Mot-clé : noix de cajou

Pimenté à mon goût…

J’aime bien les plats pimentés, mais ma tolérance a légèrement chuté après une repas mémorable à Londres dans le Chinatown. Mon assiette contenait au minimum 10 piments thaï émincés! Je n’ai plus jamais mangé aussi pimenté et maintenant, je ne risque pas de refaire la même erreur dans un tel quartier. Pourtant, depuis quelques temps, j’ai repris le goût au chose pimenté.

En voyant la recette d’amandes pimentées de Pascale, je n’ai pas résisté très longtemps avant de l’essayer. J’ai beaucoup aimé le goût et la texture, mais j’avais du mal avec l’huile qui restait sur la plaque après la cuisson plutôt que sur les noix. J’ai refait à la recette en diminuant l’huile d’olive : même résultat. Ensuite, j’ai testé en mélangeant l’assaisonnement de Pascale et une technique du premier tome de Trois fois par jour : trop sucré à mon goût. Finalement, je n’ai gardé que le blanc d’oeuf et la technique de cuisson de Trois fois par jour pour obtenir le résultat parfait : des noix croquantes, pas grasse sur les doigts et qui se conservent bien pendant plusieurs jours, voire quelques semaines. Voici donc ma recette d’amandes et de noix de cajou pimentées.

Amandes et noix de cajou pimentées
Amandes et noix de cajou pimentées
Pour 2 bols

1½ tasse ou 225 g d’amandes entières
1½ tasse ou 330 g de noix de cajou*
1 blanc d’oeuf
2 cuillères à soupe de sauce sriracha**
2 cuillères à soupe de sambal oelek
2 pincées de piment chipotle moulu (facultatif)
2 cuillères à thé de sucre
1 cuillère à thé de fleur de sel
Piment cayenne moulu au goût (facultatif)

Préchauffer le four à 150°C (300°F). Tapisser de papier parchemin une plaque de cuisson.

Dans un bol, fouetter le blanc d’oeuf jusqu’à la formation de pique ferme. Ajouter la sauce sriracha, le sambal oelek, le piment chipotle, le sucre et le sel. Mélanger pour bien répartir les ingrédients dans le blancs d’oeuf. Ajouter les amandes et les noix de cajou. Mélanger délicatement pour bien enrober toutes les noix du mélange pimenté.

Verser les noix sur une plaque de cuisson et les étaler sur une seule couche. Enfourner et cuire pendant 40 minutes. À mi-cuisson, remuer les noix. Sortir du four et saupoudrer d’un peu de piment de cayenne, si désiré. Laisser totalement refroidir. Conserver les noix dans un pot muni d’un couvercle. Déguster avec plaisir.

*Vous pouvez n’utiliser qu’une sorte de noix de votre choix ou utiliser un mélange à votre goût : noisettes, noix de macadamia, pacanes, noix de Grenoble, etc.
**J’ai utilisé un mélange de sriracha et de sambal oelek, vous pourriez utiliser d’une seule des deux sauces ou une autre sauce pimentée de votre choix. Si vous craigniez que le mélange soit trop pimenté, n’utilisez que 2 cuillères à soupe de sauce pimentée.

Au fait, Mini-nous a bien aimé ces noix… Par contre, elles étaient trop pimentées pour mon beau-père! Comme quoi, il est difficile de prédire la tolérance de chacun.

Toujours vers le même granola

Il y a des périodes où je mange presque quotidiennement du granola et d’autre où le pot tarde à se vider. À l’occasion, j’essaie de varier mes recettes, mais je reviens facilement à celle-ci, ma préférée! Mini-nous m’a même fait ajouter du cacao une fois et le résultat était toujours aussi gourmand. Cependant, l’intérêt d’essayer d’autres recettes est de découvrir des nouvelles textures et des nouveaux mariages de saveur.

Cette fois, c’est l’utilisation du quinoa qui m’a intriguée. Le goût du granola que je vous propose diffère des autres recettes que j’ai testé. Cette recette est tirée du magazine Ricardo volume 14, numéro 8.

Granola au quinoa
Granola au quinoa
Pour un pot de 875 ml

½ tasse ou 90 g de quinoa
½ tasse ou 80 g de graines de citrouille ou de courge*
½ tasse ou 75 g de graines de tournesol
½ tasse ou 65 g de noix de cajou non salées
½ tasse ou 65 g de pistaches non salées
6 cuillères à soupe ou 127 g de sirop d’érable
1½ cuillère à soupe d’huile de colza ou de canola**
¼ de cuillère à thé de sel

Rincer le quinoa et l’égoutter.

Concasser les noix de cajou et les pistaches.

Préchauffer le four à 160°C (325°F). Tapisser de papier parchemin une plaque de cuisson.

Dans un grand bol, verser le quinoa, les graines de citrouille, les graines de tournesol, les noix de cajou, les pistaches, le sirop d’érable, l’huile et le sel. Bien mélanger et répartir sur la plaque de cuisson préparée.

Enfourner et cuire pendant 20 minutes en remuant une fois pendant la cuisson. Laisser totalement refroidir. Si le granola est encore collant après avoir refroidi, remettre au four quelques minutes. Verser le granola dans des contenants en verre pour le conserver jusqu’à 1 mois. Déguster avec gourmandise.

*Comme pour tous les granolas, vous pouvez substituer un ingrédient par un autre : des graines de sésame, des noisettes, etc.
**J’ai diminué la quantité d’huile, car je trouvais qu’il en restait beaucoup après la cuisson. Libre à vous d’en mettre 2 cuillères à soupe ou non.

Et vous, connaissiez-vous le quinoa dans un granola?

Fil conducteur

Les biscuits font partie des trucs que je prépare le plus volontairement : c’est assez rapide à préparer et ça plaît toujours. Par contre, j’ai de plus en plus de mal à trouver de nouvelles idées : le chocolat revient régulièrement, c’est mon fil conducteur. Je pense facilement à l’associer avec des noix, surtout que j’en ai toujours sous la main, mais avec le temps, je manque un peu de créativité. Pourtant, il y a les fruits séchés, les zeste d’agrumes, des fruits confits, les bonbons, le caramel… mais je reviens toujours au chocolat et aux noix. Difficile de briser cette constance.

Aujourd’hui, je vous propose, évidemment, des biscuits dans lesquels j’ai marié le chocolat avec des noix de cajou et des dattes. J’avais vu cette association et j’ai voulu l’essayer. Je vous les présente, car j’ai bien aimé le résultat. Pour la pâte à biscuits, je me suis basée sur une recette de Katia au pays des merveilles.

Biscuits aux dattes, noix de cajou et chocolat
Biscuits aux dattes, noix de cajou et chocolat
Pour 20 biscuits

6½ cuillères à soupe ou 90 g de beurre non salé, tempéré
½ tasse ou 100 g de cassonade ou de sucre roux
¼ de tasse ou 50 g de sucre
1 oeuf
1 cuillère à thé d’extrait de vanille
1 tasse et 2 cuillères à soupe ou 157 g de farine
¼ de cuillère à thé de bicarbonate de soude ou de sodium
½ tasse ou 75 g de pépites de chocolat noir*
¼ de tasse ou 38 g de noix de cajou
¼ de tasse ou 45 g de dattes
1 pincée de sel

Préchauffer le four à 160°C (325°F).

Hacher grossièrement les noix de cajou et couper les dattes en morceaux.

Dans un bol, mélanger la farine, le bicarbonate de soude et le sel. Réserver.

Dans un second bol, fouetter le beurre avec la cassonade et le sucre pendant 3 minutes. Ajouter l’oeuf et l’extrait de vanille. Incorporer la préparation de farine et bien mélanger. Ajouter les pépites de chocolat, les noix de cajou et les dattes en morceaux.

Prélever environ 1½ cuillère à soupe de pâte et façonner en boule. Déposer la boule de pâte sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin et répéter l’opération jusqu’à épuisement de la pâte. Aplatir légèrement les boules de pâtes et enfourner pendant 14 minutes ou jusqu’à ce que le pourtour des biscuits soient dorés. À la sortie du four, retirer les biscuits de la plaque de cuisson et laisser totalement refroidir. Déguster avec gourmandise.

*Quand j’ai fait les biscuits, j’ai mis plus de chocolat, mais libre à vous de mettre plus de noix ou de dattes.

Note : Cette pâte à biscuit est délicieuse, alors n’hésitez pas à l’essayer en mettant les ingrédients qui vous font envie.

Deux gâteaux sans…

Pour l’anniversaire de mon chéri, j’avais préparé deux gâteaux sans produit laitier, sans gluten, sans oeuf, etc. La première recette, je vous l’ai proposée mercredi dernier. Aujourd’hui, je vous présente la seconde. Pourquoi ai-je fait deux gâteaux? Tous simplement parce que je n’étais pas certaine que la recette d’aujourd’hui allait plaire à tous les invités et aussi parce que j’avais peur que le gâteau plus classique (celui de mercredi dernier) ne soit pas au point. Heureusement, les deux gâteaux ont été réussi et comme prévu, certains ont préférés l’un à l’autre.

Pour la recette d’aujourd’hui, j’ai mixé deux recettes. Pour la croûte, je me suis basée sur la recette de Véronique St-Pierre, Rose Madeleine. Pour la garniture, c’est une recette de My darling vegan qui m’a interpellé.

Gâteau crémeux aux noix et au chocolat sans...
Gâteau crémeux aux noix et au chocolat sans…
Pour 8 personnes

Croûte
1 tasse ou 110 g de noix de Grenoble*
1½ tasse ou 180 g de pacanes ou de noix de pécan
1½ tasse ou 270 g de dattes Medjool** dénoyautées
½ tasse ou 52 g de cacao
3 cuillères à soupe de sirop d’érable
2 gousses de vanille

Garniture
2 tasses ou 300 g de noix de cajou
¼ de tasse et 2 cuillères à soupe ou 90 g de beurre
  d’arachides***
½ tasse ou 80 g d’huile de noix de coco
½ tasse ou 170 g de sirop d’érable
½ tasse ou 125 g d’eau
2 cuillères à thé de sel

Éclats de chocolat noir pour décorer****(facultatif)

Croûte
Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Tapisser une plaque de cuisson de papier parchemin. Déposer les noix de Grenoble et les pacanes (ou noix de pécan) sur la plaque et enfourner pendant 8 minutes*****. Sortir les noix du four et les laisser totalement refroidir.

Chemiser le fond d’un moule à charnière de 20 ou 23 cm (8 ou 9 pouces) de diamètre de papier parchemin. Garnir le tour d’une bande de papier parchemin pour faciliter le démoulage. Réserver.

Dans le bol d’un robot culinaire muni d’une lame en « s », moudre les noix de Grenoble et les pacanes (ou noix de pécan). Couper les dattes en morceaux et les ajouter dans le robot. Incorporer également le cacao, le sirop d’érable et les graines des gousses de vanille. Mixer jusqu’à ce que le mélange forme une pâte. Répartir la pâte dans le fond du moule. Pour une croûte plus mince, ne pas employer toute la pâte et réserver le surplus au réfrigérateur ou le congeler pour le déguster à un autre moment.

Garniture
Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Tapisser une plaque de cuisson de papier parchemin. Déposer les noix de cajou sur la plaque et enfourner pendant 7 minutes*****. Sortir les noix du four et les laisser totalement refroidir.

Déposer les noix de cajou dans un bol et les couvrir d’eau froide. Laisser temper pendant 4 heures ou toute une nuit.

Égoutter et rincer les noix de cajou. Dans le bol d’un robot culinaire muni d’une lame en « s », déposer les noix de cajou avec le sirop d’érable, l’eau et le sel. Mixer le tout jusqu’à ce que la préparation ait une texture lisse. Ouvrir le robot à quelques reprises pour racler la parois pendant l’opération. Incorporer le cacao, le beurre d’arachides et l’huile de noix de coco. Mélanger jusqu’à ce que la préparation soit homogène. Verser la garniture sur la croûte. Déposer le gâteau au congélateur pendant 4 heures pour aider la garniture à figer. Déplacer le gâteau au réfrigérateur jusqu’au moment de la dégustation.

Au moment de servir, démouler le gâteau et le décorer avec des éclats de chocolat noir. Déguster avec gourmandise.

*Vous pouvez remplacer les noix de Grenoble par la même quantité d’amandes ou de noisettes.
**Il est possible d’utiliser des dattes régulières. Dans ce cas, il faudra faire tremper les dattes dans de l’eau pendant au moins 1 heure.
***Vous pouvez utiliser un autre beurre (ou purée) de noix : d’amandes, de noisettes, de pacanes, etc.
****Si vous réalisez ce gâteau pour quelqu’un d’allergique aux produits laitiers, il faut utiliser du chocolat ayant la mention sans produit laitier. Dans ce cas, il est plus facile de faire un glaçage en utilisant une ½ tasse ou 26 g de cacao (qu’on trouve plus facilement avec la mention sans produit laitier), ⅓ de tasse ou 53 g l’huile de coco fondu et ¼ de tasse ou 85 g du sirop d’érable.
*****Vous n’êtes pas obligés de torréfier les noix.

J’ai bien aimé cette incursion dans la cuisine végétalienne. Pour des desserts « sans », la cuisine végétalienne offre plusieurs idées et la seule adaptation que vous aurez peut-être à faire concernera la farine. Alors jetez y un coup d’oeil!

Recette sans…

Pour le dessert du 1er août, j’ai dû faire quelques expérimentations pour arriver à quelque chose qui soit sans gluten, sans oeufs, sans produits laitiers et sans amandes. Le problème, c’est que je suis tombée sous le charme de la tarte au citron et aux bleuets publiée dans le magazine Ricardo volume 13, numéro 6. Je regarde la liste d’ingrédients et je ne vais pas beaucoup plus loin. Pour la pâte, je pensais qu’utiliser de la farine sans gluten et un corps gras sans produits laitiers, ça irait… Ça peut marcher, mais il faut faire plusieurs essais pour arriver à un résultat satisfaisant et je n’avais pas vraiment confiance après mon premier essais ni le temps. Ensuite pour la garniture au citron, je ne savais pas trop comment substituer les oeufs. Je connaissais le principe des faux oeufs avec de l’eau et des graines de lin, mais je ne pense pas qu’il soit adapté pour faire une crème de citron. Bref, je me suis tournée vers le web et j’ai trouvé (un peu difficilement) une recette sans oeufs et sans beurre. Après ce beau casse tête j’ai réalisé à quel point il est difficile de jongler avec les multiples intolérances. C’est pourquoi j’ai ajouté une catégorie « Recette sans » sur mon blog. J’y mettrais des recettes qui ne contiennent pas de gluten, des oeufs, des produits laitiers et autres, mais qui dans leurs versions originales en contiennent.

Pour cette première recette, je me suis inspirée de la pâte à tarte de Flo Makanai issue de son livre Les intolérances alimentaires, cuisiner gourmand autrement (c’est ici pour la version électronique qui est plus récente). Pour la garniture, c’est chez Tomate sans graines que j’ai découvert la garniture au citron sans oeufs et sans produit laitier.

Tarte au citron et aux bleuets
Tarte au citron et aux bleuets
Pour 8 personnes

Pâte à tarte
1 cuillère à soupe de graines de lin moulues (ou de chia)
9 cuillères à soupe ou 135 g d’eau
1½ tasse moins 2 cuillères à thé ou 175 g de farine sans
  gluten*
4½ cuillères à soupe ou 25 g de flocons de millet
  ou de quinoa**
2½ cuillères à soupe ou 30 g de sucre
1 pincée de sel
⅓ de tasse et 1 cuillère à thé ou 75 g d’huile
  végétale neutre (colza, canola, tournesol, etc.)
2 cuillères à soupe ou 30 g de beurre (ou purée)
  de noix de cajou (ou d’amande) ou de margarine végétale

Garniture au citron comme un lemon curd
2 tasses ou 500 g de lait de coco ou de lait végétal au choix
6½ cuillères à soupe ou 80 g de sucre
  au choix : blanc, de canne, de coco, etc.
4 cuillères à soupe ou 30 g de fécule de maïs
⅓ de tasse moins 2 cuillères à thé ou 70 g de jus de citron
Zeste de 1 citron
2 pincée de curcuma***
2 cuillères à soupe ou 20 g d’huile de noix de coco
2 tasses ou 300 g de bleuets ou de myrtilles

Pâte à tarte****
Préchauffer le four à 190°C (375°F).

Dans un petit bol, mélanger les graines de lin moulues et 3 cuillères à soupe d’eau (45 g). Laisser reposer environ 15 minutes ou jusqu’à ce que le mélange épaississe.

Dans un bol, mélanger la farine sans gluten, les flocons de millet (ou de quinoa), le sucre et le sel. Incorporer la préparation à base de graines de lin, l’huile et le beurre de noix de cajou. Ajouter graduellement l’eau. La pâte semble trop humide, c’est normal. Au besoin, ajouter un peu plus d’eau. Sortir la pâte du bol et à l’aide des mains, la replier 4 à 5 fois sur elle même.

Découper deux carrés de papier parchemin d’environ 30 cm (12 pouces) de côté. Déposer un carré de papier sur la surface de travail et saupoudrer un peu de farine sans gluten ou de fécule (de maïs, de pommes de terre, maïzena, etc.). Saupoudrer également un peu de sucre. Déposer la pâte sur le papier et couvrir la pâte avec l’autre carré de papier parchemin. À l’aide d’un rouleau à pâtisserie, abaisser la pâte entre les deux feuilles sur une épaisseur d’environ 3 mm (⅛ de pouce)*****. Retirer un des papier parchemin. En vous aidant du papier parchemin sur lequel repose la pâte, déposer la pâte dans un moule à tarte d’environ 23 cm de diamètre. Au besoin, utiliser l’excédent de pâte pour rapiécer la croûte.

Couvrir la pâte à tarte d’un papier parchemin et déposer des haricots ou des pois secs. Enfourner et cuire pendant 15 minutes. Retirer le papier parchemin et les haricots secs de la tarte et poursuivre la cuisson pendant 5 minutes ou jusqu’à ce que la croûte soit bien dorée.

Garniture au citron comme un lemon curd
Dans un chaudron, verser le lait de coco (ou le lait végétal), le sucre, le jus de citron et le zeste de citron. Goûter le mélange et ajouter du sucre ou du jus de citron au besoin. Incorporer la fécule de maïs. À l’aide d’un fouet, mélanger jusqu’à ce que la fécule soit totalement dissoute dans les liquides.

Déposer le chaudron sur le feu et porter à ébullition en remuant régulièrement. Quand le mélange bout, ajouter l’huile de noix de coco et le curcuma. Poursuivre la cuisson pendant 2 minutes ou jusqu’à ce que le mélange ait épaissi. Retirer le chaudron du feu et laisser la préparation refroidir pendant 15 à 20 minutes.

Verser la crème sur la croûte à tarte. Garnir de bleuets (ou de myrtilles). Réfrigérer pendant 2 heures ou jusqu’à ce que la garniture soit bien prise. Déguster avec gourmandise!

*Ici, j’ai utilisé un mélange du commerce. L’important, c’est d’avoir une farine sans gluten contenant de la farine de riz ou de la farine de pois chiche. J’ai testé cette recette avec une farine sans gluten contenant que de la farine de maïs et de la fécule de maïs et la pâte a craqué de partout pendant la cuisson.
**Si vous n’en trouvez pas, vous pouvez essayer avec des flocons de pommes de terre vendu pour faire de la purée. Vérifier la liste d’ingrédients pour être certain qu’il n’y a pas de gluten.
***Le curcuma sert de colorant. La quantité de curcuma dépendra de la couleur que vous souhaitez obtenir. Ne vous inquiétez pas le goût du curcuma ne se ressort pas dans cette recette.
****Il est possible de réaliser la pâte dans un robot culinaire munie d’une lame en « s ».
*****N’étalez pas la pâte plus finement. La pâte est très fragile et difficile (pas insurmontable non plus) à manipuler.

Après avoir pensé à des recettes sans ci et sans ça pendant des semaines, je suis retombée dans les recettes avec ci et ça, parce que j’en avais besoin! J’espère quand même ajouter régulièrement des recettes dans cette nouvelle catégorie.