le lait, l’eau, le beurre, le sucre et le sel. Porter à ébullition. Dès le premier bouillonnement, retirer le chaudron du feu et ajouter d’un coup la farine. Remettre sur feu doux pendant 1 minute pour dessécher la pâte en brassant. Retirer du feu et laisser tiédir 10 minutes. Ajouter un oeuf à la fois et mélanger jusqu’à ce qu’il soit totalement incorporé avant d’incorporer le suivant. La pâte doit être lisse et souple.

Verser la pâte dans une poche à pâtisserie munie d’une douille lisse. Dresser des choux d’environ 3 cm (1¼ pouce) de diamètre sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin.

Sortir du congélateur le craquelin et découper des cercles de la taille des choux à l’aide d’un emporte-pièce. Déposer un cercle de craquelin sur chaque chou. Enfourner et cuire pendant 15 minutes. Réduire la température du four à 180°C (350°F). Poursuivre la cuisson pendant 15 minutes ou jusqu’à ce que la pâte soit bien colorée. Laisser tiédir sur une grille de refroidissement.

Crémeux au chocolat lacté
Dans un bol, faire gonfler la gélatine en poudre dans 1½ cuillère à soupe d’eau froide ou faire tremper les feuilles de gélatine dans un bol d’eau froide.

Hacher finement le chocolat et le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat au bain-marie. Retirer le bol quand le chocolat est totalement lisse.

Dans une casserole, verser le lait, la crème et la moitié du sucre. Porter à ébullition.

En parallèle, dans un bol, fouetter les jaunes d’oeufs avec le sucre restant. Toujours en brassant, verser doucement le liquide bouillonnant sur les jaunes d’oeufs. Reverser le mélange dans la casserole et à feu moyen, cuire le mélange jusqu’à ce qu’il nappe le dos d’une cuillère (soit environ 83°C ou 181°F). Tamiser la crème, puis incorporer la gélatine (bien l’essorer si elle est en feuille).

Verser la crème sur le chocolat en quatre fois en mélangeant bien entre chaque ajout. Couvrir d’une pellicule plastique directement appliqué sur la crème. Réfrigérer pendant 12 heures.

Montage
Brasser le crémeux au chocolat et le déposer dans une poche à pâtisserie.

Découper le sommet des choux. Garnir généreusement de crémeux au chocolat. Terminer les choux en les recouvrant avec les parties découpées. Réserver au réfrigérateur jusqu’au moment de servir. Déguster avec gourmandise!

Et vous, est-ce que vous pensez cuisiner davantage en cette période?

Entre la neige et les fleurs…

J’ai un petit dilemme : d’un certain côté, j’aimerais que la fraîcheur hivernale dure encore un moment pour étirer la saison du ski; d’un autre, j’aimerais que le printemps s’établisse pour que je puisse fleurir mes plates-bandes. Je crois que le temps est un peu de mon côté : hier, il a neigé et aujourd’hui, le temps s’est bien réchauffé pour permettre à quelqu’uns de mes crocus de fleurir. Il faut bien le dire, je réfléchis déjà depuis un moment à mes plates-bandes : pour cet été, je planterai probablement des géraniums, je transformerai un petit espace pour mettre de la lavande et des fleurs plus rustiques et je veux voir comment ces espaces végétalisés vont évoluer.

Dans un autre registre, pour ceux qui ont besoin de soleil, je vous propose une tarte bien lumineuse : une tarte au citron meringuée. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 9, numéro 5.

Tarte au citron meringuée
Tarte au citron meringuée
Pour 8 à 10 personnes

Croûte
1 tasse ou 140 g de farine
3 cuillères à soupe ou 38 g de sucre
¼ de cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
6 cuillères à soupe ou 82 g de beurre non salé ou demi-sel
  froid
1 oeuf

Garniture au citron
1¼ tasse ou 250 g de sucre
¼ de tasse ou 30 g de fécule de maïs ou de maïzena
4 jaunes d’oeufs
Zeste de 2 citrons
¾ de tasse ou g de jus de citron
1¼ tasse ou 310 g d’eau
2 cuillères à soupe de beurre non salé

Meringue suisse*
1½ cuillère à soupe d’eau froide
½ cuillère à thé de fécule de maïs ou de maïzena
6 cuillères à soupe ou 75 g de sucre
2 blancs d’oeufs

Pâte sucrée
Dans un bol, mélanger la farine, le sucre et la poudre à pâte (ou la levure chimique). Ajouter le beurre coupé en cubes. Mélanger avec le bout des doigts jusqu’à ce que la préparation ait une texture sablonneuse. Ajouter l’oeuf et mélanger jusqu’à ce que la pâte se tienne. Emballer d’une pellicule plastique et réfrigérer pendant 1 heure.

Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser la pâte à tarte et garnir un moule à tarte de 23 cm (9 pouces) de diamètre. Réfrigérer pendant 30 minutes.

Préchauffer le four à 200°C (400°F).

Enfourner la pâte à tarte et cuire pendant 22 minutes ou jusqu’à ce qu’elle soit bien dorée. Laisser totalement refroidir la pâte.

Garniture
Dans une casserole, mélanger le sucre et la fécule de maïs. Ajouter les jaunes d’oeufs, les zestes et le jus de citron. Quand le tout est bien mélangé, ajouter l’eau et placer sur le feu. Porter le mélange à ébullition en brassant régulièrement. Laisser mijoter pendant 30 seconde et retirer du feu. Si désiré, passer la préparation au tamis. Ajouter le beurre et mélanger jusqu’à ce qu’il soit totalement incorporé.

Verser la garniture au citron sur la croûte. Appliquer une pellicule plastique directement sur la garniture et laisser refroidir au réfrigérateur.

Meringue suisse
Dans un bol d’un bain-marie, mélanger l’eau et la fécule de maïs. Placer le bol sur une casserole pour former un bain-marie. Cuire le mélange en brassant continuellement jusqu’à ce qu’il épaississe. Retirer le bol du bain-marie, ajouter le sucre et les blancs d’oeufs. Remettre le bol sur le bain-marie et chauffer environ 1 minute ou jusqu’à ce que le sucre soit dissous. Retirer une dernière fois du bain-marie et fouetter le mélange à l’aide d’un batteur électrique jusqu’à ce que la meringue forme des pics semi-fermes.

Répartir la meringue sur la garniture au citron. Dorer la meringue à l’aide d’un chalumeau ou en plaçant la tarte au four préchauffer à 180°C (350°F) pendant 15 minutes. Réfrigérer pendant 6 à 8 heures. Servir et déguster avec gourmandise.

*Vous pouvez doubler la quantité de meringue. Personnellement, je préfère quand il y a plus de garniture au citron que de meringue.

Et vous, est-ce que vous rêvez de skier ou de jardiner?

Pause chocolat?

Est-ce que vous faites le carême? En parlant avec des amies, j’ai appris qu’une d’entre elle s’impose un carême de chocolat. J’ai été un peu surprise, car il y a un bon moment qu’il n’y a pas eu quelqu’un qui faisait le carême dans mon entourage. Pourtant, ce n’est pas une mauvaise chose : un apprécie toujours plus les choses que l’on mange rarement!

En attendant, si vous ne voulez pas manger de chocolat avant Pâques, il vous faudra passer votre chemin : je vous propose une tarte au chocolat et au caramel. J’ai pris cette recette sur le blog d’Isabelle, Les gourmandises d’Isa.

Tarte au chocolat et au caramel
Tarte au chocolat et au caramel
Pour 8 à 12 personnes

Pâte au cacao
½ tasse ou 110 g de beurre non salé, tempéré
½ tasse ou 80 g de sucre glace
¼ de tasse ou 26 g de cacao
1 jaune d’oeuf
1 cuillère à thé d’extrait de vanille
1¼ tasse ou 175 g de farine

Caramel
1 tasse ou 200 g de sucre
¼ de tasse ou 62 g d’eau
2 cuillères à soupe de sirop de maïs ou de glucose
¼ de tasse ou 55 g de beurre non salé
¼ de tasse ou 62 g de crème 35 % ou entière
1 cuillère à soupe de crème fraîche ou de double crème
1 pincée de fleur de sel

Glaçage au chocolat
100 g (3½ onces) de chocolat noir à 70 % de cacao*
½ tasse ou 125 g de crème 35 % ou entière
Fleur de sel (facultatif)

Pâte au cacao
Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un bol, fouetter le beurre avec le sucre glace et le cacao. Incorporer le jaune d’oeuf et l’extrait de vanille. Quand la pâte est homogène, ajouter graduellement la farine. Presser la pâte dans un moule d’environ 23 cm (9 pouces) de diamètre.

À l’aide d’une fourchette, piquer la surface de la pâte. Recouvrir la pâte d’un papier parchemin et déposer des haricots ou des pois secs. Enfourner et cuire pendant 15 minutes. Retirer le papier parchemin et les haricots secs, puis poursuivre la cuisson pendant 10 à 15 minutes ou jusqu’à ce que la pâte semble sec. Laisser tiédir.

Caramel
Dans une grande casserole, porter à ébullition l’eau le sucre et le sirop de maïs. Dès que le caramel est doré, retirer du feu et ajouter le beurre, la crème, la crème fraîche et la fleur de sel. Mélanger pour que le tout soit homogène et verser dans la pâte à tarte**. Laisser refroidir pendant au moins 1 heure.

Glaçage au chocolat
Hacher finement le chocolat noir et le déposer dans un bol.

Verser la crème dans une casserole et porter à ébullition. Quand la crème bout, la verser sur le chocolat. Patienter 1 minute avant de mélanger. Verser le glaçage sur le caramel. Réfrigérer pendant au moins 1 heure. Saupoudrer de fleur de sel. Conserver au réfrigérateur jusqu’au moment de servir. Déguster avec gourmandise.

*Dans cette recette, une chocolat de plus de 70 % de cacao permet de contrebalancer le côté sucré du caramel.
**À mon avis, il serait intéressant d’ajouter des noix (amandes, pacanes, noix de Grenoble, etc.) ou des arachides dans le caramel. À tester.

Et vous, est-ce que vous observez un carême?

Contrebalancer…

Cette semaine, le mot efficacité n’est pas le premier qui me vient en tête. Je suis moins concentrée et je me laisse plus facilement distraire. C’est peut-être un contre coup des dernières semaines, le fait d’avoir été malade qui me donnent plus ce besoin de procrastiner. D’un côté, ça me fait du bien et de l’autre, je me demande comment je vais arriver à faire certaines choses dans les délais…

En attendant que je me reprenne un peu en main, je prends ce petit rythme, que je vais certainement regretter plus tard, et vous propose une recette toute simple de pouding au chocolat à la mijoteuse. Cette recette est tirée du livre La mijoteuse de Ricardo.

Pouding au chocolat à la mijoteuse
Pouding au chocolat à la mijoteuse
Pour 8 à 10 personnes

Sauce
2¼ tasse ou 450 g de cassonade
½ tasse ou 52 g de cacao
1 cuillère à soupe de fécule de maïs ou de maïzena
115 g (4 onces) de chocolat noir
1½ tasse ou 375 g d’eau
1½ tasse ou 375 g de crème à cuisson ou demi-crème
½ cuillère à thé d’extrait de vanille

Gâteau
1½ tasse ou 210 g de farine
½ cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
½ cuillère à thé de bicarbonate de soude ou de sodium
1 pincée de sel
¾ de tasse ou 165 g de beurre non salé, tempéré
1 tasse ou 200 g de sucre
⅓ de tasse ou 35 g de cacao
1 oeuf
1 jaune d’oeuf
¾ de tasse ou 187 g de lait

Sauce
Hacher le chocolat noir.

Dans une casserole, mélanger la cassonade, le cacao et la fécule de maïs. Ajouter le chocolat haché, l’eau, la crème et l’extrait de vanille. Porter à ébullition en mélangeant. Laisser mijoter 10 secondes et verser dans la mijoteuse.

Gâteau
Dans un bol, la farine, la poudre à pâte, le bicarbonate de soude et le sel.

Dans un autre bol, fouetter le beurre avec le sucre et le cacao. Ajouter l’oeuf et le jaune d’oeuf, puis fouetter jusqu’à ce que le mélange soit homogène. Incorporer en alternance la préparation de farine et le lait. À l’aide d’une grosse cuillère, répartir la pâte sur la sauce.

Recouvrir la mijoteuse d’un linge à vaisselle propre, en s’assurant qu’il ne touche pas la pâte, et déposer le couvercle pour le maintenir en place. Cuire à température élevé (hi) pendant 2 heures.

Retirer le récipient de la mijoteuse, enlever le couvercle et le linge. Laisser refroidir 15 minutes. Déguster chaud ou froid avec gourmandise.

Et vous en ce moment, est-ce que vous êtes productif?

Plus vraiment une bûche…

Depuis quelques années, je ne prépare plus mon dessert de Noël sous forme de bûche, car mon moule est un peu trop petit! J’utilise toujours mon moule pour les repas où nous sommes moins nombreux. Donc, je privilégie souvent un moule rond tout simple… De plus, je peine avec les glaçages pour qui soient bien uniformes… un léger manque de pratique.

Sans plus attendre, je vous propose la recette de mon entremet de Noël 2019 à la vanille et à la clémentine. Cette fois, j’ai eu envie d’utiliser la clémentine et j’ai été surprise de voir à quel point elle est peu utilisée dans les desserts. Pourtant, son parfum se marie merveilleusement avec la saison des fêtes… et elle est encore d’actualité en cette saison « froide ». Pour les composantes de mon entremet, je me suis inspirée du namelaka et la mousse au mascarpone de J’en reprendrai bien un bout. J’ai pris l’idée du gâteau chez Anne-Sophie, Fashion Cooking. Pour le glaçage, j’ai utilisé une recette de l’Encyclopédie du chocolat.

Entremet à la clémentine et à la vanille
Entremet à la clémentine et à la vanille
Pour 10 à 14 personnes

Namelaka à la vanille et à la clémentine
¼ tasse ou 60 g de lait
½ gousse de vanille
Zeste de 2 clémentines
¾ de cuillère à thé de gélatine en poudre
  ou 1 feuille de gélatine (2 g)
100 g (3½ onces) de chocolat blanc
½ tasse ou 125 g de crème à fouetter ou entière, froide

Crémeux à la clémentine
3 oeufs
½ tasse et 1 cuillère à soupe ou 140 g de jus de clémentines
2 cuillères à soupe ou 30 g de jus de citron
½ tasse ou 100 g de sucre
⅓ de tasse ou 70 g de beurre non salé
3 cuillères à soupe ou 22 g de fécule de maïs ou de maïzena
Zeste de 3 ou 4 clémentines
Zeste de 1 citron

Praliné croustillant
25 g (1 once) de chocolat blanc
⅓ de tasse ou 125 g de praliné*
¾ de tasse et 2 cuillères à soupe ou 70 g de Gavottes
  ou de biscuits dentelles émiettés**

Gâteau
¼ de tasse ou 53 g d’huile végétal
⅓ de tasse ou 67 g de sucre
½ cuillère à thé d’extrait de vanille
1 oeuf
⅓ de tasse ou 83 g de crème fraîche ou de crème sure***
2½ cuillères à soupe ou 40 g de lait
5 cuillères à thé ou 34 g de sirop d’érable
¾ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 115 g de farine
¾ de cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
1 pincée de bicarbonate de soude ou de sodium
¼ de cuillère à thé de cannelle moulue
¼ de tasse ou 34 g de pacanes ou de noix de pécan
  concassées
1 pincée de sel

Mousse au mascarpone
250 g (9 onces) de mascarpone
¼ de tasse ou 85 g de lait concentré sucré
1 cuillère à thé d’extrait de vanille
½ tasse ou 125 g de crème à fouetter ou de crème entière

Glaçage
80 g (3 onces) de chocolat noir à environ 70 % de cacao
180 g (6¼ onces) de gianduja
⅔ de tasse et 2 cuillères à thé ou 175 g de crème à fouetter
  ou entière
8 cuillères à thé ou 40 g d’eau
4½ cuillères à thé ou 30 g de sirop de maïs ou de glucose
2 cuillères à soupe ou 25 g d’huile végétale neutre

Namelaka à la vanille et à la clémentine
Couper la gousse de vanille en deux. Gratter les grains. Dans une petite casserole, verser le lait et ajouter la gousse ainsi que les grains de vanille. Porter à ébullition. Dès que le lait bout, retirer du feu et ajouter les zestes de clémentine. Couvrir et laisser infuser pendant 1 heure.

Chemiser le fond et la parois de papier parchemin un moule à charnière d’environ 18 cm (7 pouces) de diamètre.

Dans un bol, faire gonfler la gélatine en poudre dans 1 cuillère à soupe d’eau froide ou faire tremper les feuilles de gélatine dans un bol d’eau froide.

Hacher le chocolat blanc et le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat au bain-marie. Retirer le chocolat du bain-marie quand il est totalement lisse.

Dans une casserole, porter de nouveau le lait à ébullition. Dès que le liquide bout, ajouter la gélatine (bien l’essorer si la gélatine est en feuilles) et mélanger pour la dissoudre. Verser le liquide en trois fois sur le chocolat en mélangeant bien entre chaque ajout. Incorporer la crème froide. Verser le mélanger dans le moule et réserver au congélateur pendant au moins 6 heures.

Crème à la clémentine
Chemiser le fond et la parois de papier parchemin un moule à charnière d’environ 18 cm (7 pouces) de diamètre.

Dans une casserole, mélanger le sucre, la fécule de maïs et les oeufs. Ajouter les zestes d’agrumes, le jus de clémentines et le jus de citron. Sur un feu doux, cuire le mélange en brassant continuellement jusqu’à ce que le mélange épaississe.

Quand la crème à la clémentine a épaissi, retirer la casserole du feu et ajouter le beurre en plusieurs fois en brassant bien entre chaque ajout. Verser la crème dans un moule, couvrir d’une pellicule plastique au contact et placer au congélateur pendant au moins 6 heures.

Croustillant au praliné
Hacher le chocolat blanc et le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat. Retirer le bol du bain-marie quand le chocolat est totalement fondu. Incorporer le praliné, puis les Gavottes (ou les biscuits dentelles). Verser la préparation sur une feuille de papier parchemin. Couvrir d’une seconde feuille de papier parchemin et à l’aide d’un rouleau à pâte étaler la préparation sur une épaisseur d’environ 3 mm (⅛ de pouce). Réserver au congélateur.

Gâteau
Préchauffer le four à 160°C (320°F). Tapisser une plaque de cuisson de papier parchemin.

Dans un bol, mélanger l’huile, le sucre, l’extrait de vanille et l’oeuf jusqu’à ce que la préparation soit homogène.

Dans un petit bol, mélanger la crème épaisse, le lait et le sirop d’érable. Réserver.

Dans un autre bol, mélanger la farine, la poudre à pâte, le bicarbonate de soude, la cannelle et le sel.

Dans le bol contenant l’huile, incorporer la préparation de farine en alternant avec la préparation de crème. Puis ajouter à la pâte les pacances. Verser la pâte sur la plaque de cuisson et étaler sur environ 1 cm (⅜ de pouce) d’épaisseur. Enfourner et cuire pendant 15 à 20 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre du gâteau en ressorte propre. Laisser totalement refroidir le gâteau.

Mousse au mascarpone
Dans un bol, fouetter le mascarpone. Ajouter le lait concentré sucré et fouetter jusqu’à ce que le mélange soit très dense. Ajouter l’extrait de vanille.

Dans un autre bol, fouetter la crème jusqu’à ce qu’elle formes des pics souples. Incorporer délicatement la crème fouettée au mascarpone. Réserver au frais.

Montage
Chemiser le fond et la parois de pellicule plastique un moule à charnière d’environ 20 cm (8 pouces) de diamètre.

Dans le gâteau, découper un rond légèrement plus petit que le diamètre du moule. Dans le praliné croustillant, découper un cercle d’environ 18 cm (7 pouces) de diamètre.

Dans le fond du moule, déposer le gâteau et couvrir d’une fine couche de mousse au mascarpone. Placer le disque de praliné croustillant et le couvrir d’une fine couche de mousse au mascarpone. Déposer le disque de crémeux à la clémentine et couvrir d’une couche de mousse au mascarpone. Enfoncer dans la mousse le disque de namelaka. Verser le restant de mousse au mascarpone et égaliser la surface. Placer au congélateur pendant au moins 12 heures. Après cette étape, il est possible de conserver l’entremet pendant un mois, voire plus, au congélateur.

Glaçage
Hacher le chocolat et le gianduja, puis les déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le tout au bain-marie. Quand le tout est bien lisse, retirer du bain-marie.

En parallèle, dans une casserole, porter à ébullition la crème, l’eau et le sirop de maïs. Quand le mélange bout, le retirer du feu. Verser en trois fois la crème chaude sur les chocolats en mélangeant bien entre chaque ajout. Ajouter l’huile et mélanger, si possible, avec un pied-mélangeur en veillant bien à ne pas incorporer d’air. Laisser le glaçage refroidir jusqu’à 37°C (98°F).

Recouvrir une plaque de cuisson de papier parchemin et y déposer une grille à pâtisserie.

Sortir l’entremet du congélateur et retirer les pellicules plastiques. Déposer l’entremet sur la grille, le gâteau en contact avec la grille. Verser doucement le glaçage en veillant à ce qu’il recouvre toute la surface de la bûche. Laisser le glaçage s’égoutter pendant quelques minutes, puis déplacer l’entremet sur une assiette de présentation. Réserver au réfrigérateur pendant 10 à 12 heures avant de servir. Sortir l’entremet à température ambiante 30 minutes avant de la déguster. Savourer avec gourmandise.

*Le praliné est une pâte obtenue en broyant des amandes ou des noisettes (ou un mélange des deux) enrobées de sucre caramélisé comme ici. Il est possible de remplacer le praliné par une pâte à tartiner aux noisettes.
**Si vous ne trouvez pas biscuits Gavottes ou dentelles, remplacez-les par des céréales de riz soufflé de style Rice Krispies.
***Si vous n’avez pas de crème fraîche ou de crème sure sous la main, vous pouvez remplacer par la même quantité de crème à laquelle vous mélangez 1 cuillère à thé de jus de citron ou de vinaigre.

Et vous, avez-vous déjà préparé un dessert avec de la clémentine?