Mot-clé : cumin

Avant que ce ne soit plus la saison

Je vais vous proposer une recette à cuire sur le barbecue. À la maison, nous ne sommes pas très créatif avec le barbecue : nous optons souvent pour de la viande simplement grillée. Il y a quelques légumes qui prennent place sur le grill, mais en général, rien d’inconnu dans cette univers. Il faut dire que je vois assez peu de recettes à réaliser sur le barbecue.

Cette fois, c’est une recette de filet de porc qui m’a interpelée. J’ai pris cette recette dans un magazine de Cuisine futée « Un été BBQ ».

Filet de porc à la mexicaine
Filet de porc à la mexicaine
Pour 4 personnes

1 lime pour le jus
½ cuillère à soupe de coriandre moulue
½ cuillère à soupe de poudre de chili
½ cuillère à soupe d’ail haché
½ cuillère à soupe de mélasse
½ cuillère à thé de cumin moulu
½ cuillère à thé de tabasco ou de sauce piquante
1 filet de porc d’environ 450 g

Préchauffer le barbecue à feu élevé jusqu’à environ 230°C (450°F).

Dans un bol, mélanger le jus de la lime, la coriandre, la poudre de chili, l’ail, la mélasse, le cumin et le tabasco. Déposer le filet de porc* dans le bol et bien l’enrober de marinade.

Déposer le filet de porc sur le barbecue et le saisir environ pendant 2 minutes. Retourner la viande et badigeonner de marinade. Cuire pendant 2 minutes. Couper le feu sous le filet de porc, fermer de barbecue et cuire pendant 5 minutes à chaleur indirecte.

Retirer le filet de porc du barbecue et le couvrir de papier d’aluminium. Laisser reposer pendant 10 minutes. Trancher finement le filet de porc et servir. Déguster avec plaisir.

*La recette suggère d’entailler le filet de porc sur la longueur pour l’ouvrir un peu comme si on voulait le farcir. Mon filet de porc étant étroit, j’aurais du éviter cette étape. Livre à vous de l’ouvrir ou non.

Bon dimanche!

Du sucré et du salé pour un mercredi!

Il est rare que je vous propose une recette salé le mercredi. Fondamentalement, il n’y a pas de raison pour que je présente le sucré le mercredi et le salé le dimanche : c’est devenu une habitude.

Quelques semaines avant le 1er août, j’ai vu une émission qui présentait le gâteau du Vully. La recette m’a fortement interpellée et j’ai décidé à ce moment de la proposer pour mon buffet. Au départ, je pensais réaliser que la version salée, mais comme les deux recettes se préparent très bien ensemble et demandent peu d’ingrédients, j’ai également fait la version sucrée. Honnêtement, j’ai été séduite par le résultat : c’est gourmand, simple et différent. La pâte est bien moelleuse et le goût change sans être inhabituel. Bref, je compte bien refaire des gâteau du Vully.

J’ai pris la recette du gâteau du Vully sur le site de Pique-assiette.

Gâteau du Vully
Gâteau du Vully
Pour 2 gâteaux, un sucré, un salé

Pâte
3½ tasses et 1 cuillère à soupe ou 500 g de farine
⅓ de tasse ou 75 g de beurre non salé
2 cuillères à soupe ou 25 g de saindoux*
1 cuillère à soupe ou 8 g de levure sèche ou 20 g de levure fraîche émiettée
2 cuillère à soupe d’eau tiède
1 cuillère à thé de sucre
½ cuillère à thé de sel
1¼ tasse moins 1 cuillère à soupe ou 300 g de lait

Guélon
1 jaune d’oeuf
¾ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 200 g de crème 35 % ou entière

Garniture sucré
¼ de tasse ou 50 g de sucre ou 15 cubes de sucre concassés
2 cuillères à soupe ou 30 g de beurre non salé


Garniture salé
60 g de gros lardons**
1 cuillère à soupe ou 15 g de beurre non salé
Graines de cumin au goût (facultatif)
Fleur de sel

Pâte
Déposer la levure dans un petit bol avec le sucre et l’eau. Laisser reposer pendant 15 à 20 minutes.

Dans une casserole, faire fondre à feu doux le beurre et le saindoux. Quand le tout est fondu, ajouter le lait et retirer du feu. Réserver.

Dans un grand bol, verser la farine et le sel. Former un puit et verser la préparation de levure, puis le mélange de lait, beurre et saindoux. Sur un plan de travail légèrement enfariné, pétrir la pâte pendant 5 à 10 minutes ou jusqu’à ce qu’elle soit souple et peu collante***. Diviser en deux la pâte.

Tapisser deux moules à tarte de 23 cm (9 pouces) ou plus de diamètre de papier parchemin en le laissant bien dépasser. Placer un morceau de pâte dans chaque moule. Avec les mains, abaisser les pâtes pour qu’elles couvrent le fond de leur moule. Couvrir d’une pellicule plastique et laisser lever pendant 1h30 dans un endroit à l’abri des courants d’air.

Si désiré, pincer les bords des gâteaux avec le pouce et l’index, puis tourner légèrement avant de lâcher la pâte pour dessiner la bordure. Avec les doigts, créer des trous sur l’ensemble de la pâte.

Guélon
Dans un bol, fouetter le jaune d’oeuf et la crème. Le guélon sert autant dans le gâteau sucré que salé.

Préchauffer le four à 230°C (450°F) en chaleur conventionnelle (les éléments du haut et du bas du four sont allumés et il n’y a pas de ventilateur qui tourne).

Garniture sucré
Sur le premier gâteau, répartir généreusement le guélon. Selon la taille des moules employés, il y aura peut-être un peu trop de guélon. Répartir le sucre sur l’ensemble du gâteau. Couper le beurre en petits morceaux et le répartir sur le gâteau. Au besoin, remettre un peu de guélon pour que le sucre soit totalement imbibé. Enfourner et cuire pendant 10 à 15 minutes. À la sortie du four, déposer le gâteau sur une grille et le laisser totalement refroidir.

Garniture salé
Sur le second gâteau, répartir le guélon. Ajouter les lardons en les enfonçant légèrement dans la pâte. Couper le beurre en petits morceaux et le répartir sur le gâteau. Saupoudrer de cumin et assaisonner de fleur de sel. Enfourner et cuire pendant 10 à 15 minutes. À la sortie du four, déposer le gâteau sur une grille et le laisser totalement refroidir.

Servir le gâteau du Vully salé à l’apéro et le gâteau du Vully pour le dessert. Les gâteaux sont meilleurs le jour de leur préparation, mais on peut les conserver pendant 3 jours. Déguster et savourer avec plaisir.

*Vous pouvez remplacer le saindoux par la même quantité de beurre, par de l’huile de coco, par du Crisco ou par une autre graisse de votre choix.
**Je crois qu’on pourrait garnir le gâteau avec d’autres éléments… à tester!
***Il est possible de pétrir la pâte à l’aide d’un robot pâtissier. Dans ce cas, 5 minutes de pétrissage suffiront.

Et vous, quel gâteau du Vully vous interpelle : le salé ou le sucré?

Trop frais!

Aujourd’hui, nous sommes allés faire une promenade en montagne. Au début, nous pensions prendre la télécabine, puis nous nous sommes aperçu qu’elle n’ouvrait pas avant le 4 juillet. Ce n’était pas un souci puisqu’il y a une route qui s’arrête un peu plus bas que la télécabine et qu’il y a plusieurs départs de randonnées. Cela allongeait un peu la promenade, mais rien de contraignant. Ensuite même si la météo s’annonçait chaude en plaine, nous avons vérifié la météo là haut… Disons que les 12° nous ont fortement encouragé à modifier notre projet. Nous avons tout simplement pris moins d’altitude que prévu!

Aujourd’hui, je vous propose une recette d’ailleurs : des pizzas arméniennes. J’ai pris cette recette dans le livre de Christelle Tanielian, Ensemble.

Pizzas arméniennes à la viande (Lahmajoun)
Pizzas arméniennes à la viande (Lahmajoun)
Pour 8 petites pizzas

Pâte
½ tasse et 2 cuillères à soupe ou 150 g d’eau tiède
¾ de cuillère à thé de levure sèche
¼ de cuillère à thé de sucre
1¾ tasse et ½ cuillère à soupe ou 250 g de farine
½ cuillère à thé de sel
1 cuillère à soupe d’huile végétal

Garniture
½ oignon
¼ de poivron rouge
1 petite gousse d’ail
½ tasse ou 125 g de purée de tomate*
½ tasse ou 20 g de persil plat frais
2 cuillères à soupe ou 7 g de feuilles de menthe fraîche
125 g de boeuf haché**
½ cuillère à thé de piment d’Alep ou de paprika doux
½ cuillère à soupe de mélasse de grenade
¾ de cuillère à thé de tahini ou de purée de sésame
¾ de cuillère à thé de pâte de tomate
¼ de cuillère à thé de cumin moulu
¼ de cuillère à thé de coriandre moulue
Sel et poivre

Pâte
Dans un petit bol, mélanger l’eau, la levure et le sucre. Laisser reposer pendant 10 à 15 minutes.

Dans un bol, mélanger la farine et le sel. Former un puit au centre et verser l’eau contenant la levure. Ajouter l’huile. Mélanger pour obtenir une pâte.

Sur un plan de travail légèrement enfariné, pétrir la pâte pendant 8 minutes ou jusqu’à ce que la pâte soit homogène et lisse. Déposer la pâte dans un bol légèrement huilé. Couvrir le bol d’un ligne propre et laisser la pâte lever pendant 1 heure dans un endroit chaud et sec.

Garniture
Au couteau ou à l’aide d’un robot culinaire muni d’une lame en « s », hacher très finement l’oignon, le poivron, l’ail, le persil et la menthe. Déposer le tout dans un bol et ajouter le boeuf haché, la purée de tomate, le piment d’Alep, la mélasse de grenade, le tahini, la pâte de tomate, le cumin, la coriandre. Saler et poivrer. Vérifier l’assaisonnement de la garniture en faisant cuire dans une poêle anti-adhésive 1 cuillère à thé du mélange. Rectifier l’assaisonnement au besoin.

Préchauffer le four à 200°C (400°F).

Sur un plan de travail légèrement enfariné, diviser la pâte en 8 et abaisser chaque morceau en un disque d’environ 14 cm (5½ de diamètre).

Déposer les disques de pâte sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Sur chaque disque de pâte, étaler finement l’équivalent de 2 cuillères à soupe de garniture.

Enfourner et cuire dans la partie inférieur du four pendant 8 à 10 minutes. Placer ensuite les pizzas sous le grill (broil) pendant 1 à 2 minutes ou jusqu’à ce que les bords des pizzas soient légèrement dorés. Servir et déguster avec plaisir en arrosant de jus de citron.

*Vous pouvez remplacer la purée de tomate par une grosse tomate fraîche que vous aurez fait blanchir puis peler. Dans ce cas, il faut la hacher finement comme l’oignon.
**J’imagine très bien refaire ce genre de pizzas en variants la garniture et pourquoi pas en utilisant de la chair à saucisse…

Comment varier?

Actuellement, j’achète régulièrement de la viande hachée en plus grande quantité pour élaborer deux repas. Pendant un moment, j’ai jonglé entre les sauces de style bolognaise, les boulettes et les hachis. Un peu lasse, je me demandais quoi faire avec la deuxième portion de viande hachée de la semaine et là, j’ai eu une idée inhabituelle : un chili! Il y a très longtemps que je n’en avais pas fait : mon chéri n’en raffole pas et le cumin n’aide pas. Cependant, j’en avais envie et j’ai imposé.

Comme j’ai pensé un peu tard à ce plat, j’ai cherché une recette qui ne demandait pas 1 heure de cuisson. De plus en regardant diverses recettes, j’ai remarqué que certaines contenaient des légumes que je n’aurais pas pensé à ajouter dans un chili. J’ai opté pour une recette de Ricardo issue de son magazine volume 16, numéro 5, dans laquelle j’ai intégré de la courgette.

Chili de boeuf
Chili de boeuf
Pour 2 personnes

200 g de boeuf haché
1 cuillère à soupe d’huile végétale
1 oignon
1 gousse d’ail
1 courgette*
½ cuillère à soupe de poudre de chili
½ cuillère à thé de poudre d’oignon
¼ de cuillère à thé de coriandre moulue
¼ de cuillère à thé de paprika
½ cuillère à thé cumin moulu
1 pincée de chipotle moulu(facultatif)
¾ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 200 g de purée de tomate
½ tasse ou 125 g de bouillon de poulet
Sel et poivre

Hacher l’oignon et l’ail. Couper en petits dés les courgettes.

Dans une casserole, chauffer l’huile. Quand le corp gras est chaud, ajouter le boeuf haché et l’émietter à l’aide d’un ustensile. Ajouter l’oignon, la courgette et l’ail. Poursuivre la cuisson jusqu’à ce que la viande et les légumes soient dorés. Saler et poivrer.

Ajouter la poudre de chili, la poudre d’oignon, la coriandre, le paprika, le cumin, le chipotle, la purée de tomate et le bouillon de poulet. Réduire le feu et laisser mijoter pendant 20 minutes ou jusqu’à ce que le chili ait épaissi. Servir avec des pommes de terre, du riz ou des pâtes. Ajouter du fromage si désiré et déguster avec plaisir.

*Vous pouvez mettre les légumes de votre choix : poivron, maïs, etc.

Et vous, la viande hachée vous inspire quelles recettes?

Piccalilli

Pour mes paniers gourmands, j’essaie d’ajouter de plus en plus des éléments salés. Évidemment, il y aura toujours une majorité sucrée… surtout que j’ai plus de peine à trouver des recettes salées! Cette année, j’ai craqué pour une recette de piccalilli. Ce n’est pas dans mes habitudes de préparer des marinades, mais ça se conserve tellement bien. À la dégustation, j’ai été très surprise d’aimer : en général, je n’aime pas les trucs dans le vinaigre, c’est pour dire à quel point les piccalilli sont bons!

Ce n’est pas vraiment une recette que l’on prépare en hiver. Il vaut mieux les préparer en été ou en automne quand les légumes sont en abondance, alors n’oubliez pas de l’ajouter à vos conserves à faire aux prochaines récoltes! J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 13, numéro 7.

Piccalilli
Piccalilli
Pour 5 pots de 250 ml

2 tasses ou 230 g de chou-fleur coupé en très petits bouquets
284 g d’oignons perlés
1 tasse ou 130 g de cornichons frais ou de concombre
  du jardin
½ tasse ou 100 g de haricots verts*
1 pomme
3 cuillères à soupe de gros sel à marinade**
1 cuillère à soupe de moutarde sèche
1 cuillère à soupe de graines de moutarde
2 cuillères à thé de curcuma moulu
1 cuillère à thé de graines de coriandre
1 cuillère à thé de graines de cumin
2 cuillères à thé de gingembre frais haché finement
1 grosse gousse d’ail, haché finement
1 piment chili frais, épépiné et émincé***
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
2 cuillères à soupe de fécule de maïs ou de maïzena
1¼ tasse ou 310 g de vinaigre de cidre
1 tasse ou 250 g d’eau
3 cuillères à soupe de sucre

Remplir une casserole d’eau et porter à ébullition. Quand l’eau bout, ajouter les oignons perlés et les laisser dans l’eau bouillante pendant 1 à 2 minutes. Retirer les oignons de l’eau et les plonger dans un bol remplit d’eau froide. Égoutter les oignons et les peler.

Couper les haricots verts en tronçons de 5 mm (¼ de pouce). Couper le concombre et la pomme en petits dés.

Dans un bol, mélanger le chou-fleur, les oignons, le concombre, les haricots, la pommes et le sel à marinade. Couvrir d’eau et laisser macérer pendant 1 heure à température ambiante. Égoutter.

Dans une casserole, verser l’huile d’olive et chauffer à feu moyen. Faire revenir la moutarde sèche, les graines de moutarde, le curcuma, les graines de coriandre, les graines de cumin, le gingembre, l’ail et le piment.

Dans un bol, mélanger la fécule de maïs dans ¼ de tasse ou 60 g de vinaigre. Verser ce mélange dans la casserole. Poursuivre la cuisson quelques secondes ou jusqu’à ce que le mélange épaississe. Ajouter les légumes égouttés, le reste de vinaigre, l’eau et le sucre. Porter à ébullition. Laisser mijoter en remuant à quelques reprises pendant 30 minutes ou jusqu’à ce que les légumes soient tendres.

Répartir le mélange dans des bocaux chauds en les remplissant jusqu’à 1,5 cm (½ pouce) des bords. À l’aide d’un ustensile non métallique (par exemple, une baguette en bois), chasser les bulles d’air. Essuyer les bords des bocaux avec un linge propre. Déposer un couvercle (ou un disque et une bague) sur chaque pot et visser jusqu’au point de résistance, sans forcer.

Déposer les bocaux debout dans une casserole d’eau chaude. Les pots doivent être recouverts d’eau et l’eau doit être au moins 2,5 cm (1 pouce) plus haute que les pots. Couvrir et porter à ébullition à feu élevé. Quand l’eau bout, laisser bouillir les pots pendant 15 minutes. Sortir les pots de l’eau et les déposer sur un ligne. Laisser les pots refroidir pendant 24 heures. Vérifier si les pots se sont scellés. Pour les pots que le traitement à la chaleur n’a pas réussi : placer les pots au réfrigérateur et les consommer rapidement ou retirer les couvercles et recommencer le traitement à la chaleur. Sortir un pot de piccalilli au moment voulu et déguster avec plaisir.

*Je n’ai pas mis de haricots verts puisque j’ai réalisé cette recette à la fin des récoltes et qu’il n’y en avait plus sur les étalages.
**Le sel à marinade est un sel qui ne contient pas d’ajout de fluor ni d’iode.
***J’ai utilisé un petit piment rouge long, un peu plus gros qu’un piment oiseau. J’ai également réduit la quantité : les gens autour de moi n’aime pas plus que temps le piquant et le piment que j’avais était très fort. Ajustez selon vos goûts.

Le truc qui m’a surpris avec cette recette, c’est la réaction de ma belle-mère. Elle s’est exclamée : « Tu as fais des piccalilli ? ». Elle connaissait! Dans le village où j’habite, il en préparait et c’était un peu une unicité de la commune. Je pensais que personne ne connaissait les piccalilli dans la famille…